Etiquetteconvaincre le prospect

Comment bien préparer un pré-lancement ?

C

On rencontre souvent sur le Web francophone des entrepreneurs qui se disent qu’étant donné qu’ils ont de l’expérience dans le marketing direct depuis plusieurs années, ils n’ont pas besoin de réfléchir à leur stratégie de pré-lancement. Ils tombent alors dans un piège commun qui est de ne pas cibler un thème dominant. Or, sans logique, sans une couleur globale et une histoire du lancement, on n’arrive pas à captiver son audience. 

La cohérence est un ingrédient fondamental pendant un Lancement Orchestré. Pour inciter nos prospects à aller jusqu’au bout, ils doivent considérer qu’il y a un thème. Ils doivent être captivés par l’histoire et le thème dominant afin, d’au final, acheter votre produit/service.

Par ailleurs, pour convaincre vos prospects et les intriguer, vous devez utiliser les leviers émotionnels. Autrement dit, vous ne devez pas faire une argumentation rationnelle. Vous n’êtes pas en train d’argumenter mais de persuader et de convaincre. 

Ici, un point important est à souligner. Notez que la perception de « valeur » pour le prospect est différente de la vôtre. Dans le pré-lancement, souvent, on a tendance à penser que ce qui a de la valeur pour notre prospect c’est notre expertise. Pour vous, étant donné que vous savez de quoi vous parlez, un contenu de « valeur » c’est souvent du « comment faire XYZ. » Or, vous devez prendre en compte que votre prospect n’est pas un expert. Pour lui, la valeur prend trois formes différentes, que vous devez absolument assimiler et mettre en place pour votre pré-lancement :

  1. L’aspiration « C’est possible ». Montrez que c’est possible d’atteindre l’objectif que vous allez promettre d’atteindre. Montrez qu’il y a un rêve, que ce rêve existe et qu’il est possible de l’atteindre. Le simple fait de rappeler cela à votre prospect lui apporte beaucoup de valeur à ses yeux. Pour montrer que c’est possible vous allez donner des preuves, des statistiques et en vous appuyant sur votre crédibilité d’expert.
  2. L’inspiration. Montrez l’histoire de quelqu’un qui l’a fait. Vous pouvez notamment raconter votre histoire personnelle si c’est quelque chose que vous avez réalisé ou l’histoire d’une tiers personne. Cela va inspirer des pensées positives chez votre prospect.
  3. « Comment faire XYZ. ». Ce troisième type de valeur a moins d’impact que les deux autres types de valeur lors d’un pré-lancement. Il s’agit du type où vous allez expliquer comment réaliser telle ou telle chose.

Pour terminer, j’insiste sur le fait que lors d’un pré-lancement vous devez absolument décrire ce à quoi aspire votre prospect, raconter votre histoire ou celle de quelqu’un d’autre qui a atteint l’objectif souhaité. Cela va directement jouer sur les émotions de vos prospects. Enfin, vous pouvez argumenter en expliquant « comment faire XYZ. »

Comment intégrer une partie sur le développement de soi dans votre formation/coaching?

C

Une fois que votre prospect est motivé, convaincu par la raison pour laquelle il suivra votre programme et influencé par les témoignages de vos clients satisfaits, pensez à lui proposer un contenu intéressant pour qu’il vous suive jusqu’au bout.

Le contexte de votre produit d’information, c’est le plan. Vous pouvez le nommer également plan de formation qui permet de clarifier la répartition des différentes parties. Par contre, si vous vous adressez à des particuliers, évitez le terme formation. En effet, les particuliers n’ont pas besoin d’une formation. Il est possible de remplacer ce terme par des cours ou bien des séances de coaching.

Votre formation doit répondre à deux objectifs, par conséquent votre plan sera constitué de deux parties.

Le premier objectif, consiste à donner la formation technique et l’information cherchée par le client en achetant votre produit.

Quelques exemples de questions posées sur le moteur de recherche de mon site Conseils en séduction :

  • Comment séduire ou draguer une femme ?
  • Comment aborder une femme et avoir son numéro ?
  • Comment inviter une femme à un RDV ?  

Parmi les questions posées, il y a des questions qui sont très vastes et d’autres sont plus spécifiques.

Le problème, c’est que si vous vous contentez dans votre produit de donner la technique, vous risquez que votre prospect soit incapable de l’utiliser.

Par exemple, pour les conseils en séduction, si je réponds à ces questions en donnant à mes prospects :

  • La phrase la plus efficace pour aborder une femme ;
  • Les différentes variantes de cette phrase ;
  • L’erreur à ne pas commettre.

À ce stade, mon client a le savoir-faire, mais il n’a pas le savoir-être : il est toujours incapable de démarrer une conversation facilement, il ne peux pas être à l’aise dans une discussion ou devenir intéressant et énergique après les 5 premières minutes.  

Pour cette raison, il est indispensable d’avoir dans mon programme le côté technique et le côté lié au développement personnel de mon client.

Ce sont deux parties complémentaires qui vous permettront de faire apprendre à vos clients le savoir-être qui va avec le savoir-faire et les états d’esprit qui vont avec les conseils techniques.

Tous les livres de vente qui ont un niveau élevé, ont un point en commun. Ils se focalisent sur l’état d’esprit qu’il faut avoir au moment où vous interagissez avec les clients et vous proposent des méthodes pour vous préparer. Ils abordent différents sujets liés à l’état d’esprit qu’il faut adopter et les émotions que vous devez ressentir.

Ensuite, dans un court chapitre à la fin du livre, vous trouverez des scripts à utiliser pour réussir une vente. En effet, si vous réussissez à créer une relation avec votre client, vous aurez plus de chance qu’il effectue un achat.

Par contre, les livres de vente avec un niveau moins élevé, proposent plusieurs phrases et à vous de les tester pour savoir laquelle pourra marcher avec vos clients.

Dans votre produit, il est indispensable d’avoir les deux parties. A un moment donné, vous devez partager l’information ou la technique avec vos clients. Mais n’hésitez pas à planifier un moyen de développement de soi.

Dans la plupart de séminaires, les formateurs optent pour une progression dans les exercices. Ils commencent par des exercices généraux pour arriver à des exercices d’introspection.

Une autre progression dans les exercices est possible : des exercices par écrit pour que le prospect soit en confrontation avec lui-même. Par la suite, les participants partagent les réponses avec un ou plusieurs partenaires pour une confrontation avec l’autre. En effet, en ayant une idée qui n’est pas très claire, la confrontation avec l’autre permet de la renforcer. Finalement, il y aura un partage de l’information avec tous les participants pour avoir une confrontation avec l’ensemble du groupe.

Par exemple, si j’attaque directement un séminaire par : Bonjour, je suis Sébastien Le Marketeur Français, bienvenus dans ce séminaire au cours duquel vous apprendrez comment créer un produit, est-ce que quelqu’un parmi les présents peut nous expliquer son produit d’information à haute voix, s’il vous plaît ? Dans ce cas, personne ne prendra la parole, parce que je n’ai pas suivi la progression des exercices. Il est donc nécessaire de proposer la deuxième partie de la formation : le développement de soi.

Pour inciter vos clients à lire la partie de développement personnel qu’ils n’ont pas demandé, il est recommandé de la vendre implicitement sous forme d’une formation et de conseils techniques.       

À propos de Sébastien

(Le Marketeur Francais : Biographie)Sébastien, surnommé "Le Marketeur Français", est consultant en stratégie marketing, spécialisé dans la croissance explosive des petites entreprises.

/* ]]> */