Lancer une entreprise avec un associé : la check-list

L

Beaucoup des entrepreneurs que j’ai accompagné au cours des dernières années, ont lancé leur activité avec un ou plusieurs associés. 

De part mon expérience je peux vous dire qu’il existe un petit nombre de facteurs qui vont faire le succès ou l’échec de votre partenariat avec votre ou vos associés. 

Je vous expose les 9 éléments qui doivent attirer votre attention pour pouvoir lancer une entreprise à plusieurs. 

Éviter de s’associer à 50 / 50 :

En effet, les entreprises lancées en binôme, font souvent cette erreur. Au début, cela semble idéal, car tout est partagé en deux parts égales. 

Au fil du temps, on constate rapidement que l’un des associés va avoir beaucoup plus d’investissements que cela soit financier, de temps ou personnel. 

Ensuite, on va s’apercevoir que l’un des associés aura un rôle d’employé dans l’entreprise alors que le second aura plutôt un rôle stratégique, comptable, financier et marketing. 

Finalement, la répartition n’est pas équitable. 

Un autre point négatif de cette structure à 50/50 est pour la prise de décision. Effectivement, quand les deux associés sont en désaccord, il est extrêmement difficile de trouver une solution qui aurait la majorité, alors qu’à trois associés, il y aura toujours au moins deux personnes en accord pour avoir la majorité. 

Il vaut mieux prendre une mauvaise décision que de rester trop longtemps sans en prendre une seule et de rester bloqué. 

Il est préférable d’avoir des accords qui reflètent  la réalité de la vision où va aller l’entreprise. 

S’assurer que votre équipe comprend des « joueurs » qui ont déjà joué à un haut-niveau :

Selon Annie Pratt, une des experts de la gestion d’équipe, le meilleur prédicteur des résultats futurs d’une équipe ce sont ses résultats passés. 

Quand vous vous associez : au lieu de prendre deux débutants qui ont une bonne idée et qui veulent se lancer, il vaut mieux s’assurer d’avoir dans son équipe dirigeante une personne qui a déjà exécuté ce type de projet avec succès, qui ait plus d’expérience que vous. 

Il peut être possible, par exemple, d’être deux débutants, d’être à 45% chacuns, et de prendre un entrepreneur expérimenté et lui laisser les 10% restants. 

Ce dernier pourrait être votre mentor parce qu’il aurait déjà développé dans sa précédente carrière une boîte qui est devenue très grosse dans le secteur auquel vous vous attaquez. 

Créer un pacte d’associés :

Il faut avoir un accord écrit qui récapitule votre accord avec vos associés et ne pas s’entendre sur un simple accord verbal en se disant que les statuts de la société suffiront. 

Présenter la répartition du capital fourni par chacun des associés et la prise de risque respective :

Il faut déterminer clairement ce que chacun des associés a investi et surtout qui aura la responsabilité de réinvestir si l’entreprise a besoin de fonds. 

Faire la liste des ressources et de la valeur ajoutée que chacun des associés apporte dans l’entreprise : 

Il est important de savoir quelles sont les compétences que chacun peut apporter pour l’entreprise. Autant pour le côté marketing, prospects, vente, investissements financiers… 

Il faut savoir qui sera chargé de telles ressources et qui devra continuer de le faire au cours de la vie de l’entreprise. 

Décrire par écrit les rôles et l’effort attendu de chacun : 

Vous devez noter concrètement, les tâches que chacun va effectuer au fil de l’aventure de l’entreprise. 

Dès le départ, vous saurez par exemple, si le poste d’une personne en particulier est plutôt un poste d’associé, de salarié, ou si c’est seulement un investisseur qui n’a aucun rôle au quotidien dans la gestion de l’entreprise. 

Mettre par écrit la répartition des rémunérations et des dividendes : 

Beaucoup d’entrepreneurs font l’erreur de mélanger ses deux notions en se payant une moitié en rémunération et l’autre moitié en dividendes. 

Il est important de mettre en place une rémunération qui est liée à la tâche et au rôle que chacun fournit dans l’entreprise en tant que participant actif. 

Concernant les dividendes, ils doivent se payer en fonction du bénéfice que réalise l’entreprise et de l’investissement que chacun a mis financièrement et du risque qu’il a pris. 

Clarifier le processus de décisions en cas de désaccord : 

Il faut déterminer qui aura la responsabilité de prendre les décisions finales dans son secteur de prédilection : financier, marketing, relation clients-fournisseurs, choix des produits…

Expliquer ce qu’il doit se produire lors d’une cessation de collaboration d’un associé : 

Il faut mettre en place la façon dont se fera la négociation de sortie. 

Une des meilleures clauses, est celle que je recommande dans mon livre, ce que j’appelle la clause du gâteau : le principe est de permettre à un des associés de faire une offre et aux autres de faire une contre-offre sans avoir de disputes.

Si vous mettez en place cette check-list, vous vous assurez que votre démarrage d’entreprise avec des associés sera un succès et que les conflits n’empecheront pas à votre entreprise de prospérer. 

Déjà 2 commentaires

À propos de Sébastien

(Le Marketeur Francais : Biographie)Sébastien, surnommé "Le Marketeur Français", est consultant en stratégie marketing, spécialisé dans la croissance explosive des petites entreprises.

/* ]]> */