Le Mouvement des Entrepreneurs Libres

Formation en stratégie marketing pour les entrepreneurs et chefs de TPE / PME. Découvrez comment multiplier vos ventes, vous libérer du temps et automatiser votre marketing – pour faire de vous un Entrepreneur Libre ! Avec Sébastien Night, Le Marketeur Français.

L

Quel entrepreneur êtes-vous ?

Chef de TPE/PME

Découvrez comment des entrepreneurs de tous secteurs ont utilisé mes stratégies pour développer leur activité « hors-ligne » et fidéliser leurs clients. Que vous vendiez des produits ou des services, ces études de cas devraient vous intéresser !

Voir les vidéos

Web-Entrepreneur

Pour faire décoller votre activité sur Internet, il vous faut les stratégies concrètes qui ont fait le succès des leaders actuels du Web. Il se trouve que beaucoup de web-entrepreneurs et blogueurs célèbres d’aujourd’hui, ont atteint cette réussite grâce aux techniques que je leur ai enseignées dans mes formations. Voici des exemples concrets qui peuvent vous inspirer.

Voir les vidéos

Porteur de projet

Vous n’avez pas encore immatriculé votre entreprise, ou fait vos premières ventes ? C’est le moment idéal pour poser votre stratégie et garantir votre succès dès le départ. J’ai aidé des milliers de personnes comme vous à se lancer dans l’aventure de la création d’entreprise. Voici les témoignages de certains d’entre eux, et l’explication détaillée du plan d’action qui leur a permis de faire un carton.

Voir les vidéos

Je suis l’auteur du livre Le Secret des Entrepreneurs Libres : Réalisez Vos Rêves Avec Un Système Marketing Simple Et Concret, Qui Fidélise Vos Clients Et Vend Vos Produits 24h/24 !

Recevez le livre chez vous

Articles récents sur le blog

Récupérer de la réputation grâce à un partenariat

R

Un type de partenariat qui vous sera très utile quand vous lancerez votre offre est celui dont l’objectif est de récupérer de la réputation, de l’image. Ce partenariat est parfois difficile à mettre en place.

Prenons un exemple. Imaginons que demain je décide d’entrer sur un marché où je ne me suis jamais installé, le marché du jardinage. Je suis totalement inconnu des gens qui veulent jardiner, je n’ai pas de réputation dans le domaine et aucune autorité dans le secteur aux yeux du prospect. Pour récupérer cette autorité, je peux rechercher un partenariat dans lequel je vais proposer quelque chose à mon partenaire en échange du fait que lui me laisse mettre son nom sur mon produit.

Le plus simple que vous puissiez obtenir est l’interview que vous pourrez ajouter à votre produit. Si vous décidez de démarrer une entreprise multinationale et que vous parvenez à obtenir une interview de deux heures de Richard Branson qui raconte comment il a développé Virgin, elle vous propulsera au rang d’expert aux yeux du prospect.

Tout dépendra de votre capacité de négociation, parfois pour inclure l’interview (ou la co-création avec une célébrité du secteur) dans votre produit, vous devrez payer la personne entre 100 et 200 euros. Parfois, vous n’offrez rien en retour car les gens aiment parler de leur sujet juste par plaisir.

Abordons à présent la transaction où c’est vous qui allez apporter de la réputation et de l’image. En échange, la personne peut vous faire une promotion. 

Par exemple, dans mon cas, je suis bien connu dans le secteur du marketing, cela ne me coûte rien si je propose à un partenaire potentiel d’animer avec lui une Web-conférence pour ses clients. Si vous êtes positionné sur un marché comme une référence, une célébrité, vous pouvez juste proposer de passer à une soirée, à une rencontre, à un séminaire et en échange le partenaire fait votre promotion. Cela vous suffit puisque vous êtes déjà bien connu.

Comme il s’agit d’image, il faut toujours penser en termes de droit à l’image. De façon générale vous ne serez pas ennuyé. Quelqu’un qui accepte de réaliser une interview avec vous aura beaucoup de mal à prétendre devant un juge qu’il ne savait pas que vous utiliseriez son image. Toutefois, dans la pratique, il est toujours préférable de noter vos accords par écrit.

Comment améliorer le référencement de votre site Internet ?

C

Dans cet interview réalisé avec Aurélien Amacker, un blogueur professionnel, on vous partage un conseil essentiel pour améliorer le référencement de votre site. Ce conseil vous permettra à la fois d’augmenter l’autorité de votre site Internet grâce au référencement Google mais aussi d’augmenter votre présence sur chacun des mots-clés que vous allez cibler. 

Bien qu’il semble à première vue assez difficile de caser tous les mots-clés sur la première page de votre site, il y a une technique qui peut vous aider à mettre en avant chaque mot-clé. 

L’importance de ce conseil, c’est de vous permettre d’être présent potentiellement sur la première page de recherches sur vos mots-clés et d’avoir deux positions :

  1. La première position avec la page d’accueil de votre site ;
  2. La deuxième position avec une autre page consacrée spécifiquement à chacun des mots-clés. 

Votre action consiste donc à créer une page spécifique sur votre site Internet pour parler exclusivement de chacun de vos mots-clés. Sur cette page, optimisée sur un mot-clé défini, vous pouvez développer le sujet, donner des exemples, expliquer vos astuces, etc.

Afin de mieux comprendre, prenons l’exemple d’un coach sportif. Après avoir défini et validé les mots-clés suivants :  

  • Coach sportif ;
  • Préparateur sportif ;
  • Remise en forme.     

vous pouvez vous intéresser par exemple au terme de la remise en forme. En premier lieu, vous devez créer une page sur votre site qui ne parle que de ce sujet : Vous souhaitez vous remettre en forme et vous habitez aux alentours ? Nous avons ce qu’il vous faut pour vous remettre en forme.

Vous ne devez pas forcément inclure exactement les mêmes mots-clés, mais il est crucial d’utiliser le même champ lexical et des variantes. En effet, en utilisant des mots-clés variés vous aurez un texte plus authentique et plus agréable à lire pour vos visiteurs. Cela vous servira également pour créer une relation avec les visiteurs et les fidéliser pour les convertir par la suite en clients. 

Bien évidemment, il vous faut donc d’intégrer un appel à l’action, en leur proposant un formulaire à remplir par exemple. S’il s’agit d’un blog, n’hésitez pas à inciter vos visiteurs à s’inscrire pour recevoir votre newsletter par exemple.

La démarche est donc identique, pour un blog comme pour un site Internet : vous devez créer plusieurs pages spécifiques. Sur chaque page vous vous focalisez sur un des mots-clés que vous avez défini.  

En ce qui concerne le nombre de mots, si vous avez un blog WordPress, vous devez rédiger des articles composés au minimum de 300 mots. Il ne s’agit pas d’un long article, mais c’est le minimum pour que votre page intéresse les visiteurs sinon elle ne sera pas référencée.

Mon expérience m’a montré combien ce conseil était important. Sur mon site et notamment la page principale, je parlais régulièrement du thème de la formation marketing. Or, mon site n’apparaissait pas sur les résultats de recherches. Un ami qui est responsable du référencement pour NFL, m’a expliqué que tant que je n’avais aucune page spécifique dédiée à la formation marketing, mon site ne serait pas référencé pour ce mot-clé. En suivant ce conseil, mon référencement s’est nettement améliorée.

Pour conclure, afin d’être référencé et d’apparaître parmi les premiers sur les résultats de recherches de Google, vous n’avez qu’à réserver une page sur votre site Internet ou votre blog pour développer chacun de vos mots-clés. A chaque fois que vous ajoutez un nouveau mot-clé à votre liste, n’hésitez pas à lui créer une nouvelle page.    

Pour plus d’astuces de référencement consultez l’article : Comment tripler le trafic de votre blog avec le référencement naturel ?

Pourquoi le mythe de la passion vous empêche de lancer une entreprise rentable ?

P

Beaucoup d’entrepreneurs se lancent, avec le conseil complètement erroné, que l’on trouve dans beaucoup de livres de développement personnel, qui nous disent que si on est passionné par un sujet et que l’on se lance avec beaucoup d’enthousiasme et de volonté d’aider ; le reste suivra et les clients finiront par vous trouver.

Il s’agit d’un mythe extrêmement attractif parce que si l’on veut se lancer en tant qu’entrepreneur ou indépendant c’est parce que l’on veut devenir libre et aussi en général parce que l’on a une passion que l’on aimerait partager.

Votre passion peut être pour les bijoux fantaisies, les soins et l’accompagnement des autres… Vous vous retrouvez alors à lancer votre petite boutique artisanale ou à lancer votre activité de coaching en développement personnel.

Ce mythe est un gros problème qui empêche beaucoup de personnes à se rendre compte d’une chose. Sans stratégie pour se différencier et pour montrer que vous apportez une solution qui n’a rien à voir avec ce que votre client a déjà essayé par le passé et qui n’a pas fonctionné, vous êtes aux yeux du client, un prestataire, un fournisseur ou un vendeur comme les autres avec de belles promesses.

Si vous voulez vous dégager de ce mythe de la passion, vous devez distiller votre passion pour obtenir ce que l’on appelle le « mécanisme unique ».

Vous devez trouver la façon dont vos clients vont comprendre que vous apportez une solution différente ou avec un soin différent ou un service différent à celui que l’on trouve un peu partout.

Si vous êtes coach en développement personnel, vous devez vous spécialiser. Vous pouvez par exemple devenir coach en séduction pour les célibataires ou vous pouvez aussi être coach en performance pour les cadres supérieurs des entreprises de nouvelles technologies par exemple.

Vous aurez beaucoup plus de facilité à trouver beaucoup plus de clients et aussi à leur donner des résultats concrets si vous choisissez d’abandonner ce mythe de la passion et de vous concentrer sur le mécanisme unique et le client unique auquel vous vous adressez.

Les leçons que j’ai tiré de ma start-up qui a échoué 

Cette première entreprise a été un flop total car il n’y a jamais eu un seul euro de chiffre d’affaires réalisé.

Le facteur de succès numéro un pour une jeune entreprise c’est le cash-flow initial, les ventes que l’on génère au démarrage d’une activité. Voici quelques-unes des erreurs que j’ai commises et les leçons que j’ai apprises de cet échec.

La première erreur a été de ne pas avoir pu se concentrer sur la question de faire entrer le cash-flow initial. 

Avec mes associés, nous étions tellement concentrés sur le fait de créer le produit idéal, d’avoir un site Internet parfait que nous avons complètement oublié de nous poser la question du modèle d’affaires et de trouver les premiers clients.

Alors qu’en parallèle, d’autres entreprises se sont lancées sur le même secteur et la même année et ont réussi à générer des chiffres d’affaires remarquables ; la nôtre a été fermée la première année.

La deuxième erreur a été l’association. Nous étions trois associés : moi, mon ancien maître de stage et sa petite amie.

En rétrospective, je ne sais toujours pas pourquoi cette dernière faisait partie du projet : c’est symptomatique d’un problème que connaissent beaucoup d’entrepreneurs qui s’associent par affinité.

Ensuite, on ne se pose pas la question ce que chacun des associés apporte concrètement à l’entreprise.

Si nous nous étions posé cette question, nous n’aurions probablement pas eu la même structure ou les mêmes associés et nous aurions peut-être cherché une personne experte de la vente, soit comme employée soit comme associée.

Pour en savoir plus à ce sujet, consultez cet article : Lancer une entreprise avec un associé : la check-list.

La troisième erreur est que nous étions beaucoup trop perfectionnistes.

Nous avons par exemple, passé plus de deux semaines à retarder la sortie de notre site Web pour cette start-up parce que le design du site était décalé d’un pixel vers le bas. Cela nous a pris deux semaines pour réussir à régler ce petit bug que l’internaute n’aurait probablement jamais remarqué étant donné qu’il ne sait pas quel design exact on voulait faire initialement. 

C’est le genre d’erreur que nous avons commises tout au long de ce projet.

S’il y a des leçons à tirer de ce premier échec, c’est que cela a permis d’apprendre que c’était facile de lancer une boîte et de l’immatriculer en quelques clics sur Internet et de pouvoir lancer une entreprise en solo par la suite. 

Ce premier échec a été le tremplin qui m’a permis de devenir ensuite un entrepreneur libre.

4 conseils clés pour négocier efficacement

4

Comment négocier efficacement grâce aux dates limites et en utilisant la pression du temps à votre avantage dans une négociation d’affaires ?

Parmi les 500 livres que j’ai lu, un livre m’a beaucoup marqué par son approche intéressante de la négociation. Je partage avec vous les quatre conseils clés qui peuvent énormément vous aider issus du livre Trump-style Negotiation de George H.Ross.

Un bon négociateur, est une personne capable de créer une issue positive pour les deux parties dans une négociation et d’éviter de créer des impasses. Certains pensent que l’utilisation du temps peut être un facteur intéressant pour réussir une négociation, mais c’est une tactique agressive de négociation. Pour cette raison, il y a des personnes qui utilisent cet outil et d’autres qui le trouvent moins efficace.

Soyez conscient et patient

La première clé de la réussite d’une négociation, c’est de vous souvenir d’une façon générale que les gens attendent d’être à la limite du temps imparti pour trouver un accord. Autrement dit, dans une négociation difficile, si vous êtes obligé de trouver un terrain d’entente au bout d’une période, vous devez en être conscient et restez patient. En effet, à mesure que vous approchez de la date limite, la pression de signer augmente. Cela vous permettra de :

  • Réussir votre négociation ;
  • Vous mettre d’accord avec l’autre partie ;
  • Apaiser votre frustration.   

Fixez une date limite

Le deuxième point que vous devez comprendre est que vous ne réussirez pas votre négociation tant qu’il n’y aura pas une raison convaincante pour toute transaction ou tout accord que vous voulez signer. 

Pour mieux comprendre, prenons un exemple. Imaginez que vous êtes en train de négocier un contrat de partenariat avec une entreprise qui pourrait vous promouvoir face à ses clients. Or, vous n’avez pas fixé de date limite pour la signature du contrat. Le résultat est que cette affaire ne sera jamais conclue et vous ne serez pas capable d’avancer et d’aboutir à un résultat. Le problème, c’est que vous croyez qu’il est toujours possible de fixer une date limite.

Evitez les dates limites que vous affaiblissent

George Ross affirme que les dates limites qui sont imposées par votre côté de la négociation vous affaiblissent. Si vous ne réussissez pas à signer un contrat à la date que vous imposez vous risquez que :

  • Votre événement n’ait pas lieu ;
  • Le lancement de votre produit soit reporté ;
  • Votre entreprise ne publie pas une publicité ou un article.  

Si vous êtes bloqué parce que vous n’avez pas réussi la négociation à la date souhaitée, alors vous serez obligé d’accepter une opportunité moins importante pour débloquer la situation.

Pour cette raison, il est important de déduire à partir de vos conversations les impératifs de l’autre côté pour que vous sachiez sa date limite et que vous ne soyez pas autant stressé par votre limite à vous.

Testez les dates limites

Le quatrième conseil est qu’il est crucial de toujours tester vos dates limites afin de vérifier qu’elles sont solides. 

Pour tester une date limite, essayez de la négocier en demandant une prolongation. Selon la réaction de la personne en face de vous, vous pouvez déduire tout de suite s’il vous impose cette date arbitrairement pour manipuler la conversation ou si c’est une date solide et bien étudiée.  Pour aller plus loin ne manquez pas de lire : Comment négocier comme Donald Trump ?

Choisir le bon titre pour votre produit

C

Dans cet article j’aimerais vous parler de comment choisir un titre adéquat, percutant et accrocheur pour votre produit.  

Pour mieux comprendre le sujet et vous l’expliquer avec un exemple concret, j’ai demandé à plusieurs participants à ma formation de m’envoyer une description de leur produit avec le titre choisi. 

J’ai appris énormément en lisant les retours que j’ai eus. J’ai découvert des choses très complètes et d’autres qui pourraient être améliorées. Certaines des réflexions qui m’ont été envoyées étaient presque parfaites. Je me suis dit que j’allais choisir quelqu’un qui avait encore une marge d’amélioration pour que tout le monde puisse profiter de l’exemple.

Nous allons analyser cet exemple en commençant par une brève présentation. Il s’agit d’un blog de développement personnel et l’audience est donc le public de ce blog. Les sujets abordés sont la confiance personnelle, la motivation, le dépassement de soi, les objectifs, la réussite voire même les finances. L’entrepreneur de ce blog va créer son deuxième produit après l’échec du premier, un ebook qui n’a pas reçu de succès. Ce produit est une formation en vidéo sur la confiance en soi. Il a réalisé un sondage auprès de son audience pour demander ce dont ils avaient besoin et ils ont répondu à 85 %. Il veut donc créer un produit de haute gamme qui va le représenter, établir sa marque, c’est-à-dire son produit phare. Par la suite, il pourra créer un produit d’approfondissement puis un produit d’appel comme un livre numérique par exemple.

L’entrepreneur a choisi comme titre pour son produit « Du grand timide au grand confiant ». La promesse est donc d’obtenir une pleine confiance en soi. Ce titre devrait pouvoir être amélioré. En effet, il existe une différence entre manquer de confiance et être timide. Ne pas oser demander une augmentation à son patron est un manque de confiance en soi. De même que de dire à sa mère que l’on veut quitter le domicile familial. Pourtant ça n’est pas de la timidité. Le titre du produit ne convient donc pas si les personnes visées ne sont pas les timides mais les personnes qui veulent évoluer en ayant plus confiance en eux. Le mot timide ferme le produit. 

Le titre doit toujours refléter la promesse pour le bon public, c’est-à-dire qu’il ne doit pas s’adresser à quelqu’un d’autre ni à un public trop restreint parmi ceux qui vont en profiter.

Pour améliorer le titre du produit de cet entrepreneur, il faut se demander ce que nous pouvons gagner à être plus confiants. Les prospects qui avaient été sondés ont surtout répondu qu’ils recherchaient une meilleure qualité de vie, des amis, une amélioration de leurs relations amoureuses et amicales, la possibilité de réaliser des projets, de dépasser leurs peurs, de passer à l’action et d’obtenir plus de liberté. Parmi ces réponses, il faut rechercher le mot clé le plus fort. 

Admettons que « peur » soit le mot le plus important, il faudrait proposer un titre qui donne une promesse claire, nette et courte en rapport. Nous pouvons proposer : « Comment vaincre ses peurs » mais « Vaincre ses peurs » est encore mieux. Pour l’améliorer encore, il faut remplacer « ses » par « vos » afin de s’adresser directement au client. Nous obtenons donc le titre « Vaincre vos peurs ». Il est toujours possible d’en trouver d’autres en choisissant un autre mot clé comme « Passez à l’action », avec un Z pour terminaison. Les retours des clients peuvent aussi vous aider à améliorer votre titre.

Quel titre l’entrepreneur doit-il choisir entre « Vaincre vos peurs » ou « Passez à l’action » ? La première chose à faire est de réaliser un test auprès des prospects.

Parlons maintenant du plan de test réalisé par notre entrepreneur :

  • Module 1 Comment fixer vos objectifs
  • Module 2 Comment être toujours positif
  • Module 3 La méthode pour gonfler son estime de soi. Le problème est que le titre pour cette partie est très long et le terme « estime de soi » ne convient pas car les prospects ne l’utilisent pas, de même que le verbe « gonfler ». Il est possible d’utiliser les mots clefs précédents pour rédiger les titres des modules. Nous proposons « Première étape pour plus de confiance ».
  • Module 4 Les habitudes du gagnant.

Tout savoir sur l’email marketing

T

Pour optimiser votre prospection auprès de vos clients potentiels et éviter les emails ennuyeux, il est primordial de soigner votre communication. Si tous les emails envoyés à vos clients ont pour objectif de les inciter à acheter votre produit/service, ils seront automatiquement ignorés. 

Je vous explique.

Pourquoi les prospects ouvrent les emails ?

Il est recommandé de susciter une situation d’intérêt auprès des destinataires. 

Pour ce faire, vous devez déterminer les facteurs qui motivent vos prospects à ouvrir un email. Au lieu d’essayer de changer la psychologie de vos clients pour réussir votre marketing, pensez plutôt à adapter votre stratégie à leurs besoins.

La connaissance de l’émetteur

Selon une étude de Riton Paf, pour que les prospects ouvrent leurs emails, ils doivent connaître l’émetteur et avoir confiance en lui. Cela présente le premier interrupteur dans la prise de décision pour ouvrir l’email reçu ou l’ignorer. Pour cette raison, vos emails doivent être reconnaissables et vous devez donner envie à vos prospects de les ouvrir.

La reconnaissance et la confiance sont les deux premiers facteurs qui influencent la décision de vos prospects par rapport à l’ouverture de vos emails.

Une première expérience réussie

Les prospects qui ont ouvert auparavant vos emails et trouvent que le contenu partagé est intéressant auront confiance en vous. Par conséquent, ils ouvriront tous les emails reçus de votre part. 

Cela se traduit dans les campagnes d’emailing par un simple principe. Ce principe consiste à donner envie à vos prospects, qui ont déjà ouvert et lu le premier email, d’ouvrir vos prochains emails. Cela motive considérablement les destinataires à ouvrir les emails commerciaux.

Le titre de votre email

L’objet ou le titre attribué à votre email doit être rédigé d’une façon efficace et accrocheur afin d’inciter les prospects à ouvrir vos emails. 

Pour cette raison, je vous encourage à réaliser des tests avec divers titres et de partager les résultats obtenus avec la communauté des membres de vente par email.     

La lisibilité des emails

Un tiers des prospects n’ouvrent que les emails qu’ils peuvent lire normalement.

Si vous arrivez à faire jouer ces quatre premiers critères pour vous, vous garantissez un taux d’ouverture de vos emails irréprochable.

Comment obtenir de nouveaux abonnés ?

L’objectif principal de vos campagnes marketing consiste principalement à captiver les prospects et non pas de leur permettre de s’inscrire à la newsletter. Un petit critère psychologique fait cette différence remarquable. Imaginez ces deux propositions :

Proposition 1 : un livreur sonne à votre porte et vous demande de signer pour récupérer un cadeau. Bien évidemment, vous signez et vous récupérez le cadeau !

Proposition 2 : un livreur sonne à votre porte pour vous demander de vous inscrire à un service ou un autre. Même si l’inscription est gratuite, vous vous rendez compte tout de suite qu’il s’agit d’un démarcheur qui cherche à vous vendre un produit/service.

La psychologie de l’abonné fait qu’en proposant à un prospect une inscription ou un abonnement, il aura l’impression qu’il vous rend service. Même si votre newsletter est particulièrement intéressante et propose des conseils importants et des bons plans, quand vous demandez aux visiteurs de s’inscrire, instantanément, ils se rappelleront de leurs mauvaises expériences avec les newsletters. Toutefois, si vous n’évoquez pas l’inscription à votre newsletter, vous pouvez augmenter votre nombre d’inscrits. Pour ce faire, il suffit de demander les coordonnées de vos prospects en échange d’un cadeau que vous allez leur envoyer.

Un exemple de formulation de cette demande : dites-moi simplement à quelle adresse, je dois vous envoyer votre cadeau. Ainsi, vous retournez l’échelle des valeurs.

Dans votre offre, mettez-vous toujours dans une position ou vous rendez service à vos prospects et non pas dans une position où vous leur demandez service. Rien que ce changement de vocabulaire peut changer l’efficacité d’un formulaire d’inscription à la newsletter.

Un autre concept psychologique consiste à choisir des mots d’ordre simples et faciles. Vous devez faire en sorte que le passage entre les différentes étapes pour arriver à l’étape finale de confirmation soit fluide et naturel. Autrement dit, en navigant sur votre site Internet, les visiteurs peuvent inscrire facilement leurs coordonnées grâce à un formulaire bien visible. Rappelez-vous toujours que l’objectif principal d’un site Internet, c’est de récupérer les coordonnées des prospects pour que vous puissiez leur vendre vos produits/services par la suite. Un prospect qui a inséré son email est prédisposé à acheter votre produit/service par la suite.

Pour résumer la technique de l’obtention de nouveaux abonnés :

  1. L’objectif principal de votre site web : amener des prospects à s’inscrire
  2. Une fois le prospect inscrit, vous devez lui faciliter la tâche pour effectuer un achat. Pour ce faire, pensez à inclure votre message de vente et l’appel à l’action dans votre page de confirmation. Il est important également d’éviter les impasses en redirigeant vos abonnés vers la même page que le page de confirmation.

Il est recommandé de revoir les étapes qui nécessitent un effort fourni par les prospects pour acheter votre produit/service. Simplifiez votre processus de vente pour générer plus de ventes.

Quel prestataire doit-on choisir ?  

Voici une liste, non-exhaustive de différents fournisseurs d’email.  

  1. Aweber

Personnellement, j’utilise l’outil technique Aweber pour lancer mes campagnes marketing d’emailing. C’est un outil anglophone disponible sur le site www.aweber.com. Si vous n’avez pas une base de données de prospects, je vous recommande ce prestataire.

  1. iContact

Si vous avez une mailing liste importante, il est possible d’utiliser iContact disponible sur www.icontact.com. Dans une situation où vous avez une large base de données et vous pouvez confirmer que tous les prospects présents sur la liste vous suivent réellement cet outil est efficace.

  1. Cybermailing ou SG-Autorépondeur

Ensuite, il y a des services francophones comme Cybermailing ou SG-Autorépondeur. Ces outils sont en train de travailler sur leurs fonctionnalités pour pouvoir se mettre au niveau des outils américains.

  1. Promety

Un dernier outil qui s’appelle Promety créé par Michel Morin peut être une solution intéressante parce que son créateur a beaucoup d’expertise dans le domaine de l’emailing et gère des bases de données importantes.    

La présence médiatique : un secret de la réussite

L

Anne-Laure Chorro, participante au séminaire Entrepreneur Libre, est une jeune femme qui a beaucoup de succès en ce moment avec la médiatisation de son entreprise. Elle a créé Make It Travel, une plateforme qui permet de louer des affaires de voyages entre particuliers, tels que les tentes ou les sacs à dos par exemple.   

Le principe, c’est de permettre aux propriétaires de rentabiliser leurs affaires et aux voyageurs de faire des économies. Cette activité a également un aspect communautaire entre voyageurs, qui partagent entre eux de bons plans et des expériences de voyages.

Quel est le principe de MAKE IT TRAVEL ?

C’est une nouvelle façon de voyager, moins cher avec le goût du partage. 

Vous connaissez certainement l’échange d’appartements ou de voitures. Mais vous avez déjà pensé à prêter votre douche à un voyageur, votre jardin à un randonneur ou louer pour quelques euros votre tente ou votre duvet ? C’est ce qu’on appelle le tourisme collaboratif. C’est à la fois, du voyage avec des liens et de la solidarité.

Anne-Laure a créé son propre site Internet, autour d’une idée toute simple, qui consiste à louer des affaires de voyage. Le but de cette activité n’est pas forcément de gagner beaucoup d’argent, mais plutôt de défendre une certaine idée de voyage. 

La consommation collaborative permet aux gens de voyager plus souvent en utilisant des produits existants pour éviter les déchets et protéger la planète. 

Pour financer ses propres voyages, la jeune entrepreneure, a fait appel au tourisme collaboratif. Cette génération de jeunes hyper connectés représente des millions de consommateurs à travers le monde qui veulent voyager moins cher et surtout autrement. Certains parviennent même à financer l’intégralité de leur séjour grâce à ces échanges de bons procédés.  

Pourquoi c’est important d’être présent sur les médias ?  

Être présent sur les médias, c’est un levier important de prospection. Le fait de passer sur plusieurs médias, radios, journaux, télévision ou même un site Internet, permet d’augmenter votre notoriété. L’apparition médiatique reflète une bonne image de votre activité, par conséquent vous attirez davantage de prospects et vous vous positionnez sur le marché.

Anne-Laure Chorro, consciente du rôle important des médias dans la promotion de son activité est passée sur plusieurs médias :

  • Envoyé Spécial ;
  • BFM TV ;
  • Radios telles que RTL, France Bleu et RMC ;
  • Sites Internet : A nous Paris, 20 minutes et d’autres sites liés aux voyages et aux startups.

Elle a essayé d’être présente sur différents médias pour faire connaître son activité le plus vite possible.

Quelles sont les difficultés à envisager au démarrage de votre activité ?  

Anne-Laure a voulu créer sa boîte il y a dix ans. Mais à l’époque elle ne connaissait personne de son entourage qui avait déjà franchi ce pas. Elle ne savait pas où se renseigner et elle n’avait pas assez confiance en elle pour oser cette expérience. Elle a donc décidé de faire ses études supérieures, obtenir son diplôme et se lancer par la suite dans son nouveau projet. 

Pour bien gérer son entreprise et intégrer le monde des startups, Anne-Laure a fait une formation entrepreneuriale. Au départ, comme elle était toute seule, elle avait du mal à avancer. Pour cette raison, elle a cherché un co-fondateur pour travailler avec elle sur l’idée et développer le site. Cela lui a permis de se mettre sur les rails et de partager les tâches avec un autre collaborateur.

Au niveau du lancement de site Internet, elle a également rencontré quelques difficultés. Elle a ainsi dû reporter la date du lancement plusieurs fois. Le démarrage de cette activité n’était pas facile, mais Anne-Laure a décidé d’aller jusqu’au bout pour réaliser son rêve.

Comment peut-on décrocher la première interaction sur les médias ?         

Envoyé Spécial présente la première apparition médiatique de Anne-Laure. Ensuite pendant le tournage d’un témoignage sur un site Internet qui s’intéresse au tourisme collaboratif, elle a décroché sa deuxième apparition médiatique. Ce sont les deux premiers événements marquant dans la médiatisation de sa boîte. D’un autre côté, la jeune entrepreneure, a exploité son réseau et ses connaissances. LinkedIn présente également un outil puissant pour contacter des journalistes ou des Community Manager qui écrivent des articles sur des blogs et des sites parlant du concept innovant proposé par Make It Travel. Pour le premier démarrage elle a donc réussi à saisir une opportunité et par la suite elle a maximisé ses ressources pour être présente sur plusieurs médias et faire connaître son nouveau concept auprès de sa clientèle.

Comment réagir aux critiques avec le sourire

C

Aujourd’hui je vais vous expliquer comment vous comporter quand vous recevez un commentaire qui fait mal. Je suis dans la réflexion pour la rédaction de mon prochain livre qui s’adressera aux personnes tellement folles qu’elles décident un jour de créer une entreprise. 

J’ai commencé par réaliser un sondage auprès d’une centaine d’entrepreneurs parmi mes clients afin de connaître les difficultés qu’ils rencontraient. L’un des principaux obstacles auxquels ils devaient faire face concernait les retours du monde extérieur. 

Soit aujourd’hui vous recevez déjà des critiques qui sapent un peu le moral venant de gens de votre entourage, soit vous ressentez la peur de lancer votre projet, d’échouer et d’être attaqué. Cette peur empêche certains de se lancer mais retient aussi certains entrepreneurs de se développer.

J’ai constaté qu’il existait une solution très simple pour parvenir à gérer les critiques et les attaques avec le sourire, il faut tuer votre ego. L’amour-propre désigne l’affection que vous ressentez pour l’image que vous vous êtes faite de vous-même. Nous nous construisons au fil de notre vie une identité à laquelle nous attribuons un certain nombre de qualités et ce sont elles qui nous donnent notre estime de nous. Nous pouvons nous voir comme une personne qui sait saisir des opportunités, compétente, rapide, honnête, respectueuse de l’environnement etc. Ce sont des identités qui nous permettent de produire une image rapide de qui nous sommes  et de la défendre, c’est un mécanisme naturel.

Lorsque vous recevez un commentaire négatif ou une critique, vous pouvez les prendre de façons différentes :

  • La façon productive est de considérer ce commentaire comme une façon de vous améliorer.
  • La façon contre-productive est de le considérer comme une attaque envers votre personne. Si vous adoptez cette démarche de protection, que vous vous cachez derrière votre ego, vous ne pourrez pas progresser.

Pour vous permettre de progresser et de surmonter les retours négatifs, vous pouvez utiliser un outil très simple.

Tout d’abord, vous devez prendre la décision suivante et vous la répéter sans cesse : « Je préfère être riche, libre, heureux que d’avoir raison ». Si vous y croyez fermement, vous pourrez vous détacher de votre amour-propre. Si vous avez le choix de réaliser que vous êtes dans l’erreur, de changer votre façon de procéder afin de pouvoir être libre, riche et heureux, alors vous le ferez. Cette démarche est difficile mais si vous en faites un rituel, elle deviendra naturelle.

Cette démarche peut être appliquée sur des petites choses. 

Par exemple, dans un podcast, je parlais des méfaits du sucre en citant un certain nombre d’études. A un moment donné, j’ai fait une confusion, je parlais des méfaits du fructose, une forme de sucre très simple que l’on trouve dans les fruits et les produits transformés comme le soda. Or, j’ai fait un raccourci erroné car le fructose des fruits n’est pas nocif et ne provoque pas le diabète. Au contraire, la part de sucre venant des fruits dans notre alimentation, plus elle est importante, moins nous développons des maladies liées à un abus de sucre. Quelqu’un m’a fait remarquer cette erreur dans les commentaires de ma chaine YouTube et j’ai continué mes recherches sur le sujet. J’ai réalisé mon erreur et je l’ai reconnu publiquement en répondant au commentaire. 

Je ne suis pas attaché au fait que je doive avoir raison sur les milliers de choses que je dis et je m’autorise à progresser dans mon savoir, à écouter les gens pour apprendre. Donc, la première chose est de vous dire que vous préférez le résultat à avoir raison.

Le deuxième point est de vous demander si dans les commentaires négatifs vous pouvez trouver des contenus à exploiter. 

En effet, même si la façon de transmettre une critique peut parfois être insultante, elle peut néanmoins être judicieuse. Admettons que quelqu’un écrive en commentaire sous une de mes vidéos « Sébastien, le son est pourri » ou pire encore « C’est la dernière fois que j’écoute vos vidéos de m…., le son est la chose la plus atroce jamais entendue, arrêtez de faire ce métier etc. » tout en vous insultant et en insultant vos parents. Ce que je vais en retenir c’est le problème lié au son. Visiblement cette personne a des problèmes mais le message de fond reste pertinent. En résumé, vous devez écouter sur le fond même si la forme est incorrecte. Pour de nombreuses personnes, c’est vraiment très difficile de séparer le fond de la forme et elles n’écouteront pas les commentaires agressifs.

La troisième partie de l’outil consiste à vous demander quelle leçon vous pouvez tirer de la forme du retour que vous avez reçu. Autrement dit, si je réalise une vidéo pour partager le fruit du travail d’une vie, que j’ai entrepris des recherches, que j’ai tout donné de moi et j’obtiens en retour « On en a marre de vos trucs de m…., vous n’être qu’un… », je dois me demander ce que j’ai fait pour provoquer une réaction pareille de la part de cette personne, de cet auditeur, de ce client. Si vous apprenez de ce type de situation alors vous ferez un pas énorme. 

L’exemple que je cite souvent et qui pour moi a été la clef de tout, c’est qu’au tout début de mon activité de coach pour les célibataires, je faisais de la publicité sur Google pour attirer les prospects sur la page de vente de mes ateliers. Un jour, en tapant mon nom dans un moteur de recherches, je suis tombé sur un article dans lequel l’auteur se demandait ce qu’était cette arnaque en parlant de mes pubs. Il s’agissait d’un article scandalisé d’une personne qui ne comprenait pas ce que je faisais, qui ne mâchait pas ses mots, qui ne me connaissait pas, qui ne savait pas que je le lirai un jour et, par conséquent, pouvait être vexant. 

Ce blog m’a donné un double déclic, sur le fond et sur la forme. Pour susciter une telle réaction, ma communication devait forcément être problématique. Je devais donc changer ma communication pour que les réactions changent également. Au lieu de faire de la pub pour vendre des ateliers, j’ai envoyé les gens sur une page leur proposant de recevoir par mail des conseils pour trouver la femme de leur vie afin qu’ils comprennent mon coaching de séduction. Du jour au lendemain mon activité a explosé.

Voilà comment réagir face aux critiques et aux attaques.

Le partenariat avec ventes, tout savoir

L

Parlons des partenariats avec ventes. Il s’agit d’un type de partenariat très intéressant mais que beaucoup d’entrepreneurs ont du mal à comprendre. Pourtant c’est une stratégie qui est utilisée depuis des lustres dans beaucoup de domaines différents et je pourrais vous donner un exemple avec n’importe quel produit se trouvant en ce moment-même dans votre bureau. Si vous avez un ordinateur HP, il est évident que certaines pièces à l’intérieur n’ont pas été fabriquées par HP, le processeur est de marque Intel et la licence Microsoft appartient à Windows. Autrement dit, lorsque vous avez acheté ce produit à une société, il a été créé par une autre et il contient des pièces fabriquées par d’autres encore. Voici un exemple de partenariat basé sur un échange avec de la vente.

Le principe du partenariat avec ventes

Vous trouvez un partenaire, qui au lieu de vous amener un visiteur ciblé, va directement vous amener une vente. Autrement dit, c’est un partenaire qui ne va pas forcément faire la promotion de votre produit ou service, ne va pas forcément le proposer à ses lecteurs mais  va directement vendre votre produit. En effet, votre produit va s’insérer à l’intérieur ou en complément de son offre.

Voici d’autres exemples. Si vous allez dans les grands restaurants qui se trouvent en face des grands cinémas ou de l’opéra, vous trouverez une offre qui propose le dîner et le cinéma et vous trouverez également l’offre inverse. Ils vendent directement le package de ce qu’ils ont à proposer ainsi que ce qu’offre l’autre entreprise.

C’est un partenariat dans lequel vous allez récupérer ou apporter des ventes. Donc, ce type de partenariat peut être établi dans un sens ou dans l’autre. Ce partenariat peut s’effectuer de façon réciproque. 

Imaginons que je possède un blog de coaching personnel et quelqu’un vient me  voir parce qu’il a écrit un livre électronique dont le sujet porte sur comment être heureux et qu’il pense que mes lecteurs pourraient être intéressés. Je peux lui proposer de lui acheter 150 exemplaires avec une réduction pour les vendre à mes lecteurs comme bonus d’une de mes offres ou directement dans une vidéo. Si j’en vends plus, je peux repasser commande. J’apporte directement des ventes à cette personne même si je ne lui ai pas apporté de visiteurs.

Il est possible quelquefois que vous rencontriez une très grosse entreprise de votre secteur et vous pouvez lui proposer d’acheter des licences de votre produit ou de votre service afin qu’ils les intègrent dans son propre produit. Si vous fournissez sur votre blog un service de consultation, un coaching, un service technique, vous pouvez contacter une entreprise ayant votre type de prospects.

Le principe est simple : Le partenaire inclut votre produit ou service dans son offre. Les prospects du partenaire achèteront vos produits sans passer par votre site. Ils ne le verront peut-être même jamais. Dans ce cas, soit le partenaire achète des licences ou des exemplaires à l’avance soit il vous rémunère au coup par coup.

Il existe une variante du principe : Le partenaire offre votre produit ou votre service avec les siens. Il peut prendre en charge lui-même la rémunération. Supposons que je crée une formation sur la présentation et l’estime de soi, je décide d’ajouter en cadeau un bilan réalisé par un coach. Le client ne paye donc rien de supplémentaire pour obtenir ce bilan. Le coach me facture les bilans qu’il aura réalisés pour mes clients.

Soit le partenaire prend en charge la prestation à son compte et vous rémunère, soit vous décidez d’offrir le produit ou service en échange du mail du client pour pouvoir le relancer. Cette stratégie peut être gagnante car vous pouvez récupérer des prospects qui ont une grande valeur.Ainsi donc, il existe beaucoup de façons de faire varier les partenariats. C’est à vous de bien négocier afin de pouvoir vendre votre produit plein pot dans l’offre de votre partenaire. Vous pouvez aussi essayer de toucher une vaste audience.

Comment créer des produits de qualité ?

C

La triste réalité pour le client c’est que, comme ce qui compte est la qualité perçue du produit, souvent c’est l’expérience que le client va avoir avec le produit qui détermine son niveau de satisfaction et le fait qu’il va recommander ou pas le produit ou le service.

Sur la plupart des marchés, la qualité des produits est nivelée par le bas. Autrement dit, tout le monde a tendance à copier ce que font les autres et à être concurrents plutôt sur le prix, sur le mode de paiement c’est-à-dire des détails qui n’ont pas d’importance aux yeux des consommateurs. Très peu de manufacteurs vont se mettre dans la peau du client.

L’approche nouvelle pour avoir des produits véritablement considérés de qualité par le client et non par vous, c’est de concevoir votre produit en faisant table rase de l’existant. Vous devez le reconcevoir à partir de zéro, ne pas tenir compte au début de ce qui existe déjà  sur le marché mais plutôt de vous poser la question en vous mettant dans l’esprit du client. Il faut chercher à résoudre les soucis des clients et ne pas chercher à copier ce que font les autres. Tous les produits des concurrents ont des manques majeurs que vous devez savoir exploiter. Ces manques créent une certaine frustration chez le client et vous devez essayer de remplir ce manque en proposant un produit plus complet.

Prenons un exemple concret. J’ai énormément dépensé au cours des années en formations business et marketing, auprès des grands noms mondiaux. Je me suis inscrit aux programmes « high-end » de Frank Kern, Jeff Walker, Anthony Robbins, Mike Filsaime, John Reese, Eben Pagan et bien d’autres. J’ai lu et étudié tous les grands auteurs du monde de la pub et du marketing comme Caples, Reeves, Collier, Kennedy, Glazer, Hopkins, Sugarman, Bly, Godrefroy. Croyez-moi si je vous dis que pas un seul de ces grands noms ne propose un système complet, clair et limpide de marketing. Ce sont tous des experts qui ont des formations extrêmement poussées mais qui souvent se focalisent sur un secteur trop précis du marketing. Donc aucune de ces formations que j’ai suivies ne m’expliquait comment concevoir une stratégie marketing de A à Z. Je rencontrais toujours les mêmes personnes lors des séminaires et des formations parce qu’elles cherchaient à assembler un système.

Il manquait également un cours synthétique dans la plupart des formations, une pédagogie qui donne envie de suivre le cours en entier (découpage modulaire, utilisation des quatre styles d’apprentissages), avec des exemples concrets et un suivi personnalisé.

J’ai recensé les manques que pouvait ressentir un prospect qui cherchait une formation marketing et, sans vouloir cloner quelque chose d’existant,  j’ai créé Séduire le Client.

Le secret pour proposer un produit exceptionnel c’est d’être le premier sur le marché à vraiment se soucier des clients.

À propos de Sébastien

(Le Marketeur Francais : Biographie)Sébastien, surnommé "Le Marketeur Français", est consultant en stratégie marketing, spécialisé dans la croissance explosive des petites entreprises.

/* ]]> */