Etiquettevision sur le long terme

Comment être heureux tout de suite ?

C

Je me suis rendu compte au fil des années que j’avais développé plusieurs activités à succès, mais je me sentais quand même frustré. J’avais toujours l’impression que l’horizon se situait encore loin et qu’il me restait beaucoup de temps afin de concrétiser mes grands objectifs. En attendant l’atteinte de l’horizon, j’étais coincé et j’avançais trop lentement. Malgré des réalisations importantes, je ne ressentais jamais ce sentiment de pleine satisfaction. 

Ce phénomène s’est arrêté lorsque j’ai découvert Dan Sullivan, coach et auteur du livre The 25-Year Framework (le modèle sur 25 ans). J’aimerais développer et partager le concept mentionné dans ce livre avec vous pour vous permettre de tirer un peu plus de bonheur dans votre vie d’entrepreneur.

Ce concept, consiste à expliquer le fossé et le progrès. L’idée est simple, mais vous vous sentirez mieux dès que vous pourrez pleinement l’assimiler. 

Très souvent, en tant qu’entrepreneur, vous avez tendance à vous fixer des objectifs élevés. Ces objectifs constituent votre horizon, qui est par définition non seulement très loin, mais aussi, inatteignable. Autrement dit, dès que vous atteignez une partie de vos objectifs, vous avez toujours ce sentiment d’insatisfaction comme vous n’avez pas réalisé l’objectif final. 

Puis, à mesure que vous continuez à avancer, vous vous rendez compte que vous êtes en train de choisir de nouveaux horizons encore plus lointains. Malheureusement, cela peut vous créer de la frustration et du malaise qui peut même vous peser physiquement. 

Le fait de vous comparer à d’autres entrepreneurs ou à la réussite que vous voulez avoir une fois que vous aurez atteint cet horizon crée ce sentiment d‘insatisfaction en vous. Evidemment, c’est une recette d’échec parce que, par définition, vous ne pouvez jamais atteindre votre horizon et votre sensation de bonheur ou de réussite dépend de la distance qui vous sépare de l’horizon. 

Personnellement, j’étais dans cette situation pendant des années et j’avais cette frustration constante jusqu’à la découverte du principe de Dan Sullivan. Afin d’avoir la motivation pour continuer à avancer vers votre horizon, il faut absolument connaître votre position aujourd’hui par rapport à votre point de départ. Ensuite, de temps en temps évaluez votre avancement par rapport à votre point de départ, c’est-à-dire avant d’avoir votre projet d’entreprise, avant de développer votre produit ou avant de franchir vos premiers pas. En somme quand vous étiez encore un porteur de projet en plein doute. 

Je vous invite alors à assimiler dès maintenant cette notion d’observer le gain plutôt que d’observer le fossé. Il est plutôt recommandé d’observer le chemin parcouru et de retirer cette motivation tous les jours de votre progrès et vos accomplissements passés plutôt que diminuer votre motivation en regardant la distance qui vous sépare de votre horizon. 

C’est un conseil qui est tellement simple, mais qui est tellement salvateur. Si à un moment donné vous vous sentez frustré et vous avez l’impression que vous n’êtes pas en train d’avancer, pendant un petit instant de gratitude, regardez le chemin que vous avez parcouru. 

Comment faire ?

Tous les jours, je tiens un journal. Mais il ne s’agit pas d’un journal commun comme la plupart des gens le font puisque j’ai vite réalisé que je n’arrivais pas à compléter les pages blanches blanches d’un journal. J’ai décidé de faire un peu différemment, de me simplifier la vie et d’être plus concret en répondant à une question. Après réflexion, la question qui a eu le plus d’impact pour moi et qui résume le conseil que je veux partager avec vous est : qu’est-ce que j’ai vécu aujourd’hui, qu’il y a cinq ans j’aurais trouvé absolument génial ?

Parce qu’aujourd’hui il y a tellement de petites réalisations et de détails de mon quotidien qui auraient été inimaginables il y a exactement cinq ans. J’ai accompli tellement de chemin pendant ces cinq années sans m’en rendre compte, comme le séminaire des Entrepreneurs Libres et les nouvelles personnes que j’ai rencontré grâce à mon MasterMind par exemple. 

Les réalisations et les détails du quotidien peuvent changer votre vie. Encore un exemple, ce concept que je partage avec vous aujourd’hui je ne le connaissais pas il y a cinq ans.

Je vous invite donc à prendre le temps d’appliquer ce conseil si jamais vous avez ce sentiment de frustration par rapport au chemin qu’il vous reste encore à parcourir. Ce moment de gratitude quotidien vous fournira un sentiment de calme et de patience et vous aidera à avancer avec plus de motivation vers vos objectifs.  À lire aussi : La recette du bonheur : comment être heureux pour de bon ?

Le guide pour évaluer un nouveau projet

L

La réussite est une arme à double tranchant, parce que vous pouvez devenir la victime de votre succès. Les opportunités qui se présentent à vous au départ, sont des occasions à saisir afin de démarrer votre activité. Mais à partir du moment où vous commencez à avoir du succès et à être visible, vous aurez beaucoup plus d’opportunités au point que vous serez incapable de les gérer. 

Lancer un nouveau projet ou accepter une opportunité qui se présente à vous, ne sont pas toujours des décisions évidentes. 

Personnellement, j’ai eu recours à une grille extrêmement efficace afin de gérer cette situation. A chaque fois que vous réfléchissez à lancer un nouveau projet, je vous invite à répondre à dix questions qui vous permettront de vous décider.

Afin de tirer profit de cette grille, il est recommandé de suivre deux instructions :

  • Pour chacune des questions, attribuez une note de zéro ou un ;
  • Votre réponse doit être catégorique.

1. Est-ce que ce projet accélère l’atteinte de mon objectif à long terme ?

Le premier réflexe à adopter, c’est de vous demander si ce projet vous permettra d’atteindre votre vision à long terme plus rapidement. 

Souvent, la réponse à cette question, vous aidera à déterminer que la plupart des opportunités qui se présentent, non seulement ne vous aident pas à atteindre votre objectif à long terme plus rapidement mais en plus elles vous dévient de votre vision. 

Par conséquent, vous ralentissez le parcours vers vos objectifs. Le temps passé sur des projets qui ne s’alignent pas avec vos objectifs, c’est du temps perdu.    

2. Est-ce que ça sera FUN ?

C’est une question que j’ai héritée de mon mentor Jeff Walker qui est l’inventeur du concept du Lancement Orchestré, une stratégie marketing pour générer un chiffre d’affaires sur une courte durée. 

Je considère Jeff Walker comme un modèle de l’entrepreneur libre parce qu’il a fixé les conditions dans lesquelles il veut travailler. 

Par exemple, parmi les règles de Jeff Walker, il ne rate jamais un jour de poudreuse : s’il neige systématiquement, Jeff ne travaille pas.  

Je trouve qu’il est important de vous poser cette question avant de vous lancer dans un nouveau projet.

3. Est-ce que ce projet va diminuer mon stress ?  

Afin de répondre à cette question, vous devez connaître les facteurs générateurs du stress. Cela m’a pris des années à comprendre, et une fois que je l’ai compris, ma qualité de vie s’est améliorée d’une façon sidérante.      

Les facteurs générateurs de stress

J’ai découvert que plusieurs facteurs présents dans ma vie me créent du stress, de l’anxiété et des problèmes. Si j’arrive à les éliminer, je me porterai très bien. Pour ce faire, j’ai commencé par les classer dans une liste :

  • Résoudre le même problème deux fois ;
  • Gérer la logistique ;
  • Ecrire en ayant une date limite ;
  • Improviser des événements ;
  • Être fatigué ;
  • Passer du temps avec des personnes qui ne correspondent pas à mon profil du client idéal.

Une fois que vous définissez vos facteurs générateurs de stress, posez vous cette question : ce projet diminue-t-il mon stress ?

Il est important de vous lancer dans des projets qui, non seulement n’augmentent pas votre stress, mais qui contribuent à le diminuer. Par exemple, dans mon cas, embaucher une assistante administrative me permettra d’éliminer la gestion des tâches logistiques. Cela diminue mon stress.

4. Est-ce qu’il s’agit d’un défi ou d’une tentation ?

Il est possible de formuler cette question différemment : est-ce que ce projet vous permettra d’apprendre un savoir-faire qui vous sera utile pour toute la vie ?

En effet, il s’agit d’un défi si vous allez apprendre une nouvelle compétence, et c’est une tentation si vous utilisez vos pré-requis.

5. Est-ce que ce projet me rapportera assez pour justifier le temps passé ?

Cette question vous force à découvrir la valeur de votre temps et à attribuer une valeur à une heure du travail. La meilleure méthode pour répondre à cette question, c’est de vous baser sur votre revenu actuel par heure de travail et de multiplier ce chiffre par cinq. 

Si vous touchez 2800 € par mois en travaillant 35 heures par semaine, votre heure de travail est estimée à 20 €. Vous fixez une barre et vous décidez de vous lancer seulement dans des projets qui multiplient la valeur de votre heure active de travail. Je vous suggère d’utiliser un facteur multiplicateur de cinq. 

Pour l’exemple précédent, comme l’heure de travail est estimée à 20 €, ne vous lancez que dans des projets qui vous apporteront plus de 100 € par heure.

6. Est-ce que ce projet a du sens pour mon entreprise ?  

Si vous êtes une TPE, le projet d’acheter de la publicité pour apparaître sur TF1 n’a pas vraiment de sens. En effet, vous n’avez pas suffisamment de ressources financières qui vous permettent de prendre le risque de tester une nouvelle stratégie coûteuse. 

D’ailleurs, un de mes amis entrepreneurs a décidé de se lancer dans un projet similaire et a dépensé 50 000 euros sur des publicités qui mènent les visiteurs sur son site Internet. Malheureusement, cette stratégie ne lui a apporté aucune vente. 

Il est crucial de respecter la taille de votre projet avant de vous lancer dans de nouveaux projets !

7. Est-ce que je vais gagner des ressources stratégiques pour mon entreprise à long terme ?    

Il y a sept ressources stratégiques :

  • Les nouvelles relations avec vos clients et vos partenaires ;
  • La notoriété de votre entreprise sur le marché ;
  • L’acquisition d’une compétence et de l’expertise pour la création et la livraison de vos produits ;
  • L’enrichissement de votre liste de clients et de prospects ;
  • L’amélioration de votre offre et la façon de présenter votre produit/service ;
  • L’adaptation de votre produit/service au marché ;
  • Une source de revenu à long terme pour votre entreprise.  

Si ce projet vous permet d’acquérir des ressources parmi les sept ressources citées sur cette liste, vous attribuez un point à cette question. Sinon, c’est zéro !

8. Si je laisse tomber ce projet, est-ce que je le regretterai dans 25 ans ?  

Si aujourd’hui vous laissez tomber ce projet, dans 25 ans est-ce que vous vous souviendrez de cette opportunité et regretterez de l’ignorer. Généralement, dans 25 ans, vous oublierez que cette opportunité s’est présentée à vous un jour. Dans ce cas, vous mettrez zéro pour noter cette question.

Par contre, si vous êtes convaincu que dans 25 ans, vous vous souviendrez toujours de ce projet et vous allez regretter de ne pas avoir saisi cette chance, attribuez un point à cette question.

9. Ai-je accès à une personne qui l’a déjà fait ?  

Si vous avez accès à une personne qui s’est déjà lancé dans un projet similaire, il est important de se renseigner auprès d’elle pour savoir si ce projet vaut le coup ! 

Je vous recommande vivement de trouver une personne qui a vécu cette même expérience et qui est donc capable d’évaluer ce projet. Le cas échéant, vous mettez zéro ! Même s’il s’agit d’un projet révolutionnaire, avec un nouveau concept certainement, vous trouverez des entreprises ou des personnes qui ont travaillé sur le même secteur. Il est fondamental de trouver accès et oser poser des questions à une personne qui a de l’expérience.

10. Choix final : génial je fonce, ou non pas question ?

Cette question dépend de toutes les réponses précédentes. 

Si la somme des points ne dépasse pas les six points, ce projet ne remplit pas suffisamment de critères et il vaut mieux l’abandonner.

Par contre, si vous avez une note qui dépasse les six points, ce projet vaut la considération et vous pouvez passer à l’étape suivante qui consiste à écrire la fiche impact.

État d’esprit productif et vision sur le long terme

É

Comment vous assurer que vous avez un état d’esprit productif ? Comment vous assurer que vous êtes prêt à être un esprit productif ? C’est ce que nous allons voir dans cet article.

La bonne direction

Imaginez une personne qui est très productive. Elle fait beaucoup de choses, elle court très vite mais elle ne va pas dans la bonne direction. 

Dans ce cas, la productivité ne servira pas à grand chose car cette personne ira vite, voire très vite, vers un endroit qui n’est pas forcément le bon ou en accord avec son objectif. 

Si vous êtes entrepreneur et que vous réalisez beaucoup d’actions ou de projets, la pire des choses qui peut se passer est que dans quelques années, avec la rétrospection, vous vous rendiez compte que cela vous a amené dans un style de vie qui ne correspond pas du tout à ce que vous vouliez. 

Pour ceux qui se focalisent par exemple sur l’aspect financier, vous aurez probablement une entreprise qui sera rentable mais vous allez vous apercevoir, qu’en terme de qualité de vie, ce n’est pas du tout ce que vous souhaitiez : 

  • car vous travaillez 10h par jour, 
  • que votre relation avec vos enfants est inexistante, 
  • la relation avec votre conjoint s’est détériorée, 
  • parce que vous ne voyez plus vos amis… 

Il est important de savoir où vous allez avant de mettre le turbo au niveau productivité. 

Il faut avoir une grande vision pour votre business et aussi pour votre vie : avoir les deux ensemble, vie professionnelle et personnelle car il y a beaucoup d’interactions entre les deux. 

Une fois que vous avez terminé cette vision de vie idéale ou de société idéale,  demandez-vous quel est votre objectif pour cette année et déclinez cet objectif en un certains nombres de projets. 

Par exemple, si vous avez comme objectif de faire tant de chiffre d’affaires pour votre société, décomposez cet objectif en divers projets : 

  • mettre en place telle formation, 
  • faire tel Lancement Orchestré…

Ensuite, il faut découper en objectifs semestriels, trimestriels, mensuels et enfin hebdomadaires. 

On part d’une très grande vision pour l’année à venir, pour aller vers des objectifs à plus court-terme. 

Chaque semaine qui va s’écouler sera un petit pas vers votre objectif annuel. 

Votre objectif annuel sera un grand pas vers votre grande vision. 

L’idée est donc d’avoir d’abord une vision sur le business et ensuite, à partir de cette vision, de définir quels vont être les objectifs. 

Si votre objectif vous paraît réalisable dès le départ ce n’est pas un bon objectif, car il n’est pas assez grand pour vous inspirer et vous motiver pour la suite. 

Si vous avez une grande vision c’est ce qui va vous donner le moteur pour avancer.  Cette grande vision est largement au-dessus de ce que vous voulez avoir dans votre vie. 

Pensez à tout ce que vous rêvez de faire, d’être et d’avoir dans votre vie, et donnez-vous comme objectif de le réaliser dans l’année. Si vous y parvenez, vous aurez vécu la meilleure année de votre vie. Il faut que votre objectif annuel vous donne ce sentiment. 

Dans cette optique, cela signifie que si vous définissez la vision et que vous êtes mal à l’aise parce que vous ne savez pas comment y parvenir, c’est que vous avez bien défini cette grande vision. Au contraire, si vous vous dites que c’est facile à obtenir cela signifie que vous visez trop bas. 

Si votre grande vision vous paraît élevée, ardue à réussir, c’est à prendre comme un signe positif. Si vous avez déjà la solution, c’est que ce n’est pas une grande vision. 

Rappelez-vous que votre esprit a les ressources pour atteindre n’importe quel résultat. Si vous lui donner un objectif réalisable, votre esprit trouvera la solution. 

Si vous avez un réel challenge, vous ne saurez pas forcément dès le début comment le réaliser, mais au fil du temps, vous trouverez curieusement les bonnes informations ou croiserez les bonnes personnes tout simplement parce que vous avez défini et pensé que vous pouviez le faire. 

L’Univers se met en route pour vous donner les différentes ressources pour y arriver. Ne soyez pas rationnel dans un premier temps, soyez plutôt irrationnel. 

Vous verrez que petit à petit, vous aurez des pistes, que vous vous demanderez qui a déjà réalisé ce type de projet et qui a réussi à avoir un style de vie qui lui convient. 

Vous ne pensiez pas que cela soit possible à réaliser et finalement, en choisissant de grands objectifs, vous rencontrerez des personnes qui ont déjà réaliser ce type d’objectif. 

Une fois que vous avez pris la décision, l’Univers tout entier va conspirer à votre réussite pour vous aider à atteindre cet objectif. Pour cela, il faut simplement que les décisions que vous avez prises soient dans la bonne direction. 

Les clés pour créer sa stratégie d’entreprise sur le long terme

L

Établir une stratégie d’entreprise sur le long terme, pour ne plus jamais courir après le temps. Une promesse qui fait envie non ? 

En tant qu’entrepreneur, j’aimerais aujourd’hui partager avec vous les conseils d’un livre précieux. Un livre qui m’a aidé à multiplier ma productivité, à améliorer mon marketing et ma communication. 

Ce livre, écrit en anglais par le Canadien Dan Sullivan, s’appelle The 25-Year Framework. Le livre compte une soixantaine de pages, dont un quart sont des dessins qui reprennent et synthétisent toute l’idée du chapitre.

Dan nous explique comment fixer et atteindre des objectifs ambitieux grâce à une stratégie à long terme.

Il nous donne les clés pour réussir à compresser le temps et avoir plus de temps libre et par extension être un entrepreneur libre. 

Mais comment faire pour ne plus être pressé par le temps ? Comment faire pour arrêter d’avoir l’impression de courir et d’être submergé ? Comment faire pour arrêter de se demander si on pouvait enfin avoir des journées de 48 heures ?

Je vous dit tout…

25-Year Framework : Un livre épatant avec un concept révolutionnaire

Pendant longtemps, dans ma vie d’entrepreneur, je me suis senti frustré car j’avais une vision à long terme que je souhaitais atteindre le plus vite possible. 

Or, je sentais que j’avançais trop lentement vers cette vision. Que je gaspillais mon temps. 

En visant trop haut trop vite, on a tendance à se créer un stress inutile. C’est en tout cas ce que je ressentais.

J’étais dans ce dilemme entre vouloir du temps libre et une vie libre d’un côté, et sentir d’autre part, qu’il y a tellement de choses à compléter et que je n’arrive pas à les terminer dans les temps. 

Alors comment faire pour sortir de ce dilemme ? 

Selon Dan, la solution est de se fixer une vision sur du long terme car cela crée du temps.

Je vous explique…

Réfléchir à 25 ans pour créer du temps et de l’espace

L’idée centrale du livre est simple : élargir sa vision. 

Dan propose de penser ses objectifs d’ici à 25 ans et non pas d’ici à la fin de l’année. 

Comment faire ?

Quelles questions se poser ?

Vous pouvez par exemple vous demander quel est l’ultime succès que vous souhaitez avoir réalisé avec votre entreprise dans 25 ans. Vous pouvez vous demander combien de chiffre d’affaire vous allez faire. Ou alors quel impact vous allez avoir.

A titre personnel, j’aimerais d’ici à 25 ans, avoir impacté tous les entrepreneurs francophones, et en particulier l’Afrique francophone, Haïti et la Suisse. Je souhaiterais notamment leur communiquer un message de marketing, d’entrepreneuriat et de développement personnel utile et applicable. Ainsi, si je peux dans 25 ans, toucher tout le public francophone, qui représente environ 25 millions d’entrepreneurs, et que je peux leur apporter à tous un concept, une idée, une formation ou autres, alors je pense que j’aurais eu un impact important sur le monde. Je serais satisfait de mes 25 années. C’est mon objectif pour les 25 ans à venir.

Dan souligne qu’en se fixant cette vision à 25 ans, on crée de l’espace. 

On peut alors se focaliser sur les activités qui contribuent réellement à notre vision à 25 ans. On peut et l’on doit arrêter toutes celles qui ne vont pas dans ce sens. 

Avancer dans la direction de son objectif

Avec 4 trimestres dans une année, soit 100 trimestres sur 25 ans, il suffit d’avancer de 1% chaque trimestre dans la direction de son objectif. 

Oui vous avez bien lu, 1% uniquement…

Ceci laisse beaucoup de temps pour faire peu de choses mais des choses essentielles qui vont tout changer. 

Cela permet de se concentrer sur les actions qui vont avoir un impact sur le long terme. 

En ralentissant et en arrêtant de courir, on acquiert de la patience. On apprend à avancer dans la bonne direction. On apprécie également davantage les progrès fulgurants que l’on fait sur une plus longue période.

En conclusion…

Le conseil clé qui ressort de ce livre, est donc de réfléchir à son objectif à 25 ans et de choisir une vision qui vous passionne. 

Pour cela, posez-vous les bonnes questions. 

Demandez-vous quel est votre rêve ? Que souhaitez-vous avoir réalisé d’ici à 25 ans ? Quelle est votre grande vision à 25 ans ?

Vous allez vous rendre compte qu’en prenant le temps de penser à 25 ans, vous vous sentez plus détendu. Vous pouvez souffler. 

Au lieu de courir pour essayer de compresser et de doubler ou multiplier votre productivité, revenez à votre vision sur le long terme. Vous pouvez ainsi décider de poser cette année les fondations de votre projet, objectif ou entreprise qui vont faire que dans 25 ans, vous allez atteindre vos objectifs et votre grande vision ambitieuse.

De la sorte, vous allez gagner du temps libre et, qui plus est, être beaucoup plus productif.

À propos de Sébastien

(Le Marketeur Francais : Biographie)Sébastien, surnommé "Le Marketeur Français", est consultant en stratégie marketing, spécialisé dans la croissance explosive des petites entreprises.

/* ]]> */