Etiquettedevenir leader

Comment guider les gens vers le sommet ? Entretien avec Thierry Marx

C

Dans cet entretien exclusif avec le chef étoilé Thierry Marx, nous abordons comment atteindre l’excellence et aider les gens à se développer. 

Q : Dans le monde de la cuisine, les chefs ont eu eux aussi des maîtres, ils se sont formés avec d’autres. Quand je parle de chemin vers le sommet, j’aime l’idée que l’on essaye d’être le chef de cordée qui va aider les autres à continuer, à avancer. La question que certaines personnes se posent à ce moment là, c’est de savoir si l’on ne risque pas d’en faire trop quand on essaye d’atteindre l’excellence ?

R : Non, non, il faut travailler sur son humilité, c’est important. Effectivement, le chef de cordée a pour mission de guider les gens au sommet et de temps en temps, il peut aller aider les plus fragiles, les plus faibles, c’est-à-dire redescendre pour les porter eux vers le sommet. La notion de groupe, de lien social qu’il faut construire dans l’entreprise, est très importante. 

De nos jours, une entreprise sera sociale ou ne sera pas. L’idée d’excellence ne vaut que si elle est partagée et cette excellence commence par le « bonjour » du matin. 

En effet, l’excellence est un comportement du quotidien. L’exemple est la seule preuve d’autorité. Quand le leader montre son exemplarité, il va créer autour de lui un écosystème qui va être favorable. S’il se croit arrivé au sommet et qu’il guide les autres de là-haut, ça ne fonctionne pas. L’excellence ne vaut que si elle est partagée. C’est une monnaie d’échange dans le monde de l’entreprise qui me paraît toujours très intéressante. Nous rémunérons nos collaborateurs pour leurs compétences. Mais l’excellence est au-dessus de cela, vous êtes rémunéré pour une compétence mais en même temps, l’entreprise qui bénéficie de votre compétence doit vous aider à vous épanouir également. C’est une relation de confiance qui s’installe.

Q : Une bonne partie des entrepreneurs qui regardent mes vidéos ont une équipe composée de une à dix personnes et souvent ils se posent la question de comment faire concrètement pour aider les gens à se développer. Peux-tu donner un exemple ?

R : Pour moi, le cheminement important c’est la formation des collaborateurs, c’est-à-dire tout faire pour qu’ils soient bien formés et me challengent aussi moi. Je veux des personnes qui aient les mêmes idées, les mêmes convictions, les mêmes ambitions que moi. Voire l’ambition de prendre ma place, ce qui m’oblige moi aussi à rester dans l’excellence. Il ne faut pas avoir peur d’être challengé par son collaborateur proche. 

Souvent les gens me disent que je défends trop la formation et ils s’en vont. Imaginez que je ne les forme pas mais qu’ils restent. Il faut entretenir cette idée de transmission, que les gens restent ou nous quittent. Ce qui compte c’est qu’ils soient de bons ambassadeurs pour l’entreprise. Je crois beaucoup pour ce XXIème siècle qu’il faut remettre l’Homme dans le centre du débat.

Q : Dans ce que j’ai pu lire et découvrir sur tous tes projets, je trouve intéressant le côté de former des personnes pour donner une chance à ceux qui ont la passion, qui sont engagés dans cette démarche. Quand j’explique aux gens comment devenir le numéro un, souvent leur réaction est de me demander si cela implique d’empêcher les autres de grandir. En fait, ce que tu dis est exactement l’inverse.

R : Complètement. Etre numéro un n’est pas un grade acquis à vie. Nous sommes challengés donc nous devons nous préparer à redevenir numéro deux, voire numéro trois ou quatre. Cela nous pousse à sortir de la zone de confort. 

De plus, être numéro un se mérite, ce n’est pas quelque chose qui s’obtient comme un graal suprême. Je crois qu’aujourd’hui, le turn over est beaucoup plus rapide qu’autrefois. Le numéro un est obligé de rester dans l’exemplarité de la formation et d’aller chercher encore de la curiosité ailleurs pour continuer à évoluer. Ce qui me terrifie dans le management c’est quand un très bon manager dans un service ne parvient pas à sortir pour laisser les autres grandir. J’appelle cela un éléphant dans la pièce. Quand il est là, tous les autres sont rassurés mais restent à 50 % puisqu’ils l’écoutent. Je préfère que le super manager passe à autre chose dans un autre secteur d’activités et que les autres puissent grandir en profitant de ce qu’il leur a apporté. 

Donc, le numéro un ne l’est pas à vie, ce n’est pas un élu Divin. Même l’héritier d’une grande fortune peut la dilapider très vite. Il faut toujours garder l’envie de se remettre en question en permanence. 

La posture de l’engagement est la posture du combattant pacifiste. Ce combattant est un esprit disponible qui anticipe. Si vous vous laissez aller, si vous ne restez plus dans l’exemplarité, vous ne resterez plus longtemps le numéro un. Il faut rester proche de ses équipes, de ses hommes et leur donner envie de continuer à se battre pour vous. L’exemple est donc la seule preuve de l’autorité du numéro un et il doit toujours être plus exemplaire que les autres.

Q : J’ai deux questions à poser pour clôturer cette interview. La première concerne le thème de la liberté. Selon toi, qu’est-ce que être libre ?

R : Etre libre c’est avoir la capacité de se construire suffisamment en tant qu’individu pour pouvoir rester libre de ses choix. Choix de rester dans une entreprise ou de la quitter. 

La liberté est cette capacité à avoir assez de moyens physiques et intellectuels pour s’engager à faire autre chose. Dans nos centres de formation en cuisine et en boulangerie, c’est la première chose que je m’efforce de dire aux jeunes stagiaires : Je suis là pour construire avec vous des hommes libres de travailler avec nous ou de travailler ailleurs. La liberté de se mouvoir sur cette planète est pour moi essentielle. Il faut aider les personnes en difficulté à s’instruire pour devenir des Hommes libres et pas des Hommes qui risquent d’être asservis par des gens qui voudraient les enfermer dans un seul modèle.

Q : Dans le livre idéal qui apprend à quelqu’un comment se lancer à fond dans son projet et réussir, qu’est-ce que je ne devrais absolument pas oublier d’aborder ?

R : La rigueur, l’engagement et la régularité. Il ne faut pas chercher à inventer des choses trop compliquées. L’Humain est assez solide mais aussi assez fragile donc je pense qu’il faut construire des choses sages mais avec beaucoup de rigueur. 

L’engagement est une posture du corps et de l’esprit. Il est inutile de chercher à courir le 100m à la vitesse d’un médaillé olympique mais de se développer pas par pas, sans jamais reculer. Et, si vous deviez reculer, considérez que c’est une stratégie. Reculer n’est pas fuir. Avancez droit et calmement. Si votre passion vous anime, que votre positivité anime votre passion et que vous regardez où vous pouvez entrevoir votre projet, vous allez le toucher. Si vous commencez à reculer, à faire des pas de côté, à vous chercher des excuses, ce sera compliqué. Tout commence par une petite hygiène de vie de départ, pouvoir mesurer ce que nous sommes capables de couper dans notre environnement pour continuer à avancer. La rigueur est nécessaire pour grandir. Ceux qui disent le contraire ne vous racontent pas la vérité. Tous les grands créatifs que j’ai rencontrés et qui semblaient être funs et détendus ont tous appris à respecter les codes avant de les casser. Avant de casser les règles, il faut les appliquer. Vous devez donner du sens et ne pas laisser trop de place au hasard. Si ça ne fonctionne pas, vous ne devrez pas chercher des responsables parmi les collaborateurs ou dans des excuses. La responsabilité est dans le miroir.Pour aller plus loin, lire également : Comment atteindre l’excellence ? Interview de Thierry Marx

Bien appliquer la stratégie d’Océan Bleu

B

Pour être le premier de votre catégorie sur le marché, il faut appliquer une stratégie appelée la stratégie d’Océan Bleu. Vous devez vous positionner dans une mer immense où vous êtes un énorme poisson et où il n’existe aucune compétition au lieu de vous positionner dans un espace très concurrentiel où règnent déjà les requins qui peuvent vous déchiqueter, ce qui rendrait l’océan rouge. 

En créant votre propre catégorie de produits ou services, vous évitez toute comparaison « raisonnable » avec la concurrence, autrement dit vous pourrez vous permettre de proposer une offre très différente ou des prix très différents des concurrents sans qu’il soit possible de vous comparer puisque vous les rendez hors sujet. Vous obtenez ainsi une grande liberté de prix. 

Enfin, vous pouvez définir le standard du marché, c’est-à-dire que vous allez limiter l’entrée de nouveaux concurrents car pour s’imposer dans votre Océan Bleu, ils devraient se positionner avec une qualité de produits au moins équivalente à la vôtre.

La stratégie la plus simple est de déterminer un mouvement de fond sur le marché, pas juste une mode mais un mouvement qui durera au moins sur le moyen terme et si possible sur le long terme, voire définitivement.

 Vous devez donc chercher une mutation du marché qui durera au moins de trois à cinq ans selon vos prévisions puis ensuite, détourner ce mouvement à votre façon pour en devenir un emblème.

Trop souvent, cette stratégie d’Océan Bleu est expliquée de façon théorique, je vais donc vous présenter deux exemples.

2 exemples pour mieux comprendre

Jean-Romain Lefèvre a surfé sur la vague d’une demande qui commençait à devenir très forte en France pour les biscuits anglais. En effet, les Anglais disposaient de moyens de production supérieurs et de recettes différentes. Jean-Romain Lefèvre a commencé à proposer à Nantes des recettes similaires venues de l’Est de la France. Il a été perçu comme unique dans le secteur puisqu’il n’existait pas de biscuiterie lorraine à Nantes. Donc, il répondait à une demande et ses produits ne pouvaient pas être comparés aux biscuits anglais puisqu’il s’était positionné comme le héros du client.

Le second exemple est tiré de ma propre expérience.

Lorsque j’ai fondé mon entreprise de coaching en séduction, j’ai eu la chance de tomber en pleine vague du conseil amoureux. Il existe une génération entière de jeunes hommes ou des hommes un peu plus âgés sortant d’une relation qui ne savent pas s’y prendre avec les femmes parce que les codes ont changé. 

J’ai surfé sur cette vague mais, pour pouvoir l’utiliser à mon avantage et ne pas être juste un coach de plus, j’ai associé la tendance du marché à une tendance technologique. Autrement dit, j’ai associé un mouvement de fond de besoin d’aide pour séduire et un angle d’approche basé sur la technologie. 

J’ai été le premier en France à proposer une newsletter gratuite sur la séduction et aujourd’hui elle compte 95 000 abonnés. Ensuite, j’ai donné des cours en DVD en déposant la marque « Cours de Séduction » puis j’ai créé ma Web TV, Drague TV devenue officiellement « la » TV de conseils en séduction et première du secteur. 

Grâce à ces trois produits, je me suis positionné dans ma catégorie. Si aujourd’hui, je devais démarrer de rien, me lancer, je créerais un site ou une application mobile qui donnerait des conseils. Je ne vais pas développer de nouveaux projets car je suis déjà le leader sur le marché mais quelqu’un qui voudrait se positionner rapidement ferait un carton en lançant ce service.

Quelle est la formule pour devenir leader du marché ?

Q

Découvrez 4 étapes que vous devez maîtriser afin de développer votre entreprise. 

Quand on démarre une entreprise on aimerait avoir accès à une formation marketing sérieuse pour avoir une méthode éprouvée sur laquelle s’appuyer au lieu d’y aller en tâtonnant. 

En utilisant la méthode « Séduire Le Client » une entreprise est passée de 0 à 190 000 € de chiffre d’affaires en un an sans salarié. Elle continue de se développer puisqu’elle a fait plus d’un quart de million d’euros de chiffre d’affaires au cours des 12 derniers mois. 

Le problème rencontré dans la formation marketing est que personne n’a pris le temps de partager les éléments essentiels. 

Les formateurs rendent les choses plus complexes qu’elles ne sont vraiment. 

Le marketing en réalité c’est simple. 

Les 4 étapes pour propulser votre entreprise et devenir leader sur votre marché. 

Quand vous aurez accompli ces 4 étapes, vous pourrez souffler un peu. 

Vos clients viendront d’eux-mêmes. Le bouche à oreilles va vraiment fonctionner et votre entreprise pourra financer vos projets et vous permettre d’aider votre entourage. 

Les 4 étapes pour une position de leader sont : 

  • Avoir une offre irrésistible
  • Attirer une foule de prospects qualifiés
  • Utiliser le quatrième pouvoir
  • Séduire vos clients

Si vous voulez imposer votre entreprise face à la concurrence, il vous faut une offre irrésistible. 

Le meilleur moyen de développer une offre irrésistible est d’étudier les entrepreneurs ambitieux qui ont réussi. 

Parmi les entrepreneurs millionnaires d’aujourd’hui, 4 profils phares ont été choisis afin de partager avec vous les leçons que nous avons appris de chacun d’entre eux. 

Cette entrepreneur vit dans le Colorado, USA. 

C’est l’inventeur de Product Launch Formula, le processus qui est utilisé aujourd’hui pour lancer de nouveaux produits sur Internet. 

L’équipe marketing d’Apple par exemple, emploi une personne qui est formée à ce processus qui a servi au lancement de l’iPhone et de l’iPad. 

Ces stratégies vous permettent d’être présent partout en même temps. 

La devise de Jeff Walker est « Penser stratégie et non tactique ». 

Pour votre entreprise cela signifie que votre marketing ne doit pas être basé sur l’espoir, mais vous devez avoir un processus clair : 

  • Amener des prospects
  • Captiver les prospects
  • Leur vendre un premier produit
  • Les fidéliser

Beaucoup d’entrepreneurs négligent d’avoir une stratégie marketing solide. 

La conséquence est que si vous n’avez pas de stratégie, vous ne saurez jamais ce qui ne va pas pendant les jours creux. 

Comme par exemple, un entrepreneur propriétaire d’un bar, qui n’a aucune stratégie marketing. Il a du monde certains jours et d’autres où il n’y a pas un seul client. 

Il est incapable d’expliquer cela et dans l’incapacité de réagir, sauf à attendre qu’il y ait plus de monde le lendemain. 

Aujourd’hui, c’est peut-être le cas de votre site web, de votre point de vente ou de votre standard téléphonique. 

Avez-vous une stratégie solide, réfléchie, testée, éprouvée pour amener de nouveaux prospects à vous contacter ? 

Avez-vous un processus, étape par étape, qui décrit comment obtenir de ces prospects leur adresse email ou postale ? 

Savez-vous quelles sont les principales raisons qui poussent un client à acheter chez vous ? 

Avez-vous un programme qui définit après tant de jours et qui recontacte le client pour lui proposer de passer une seconde commande ? 

Ce sont des étapes simples mais peu de personnes prennent le temps de les effectuer. 

C’est pour cela, que la plupart des entreprises échouent dans une période de crise comme aujourd’hui. 

Si vous n’avez pas tous ces processus en place, ne vous sentez pas coupable, car il y a trop de bonimenteurs qui consacrent leur temps à vous vendre leurs derniers gadgets, mais personne n’a prit le temps de vous proposer une stratégie marketing étape par étape. 

Aujourd’hui on peut changer la donne. 

Cet entrepreneur est plus connu sous son nom d’auteur David DeAngelo. 

Il a écrit des livres sur le conseil amoureux et aussi sur beaucoup d’autres sujets. 

Ces activités dans des secteurs variés vendent 29 millions de dollars de chiffre d’affaires annuel. 

Eben Pagan a réussi car il a su présenter au prospect une information d’une façon limpide, pour que cela lui parle. 

Les clients ne sont pas idiots, mais ils n’ont pas le temps de vous le prouver. 

Le client d’aujourd’hui est éduqué et sait faire des choix intelligents, mais il n’a pas le temps de décrypter un message marketing trop compliqué, car il déteste la langue de bois ! 

Il faut définir le profil idéal des clients que vous souhaitez réunir. 

Un entrepreneur très intéressant, dont on entend beaucoup parler et qui sait jouer de sa personnalité dans son marketing. 

De plus, c’est un consultant très demandé. Auteur d’un best-seller, il a coaché des milliers d’experts pour faire connaître leur nom et diffuser leurs messages. 

Avec Brendon, on apprend qu’il faut se positionner. Vous devez être un expert aux yeux de votre client. 

Vous pouvez le faire, par exemple, en publiant un livre. 

Une légende et une leçon importante pour vous. 

Il est coach, auteur et séminariste. Il a coaché par exemple André Agassi, Bill Clinton. 

Ce qu’il fait systématiquement, c’est créer une offre irrésistible. 

Votre offre doit sortir de l’ordinaire, savoir se démarquer de la concurrence. 

En proposant par exemple des cadeaux à vos clients, un délai d’exécution plus rapide, des logiciels offerts, un guide offert…

Pour la survie de votre entreprise vous devez mettre en place une offre irrésistible. Quand vous avez une offre irrésistible, votre client arrête de se plaindre qu’il n’a pas les moyens financiers et vous savez que vous êtes plus convainquant car votre offre est époustouflante. 

Quand on est convaincu, enthousiaste, les personnes le ressentent et se laissent séduire par votre offre.

À propos de Sébastien

(Le Marketeur Francais : Biographie)Sébastien, surnommé "Le Marketeur Français", est consultant en stratégie marketing, spécialisé dans la croissance explosive des petites entreprises.

/* ]]> */