Etiquettevisibilité

3 grandes écoles du trafic pour attirer les visiteurs sur votre site

3

J’aimerais parler aujourd’hui de la question épineuse du trafic, autrement dit comment faire pour obtenir plus de clients potentiels qui découvrent votre site Internet et vos offres puis qui décident ensuite d’acheter.

Il faut savoir qu’il existe trois grandes écoles du trafic.

1. La stratégie des partenariats stratégiques

La première, celle que je recommande si vous en êtes au démarrage de votre activité sans disposer de ressources financières importantes, c’est la stratégie des partenariats stratégiques

Il s’agit simplement d’aller voir des entreprises qui possèdent déjà une clientèle correspondant à celle à laquelle vous souhaitez vous adresser. Evidemment, vous ne devez pas contacter un concurrent direct qui vend exactement la même chose que ce que vous avez l’intention de proposer mais plutôt une entreprise qui s’adresse au même type de public. 

Parmi mes clients ayant eu du succès avec cette stratégie, j’ai l’exemple d’Anthony, un coach sportif qui s’est rendu compte que son public était essentiellement constitué de femmes de trente à quarante ans, il a donc cherché dans sa zone de chalandise des entreprises avec le même genre de clientes : salons de coiffure, spa, salons d’esthétique. Ces entreprises ne vendent pas le même produit que lui, il peut donc proposer un partenariat, suggérer à ses clientes de venir découvrir un spa et inversement. 

Ce type d’accord est gagnant-gagnant et permet de se lancer rapidement. Donc si vous ne disposez pas de beaucoup de ressources pour développer votre activité, les partenariats stratégiques vous permettront d’aller vite et loin en même temps.

2. Le trafic organique

Le trafic organique représente les gens qui viennent spontanément sur votre site Internet, qui regardent vos vidéos, qui vous découvrent sans que vous ayez investi en publicité. 

Pour disposer de beaucoup de trafic organique, pour être bien référencé de nos jours dans les moteurs de recherche, il vous faut du contenu de qualité. La clef est ce contenu mis à disposition gratuitement sur Internet pour que les internautes vous trouvent. Il s’agit ici d’un effort de longue haleine. 

Ce qui est intéressant avec le trafic organique est que l’effort que vous produisez aujourd’hui vous reviendra au centuple dans les prochaines années. Il faut donc débuter immédiatement si vous voulez pouvoir en tirer les fruits d’ici un à cinq ans. 

Je recommande à mes clients de toujours commencer par la stratégie des partenaires stratégiques mais le plus tôt possible de créer du contenu gratuit sur des sujets intéressants pour les clients afin d’attirer les visiteurs au fil des prochaines années. Ainsi, vous vous retrouvez avec une grande bibliothèque de contenus. 

Personnellement, sur ma chaîne Youtube je possède plus de mille vidéos différentes sur des thématiques touchant les entrepreneurs. Ma chaîne est donc une source de visites et de prospects. Je propose des vidéos de qualité qui s’adressent à mon audience. Ce moyen permet d’attirer des visiteurs sans avoir à investir des euros supplémentaires. C’est une stratégie lente mais qui permet de récolter une moisson de clients.

3. Le trafic payant

Le trafic payant est la publicité. Vous payez Google pour que votre pub apparaisse au-dessus des résultats d’une recherche, vous payez Facebook pour que votre pub soit visible des gens qui surfent sur ce réseau. Il est possible de payer des plates-formes de publicités natives comme Outbrain ou Taboola  pour que vos produits apparaissent sur les sites de grands journaux comme le Figaro ou le Monde. Des gens cliquent en pensant qu’il s’agit d’un article mais ils tombent sur votre page de vente. 

L’avantage du trafic payant est sa rapidité. Si vous créez un compte aujourd’hui sur Google Adsense, vous payez cinquante euros et vous aurez déjà des visiteurs maintenant. Le problème c’est que vous ne pouvez savoir combien dépenser que si vous possédez déjà l’information de votre valeur par visiteur, c’est-à-dire combien un visiteur qui tombe sur votre site vous rapporte. Cette valeur est essentielle pour savoir combien vous pouvez vous permettre de dépenser. Il est possible de la calculer différemment en choisissant comme métrique la valeur par prospect, autrement dit combien me rapporte par an quelqu’un qui est inscrit sur ma newsletter. 

Dans mon cas, c’est environ entre 10 et 16 euros par an donc je sais que je peux investir jusqu’à 10 euros pour avoir un prospect qui s’inscrit à ma newsletter. Je l’aurai rentabilisé dans l’année, d’autant plus que les gens restent inscrits plus longtemps. Je suis donc gagnant sur le long terme.

La publicité payante est un moyen très intéressant d’attirer des prospects dans le sens où c’est mettre de l’huile sur un feu qui brûle déjà. Le trafic payant ne sert jamais à démarrer.

Chronologiquement, je recommande donc de commencer par les partenaires stratégiques et d’investir dans la pub quand vous avez suffisamment de prospects et que vous savez combien ils vous rapportent. Il faut savoir qu’un prospect froid vaut moins qu’un prospect tiède. Le prospect froid est celui qui arrive en cliquant sur une de vos publicités, il ne vous connaît pas, ne connaît pas vos produits et services et il n’achètera pas lors de sa première visite. Le prospect tiède est celui à qui quelqu’un a fait une recommandation grâce à l’un de vos partenariats. 

Par exemple, un prospect qui vient par recommandation va nous permettre de faire vingt-quatre euros alors que celui qui vient de la publicité rapportera entre trois et six euros.  Il est donc important d’entreprendre la stratégie du trafic payant en dernier.

Comment débuter dans les médias

C

Dans cet interview avec Anne-Laure Chorro, une participante de mon séminaire Entrepreneur Libre, on discute de l’importance de la présence médiatique et on vous donne plusieurs astuces facilement applicables.

Q : Si je suis un entrepreneur qui démarre de rien, je possède une boîte mais je n’ai jamais eu aucune présence médiatique, que dois-je savoir à l’avance pour éviter de tomber dans des pièges ?

R : Un jour ou l’autre, nous tombons forcément dans des pièges et c’est comme cela que nous apprenons le mieux. Lorsque vous partez vraiment de zéro, vous n’avez rien à perdre. Si vous n’en parlez pas, vous resterez au même niveau. Si vous en parlez, au pire les gens ne seront pas intéressés. Parlez de votre projet autour de vous, à vos amis, prenez contact avec des personnes, ça ne pourra que vous apporter des bonnes choses. 

En effet, même si la personne ne veut pas en parler parce qu’elle n’est pas intéressée, elle connaîtra tout de même votre projet et pourra peut-être en discuter avec quelqu’un qui recherche vos compétences. Le bouche-à-oreille fonctionne. 

Vous devez oser, aller de l’avant et faire en sorte que les gens parlent de votre boîte. C’est le seul moyen de faire connaître votre projet lorsque vous débutez.

Q : Combien as-tu déjà eu d’apparitions dans la presse depuis le début ?

R : Nous en avons eu quarante entre la télé, la radio, le journal et les sites Internet.

Q : Avec quarante parutions, tu as dû vivre des moments où tu t’es dit que tout s’était passé à la perfection et d’autres où tu as pensé que, si tu devais refaire la même interview, ce serait différemment. Quels sont selon toi les écueils à éviter ?

R : Il n’y a pas eu énormément d’interviews mais disons qu’il faut rester naturel. Si vous stressez, vous allez bégayer, votre visage sera crispé. Soyez détendu comme si vous aviez juste une conversation avec le journaliste. 

Concernant les sites et les blogs, la plupart du temps c’est moi qui rédigeais les questions mais pour certains sites, ce sont eux qui ont écrit et parfois ils ont mal interprété. Ce sont des choses qui arrivent. Comme je disais, les erreurs sont le meilleur moyen d’apprendre. Il est préférable de faire des erreurs au début lorsque vous n’êtes pas connu. Si tout se passe vraiment à la perfection et qu’un jour, vous faites une énorme erreur, votre image sera cassée.

Q : Tu disais que lors de ton premier passage télé, tu avais regretté qu’ils n’aient pas affiché le nom du site. Je me suis rendu compte lors de mes passages à la radio que si je prenais l’habitude de citer le nom de mon entreprise (Drague TV), ils ne pouvaient pas l’enlever au montage. Donc, tu as eu quarante passages dans les médias, à ton avis, est-il possible d’en faire trop ? De se retrouver trop médiatisé ?

R : Pour l’instant, je n’ai pas eu ce problème. Je ne pense pas qu’il puisse y avoir un « trop » car les journalistes adorent parler des nouveautés. Si il y a toujours quelque chose de croustillant à dire, une nouveauté sur le site, un événement organisé, une partie en parlera puisqu’il s’agit de choses nouvelles. Je ne crois pas que ce soit possible d’être trop médiatisé.

Q : Pour quelqu’un qui va démarrer, quelles sont selon toi les actions à enchaîner après avoir vu cette vidéo ?

R : Déjà, il faut être présent sur les médias sociaux si vous n’y êtes pas encore. C’est très important car cela permet de faire connaître votre business plus rapidement. Mettez des publicités sur Facebook. Si vous voyez une émission en rapport avec votre activité, vous pouvez tweeter avec les hashtags correspondants sur Twitter pour vous faire voir des journalistes et des autres gens. 

Regardez également  les annuaires qui recensent certains types de business, par exemple les annuaires de startups car beaucoup de gens les visitent pour se tenir informés des nouveautés. Pour y figurer, il vous suffit de remplir un formulaire.

Q : Le but de ces annuaires est d’avoir un maximum de sites ou d’entreprises donc ils ne vous mettront aucune barrière.

R : Exactement. De plus, le fait d’être présent sur différents sites Internet avec des liens qui mènent à votre site ou votre blog permet à Google de vous repérer. Vous remonterez dans les moteurs de recherches et serez plus performant. Il s’agit d’une spirale ascendante, plus vous êtes présent sur d’autres sites, plus le vôtre remontera et augmentera votre présence sur les réseaux sociaux. Numériquement, vous avez déjà beaucoup de choses à faire avant de penser au buzz.

Q : Tu as participé au Séminaire Entrepreneurs Libres il y a presque trois mois. Qu’en as-tu retiré ? Qu’est-ce qui a été le plus intéressant pour toi ?

R : Le séminaire apporte beaucoup d’énergie car durant les trois jours nous sommes à fond et nous en ressortons reboostés. Des nouvelles idées viennent à l’esprit. 

Ce qui compte aussi est de côtoyer des gens, de discuter pour faire connaître notre business, de rencontrer d’éventuels partenaires et des potentiels clients. J’étais montée sur scène pour un exercice sous la forme d’un jeu grâce auquel je me suis rendu compte de la façon dont mes journées étaient organisées. J’ai réalisé que ces journées étaient improductives et j’ai pu travailler pour remettre des priorités et me fixer des jours de repos. Je faisais des semaines continues sans jamais me reposer. Je relis de temps en temps le guide que tu nous avais donné.

Q : Nous arrivons à la fin de cette interview donc j’aimerais que tu nous rappelles l’adresse de ton site Internet afin que les personnes qui nous ont suivis puissent entrer en contact avec toi.

R : Le site c’est makeittravel.com et vous pouvez aussi nous suivre sur Facebook, Twitter et Instagram. Notre produit vous permet de payer vos voyages moins chers car c’est un système de locations pour les affaires de voyage.

Booster votre visibilité grâce au contenu attrayant

B

Votre contenu joue le rôle du trait d’union entre votre produit/service et les clients. Afin d’améliorer votre visibilité et accroître votre audience, il est recommandé d’exploiter les différentes plateformes disponibles pour partager le contenu, et ce, en utilisant le format adéquat.  

  • Contenu audio : certaines personnes préfèrent un contenu audible afin de l’écouter en effectuant une autre tâche : dans le transport, en faisant le ménage ou au bureau…
  • Contenu vidéo : le contenu vidéo attire l’attention de vos clients. Pensez à partager vos vidéos sur Youtube afin d’augmenter vos chances d’apparaître bien classé sur les résultats des moteurs de recherche.
  • Contenu e-mail : Les ebooks, les études, les témoignages et les articles sont différents types du contenu qui peuvent être envoyés à vos abonnées sur les newsletters via e-mail.
  • Contenu réseaux sociaux : pensez également à partager votre contenu avec vos fans sur les réseaux sociaux. Je crée souvent un contenu pour le partager avec les abonnés sur notre page Facebook « Séduire Le Client ».

Comment mesurer l’efficacité de votre contenu ?

Afin d’évaluer l’efficacité de votre contenu et l’engagement de votre audience, il est crucial d’analyser les résultats de statistiques. 

Deux chiffres clés à ne pas rater pour l’analyse du comportement de vos prospects vis-à-vis de votre contenu : durée de visionnage et fidélisation de l’audience.

Nous avons constaté que les internautes qui regardent notre contenu jusqu’à la fin interagissent en laissant un commentaire ou en cliquant sur « J’AIME ». Cette action traduit la satisfaction de cette catégorie par le contenu proposé. Le problème c’est qu’une minorité de nos clients achèvent le visionnage d’une vidéo par exemple.   

Les résultats de statistiques liés à notre podcast d’une durée de dix minutes partagé sur notre page Facebook ont relevé une chute dans le nombre de personnes qui continuent à regarder notre vidéo au-delà des deux premières minutes. 

Prenons une vidéo de mon podcast en exemple, on remarque que la courbe de fidélisation correspondante à cette vidéo démarre à 100 % et seulement 10 % vont visionner le contenu jusqu’à la fin.

La durée moyenne de visionnage de cette vidéo est de quatre minutes. Cela indique que nos prospects regardent seulement la moitié de la vidéo partagée en moyenne.

Comment améliorer le temps de visionnage ?

Les résultats de ces statistiques et ces pourcentages m’ont poussé avec mon directeur commercial, à penser à une nouvelle stratégie qui nous permettra d’accroître la durée du visionnage de notre contenu et l’engagement de nos visiteurs. Cette étude a donné naissance à une nouvelle métrique que nous avons appelé « la valeur par minute ».

Ce paramètre consiste à structurer la vidéo d’une manière que le client pourra tirer profit de chaque minute du visionnage. 

En proposant un contenu riche en informations réparties équitablement sur la durée totale de la vidéo, nous avons réussi à augmenter le nombre de clients qui termine le visionnage de la vidéo jusqu’au bout. 

L’idée consiste à répartir les conseils et les informations sur toute la longueur de la vidéo au lieu de tout dévoiler au début de la vidéo.

En appliquant cette stratégie sur une nouvelle vidéo, nous avons remarqué que nous avons obtenu des résultats différents aux résultats précédents. La courbe est devenue beaucoup plus plate et nous avons éliminé la chute du nombre de visiteurs.

Les statistiques de la première vidéo montrent une baisse de 50 % du nombre de visiteurs au bout des deux premières minutes, pour la deuxième vidéo nous avons franchit la barre de 50 % après 10 minutes du visionnage : la durée moyenne du visionnage de la vidéo est passée de quatre minutes à dix minutes et le taux de fidélisation à 20 %.

Comment améliorer votre valeur par minute ?

Afin d’améliorer la visibilité de votre contenu, il est recommandé de suivre quelques instructions :

  • Structurer davantage votre contenu en répondant à une problématique ;
  • Trouver les points clés que vous comptez aborder sur cette problématique ;
  •  Illustrer chacun de ces points avec un exemple ;
  • Donner à la fin un récapitulatif ;
  • Annoncer dès le début les différents points qui seront abordés dans votre vidéo ;
  • Opter pour un générique court. La durée recommandée est de 4 secondes ;
  • Ajouter de la musique au cours de la vidéo et pendant les moments clés et notamment au démarrage pour solliciter encore plus l’attention de vos prospects. Cela vous permettra de démarrer la vidéo d’une façon plus dynamique.

Entreprise, découvrez les astuces pour gagner en visibilité!

E

visibilite internet
Le SEO exige du contenu, un travail des mots-clés, du netlinking pertinent et qualitatif et, enfin, une présence sur les réseaux sociaux…Ces pratiques sont résumées dans le schéma ci-dessus.

NB : Cet article a été rédigé par Delphine Raquidel, du site 123webcergy.com

Depuis toujours, les entreprises – nouvellement créées — doivent recourir à des techniques pour se faire connaître et développer leur notoriété. Autrefois, la communication s’établissait essentiellement sur des supports tangibles (brochures, publicités, etc.) ; aujourd’hui, elle fait la part belle aux outils du web…

Être visible : le critère clé de développement

Toute entreprise doit parvenir – pour exister et se développer – à initier un cercle vertueux se résumant très simplement :

1. Se faire connaître/être visible

(suite…)

À propos de Sébastien

(Le Marketeur Francais : Biographie)Sébastien, surnommé "Le Marketeur Français", est consultant en stratégie marketing, spécialisé dans la croissance explosive des petites entreprises.

/* ]]> */