Résultats de recherche pourcomment creer entreprise press

Comment gérer les personnes négatives et les briseurs de rêves ?

C

Après avoir accompagné de nombreux clients entrepreneurs, j’ai découvert qu’une des principales difficultés d’un entrepreneur est son entourage.

Les personnes avec qui vous passez beaucoup de temps ont énormément d’influence sur votre état d’esprit, votre humeur, votre motivation mais également sur les compétences que vous allez acquérir et les résultats que vous allez avoir dans votre entreprise.

Malheureusement, beaucoup d’entrepreneurs sont des entrepreneurs de première génération. Vous créez vous-même votre opportunité et donc vous n’avez probablement pas la chance d’avoir des parents entrepreneurs ou d’autres membres de la famille qui le sont. 

Pour la majorité des personnes suivant mes conseils, vous les suivez car vous n’avez pas forcément d’entourage qui vous soutient et vous donne les informations dont vous avez besoin.

J’aimerais partager avec vous quatre changements pour gérer un entourage n’étant pas toujours positif et qui parfois peut devenir briseur de rêves.

  1. Changer d’approche

Trop souvent, lorsque vous avez un rejet pour lancer votre entreprise, vous avez ce rejet pour deux raisons. Comme vous êtes la moyenne des six personnes qui vous entourent, si vous essayez de changer radicalement vos circonstances de vie, pour votre entourage cela est un peu comme si vous faisiez un jugement sur leur mode de vie à eux. Si vous dites à un repas de famille où chaque membre est fonctionnaire, que vous trouvez que le salariat est trop nul et que vous n’avez plus envie de travailler pour l’état, les membres de votre famille à qui vous allez le dire auront vite l’impression qu’en disant cela, vous êtes en train de les juger. C’est là que va commencer à se présenter la résistance par rapport à votre projet.

Le premier changement à faire est un changement d’approche. 

Au lieu de donner la sensation aux gens que vous êtes différent ou meilleur, la nouvelle approche que je vous conseillerais d’adopter est en fait de montrer comment est-ce que la vie sera meilleure une fois que vous aurez fait ce changement. Montrez ce que vous voulez pour votre famille plutôt que de juste dire que vous en avez marre de votre travail actuel. 

Si vos proches voient que votre décision n’est pas soudaine et prise par ras-le-bol mais liée à une vraie motivation qui les concerne, alors ils verront les choses d’une manière différente.

  1. Changer de sujet

Même si vous êtes passionné par le sujet, la création de votre entreprise ne doit pas être votre seul sujet de conversation. 

Si vous ne parlez que de ça à vos proches, peut-être que vous êtes le problème et qu’il faut alors vous posez les bonnes questions face à l’attitude qu’a votre entourage vis-à-vis de votre projet. Si votre projet d’entreprise est un sujet sensible pour vos proches, essayez de ne pas l’aborder. 

Nous avons tous des amis qui sont plus d’un côté de notre vie que de l’autre. Vous devez parler à chaque groupe d’amis de ce qui les intéresse. Ne pas parler à vos amis syndicalistes que vous allez devenir patron va à coup sûr éviter pas mal de frictions.

Cependant, éviter de parler de votre projet n’est pas suffisant car à un moment donné il est normal que vous parliez de vos projets pour obtenir des retours et être encouragés.

Ceci nous amène au point suivant.

  1. Changer d’environnement

Si vous avez des gens nocifs dans votre réseau, au lieu de couper les ponts avec eux et de vous retrouver seul, vous devriez essayer d’avoir un ami de plus avec lequel passer du temps. Un ami qui soit une bouffée d’air dans votre vie en vous apportant des conseils, de la perspective et de l’encouragement pour votre projet. Au fur et à mesure, vous allez connaître de plus en plus de personnes qui vous correspondent et vous allez vous créer un vrai groupe d’amis qui vous soutient et vous encourage.

Cela ne veut pas nécessairement dire qu’il faut couper les ponts avec votre ancien entourage mais essayez de passer de plus en plus de temps avec les gens qui vous soutiennent. Dans votre ancien groupe d’amis vous verrez que certains finiront par se convertir à votre projet et d’autres vont peut-être se détacher de vous parce qu’elles n’étaient au final pas des personnes faites pour être amies avec vous.

  1. Changer de perspective

Au fur et à mesure que votre projet va fleurir, des personnes qui y étaient complètement opposées au départ ou qui se sont même moquées de vous vont, petit à petit, être converties à la cause.

Mon activité de coach en séduction a laissé beaucoup de monde sceptique dans mon entourage mais au fil du temps, à force d’être reconnu dans le domaine, de passer à la télévision nationale et d’avoir écrit un livre best-seller et bien ces mêmes personnes qui de base étaient totalement opposées au contact ont même commencé à me demander des conseils pour leurs relations !

Si vous rencontrez le succès, vos proches à la base sceptiques, en voyant votre succès, vont se rendre compte qu’ils avaient tort d’être si négatifs.

Si vous changez de perspective et que vous apprenez à vous dire (dans votre tête uniquement, surtout pas aux personnes concernées !) « Dans 10 ans, tu viendras me demander des conseils » et bien ça vous permettra de prendre du recul et petit à petit de transformer ces personnes par votre influence indirecte juste en étant un peu patient.

Comment développer une activité en ligne ? (étude de cas)

C

Christine Cuisiniez est une pharmacienne experte en dermocosmétique naturelle. Dans cet article, je partage avec vous comment Christine a utilisé les conseils et les stratégies marketing que j’ai enseigné dans mes formations pour :

  • Lancer une newsletter hebdomadaire ;
  • Toucher des dizaines de milliers de personnes grâce à son blog et à sa newsletter ;
  • Recueillir des centaines de témoignages de clients ;
  • Générer un million d’euros de chiffre d’affaires ;
  • Fidéliser ses clients.

Personnellement, j’étais inspiré par le fait que Christine a révolutionné le modèle d’affaire de son secteur.

Quel trajet a parcouru Christine pour faire la transition de la pharmacie classique à son activité actuelle ?

J’imagine que parmi ses proches, certains se demandent pourquoi Christine, avec une carrière de 30 ans dans l’industrie pharmaceutique, a décidé de préparer et vendre son propre produit cosmétique naturel.  

Après une longue carrière, Christine a senti que les valeurs de l’industrie pharmaceutique ne s’alignaient plus avec ses propres valeurs. Elle a donc décidé de quitter son emploi, sans avoir l’intention de se lancer dans le domaine de la cosmétique, mais plutôt celui du coaching. Elle a assisté à des formations en PNL et en coaching. Après avoir suivi ces formations, elle a décidé de faire un auto-coaching pour découvrir que finalement cela n’était pas le métier de ses rêves. Elle s’est alors rendu compte qu’elle a toujours adoré le domaine de la cosmétique et qu’elle aime transmettre. Ainsi, elle a réfléchi à une activité qui puisse associer ces deux éléments. En faisant ses recherches sur le sujet, Christine a découvert que la cosmétique naturelle était alors en plein développement. Elle a décidé de suivre des formations en aromathérapie et en cosmétique. Grâce à ces formations, elle a appris qu’il y a d’autres moyens pour traiter la peau que les moyens enseignés à la faculté de pharmacie. D’où l’idée du lancement des ateliers cosmétiques dans une petite boutique. Pendant deux années, Christine a animé des ateliers et vendu des traitements naturels réalisés à partir d’huiles végétales et d’huiles essentielles.

Pourquoi Christine a décidé de rejoindre ma formation avant de lancer son activité ?

Christine a de suite été convaincue que suivre ma formation pouvait être pour elle une opportunité fabuleuse afin d’apprendre à vendre ses produits sur Internet. 

Elle s’est également rendu compte qu’il était possible de maintenir le contact avec ses clients à travers un blog. Christine a commencé par alimenter son blog et par la suite elle a créé son site de vente vers lequel les clients intéressés par ses produits sont redirigés. 

Sur son blog, Christine explique les maladies qui peuvent affecter la peau et propose par la suite les solutions adaptées. Une fois que les clients sont convaincus par les solutions partagées et l’efficacité de ses produits, ils cliquent sur le lien du site de vente qui présente la boutique en ligne de sa propre gamme.

Christine a exploité les stratégies du lancement et de la communication que j’ai enseignées dans mes formations pour :

  • Amener plus de visiteurs ;
  • Fidéliser des clients.  

Comment Christine a réussi à amener plus de visiteurs sur son site et à fidéliser ses clients ?

Sensibilisée par les stratégies marketing, Christine décide de les appliquer sur son blog afin de créer sa communauté. En effet, si les visiteurs sont intéressés par le contenu que vous partagez, une grande partie achètera votre produit. 

Christine a essentiellement dédié son blog à parler de sujets tels que les problèmes de peau au lieu de parler de son produit. Ainsi, elle donne l’impression qu’elle est en train de partager, généreusement, des renseignements et qu’elle sera disponible pour aider ses prospects pour résoudre leurs problèmes.

Christine partage des articles très détaillés sur son blog pour parler de maladies de peau courantes et propose des remèdes naturels dont les prospects ont besoin. Il ne s’agit pas d’un blog sur lequel vous trouverez des articles courts pour vous inciter à acheter un produit déterminé. C’est un contenu qui aborde les différents détails avec des vidéos explicatives. Ce qui est épatant dans le blog de Christine, c’est que les internautes peuvent interagir avec elle en :

  1. Posant des questions ;
  2. Répondant à des sondages ;
  3. Commentant ses publications.

En effet, les personnes concernées par le problème développé par Christine ont tendance à lui poser des questions en commentaire pour plus d’informations. Au début, Christine incluait des questions à la fin de ses articles afin d’inciter les prospects à interagir. Par la suite, ses prospects ont commencé à répondre et à poser des questions spontanément.

Le principe adopté par Christine, c’est de répondre à tout le monde pour les aider même s’ils n’achètent pas le produit à la fin. Le fait d’aider ses prospects lui procure une grande satisfaction d’une part. D’autre part, ces protocoles contribuent au développement de l’entreprise grâce aux témoignages de ses clients satisfaits.

A force de recevoir énormément de questions et d’y répondre, Christine a délégué cette tâche à une jeune pharmacienne qu’elle a formé pour répondre à tous les commentaires.

Une erreur commise par certains entrepreneurs, c’est de ne pas vouloir répondre à tous les commentaires car ils trouvent cette tâche ennuyante ou répétitive. Toutefois, il est très important d’interagir avec vos clients pour les fidéliser.

Un autre avantage lié aux commentaires de vos prospects, c’est d’améliorer votre référencement sur Google.

Donc afin d’amener des visiteurs sur votre site et de les fidéliser, il est recommandé de partager un contenu intéressant et d’interagir avec aux.

Sur son site, Christine propose 90 % de ses produits présents dans la boutique et 10 % de produit d’information pour conseiller ses clients et orienter leurs choix. Elle a créé également un logiciel qui permet aux internautes de créer leur propre formule adaptée et personnalisée en fonction de leurs types de peau.

Est-ce que Christine a eu recours à des professionnels pour développer son activité en ligne ?

A part pour la création du logiciel, Christine a appris elle-même comment créer un blog et un site Internet. Cela nécessite de temps et de l’effort, mais il est possible d’y arriver. Pour les entrepreneurs intéressés par les nouvelles technologies, cette tâche peut être amusante et peut procurer du plaisir.

Quand vous êtes passionné par ce que vous faites, la résolution des problèmes de vos prospects devient une opportunité et une source de plaisir et de satisfaction.   

Comment créer votre marque, la déposer et la faire connaître ?

C

Dans cet article, j’aimerais vous expliquer :

  • Pourquoi vous devez déposer les noms de marques importants pour votre entreprise ?
  • Comment faire pour les déposer et les faire connaître ?
  • Comment faire, éventuellement, pour les défendre ? 

Qu’est-ce qu’une marque déposée ?

Une marque déposée, c’est une expression ou une visuelle que vous devez protéger en faisant appel à un Institut Officiel qui appartient généralement à l’état ou au gouvernement de votre pays.

Quand vous inventez un nouveau nom, un produit ou un nouveau concept, il est important de les déposer afin de défendre vos droits si jamais un concurrent essaie de les exploiter.

Je partage avec vous quelques exemples de marques que j’ai déposé :

  • Le Mouvement des Entrepreneurs Libres ;
  • La Machine à Vendre ;
  • Entrepreneur Libre ;
  • Lancement Orchestré ;
  • Séduire Le Client ;
  • Offre Irrésistible…

Ce sont les noms de mes produits phares que j’ai vendu au fil des années. Quand j’étais coach en séduction, j’ai déposé le nom de ma méthode : la méthode PRINCE. Cela m’a permis pendant toutes les années d’exploiter cette méthode pour coacher les célibataires. J’ai créé et protégé cette marque en la déposant à l’INPI.  

En France, si vous voulez protéger vos marques, vous allez auprès de l’Institut national de la propriété intellectuelle et vous déposez un dossier de dépôt de marque. C’est un dossier explicatif de votre produit ou de votre méthode qui va permettre de les protéger.

Avoir beaucoup de succès, tentera beaucoup de personnes de reproduire votre nom et de faire de la contrefaçon.

La contrefaçon, c’est le fait de prendre la marque d’une entreprise qui a du succès et de l’exploiter à son profit. Si votre marque n’est pas déposée, par conséquent elle n’est pas protégée et d’autres personnes ont le droit de l’utiliser.

Si vous avez choisi un nom distinctif (pour votre produit ou votre entreprise), et que vous voulez le mettre en valeur face au public, n’hésitez pas à le déposer. Bien entendu, déposez seulement les noms de marques visibles par le public.

Si vous utilisez un nom de marque qui n’est pas lié à votre activité, il est inutile de dépenser de l’argent pour le protéger. De toute façon, même si votre concurrent l’utilise, votre marketing ne sera pas influencé.

Vous avez deux types de nom de marque que vous devez déposer. D’un côté, vous avez des noms qui sont extrêmement figuratifs. De l’autre côté, vous avez des noms qui sont littéraux. Vous pouvez donc protéger soit un nom qui est complètement inventé, soit une expression qui décrit exactement le produit/service qui sera vendu. Par exemple, quand j’ai inventé le concept de l’Entrepreneur Libre et que j’ai voulu le protéger, j’ai dû vérifier qu’il n’était pas déjà utilisé ni déposé à l’INPI.  

Un concept important à comprendre et à connaître, c’est qu’il est possible de déposer votre marque sous plusieurs catégories. En effet, quand vous déposez une marque, vous ne protégez pas son nom contre toute utilisation, mais cela empêche les concurrents d’utiliser ce même nom dans la même classe.

Quand vous déposez votre marque, pensez à la déposer dans des catégories qui sont pertinentes par rapport à votre secteur d’activité. Par exemple, pour Le Marketeur Français, je peux le déposer pour la catégorie services de marketing et conseils aux entreprises ou pour la catégorie formation et divertissement… Par contre, il est insensé de le déposer dans la catégorie automobile. En effet, l’INPI vous permet de déposer votre marque dans trois catégories différentes. Chaque catégorie supplémentaire sera payante.   

Vous aurez l’approbation de l’INPI, une fois qu’il a vérifié que le nom choisi n’est pas pris et qu’il ne s’agit pas d’une expression courante.

Vos expressions vont devenir courantes

Une erreur que j’ai commise, c’est de déposer ma marque après avoir lancé mon activité. L’INPI n’a pas validé le nom que j’ai choisi parce qu’il était courant sur Internet alors que toutes les définitions existantes sur Internet ont été créées par moi-même. Il est important de vous rendre compte, que vos expressions vont devenir courantes.

Par exemple, aujourd’hui, il est impossible de déposer la marque Frigidaire, parce qu’elle est devenue une expression courante utilisée par tout le monde pour parler d’une machine qui réfrigère.

Cela nous mène à l’étape suivante qui est très importante et qui consiste à défendre votre marque une fois validée.

Défendez votre marque

Empêchez les concurrents d’utiliser votre marque pour dire tout et n’importe quoi. A titre d’exemple, j’ai déposé une marque pour une de mes formations intitulée Trafic illimité. Il y a quelques années, des utilisateurs de YouTube ont commencé à partager des Podcasts qui s’appellaient trafic illimité. Dans la loi française, c’est de ma responsabilité de contacter cette personne pour l’empêcher d’utiliser mon nom de marque déposé pour qu’elle ne soit pas exposée à du suivi juridique.

En effet, il est important de vérifier si vous défendez activement votre marque pour qu’elle soit active. Si vous faites comme la marque Frigidaire ou Post It et vous permettez à tout le monde d’exploiter votre marque pour désigner leur produit générique sans réagir, vous aurez des difficultés.

Il y a eu quelques batailles épiques menées par certaines marques pour se défendre comme par exemple SFR qui a inventé l’expression texto pour désigner les petits messages envoyés par téléphone. Cette entreprise a essayé pendant des années de défendre son nom de marque et d’empêcher les abonnés d’Orange ou France Télécom par exemple à dire ; j’ai envoyé un texto.

SFR a fini par perdre cette bataille. C’est l’inconvénient si vous avez trop de succès avec votre marque.

Mais à notre échelle, nous les entrepreneurs libres, c’est important de se défendre et d’éviter que n’importe qui exploite notre marque.

Le dernier point, c’est qu’avoir une marque déposée vous permettra de vous protéger.   

Vous êtes protégé

Le fait de déposer votre marque, cela vous protégera contre certaines attaques, critiques ou dénigrement contre votre marque. Si vous avez déposé le nom de votre entreprise et les noms de vos produits principaux, votre concurrent est incapable de faire des commentaires sur son blog ou sur son site qui ne sont pas des faits avérés concernant votre marque. A titre d’exemple, imaginons que mon site Entrepreneur Libre ne plaît pas à un graphiste freelancer. Il décide donc de rédiger un article pour le critiquer sans raison logique. Parce qu’Entrepreneur Libre est une marque déposée, je peux la défendre puisqu’il s’agit de dénigrement commercial.

Par contre, pour une personne qui a assisté à un de mes séminaires par exemple, il est tout à fait légal de partager son avis personnel.

Le timing

Une fois que vous êtes sûr du nom de votre entreprise, il est important de le déposer avant de faire de la publicité. Un de mes clients a déposé sa marque un an après le lancement de son activité sur Internet. Il a reporté cette étape à plusieurs reprises sans que je le sache. Le jour où il est allé à l’INPI, il a découvert que le nom de sa marque existait déjà. Un de ces clients impressionné par le nom et la qualité du produit a décidé de l’utiliser puisqu’il était disponible à l’INPI.

Certes, ce geste n’est pas éthique, mais le fait de vouloir récupérer le nom de la marque devient considérablement compliqué.

Le nom de domaine

Si vous avez déposé votre marque (dans mon cas, j’ai déposé ma marque Entrepreneur Libre), en France cela vous permet d’enregistrer le nom de domaine NOMDEMARQUE.fr et ne permet pas à d’autres utilisateurs de créer de noms de domaines avec votre nom de marque.

Personnellement, je vous recommande l’extension .com à laquelle les internautes pensent spontanément.

Il est inutile d’acheter auprès de votre hébergeur la protection du nom de domaine parce qu’il s’agit d’une perte de temps et diminue le focus sur votre activité. Si jamais une personne a utilisé votre nom de domaine et son site s’est développé suffisamment pour nuire à votre activité, il est possible de réagir à tout moment.  

Comment générer des ventes en racontant des histoires ?

C

Le secret de la réussite des entrepreneurs, c’est qu’ils se sont rendu compte que certaines actions sont simples et ils ont commencé à les effectuer et à avancer. De l’autre côté, il y a les entrepreneurs qui se demandent comment commencer sans passer à l’action et sans même avancer.

Une citation de Mark Twain dit : 

Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait.

Mark Twain

Si vous prenez le temps d’expliquer votre idée ou si vous demandez à votre entourage si votre objectif est réaliste, ils vont probablement vous rabaisser ou vous demander de changer votre orientation.

C’est pourquoi, il est important de vous adresser à la bonne personne pour savoir si votre objectif est atteignable. Il est recommandé de demander conseil auprès des experts ou des personnes qui ont plus d’expérience que vous dans le domaine. Ces personnes, sont capables d’évaluer votre objectif par rapport à vos ressources et votre répartition dans le temps des différentes tâches à effectuer.

Quand j’ai démarré mon activité et que j’ai déposé mon dossier pour créer ma boîte, j’avais personne pour me conseiller et m’aiguiller. Ma seule ressource était mon blog, sur lequel j’avais publié pas mal d’articles qui racontaient mon parcours de garçon timide qui décide un jour de parler à tout le monde. Effectivement, sur une courte durée, j’ai abordé plus de mille femmes inconnues, dans le bus, dans le métro, dans la rue…

En partageant cette aventure sur mon blog et en racontant des anecdotes, j’ai eu énormément de visiteurs et j’ai reçu plusieurs commentaires de personnes qui avaient besoin de mes conseils en échange d’argent.

J’ai décidé de lancer ma boîte après 9 mois de réflexion. Quand j’ai démarré, j’avais déjà toute cette demande que j’avais créée sur mon site. Alors mon objectif à l’époque, c’était de générer 3 000 € par mois de ventes.

Quatre mois après le lancement, j’ai eu zéro inscrit pour mes ateliers. Les premiers mois, j’ai réussi à atteindre l’objectif sans rien faire de spécial et je n’ai pas essayé de mettre en place une stratégie. Comme résultat, je me suis trouvé sans aucun nouveau inscrit et à zéro.

Bien que je recevais toujours des emails et que je répondais immédiatement à toutes les questions, personne n’achetait mon produit. J’ai commencé à analyser la situation. J’étais alors convaincu qu’ils n’avaient pas bien compris le concept proposé et qu’ils avaient un problème. Mais au bout d’un moment, si vous rencontrez suffisamment de personnes qui ont des problèmes et avec un seul point en commun : VOUS, il est temps d’analyser la situation d’un autre angle. Peut-être que finalement le problème vient de chez vous.

Personnellement, j’ai réalisé que j’ai perdu énormément de temps avant de comprendre que le client ne vient pas tout seul. En effet, une telle situation, est le résultat naturel de mon inaction.

Une fois que vous avez franchi une étape importante dans votre vie, le retour en arrière est une action impossible.

Les conséquences de cette tentative irréfléchie étaient énormes :

  • Dépendance financière ;
  • Perspectives limitées (retourner à mon ancien travail qui ne me faisait pas rêver ou travailler avec une disponibilité de 40 h par semaine à des horaires modifiables).

A ce stade, j’avais l’impression que j’avais l’avenir bouché dans toutes les directions possibles. J’ai commencé à être triste pour moi-même. Or cette réaction ne vous amène pas à beaucoup de réactivité et d’énergie.

Pendant cette période, je n’avais pas envie de contacter mes collègues, ni mes parents, ni de faire aucune activité particulière et les jours s’enchaînaient. Puis j’ai reçu une newsletter par email sur l’arme secrète de tous les entrepreneurs faisant des lancements à succès sur le web américain.

A partir de ce mail, j’ai eu accès à toutes les vidéos du Lancement Orchestré du produit en question. Je me suis rendu compte que le contenu des vidéos expliquait les causes à l’origine de mon échec.

Après avoir consommé tout le contenu, j’ai décidé de m’inscrire au programme proposé. Comme je n’ai pas pris en considération le décalage horaire, j’ai raté la date d’inscription. Le sentiment de tristesse, déception et colère contre moi-même a refait surface instantanément. 

J’ai consulté tous les liens que j’avais reçu par email concernant cette formation, jusqu’à ce qu’un lien me redirige directement vers une page de paiement avec le montant de la formation. A ce moment là, seul face à mon ordinateur, j’ai hésité. Je n’étais pas certain qu’en effectuant ce paiement j’allais être inscrit. Je me suis trouvé indécis face à deux situations. Soit, j’investissais le montant qu’il me restait et je le récupérais en appliquant les compétences que j’apprendrais à partir de la formation. Soit, dans trois mois, je me trouverais de toute façon sans argent, incapable de payer mon loyer et mes charges.

Finalement, j’ai décidé de payer la formation et m’inscrire. Par la suite, j’ai commencé à suivre le cours et les traduire au fur et à mesure pour créer ma campagne publicitaire.

Quatre jours plus tard, j’ai réalisé des ventes qui m’ont permis de rembourser mon investissement. En appliquant les méthodes que j’ai apprises dans cette formation, j’ai réussi à augmenter le nombres d’inscrits dans mon atelier.

Au début, j’avais peur, mais une fois que j’ai mis ces compétences en pratique, cela m’a lancé sur un chemin qui continue jusqu’à aujourd’hui.

Maintenant, je vous invite à voir l’histoire derrière l’histoire. Dans mon histoire personnelle, que j’ai partagée avec vous, la première émotion que j’ai vécue quand j’ai dépassé un mois sans ventes, c’était la colère. La deuxième émotion avant de m’inscrire à la formation, c’était la peur et la tristesse.

Finalement, j’ai senti la fierté quand j’ai réussi à réaliser des ventes et à remplir mes ateliers.

Pensez-vous maintenant qu’une histoire partagée avec vos prospects avec ces différents ingrédients et étapes est plus puissante et percutante qu’un argument de vente ?      

Comment structurer une page de vente efficace

C

Découvrez les éléments essentiels à inclure pour construire une page de vente efficace et accrocheuse.

Une accroche avec la promesse principale

Une page de vente commence toujours par une accroche, qui doit contenir une promesse. En effet, l’accroche est un élément fondamental, par lequel vous devez commencer tous vos messages de vente sans exception. 

Quand vous rédigez votre promesse de vente, pensez à mettre en avant la partie la plus importante de votre message de vente, afin de donner envie aux prospects d’acheter votre produit/service.

Je partage avec vous un exemple d’une promesse attrayante du message de vente d’Olivier Roland : donnez-moi 2 heures par mois et je vous aiderai à créer votre entreprise !

La sélection des personnes concernées

Par la suite, vous vous présentez et vous définissez votre public cible. Dans votre message de vente, pensez à traiter, implicitement, les objections de vos prospects afin de les convaincre que le produit/service proposé résout leurs problèmes.

Cela vous permettra de garder seulement les personnes concernées et intéressées par votre produit/service.

La description du problème

Ensuite, il est recommandé de commencer par des informations qui mettent en relief l’importance de votre produit/service. 

Revenons à l’exemple du message de vente d’Olivier Roland : en France, 30 % des entreprises disparaissent dans leurs 3 premières années et 45 % des emplois créés par les nouvelles entreprises (créateurs et salariés) sont perdus.

Cette étape, est nécessaire pour crédibiliser votre message de vente d’une part. D’autre part, elle permet aux internautes de réaliser le volume du problème et ses conséquences. Bien évidemment, vous êtes invité à entrer dans les détails et expliquer ce problème.

Il est possible de partager les détails de votre expérience si vous avez déjà rencontré ce problème en utilisant les mêmes expressions utilisées par vos prospects pour plus d’engagement.

La description de la solution rêvée

Le rôle principal de votre produit/service consiste à aider les prospects à résoudre un problème ou atteindre un objectif. Il est primordial de les rassurer. 

Pour ce faire, dans votre message de vente, vous devez confirmer aux prospects qu’il est possible d’échapper à ce stress.

Par exemple, il est possible de :

  • Avoir un projet passionnant ;
  • Subvenir à leurs besoins financiers ;
  • Cesser d’être esclave ;
  • Faire une activité honnête…   

Il est recommandé par la suite de décrire la solution rêvée aux prospects en partageant vos réalisations par exemple.

La description du schéma à suivre

Le schéma à suivre afin d’atteindre la solution rêvée doit être inspiré de la description de votre produit/service. 

En l’occurrence, Olivier Roland dans son message de vente a cité les outils nécessaires pour créer et développer une entreprise rentable :

  • Accompagnement dans la création de l’entreprise ;
  • Motivation pour ne plus reporter les tâches à accomplir ;
  • Clarification du projet.  

Ces outils constituent le cœur de son programme de coaching.

Afin de rédiger un message accrocheur, il est important d’attribuer un titre vendeur pour chaque module. Pensez à annoncer dans les titres de vos séminaires par exemple la valeur apportée.

La description du schéma à suivre vous permettra également de montrer la transformation progressive étape par étape.

La construction d’une valeur

A ce stade vous n’avez pas encore annoncé le prix du produit/service proposé aux prospects. Pour se faire, vous allez construire la valeur en montrant :

  • Le bonus ;
  • Une garantie ;
  • Un prestige du produit /une valeur de production.

Inclure des témoignages

Lors du lancement d’Agir et Réussir dans sa première version, Olivier a exploité les témoignages de clients récupérés à partir de leurs réponses aux sondages.

Avant le lancement du produit, les prospects peuvent témoigner la qualité de vos conseils ou vos valeurs. Il est possible d’inclure ces témoignages dans votre message de vente avant de recevoir les retours de vos premiers clients qui présentent une preuve de la qualité de votre produit/service.  

Certains entrepreneurs hésitent à inclure des témoignages dans leur message de vente. Toutefois, toutes les grandes marques se basent sur cette méthode pour faire la promotion de leurs produits/services. En effet, les témoignages aident à convaincre les clients potentiels, en renforçant le fait que le produit proposé peut leur apporter de la valeur ajoutée. Sans témoignages, vous risquez de nuire à votre crédibilité. En effet, les prospects dans ce cas pensent que vous n’avez pas réussi à satisfaire des personnes de votre entourage.

L’appel à l’action

La dernière partie de votre message de vente est réservée à l’appel à l’action. Il est également possible de mentionner le prix à ce stade parce que vous avez déjà créé une valeur.

Votre premier lancement vous permettra d’évaluer le prix proposé selon le chiffre d’affaires généré et le nombre de personnes qui ont acheté votre produit/service. 

Par exemple, Olivier Roland a proposé deux types d’inscription pour son programme de coaching : standard et premium. La grande partie du chiffre d’affaires est générée à partir des inscriptions premium. Par conséquent, le tarif proposé pour ce type d’inscription répond le plus aux attentes des prospects.  

Si vous limitez la durée des inscriptions ou le nombre d’exemplaires, il est indispensable d’expliquer vos raisons.

Finalement, vous concluez cette partie par la garantie (en l’occurrence satisfaction ou remboursement), l’appel à l’action et bien évidemment le bouton pour effectuer un achat.  

Comment générer un CA de 300 000 € par an en travaillant un jour par semaine ? (Étude de cas)

C

Je partage avec vous, aujourd’hui, l’expérience d’un entrepreneur libre pour vous inspirer. Julien Romain, gère une activité qui génère 300 000 € de chiffre d’affaires annuel et travaille une seule journée par semaine. Julien a quitté le parcours classique du salarié pour lancer sa propre entreprise, d’une façon impressionnante. Il a transformé son activité en une machine à vendre. C’est un système organisé de façon à ce que le temps passé par Julien dans l’entreprise, aura un maximum d’effet de levier et apportera le maximum de valeur ajoutée.

Je partage avec vous d’un côté ce que Julien a mis en place du point de vue marketing pour que son entreprise génère ce chiffre d’affaires et d’un autre côté, vous allez découvrir les états d’esprit qui ont permis à Julien de réussir.

En quoi consiste l’activité de Julien Romain ?

C’est une activité assez particulière qui consiste à assister les personnes qui veulent intégrer la Commission Européenne dans la préparation du concours d’entrée. Cela est possible en leur proposant des tests de préparation et des outils de formation qui vont les aider à augmenter leurs chances de réussite. Le produit proposé, c’est la plateforme qui permet aux participants de tester leur niveau et la formation pour réussir le concours d’entrée. 

C’est un travail saisonnier puisqu’il dépend des dates de l’organisation de ce concours (entre avril/mai ou septembre/octobre). Entre 35 à 40 milles candidats participent à ce concours et seulement 200 personnes sont retenues. Pour cette raison, il est indispensable de se préparer afin d’augmenter les chances de réussite.

Quelle est la stratégie marketing mise en place ? 

Julien Romain a créé un site Internet avec une page d’accueil attrayante pour présenter l’entreprise et développer son image. Toutefois, la partie vente se fait notamment via une séquence vidéo publicitaire qui vise les internautes intéressés par le concours européen. La stratégie adoptée consiste à leur proposer des publicités à des moments clés. Il incite ses clients potentiels à tester une démo de sa plateforme et à assister à un webinaire afin de déclencher la séquence de vente.

Cela dément le mythe de la nécessité d’un site Internet dans les promotions de votre activité.   

Julien a créé une page Facebook afin de promouvoir des publicités et amener des clients. La technique adoptée, c’est de proposer un contenu gratuit qui peut être un webinaire gratuit qui explique le déroulement du concours, des conseils pour bien se préparer ou une démo de 10 questions gratuites pour aider les clients potentiels à comprendre comment cette plateforme peut les aider.

Grâce à ces outils gratuits, les candidats s’enregistrent dans le programme d’accompagnement. Au lieu d’utiliser son site Internet pour amener des clients qui ne le connaissent pas en leur proposant des offres, Julien leur propose un contenu gratuit.

Le site est développé de telle façon qu’il propose deux séquences de vente automatiques : une pour la participation au concours européen et une autre pour les autres types du concours. Cela permet à Julien de segmenter les profils des visiteurs de son site pour lancer des séquences automatiques adaptées et spécifiques à chaque type de concours. Les internautes sont redirigés vers la même page, mais les coordonnées saisis sont séparées.

En résumé le processus est le suivant :

  1. La publicité sur Facebook permet de cibler les clients potentiels ;
  2. Les clients potentiels sont redirigés ver une page du site Internet qui permet de les segmenter selon le type de concours qui les intéresse ;
  3. Par la suite, les clients sont invités à insérer leurs coordonnées pour bénéficier d’une démonstration gratuite ;
  4. Les clients reçoivent par mail un accès à des séances de démo gratuites ;
  5. Cela déclenche une nouvelle séquence d’action : un webinaire gratuit ;
  6. Finalement, Julien propose ses produits aux clients qui leur permettront de se préparer aux tests.

Comment réduire ses heures de travail ?

Sur une année, plus de 2500 participants s’inscrivent afin de recevoir la démonstration gratuite proposée. Si Julien Romain proposait des démos personnalisées, il serait obligé de travailler jour et nuit pendant une année afin d’accomplir cette tâche. 

La solution mise en place concrètement, consiste à proposer un test gratuit qui permet aux participants de s’auto évaluer d’une façon automatique. De même, les webinaires sont conçus de façon à ce que tous les participants peuvent les regarder sans que Julien soit présent à chaque fois. Il garde donc la même séquence de webinaire (en l’adaptant avec chaque événement) afin de le réutiliser pour différents concours. La mise en place d’un système automatisé lui a permis de toucher plus de prospects en réduisant ses heures de travail.

Comment devenir un entrepreneur ?

Julien Romain n’a pas toujours été un entrepreneur. Il a commencé sa carrière en tant que consultant junior dans une grande boîte. Après quelques années, il a réussi à atteindre le niveau partenaire dans le cabinet. Certains événements font que les valeurs changent parfois. Comme il y avait un décalage entre les valeurs de Julien et son style de vie, il a décidé de suivre son rêve et devenir entrepreneur. Il était bloqué au début à cause de ses croyances à ce moment-là. Comme beaucoup, il pensait qu’il est indispensable d’avoir un fond pour se lancer. C’est le chemin enseigné souvent dans les universités ou les écoles de commerce. Le déclic pour Julien a été un livre qu’il a reçu : La semaine de 4 heures de Timothy Ferriss. Ce livre rappelle notamment qu’il est important de faire l’équilibre entre la vie personnelle et la vie professionnelle.

Comment créer votre entreprise sans argent ?

C

Une des problématiques importantes à laquelle vous pouvez faire face en tant qu’entrepreneur quand vous voulez vous lancer, est de ne pas avoir un capital disponible. Vous ne savez pas comment démarrer votre boîte sans apporter un capital de départ significatif. Le principe qui vous sera utile dans toute votre vie d’entrepreneur concernant l’aspect financier de l’entreprise, c’est de gagner de l’argent avant de le dépenser.

Gagner de l’argent avant de le dépenser

Dans le parcours de l’entrepreneur, il y a énormément de tentations et de possibilités de dépenser de l’argent pour des raisons insignifiantes. Par exemple, par conformisme (si tout le monde fait une certaine dépense, vous pensez que vous devez également sûrement la faire) ou par amour-propre. L’exemple type de la dépense inutile quand vous démarrez votre entreprise, c’est la carte de visite.

Pas de carte de visite

Personnellement, je trouve que les cartes de visite au démarrage de votre activité ne servent absolument à rien. Si vous décidez de les faire, vous pouvez utiliser des outils gratuits, tels que Vistaprint. Après plus de 10 ans d’expérience et 10 000 de clients entrepreneurs dans 35 pays du monde, je peux vous dire que je n’ai jamais eu besoin de carte de visite. Certes, si vous assistez à des événements (séminaires ou conférences), vous interagissez avec beaucoup de personnes et, spontanément, un échange de cartes de visite aura lieu. Mais personne ne fait jamais de suivi sur ces cartes de visite. Pour cette raison, je juge inutile d’avoir la carte de visite à la base. Le fait de distribuer 500 cartes de visite par an, par exemple, depuis le démarrage de votre activité et pendant 10 ans, peut vous coûter des millions d’euros. Probablement, personne ne vous contactera par la suite. Il s’agit donc de dépenses inutiles.

De la même façon, de nombreux entrepreneurs pensent qu’il est indispensable d’avoir un local au démarrage de leur entreprise.

Démarrer sans local

Il est possible de démarrer votre activité sans local, en travaillant de chez vous. En France, il est légal de démarrer votre entreprise chez vous, à condition que votre contrat de bail ne contient aucune interdiction. Bien évidemment, si vous comptez démarrer une entreprise de manutention et de fabrication de machines, vous risquez de déranger les voisins. Par contre, pour une entreprise qui propose des services ou bien une entreprise sur Internet, il est possible de le lancer chez vous pour économiser le loyer qui présente une charge considérable.

Toutes ces idées peuvent se regrouper sous une stratégie qui vous permet de démarrer votre activité que j’appelle la technique du zéro.

La technique du zéro

La technique du zéro consiste à faire un business plan pour votre entreprise. Cela est possible en pensant à un prévisionnel des entrées d’argent et des dépenses nécessaires pour votre entreprise. Imaginons que vous lancez une entreprise de tee-shirts, vous aurez plusieurs dépenses :

  • Un graphiste pour le design ;
  • La fabrication et le stockage des tee-shirts ;
  • L’expédition et la livraison des tee-shirts ;
  • La publicité et le marketing ;
  • La création d’un site Internet pour la vente en ligne ;
  • Une ligne téléphonique et un abonnement Internet.

Commencez donc par énumérer toutes les dépenses nécessaires pour votre entreprise.

La technique du zéro est une stratégie que j’ai découverte en écoutant une interview passionnante avec le co-fondateur de l’entreprise Skype. Il a abordé dans sa bio une question qui se pose souvent : comment mettre à zéro ce poste de dépense ?

Leur stratégie, quand ils ont démarré Skype, c’est de prendre en compte qu’ils deviendront une grande boîte sur le web, qui nécessite beaucoup de bandes passantes et de traitement de données. Par conséquent, ils auront besoin de serveurs informatiques gigantesques. Pour mettre ce poste de dépenses à zéro, ils ont fait de sorte qu’au début, lorsque l’application Skype tourne en tâche de fond, l’entreprise délègue à toutes ces applications inactives tout le travail du serveur. Autrement dit, ils ont externalisé le travail du serveur, sur les ordinateurs de leurs clients.

Si vous prenez l’habitude de vous poser la même question, vous ferez des économies importantes. Par exemple, si vous organisez un séminaire et vous voulez offrir des stylos aux participants, vous pouvez trouver un sponsor qui veut distribuer gratuitement des stylos publicitaires à tous les participants. Une bonne stratégie pour la technique du zéro, c’est de trouver un sponsor.

Trouver un sponsor  

Pour appliquer la technique du zéro, pensez à faire en sorte que la fourniture vous soit offerte gratuitement. Par exemple, si vous souhaitez offrir à vos clients des échantillons de votre produit, vous pouvez les demander directement au fabricant. Cela vous permettra de faire des économies et vous ne serez pas obligé d’acheter un stock pour l’offrir à vos clients.

Revenons à notre exemple, l’entreprise de création de tee-shirts. Il est peut-être possible de trouver un graphiste qui accepte de devenir votre partenaire et vous fournit des designs de haute qualité. Ce partenariat consiste à lui fournir un pourcentage de profit sur chaque vente jusqu’à ce que sa facture soit payée.

Si vous faite cet exercice de la technique du zéro, vous pouvez démarrer votre business en ayant littéralement zéro coup de départ.

Vous pouvez donc démarrer votre activité sans :

  • Cartes de visite ;
  • Site Internet ;
  • Local ;
  • Frais de démarrage (graphiste ou autre).

Ainsi, vous pouvez vous concentrer sur des solutions qui vous permettront de faire rentrer de l’argent et captiver vos premiers clients.  

Quand j’ai démarré mon entreprise, Le Marketeur Français, je n’ai pas fait de cartes visite, je n’ai pas loué un local et je n’ai même pas payé beaucoup d’argent pour créer mon site web. J’ai acheté un hébergement avec un nom de domaine pour 8 € chez OVH, j’ai installé WordPress gratuitement (j’ai exploité les thèmes gratuits sur mon blog) et j’ai commencé à publier mes articles pour faire des partenariats et générer mes premières ventes. J’ai réussi à faire 10 000 € de chiffre d’affaires avant de contacter un graphiste pour la création d’un logo pour mon activité. 

Comment fasciner vos clients ?

C

Comment faire pour impliquer vos clients de façon captivante et leur transmettre votre message de vente afin qu’ils décident, finalement, d’acheter votre produit ?

Dans cet article, j’aimerais vous parler du pouvoir de l’histoire. Une histoire peut avoir un impact énorme sur vos clients. 

Quand j’ai assisté en 2008 au séminaire de Tony Robbins, il a dit une phrase qui a bouleversé complètement ma vie. En fait, quand il a démarré son activité la première année, il a fait 36 000 $ de chiffre d’affaires, la deuxième année, il atteint 1 million $ de chiffre d’affaires. Cette évolution rapide de chiffre d’affaires m’a impressionnée. 

En effet, au moment où j’ai participé à ce séminaire pour la première fois, je voulais démarrer mon entreprise et mon objectif, c’était de réaliser 36 000 $ de chiffre d’affaires. Mes attentes pour les années suivantes n’étaient pas très ambitieuses. L’expérience de Tony Robbins a changé ma vision et a annulé le modèle de la réalité que j’avais alors.

J’ai réalisé, suite à ce témoignage, qu’il est possible d’atteindre des objectifs beaucoup plus grands. Cela m’a donné la confiance pour penser à une nouvelle méthode de travail. En effet, au lieu de travailler d’une façon individuelle comme je faisais avant (la méthode avec laquelle je réalisais 36 000 $ de chiffre d’affaires), je me suis rendu compte qu’il était possible de travailler avec plusieurs collaborateurs et d’organiser des séminaires avec beaucoup de participants. Cette phrase, dite par Tony, a tout changé pour moi.

Dans ce contexte, j’aimerais partager avec vous un exemple issu du livre intitulé TED TALKS de Chris Anderson, qui explique comment préparer et présenter une présentation qui influence votre public. 

Dans ce livre, il raconte un exemple concret pour expliquer l’importance de raconter une histoire pour démarrer un speech. Zak Ebrahim est un speaker qui est intervenu sur la scène de la conférence TED avec l’histoire suivante :

Je suis née à Pittsburgh en Pennsylvanie en 1983, fils d’une mère américaine et d’un père égyptien qui ont fait leur mieux pour me créer une enfance heureuse. Quand j’ai eu 7 ans, la dynamique au sein de notre famille a subi des changements. Mon père m’a exposé à un côté de l’Islam, que très peu de personnes peuvent voir (y compris la majorité des musulmans). En fait, quand les gens prennent le temps d’interagir les uns avec les autres, ils réaliseront que la plupart d’entre nous, veulent les mêmes choses dans la vie.

A ce niveau le discours de Zak n’est pas suffisamment intéressant pour attirer l’attention du public et les impliquer.

En l’aidant un peu à réviser son speech, Zak Ebrahim a raconté son histoire lors de sa deuxième participation à Ted d’une façon différente :

Le 5 novembre 1990, un homme appelé El Sayed Nousair est entré dans un hôtel à Manhattan et a assassiné le rabbin Meir Kahane leader de la ligue de défense juive. Nousair a été au début déclaré non-coupable. Mais pendant qu’il était en prison pour d’autres raisons moins lourdes, il a commencé à planifier, avec d’autres hommes, des attaques sur plus d’une douzaine de bâtiments de New York incluant des tunnels, des synagogues et le QG des Nations Unis. Heureusement, ces plans ont été contrariés grâce à un informateur du FBI. Malheureusement, les explosions en 1993 au World Trade Center n’ont pas été déjouées à temps. Nousair a été ensuite condamné pour sa participation à la préparation de cet attentat. El Sayed Nousair était mon père…

Cette introduction ne peut qu’attirer l’attention des participants et leur donner la chair de poule.

Pourtant, il s’agit du même speech pour transmettre le même message, mais d’une façon différente.

En effet, aujourd’hui quand vous essayez de communiquer une offre de votre produit/service ou votre entreprise, il est fort probable que vous négligez le rôle de l’histoire dans votre speech. Si vous réussissez à faire sortir le côté dramatique et émotionnel de votre message de vente (ce qui vous a changé la vie, a apporté une réalisation soudaine ou a fait remettre en cause toutes vos perspectives) vous aurez plus d’impact sur vos clients.  

Les techniques pour se démarquer sur Internet et attirer la presse

L

Quand vous partagez un contenu vidéo pertinent, non seulement vous gagnez en crédibilité aux yeux de vos prospects, mais vous améliorez également la notoriété de votre entreprise.

Aujourd’hui, vous êtes confronté à une concurrence exacerbée. Il se peut que votre concurrent direct possède une plus grande ancienneté que vous sur le marché ou qu’il a lancé son entreprise avec un budget important. Par défaut, il aura plus de crédibilité aux yeux des prospects.

Vous aimerez vous démarquer durablement et imposer votre marque, mais vous ne savez pas comment acquérir une telle notoriété qui vous permettra de vous hisser aux rangs supérieurs ?

Dans cet article, je partage avec vous les techniques qui vous permettront de vous démarquer sur les moteurs de recherches et d’attirer l’attention des médias et de la presse.

En postant régulièrement un contenu vidéo (pré-enregistré ou en direct), sur ma page Facebook et sur ma chaîne Youtube, j’ai réussi à attirer des milliers de fans et à me faire connaître auprès du grand public. Mes différentes entreprises ont fait l’objet de reportages sur différents médias (TF1, France 2, M6, France culture, France bleu, Europe 1, RTL…)

Depuis 2006, grâce à mes apparitions télévisées, mes vidéos, mes conférences et mon livre bestseller Le chemin vers le sommet, j’ai pu toucher des millions de personnes. A chaque fois, je propose aux internautes des exemples concrets issus de mon expérience personnelle.

En effet, l’utilisation efficace des médias et des vidéos pour communiquer avec vos clients vous permettra de vous démarquer et d’attirer de nouveaux prospects.

Je partage avec vous ma recette pour créer un Podcast dynamique et attractif à partager auprès de vos abonnés chaque semaine (le rythme minimum que je recommande).

1. Présentez-vous directement

Au début du Podcast, présentez-vous directement. Il est déconseillé de mettre des génériques (vidéo ou audio) à l’ouverture du Podcast.

2. Annoncez la promesse    

Tout de suite, dès les premières secondes, annoncez la promesse du Podcast. Vous expliquez aux auditoires ce qu’ils vont apprendre en écoutant le Podcast jusqu’à la fin. Le but de cette promesse, c’est de maintenir leur attention jusqu’au bout.

3. Débutez votre histoire

Dès les premières secondes, vous devez captiver le maximum de prospects en vous présentant et en annonçant la promesse de votre Podcast. Par la suite, vous racontez une histoire pour inclure le contexte de votre enseignement. En rattachant votre conseil à une histoire personnelle ou à un cas précis d’un de vos clients, vous créez un lien plus fort avec vos spectateurs d’une part. D’autre part, vous ancrez votre partage dans une histoire réelle ou un quotidien auquel votre prospect peut s’identifier.

4. Entretenez le suspens

Ma petite astuce pour entretenir le suspens, c’est de ne pas dévoiler la fin de mon histoire en début de Podcast. Donnez plutôt le dénouement de votre histoire à la fin de la vidéo. Il est important d’engager vos clients potentiels par votre histoire avant de partager votre conseil avec eux. De cette façon vous entretenez du suspens et vous donnez envie aux spectateurs de regarder votre contenu jusqu’à sa fin.

5. Donnez votre conseil en 3 parties

Pensez à décomposer votre conseil en trois parties, afin d’obtenir une vidéo claire et facile à suivre. Je vous conseille d’opter pour une structure avec :

  • Le conseil que vous devez annoncer directement pour donner le maximum de valeur dès le début du Podcast au cas où les spectateurs ne restent pas jusqu’à la fin ;
  • Un exemple vécu par vous ou par un de vos clients ;
  • Les actions à adopter pour appliquer ce conseil avec efficacité.

6. Donnez la résolution de l’histoire

Une fois que vous avez raconté les trois parties qui constituent le cœur de la vidéo, dévoilez le dénouement de l’histoire que vous avez entamé au début du Podcast. Ensuite, vous récapitulez ce que vous avez enseigné jusqu’à maintenant et vous annoncez le prochain épisode avec un appel à l’action à la fin de la vidéo.

Un appel à l’action, c’est le fait d’indiquer aux prospects ce qu’ils doivent faire (laissez-moi un commentaire ci-dessous, abonnez vous pour recevoir gratuitement les prochains Podcasts…).

Tout ce que vous devez faire maintenant, c’est de faire un essai pour réaliser votre premier Podcast.

En effet, ce type de contenu suscitera davantage d’intérêt que les autres types de communication. Pour la simple raison qu’il s’agit d’un contenu structuré qui vous permettra de fidéliser vos prospects et d’attirer l’attention autour de votre activité.

Le troisième avantage du contenu vidéo, c’est la relation avec vos clients.

La relation avec vos clients

Vous avez peut-être du mal à créer une relation durable avec vos clients et vos prospects, comme si vous aviez une barrière invisible qui vous empêche de tisser une vraie amitié professionnelle avec eux. 

En effet, quel que soit votre marché, la communication par écrit peut nuire à votre relation avec les prospects. Personnellement, j’ai opté pour le contenu vidéo en premier lieu, plutôt que de publier uniquement de longs articles. Même si je ne suis pas physiquement présent aux côtés de mes clients, ce type de contenu m’a permis de créer une sensation de proximité. 

La communication vidéo vous permet de :

  • Créer une relation de proximité ;
  • Vous adressez personnellement à vos abonnés ;
  • Etablir la confiance en diffusant un message sincère ;
  • Faire vivre des aventures extraordinaires à vos clients.       

Lorsque j’envoie à mes clients une vidéo que j’ai tournée à l’entrée d’un hôtel au moment de rejoindre mon groupe MasterMind aux États-Unis, je leur donne l’impression qu’ils m’accompagnent pendant ce voyage.

Pour vous aider à être particulièrement impactant dans votre communication vidéo, je partage avec vous un conseil et deux erreurs à éviter dans votre gestuelle.

L’importance de la gestuelle lorsque vous êtes face à la caméra

Face à la caméra, la posture de vos mains est très importante. Quand vous mentionnez des qualités associées à vous ou à votre produit, pointez subtilement vos mains vers vous. Cela est important pour indiquer que la qualité que vous venez de citer vous décrit.

Par exemple, quand vous voulez parler de la qualité de votre produit pour mettre en avant vos valeurs, pointer subtilement vos mains vers vous.

Quand vous voulez parler de votre audience, pointez subtilement vos mains vers les spectateurs, autrement dit vers la caméra. Cela permet d’impliquer les auditoires et de les engager.

Quand vous expliquez que vous offrez un cadeau ou que vous accordez un bonus à vos clients, adoptez une gestuelle de don en ouvrant vos mains vers la caméra.

Pensez à lire votre script à l’avance afin de vous habituer à ces gestuelles et pour donner l’impression aux spectateurs que vous êtes au naturel.

La première erreur à éviter quand vous préparez votre contenu vidéo, c’est de refaire toujours le même geste. Pensez à varier vos mouvements pour ne pas avoir un aspect robotique.

La deuxième erreur commise, c’est de faire un geste tranchant ou pointer du doigt le spectateur. Cela présente un geste très agressif, essayez plutôt de garder toujours une main ouverte.

Diffuser votre message    

Un autre avantage d’un contenu vidéo, consiste à diffuser votre message à un public plus large.

Est-ce que vous vous êtes déjà dit : j’ai l’impression que mes prospects ne comprennent pas ce que je souhaite leur apporter ?

Vous pouvez avoir un produit/service intéressant, mais vous ne réussissez pas à expliquer clairement autour de ces avantages et la valeur qu’il peut apporter aux utilisateurs. Si seulement vous présentez votre message d’une façon accrocheuse et dynamique, vous pouvez convaincre vos prospects d’acheter votre produit/service.

En effet, la vidéo vous permet de communiquer votre message d’une manière optimale et de fidéliser vos spectateurs. Un contenu vidéo vous permettra de transmettre la philosophie de votre vidéo, vos valeurs ou des conseils efficacement…

Personnellement, j’ai réussi à fidéliser 30 % de prospects en plus lors de mes campagnes et des Lancements Orchestrés grâce à la vidéo.

A ce propos, j’ai un secret à partager avec vous. Pour mettre du suspens dans vos vidéos, tout d’abord retenez que la durée de vos vidéos peut varier énormément comme elle dépend du message à diffuser. Par contre, vous devez vous assurer qu’un maximum de personnes reste jusqu’au bout. Pour cette raison, la première astuce à adopter, c’est de ne pas afficher la durée de la vidéo. Comme vous n’affichez pas à l’internaute la durée de la vidéo, ni un bouton pour l’avancer, il ne peut pas sauter les étapes prévues dans votre message. La deuxième astuce, c’est de créer un Cliffhanger.

Le Cliffhanger consiste à créer une envie chez le spectateur de voir ce que vous proposez dans la suite de la vidéo. Pour ce faire, annoncez une promesse forte, mais vous n’y répondez pas tout de suite.

Pour éviter de frustrer votre prospect, vous devez rappeler constamment la valeur que vous avez partagée jusqu’à présent.

La structure type alors de votre Cliffhanger est :    

A.  Ajout de valeur ;

B.  Bilan ;

C.  Cliffhanger.

Pérenniser votre produit

Si vous êtes formateur, coach ou conférencier, vous êtes dans une course permanente, à échanger votre temps contre l’argent. Il est possible de sortir de cette boucle infernale, qui vous prive petit à petit de votre temps libre, en créant un contenu pérenne et perpétuel sans avoir besoin de réinvestir dans la même présentation. Pour moi, la vidéo, c’est le support idéal qui vous permet de :

  • Pérenniser votre contenu et lui donner encore plus de valeur perçue ;
  • Créer des produits d’information accessibles 24h/24h, 7 jours sur 7, partout dans le monde.       

Grâce à la vidéo, j’ai enregistré des formations au fil des années qui se vendent jusqu’à aujourd’hui. Mes clients ont l’opportunité d’acheter des formations que j’ai présentées depuis 2008 en vidéo et en avoir accès à tout moment.

Cela est très important parce que la répétition du contenu est une des clefs pour avoir du succès.

En enregistrant vos formations en vidéo et en filmant chacune de vos interventions, vous créez un contenu solide, à très forte valeur perçue et accessible en permanence à vos clients.

Je vous recommande un outil idéal pour héberger vos formations vidéo et les vendre en ligne. Il s’agit de la plateforme PrestoMarket qui est particulièrement efficace.

Comment structurer un appel téléphonique avec un prospect

C

Dans cet article, je vais vous expliquer comment structurer un entretien téléphonique avec un prospect en trois étapes : la présentation, l’intention, la qualification.

1. Présentation

La toute première étape est de se présenter car nous appelons une personne qui ne nous connaît pas. 

Par exemple « Bonjour, je m’appelle Marc et je vous téléphone de la part de Sébastien Le Marketeur français » si c’est un membre de l’équipe ou « Bonjour, je suis Jean-Paul de la société X ». 

Le but est que la personne comprenne qui vous êtes et fasse le rapport avec votre site Internet. Généralement, il faut donner le prénom et pas le nom de famille afin de créer une relation plus étroite. Cet appel se fait après que vous ayez incité le client à se signaler ou suite à la méthode Blackberry, c’est-à-dire que vous avez envoyé un message et que le client a répondu. 

Il ne s’agit pas d’une phase de prospection mais de contacter des personnes qui sont déjà des prospects et qui ont déjà eu un contact relativement récent avec votre entreprise. Souvent, les gens sont agréablement surpris de recevoir cet appel car ils ont l’impression de vous connaître par le biais d’Internet. 

L’avantage est double puisque vous pouvez créer des relations avec des milliers de personnes et les personnes sont contentes d’avoir un contact humain avec l’entrepreneur ou son équipe. Les gens sont habitués aux démarchages directs mais pas forcément à des entreprises qui créent de la relation.

2. Intention

L’étape suivante est d’expliquer pourquoi vous appelez. 

La personne ne nous attend pas, elle peut être au travail, occupée, en rendez-vous et il faut qu’elle puisse restituer la raison de votre appel.

Par exemple, vous appelez pour l’aider à finaliser sa commande. 

L’appel doit être remis dans le contexte et va permettre de savoir où les gens en sont dans le processus d’achat.

3. La qualification

La qualification sert à savoir s’il y a un intérêt à être dans cette conversation et si la personne en a un également. Si c’est une personne qui était présente sur une webconférence en « touriste » ou qui regardait des vidéos et qui est allée jusqu’au bon de commande juste pour connaître le prix du produit par curiosité, il est inutile de perdre votre temps et le sien avec cette conversation. 

La qualification peut être comparée à un filtre pour déterminer s’il existe un intérêt à poursuivre l’appel et également si la personne est disponible pour discuter. Il est nécessaire de poser quelques questions du type « Quel est le plus gros problème que vous avez actuellement ? », toujours en rapport avec votre domaine d’activité et le produit que vous proposez. Cette question permet d’identifier si la personne a réellement un problème ou s’il s’agit de quelqu’un juste curieux. De plus, elle s’adapte à tous les secteurs, à tous les produits.

La phase de qualification vous permet également de demander à la personne si vous ne la dérangez pas, si elle a du temps à vous consacrer ou si elle préfère que vous la rappeliez à un autre moment. Vous pouvez ainsi décider d’un rendez-vous téléphonique. 

Souvent ce type d’appel dure entre vingt minutes et une demi-heure afin de développer un argumentaire et de répondre aux questions. Vous devez annoncer à votre interlocuteur la durée de votre appel car vous n’êtes pas en train de faire de la prospection. Les prospects vous connaissent, la relation existe déjà avec eux et l’idée est de pouvoir personnaliser votre offre à leurs cas. Vous devez toujours maîtriser la conversation donc c’est vous qui devez convenir d’un moment pour un autre appel.

À propos de Sébastien

(Le Marketeur Francais : Biographie)Sébastien, surnommé "Le Marketeur Français", est consultant en stratégie marketing, spécialisé dans la croissance explosive des petites entreprises.

/* ]]> */