La recette du bonheur : comment être heureux pour de bon ?

L

Aujourd’hui j’aimerais vous parler de ce qui arrive quand on est ambitieux mais que l’on oublie un détail qui pourrait nous aider à être plus heureux. Quand vous oubliez ce détail, tout change et pas pour le mieux.

Le panorama

J’ai créé ma première entreprise en 2006 mais ma première activité ayant vraiment décollé a débuté en 2007. Je me disais que j’allais simultanément développer mes cours de danse latine, mes activités de coaching pour hommes célibataires et je voulais également propulser la popularité d’un site Internet musical que j’avais à l’époque. 

Dès le moment où j’ai immatriculé cette entreprise, mon objectif était de remplacer le salaire que j’aurais pu gagner en étant employé. Je ne visais à l’époque pas encore plus haut. 

Ce qu’il s’est passé c’est que lors de la première année de mon activité j’ai participé à un séminaire du coach américain Tony Robbins. Dans ce séminaire, il raconte sa propre histoire. Il nous explique que la première année d’activité de son entreprise il a fait 36 000 dollars de chiffre d’affaire face à 1 million la seconde année. J’ai réalisé que je ne visais pas assez haut.

Mon objectif de l’époque était de me faire 3000 euros par mois, soit exactement 36 000 euros en tout. Je me suis retrouvé à me dire que s’il avait réussi à passer de justement la même somme que moi au million l’année suivante, je pouvais alors le faire moi aussi.

Le plan

Mon plan était simple. Je voulais développer mon activité pour avoir les ressources nécessaires pour atteindre le million l’année suivante. 

Pour atteindre cet objectif, il fallait que je réussisse d’abord à avoir 17 000 prospects. J’en étais loin. J’ai donc commencé à faire de la publicité, j’ai commencé à développer mon site au maximum, j’ai tout fait pour avoir un maximum de personnes attirées par ce que j’avais à proposer. 

Cette décision de faire un saut quantique dans mon activité s’est ensuite reflétée dans tous mes autres objectifs. 

Au lieu de fixer mes objectifs par rapport à ce que je voulais moi à l’époque, je me disais toujours que si d’autres sont capables d’atteindre tels ou tels stades, alors qu’il fallait que j’en sois capable aussi. Je me suis donc retrouvé à me fixer énormément d’objectifs. Ils étaient tous très ambitieux. Je voulais un millier de personnes dans la salle pendant mes séminaires, je voulais un chiffre d’affaire de 1 million….Je voyais très haut afin de me pousser à sortir de ma zone de confort. J’ai fini par faire ça à chaque fois. 

Le plantage

En 2015, j’ai un jour vécu une expérience particulière. Je venais de fêter mon anniversaire et ironiquement j’étais encore une fois allé à un séminaire de Tony Robbins. Une fois le séminaire terminé, j’ai eu l’impression de n’avoir rien accompli dans ma vie. 

Sur le plan logique, j’étais certain d’avoir fait des choses probablement inspirantes et positives mais sur le plan émotionnel je n’arrivais pas du tout à me reconnecter à ces accomplissements. 

J’étais déprimé. Je me suis mis à pleurer de façon incontrôlable. J’avais l’impression de n’avoir rien fait des trente premières années de ma vie alors que pourtant si. J’avais été invité à une garden party à l’Elysée pour un site Internet que j’avais créé tout jeune, j’avais monté mon entreprise qui avait du succès, j’avais déjà aidé plein de gens grâce à mon enseignement et mes conseils, j’avais déjà publié deux livres dont un classé deuxième des ventes sur Amazon…Pour faire court, j’avais accompli pas mal de choses dont j’aurais pu être fier. Cependant, sur le coup je n’ai pas du tout réussi à me valoriser moi-même. 

Je me souviens, un de mes amis présents ce jour-là m’a demandé si je célébrais mes accomplissements. Je ne comprenais pas, car jusque-là, ce que je faisais toujours c’était de me fixer des objectifs très ambitieux. Deux possibilités à partir de là : soit atteindre ces objectifs, soit ne pas réussir à les atteindre. 

Quand mon livre est sorti, j’avais pour objectif qu’il soit best seller Amazon, même carrément numéro 1 des ventes Amazon. Plus encore, je voulais même qu’il soit numéro 1 des ventes en France. Il s’est au final classé numéro 2. Je n’ai pas sorti le champagne mais je me suis quand même dit que c’était pas mal d’avoir réussi à me placer numéro 2 avec mon livre. Pourtant, j’étais déçu car je n’avais pas su me placer numéro 1 comme je le voulais.

Ce qu’il se passait souvent c’est que comme je me fixais des objectifs hyper élevés, soit j’étais juste en-dessous et j’étais déçu soit j’arrivais à atteindre l’objectif fixé mais une fois que c’était fait je ne célébrais jamais ça. Je le voyais comme rien de plus qu’une case à cocher dans la liste des objectifs à atteindre et je passais à autre chose rapidement. 

Même quand l’objectif était atteint j’étais déçu quand même car je me disais que si j’ai réussi à l’atteindre c’est qu’il n’était pas assez élevé et que j’avais donc besoin de voir encore plus haut. 

La prise de conscience

J’ai grâce à mon ami réalisé que si je célébrais ce que je faisais, je ne ressentirais pas cette sensation de vide mais une sensation d’accomplissement. 

C’est là que j’ai eu le déclic : être heureux serait de célébrer mes efforts et réussites, pas me concentrer sur ce que je n’ai pas réussi à accomplir. 

Comme je n’arrivais pas à célébrer mes accomplissements, j’ai contacté mes amis pour leur demander comment ils célébraient les paliers franchis ? J’ai eu droits à des réponses du style s’autoriser à prendre du temps pour regarder sa série télé favorite, aller au restaurant pour fêter ça, faire une danse de la joie….

J’ai regroupé ces idées et me suis dit que mon challenge serait d’apprendre à être content de ce que j’arrive à accomplir. Tout a changé du jour au lendemain. 

Ce changement n’a pas directement eu un impact sur l’accomplissement de mes objectifs mais ça a directement eu un impact sur mon expérience de la vie. Je suis parvenu à tous les jours trouver des choses à célébrer. Ma sensation de bonheur a largement augmenté.

Déjà 2 commentaires

À propos de Sébastien

(Le Marketeur Francais : Biographie)Sébastien, surnommé "Le Marketeur Français", est consultant en stratégie marketing, spécialisé dans la croissance explosive des petites entreprises.

/* ]]> */