Etiquetteétat d’esprit

Comment gérer les personnes négatives et les briseurs de rêves ?

C

Après avoir accompagné de nombreux clients entrepreneurs, j’ai découvert qu’une des principales difficultés d’un entrepreneur est son entourage.

Les personnes avec qui vous passez beaucoup de temps ont énormément d’influence sur votre état d’esprit, votre humeur, votre motivation mais également sur les compétences que vous allez acquérir et les résultats que vous allez avoir dans votre entreprise.

Malheureusement, beaucoup d’entrepreneurs sont des entrepreneurs de première génération. Vous créez vous-même votre opportunité et donc vous n’avez probablement pas la chance d’avoir des parents entrepreneurs ou d’autres membres de la famille qui le sont. 

Pour la majorité des personnes suivant mes conseils, vous les suivez car vous n’avez pas forcément d’entourage qui vous soutient et vous donne les informations dont vous avez besoin.

J’aimerais partager avec vous quatre changements pour gérer un entourage n’étant pas toujours positif et qui parfois peut devenir briseur de rêves.

  1. Changer d’approche

Trop souvent, lorsque vous avez un rejet pour lancer votre entreprise, vous avez ce rejet pour deux raisons. Comme vous êtes la moyenne des six personnes qui vous entourent, si vous essayez de changer radicalement vos circonstances de vie, pour votre entourage cela est un peu comme si vous faisiez un jugement sur leur mode de vie à eux. Si vous dites à un repas de famille où chaque membre est fonctionnaire, que vous trouvez que le salariat est trop nul et que vous n’avez plus envie de travailler pour l’état, les membres de votre famille à qui vous allez le dire auront vite l’impression qu’en disant cela, vous êtes en train de les juger. C’est là que va commencer à se présenter la résistance par rapport à votre projet.

Le premier changement à faire est un changement d’approche. 

Au lieu de donner la sensation aux gens que vous êtes différent ou meilleur, la nouvelle approche que je vous conseillerais d’adopter est en fait de montrer comment est-ce que la vie sera meilleure une fois que vous aurez fait ce changement. Montrez ce que vous voulez pour votre famille plutôt que de juste dire que vous en avez marre de votre travail actuel. 

Si vos proches voient que votre décision n’est pas soudaine et prise par ras-le-bol mais liée à une vraie motivation qui les concerne, alors ils verront les choses d’une manière différente.

  1. Changer de sujet

Même si vous êtes passionné par le sujet, la création de votre entreprise ne doit pas être votre seul sujet de conversation. 

Si vous ne parlez que de ça à vos proches, peut-être que vous êtes le problème et qu’il faut alors vous posez les bonnes questions face à l’attitude qu’a votre entourage vis-à-vis de votre projet. Si votre projet d’entreprise est un sujet sensible pour vos proches, essayez de ne pas l’aborder. 

Nous avons tous des amis qui sont plus d’un côté de notre vie que de l’autre. Vous devez parler à chaque groupe d’amis de ce qui les intéresse. Ne pas parler à vos amis syndicalistes que vous allez devenir patron va à coup sûr éviter pas mal de frictions.

Cependant, éviter de parler de votre projet n’est pas suffisant car à un moment donné il est normal que vous parliez de vos projets pour obtenir des retours et être encouragés.

Ceci nous amène au point suivant.

  1. Changer d’environnement

Si vous avez des gens nocifs dans votre réseau, au lieu de couper les ponts avec eux et de vous retrouver seul, vous devriez essayer d’avoir un ami de plus avec lequel passer du temps. Un ami qui soit une bouffée d’air dans votre vie en vous apportant des conseils, de la perspective et de l’encouragement pour votre projet. Au fur et à mesure, vous allez connaître de plus en plus de personnes qui vous correspondent et vous allez vous créer un vrai groupe d’amis qui vous soutient et vous encourage.

Cela ne veut pas nécessairement dire qu’il faut couper les ponts avec votre ancien entourage mais essayez de passer de plus en plus de temps avec les gens qui vous soutiennent. Dans votre ancien groupe d’amis vous verrez que certains finiront par se convertir à votre projet et d’autres vont peut-être se détacher de vous parce qu’elles n’étaient au final pas des personnes faites pour être amies avec vous.

  1. Changer de perspective

Au fur et à mesure que votre projet va fleurir, des personnes qui y étaient complètement opposées au départ ou qui se sont même moquées de vous vont, petit à petit, être converties à la cause.

Mon activité de coach en séduction a laissé beaucoup de monde sceptique dans mon entourage mais au fil du temps, à force d’être reconnu dans le domaine, de passer à la télévision nationale et d’avoir écrit un livre best-seller et bien ces mêmes personnes qui de base étaient totalement opposées au contact ont même commencé à me demander des conseils pour leurs relations !

Si vous rencontrez le succès, vos proches à la base sceptiques, en voyant votre succès, vont se rendre compte qu’ils avaient tort d’être si négatifs.

Si vous changez de perspective et que vous apprenez à vous dire (dans votre tête uniquement, surtout pas aux personnes concernées !) « Dans 10 ans, tu viendras me demander des conseils » et bien ça vous permettra de prendre du recul et petit à petit de transformer ces personnes par votre influence indirecte juste en étant un peu patient.

Comment transformer son entreprise en machine à vendre ? (Étude de cas)

C

Aujourd’hui, j’interviewe Julien Romain, un entrepreneur libre qui gère actuellement une activité générant 300 000 de chiffre d’affaires annuel et ce en travaillant une journée par semaine.

Ce qui est intéressant dans le parcours de Julien, c’est qu’il a su transformer son entreprise en machine à vendre de façon à ce que le temps que lui il passe en entreprise soit avec un maximum d’effet de levier et le maximum de valeur ajoutée.

Sébastien : Comme nous pouvons l’imaginer, tu n’as pas directement réussi à travailler une seule journée par semaine.

Julien : Effectivement, cela ne s’est pas passé comme ça. J’ai eu une très belle réussite en tant que consultant. J’étais un peu un intrapreneur, je pouvais vraiment faire ce que je voulais. Je pensais qu’être entrepreneur allait être la même chose mais en fait, ce n’est pas vraiment le cas, la façon de fonctionner est différente et je n’y étais pas préparé. 

Je me suis lancé dans un premier projet pendant huit mois et ce fut un échec total. J’ai perdu environ 30 000 euros. Je me suis rendu compte que j’avais échoué mais j’ai la chance d’avoir un état d’esprit où je ne considère rien comme étant un échec définitif. Quand ce projet a échoué, je ne me suis pas dit que tout était terminé. J’ai donc pris le temps d’apprendre de mes erreurs et j’ai donc trouvé par la suite une nouvelle idée de business en rapport avec la Commission Européenne. J’ai pu lancer mon entreprise avec un associé. 

Pendant trois mois nous avons développé ce projet. Nous avons mis le site en ligne sans même avoir de liste de contacts et nous avons su générer déjà 1000 euros de ventes la première semaine sans même avoir de séquence de vente. Notre public était tout simplement des gens qui venaient sur Google, qui mettaient le nom du concours européen et qui tombaient sur notre page et c’est comme ça que nous avons pu démarrer. 

L’entreprise a pu se développer par la suite mais j’ai réalisé que je passais entre 40 et 60 heures par semaine sur ce business-là. Ma femme m’a ensuite fait réaliser que je travaillais trop, plus que lorsque j’étais consultant et qu’il fallait que j’arrête. Je travaillais pour mon entreprise plutôt que d’avoir l’entreprise qui travaillait pour moi et telle était mon erreur au départ.

Sébastien : Du coup, je sais que tu as participé à mon séminaire Entrepreneur Libre et à ma formation pour apprendre à poser ta stratégie marketing. Quelles sont les actions concrètes que tu as mises en place et qu’est-ce que cela a donné ?

Julien : J’avais déjà pas mal de partenaires aux Etats-Unis mais je n’avais pas forcément conscience que ça bougeait aussi sur le territoire francophone. Je suis ensuite tombé sur un de tes liens du Chemin Vers Le Sommet et tu proposais une invitation au séminaire Entrepreneur Libre. Je me suis dit que ce serait une bonne occasion d’étendre mon réseau en France. 

C’est en rentrant chez moi à la fin de ton séminaire que j’ai eu un déclic en me disant que je devais considérer mon business d’une autre façon en termes de gestion des priorités et du temps. Grâce, entre autres à ton séminaire, je suis parvenu à mettre en place un plan d’action pour changer cette problématique. 

L’approche que j’ai suivie est de visualiser mon business avec différents modules : vente, service client, administration, finance, etc…J’ai fait une cartographie de mon business et j’ai ensuite ajouté des indicateurs comme les noms des clients, des prospects, les taux de conversion, le temps passé sur chaque activité, etc…J’ai rapidement su voir où je passais trop de temps, comme par exemple le service client où je passais environ deux jours par semaine à répondre à des questions sur nos offres. Petit à petit, j’ai pris chaque partie de mon activité avec pour objectif d’automatiser au maximum mon business et c’est ce que j’ai réussi à faire.

Sébastien : Que ce serait-il passé si tu n’avais pas suivi de séminaires et continué sur la même voie qu’avant ?

Julien : Je n’aurais pas réussi à travailler une seule journée par semaine. Probablement que j’aurais encore été en train d’essayer de changer mon business model. Tout ce que j’ai appris durant le week-end de ton séminaire a été bénéfique et sans cela, je serais probablement encore en train de crouler sous les emails et à gérer divers problèmes techniques que je ne gère désormais pas moi-même.

Sébastien : Quel est l’impact aujourd’hui sur tes proches et ta famille ?

Julien : L’impact le plus important est celui avec ma femme car je suis passé de jusqu’à 60 heures par semaine à une journée par semaine donc je peux me consacrer davantage à elle. J’ai fait tout ça pour moi aussi car maintenant j’arrive à trouver un meilleur équilibre entre ma vie professionnelle et ma vie personnelle. Donc, comme je disais, ma relation avec ma femme s’est améliorée mais j’ai également plus de temps à consacrer à ma famille et mes amis, ce qui améliore également la relation que j’ai avec eux. 

Quand je me suis lancé en tant qu’entrepreneur, j’avais très peur de faire faillite mais à partir du moment où je suis parvenu à automatiser mon business, ce stress a disparu et j’étais donc beaucoup plus serein et cela a bien évidemment eu une influence positive sur ma relation avec mes proches.

Sébastien : Que dirais-tu à quelqu’un qui aujourd’hui se sent inspiré, quelqu’un qui voudrait se lancer mais peut-être qui n’ose pas et a des appréhensions ? Aussi, que dirais-tu à quelqu’un étant déjà entrepreneur mais se demandant où est passée sa liberté car, comme toi au début, il travaille jusqu’à 60 heures par semaine ?

Julien : Une différence entre les anglo-saxons et nous en francophonie c’est que nous, nous suivons souvent les schémas de la société dans différents domaines et nous ne les remettons jamais en question. Il faut pourtant savoir ce que vous voulez et pourquoi vous voulez obtenir cela. C’est bien de vouloir être entrepreneur mais il faut savoir pourquoi. Une fois que votre vision est claire, tout va s’enchaîner. Vous devez agir concrètement au quotidien pour tout mettre en place.

Sébastien : Le fait d’avoir pris le temps de mettre en place ce système est ce qui fait qu’aujourd’hui tu as le temps.

Julien : Tout à fait. Une fois que tout est clair dans votre tête, il faut agir et cela peut paraître compliqué mais finalement il suffit de le faire et tout s’enchaînera naturellement. Le plus important est de surmonter ses peurs.

Sébastien : Que dirait le Julien d’il y a 5 ans en réaction à tes propos actuels ?

Julien : Il dirait que j’ai très bien fait de persévérer dans l’entreprenariat.

Comment intégrer une partie sur le développement de soi dans votre formation/coaching?

C

Une fois que votre prospect est motivé, convaincu par la raison pour laquelle il suivra votre programme et influencé par les témoignages de vos clients satisfaits, pensez à lui proposer un contenu intéressant pour qu’il vous suive jusqu’au bout.

Le contexte de votre produit d’information, c’est le plan. Vous pouvez le nommer également plan de formation qui permet de clarifier la répartition des différentes parties. Par contre, si vous vous adressez à des particuliers, évitez le terme formation. En effet, les particuliers n’ont pas besoin d’une formation. Il est possible de remplacer ce terme par des cours ou bien des séances de coaching.

Votre formation doit répondre à deux objectifs, par conséquent votre plan sera constitué de deux parties.

Le premier objectif, consiste à donner la formation technique et l’information cherchée par le client en achetant votre produit.

Quelques exemples de questions posées sur le moteur de recherche de mon site Conseils en séduction :

  • Comment séduire ou draguer une femme ?
  • Comment aborder une femme et avoir son numéro ?
  • Comment inviter une femme à un RDV ?  

Parmi les questions posées, il y a des questions qui sont très vastes et d’autres sont plus spécifiques.

Le problème, c’est que si vous vous contentez dans votre produit de donner la technique, vous risquez que votre prospect soit incapable de l’utiliser.

Par exemple, pour les conseils en séduction, si je réponds à ces questions en donnant à mes prospects :

  • La phrase la plus efficace pour aborder une femme ;
  • Les différentes variantes de cette phrase ;
  • L’erreur à ne pas commettre.

À ce stade, mon client a le savoir-faire, mais il n’a pas le savoir-être : il est toujours incapable de démarrer une conversation facilement, il ne peux pas être à l’aise dans une discussion ou devenir intéressant et énergique après les 5 premières minutes.  

Pour cette raison, il est indispensable d’avoir dans mon programme le côté technique et le côté lié au développement personnel de mon client.

Ce sont deux parties complémentaires qui vous permettront de faire apprendre à vos clients le savoir-être qui va avec le savoir-faire et les états d’esprit qui vont avec les conseils techniques.

Tous les livres de vente qui ont un niveau élevé, ont un point en commun. Ils se focalisent sur l’état d’esprit qu’il faut avoir au moment où vous interagissez avec les clients et vous proposent des méthodes pour vous préparer. Ils abordent différents sujets liés à l’état d’esprit qu’il faut adopter et les émotions que vous devez ressentir.

Ensuite, dans un court chapitre à la fin du livre, vous trouverez des scripts à utiliser pour réussir une vente. En effet, si vous réussissez à créer une relation avec votre client, vous aurez plus de chance qu’il effectue un achat.

Par contre, les livres de vente avec un niveau moins élevé, proposent plusieurs phrases et à vous de les tester pour savoir laquelle pourra marcher avec vos clients.

Dans votre produit, il est indispensable d’avoir les deux parties. A un moment donné, vous devez partager l’information ou la technique avec vos clients. Mais n’hésitez pas à planifier un moyen de développement de soi.

Dans la plupart de séminaires, les formateurs optent pour une progression dans les exercices. Ils commencent par des exercices généraux pour arriver à des exercices d’introspection.

Une autre progression dans les exercices est possible : des exercices par écrit pour que le prospect soit en confrontation avec lui-même. Par la suite, les participants partagent les réponses avec un ou plusieurs partenaires pour une confrontation avec l’autre. En effet, en ayant une idée qui n’est pas très claire, la confrontation avec l’autre permet de la renforcer. Finalement, il y aura un partage de l’information avec tous les participants pour avoir une confrontation avec l’ensemble du groupe.

Par exemple, si j’attaque directement un séminaire par : Bonjour, je suis Sébastien Le Marketeur Français, bienvenus dans ce séminaire au cours duquel vous apprendrez comment créer un produit, est-ce que quelqu’un parmi les présents peut nous expliquer son produit d’information à haute voix, s’il vous plaît ? Dans ce cas, personne ne prendra la parole, parce que je n’ai pas suivi la progression des exercices. Il est donc nécessaire de proposer la deuxième partie de la formation : le développement de soi.

Pour inciter vos clients à lire la partie de développement personnel qu’ils n’ont pas demandé, il est recommandé de la vendre implicitement sous forme d’une formation et de conseils techniques.       

Comment générer un CA de 300 000 € par an en travaillant un jour par semaine ? (Étude de cas)

C

Je partage avec vous, aujourd’hui, l’expérience d’un entrepreneur libre pour vous inspirer. Julien Romain, gère une activité qui génère 300 000 € de chiffre d’affaires annuel et travaille une seule journée par semaine. Julien a quitté le parcours classique du salarié pour lancer sa propre entreprise, d’une façon impressionnante. Il a transformé son activité en une machine à vendre. C’est un système organisé de façon à ce que le temps passé par Julien dans l’entreprise, aura un maximum d’effet de levier et apportera le maximum de valeur ajoutée.

Je partage avec vous d’un côté ce que Julien a mis en place du point de vue marketing pour que son entreprise génère ce chiffre d’affaires et d’un autre côté, vous allez découvrir les états d’esprit qui ont permis à Julien de réussir.

En quoi consiste l’activité de Julien Romain ?

C’est une activité assez particulière qui consiste à assister les personnes qui veulent intégrer la Commission Européenne dans la préparation du concours d’entrée. Cela est possible en leur proposant des tests de préparation et des outils de formation qui vont les aider à augmenter leurs chances de réussite. Le produit proposé, c’est la plateforme qui permet aux participants de tester leur niveau et la formation pour réussir le concours d’entrée. 

C’est un travail saisonnier puisqu’il dépend des dates de l’organisation de ce concours (entre avril/mai ou septembre/octobre). Entre 35 à 40 milles candidats participent à ce concours et seulement 200 personnes sont retenues. Pour cette raison, il est indispensable de se préparer afin d’augmenter les chances de réussite.

Quelle est la stratégie marketing mise en place ? 

Julien Romain a créé un site Internet avec une page d’accueil attrayante pour présenter l’entreprise et développer son image. Toutefois, la partie vente se fait notamment via une séquence vidéo publicitaire qui vise les internautes intéressés par le concours européen. La stratégie adoptée consiste à leur proposer des publicités à des moments clés. Il incite ses clients potentiels à tester une démo de sa plateforme et à assister à un webinaire afin de déclencher la séquence de vente.

Cela dément le mythe de la nécessité d’un site Internet dans les promotions de votre activité.   

Julien a créé une page Facebook afin de promouvoir des publicités et amener des clients. La technique adoptée, c’est de proposer un contenu gratuit qui peut être un webinaire gratuit qui explique le déroulement du concours, des conseils pour bien se préparer ou une démo de 10 questions gratuites pour aider les clients potentiels à comprendre comment cette plateforme peut les aider.

Grâce à ces outils gratuits, les candidats s’enregistrent dans le programme d’accompagnement. Au lieu d’utiliser son site Internet pour amener des clients qui ne le connaissent pas en leur proposant des offres, Julien leur propose un contenu gratuit.

Le site est développé de telle façon qu’il propose deux séquences de vente automatiques : une pour la participation au concours européen et une autre pour les autres types du concours. Cela permet à Julien de segmenter les profils des visiteurs de son site pour lancer des séquences automatiques adaptées et spécifiques à chaque type de concours. Les internautes sont redirigés vers la même page, mais les coordonnées saisis sont séparées.

En résumé le processus est le suivant :

  1. La publicité sur Facebook permet de cibler les clients potentiels ;
  2. Les clients potentiels sont redirigés ver une page du site Internet qui permet de les segmenter selon le type de concours qui les intéresse ;
  3. Par la suite, les clients sont invités à insérer leurs coordonnées pour bénéficier d’une démonstration gratuite ;
  4. Les clients reçoivent par mail un accès à des séances de démo gratuites ;
  5. Cela déclenche une nouvelle séquence d’action : un webinaire gratuit ;
  6. Finalement, Julien propose ses produits aux clients qui leur permettront de se préparer aux tests.

Comment réduire ses heures de travail ?

Sur une année, plus de 2500 participants s’inscrivent afin de recevoir la démonstration gratuite proposée. Si Julien Romain proposait des démos personnalisées, il serait obligé de travailler jour et nuit pendant une année afin d’accomplir cette tâche. 

La solution mise en place concrètement, consiste à proposer un test gratuit qui permet aux participants de s’auto évaluer d’une façon automatique. De même, les webinaires sont conçus de façon à ce que tous les participants peuvent les regarder sans que Julien soit présent à chaque fois. Il garde donc la même séquence de webinaire (en l’adaptant avec chaque événement) afin de le réutiliser pour différents concours. La mise en place d’un système automatisé lui a permis de toucher plus de prospects en réduisant ses heures de travail.

Comment devenir un entrepreneur ?

Julien Romain n’a pas toujours été un entrepreneur. Il a commencé sa carrière en tant que consultant junior dans une grande boîte. Après quelques années, il a réussi à atteindre le niveau partenaire dans le cabinet. Certains événements font que les valeurs changent parfois. Comme il y avait un décalage entre les valeurs de Julien et son style de vie, il a décidé de suivre son rêve et devenir entrepreneur. Il était bloqué au début à cause de ses croyances à ce moment-là. Comme beaucoup, il pensait qu’il est indispensable d’avoir un fond pour se lancer. C’est le chemin enseigné souvent dans les universités ou les écoles de commerce. Le déclic pour Julien a été un livre qu’il a reçu : La semaine de 4 heures de Timothy Ferriss. Ce livre rappelle notamment qu’il est important de faire l’équilibre entre la vie personnelle et la vie professionnelle.

Élargir votre réseau professionnel pour devenir riche

É

J’aimerais partager avec vous une des habitudes mentionnée dans le livre de T. Harv Eker Les Secrets d’un Esprit Millionnaire qui vous permettra de franchir une barrière quand vous êtes en train de développer votre entreprise et d’augmenter votre chiffre d’affaires.

Les personnes riches croient fortement qu’elles doivent être entourées par des personnes qui ont le même niveau de revenu. 

Ce raisonnement m’a intrigué, parce qu’en lisant ce livre, j’étais en train de lutter pour atteindre un certain chiffre d’affaires annuel dans mon entreprise. A la lecture de ce livre, j’ai compris que j’avais un problème de réseau. 

En effet, je me suis rendu compte que je ne connaissais pas assez d’entrepreneurs ayant franchi le chiffre d’affaires souhaité. Par conséquent, j’ai pensé à étendre mon réseau et j’ai réussi à rencontrer des leaders sur le marché dans le secteur du fitness qui font des millions de chiffre d’affaires annuel. 

En discutant avec ces entrepreneurs, j’ai débloqué des notions gravées dans mon esprit. Mon entourage professionnel était limité de telle façon que mes objectifs sont devenus plafonnés. 

Par exemple, j’ai discuté avec un de mes amis qui gère sa propre activité et génère un chiffre d’affaires annuel de 120 000 €. Ce montant m’a semblé énorme comme je venais de démarrer mon activité. J’ai alors visé un chiffre d’affaires annuel de 30 000 €. 

Suite à cette conversation, je me suis rendu compte, que je suis capable de développer mon activité et de dépasser ce montant. Par contre, mon ami était convaincu qu’il est impossible de franchir ce seuil. 

Je partage avec vous ce vécu, pour démontrer l’influence de votre entourage professionnel sur vos ambitions et votre motivation. 

Une année après la lecture du livre Les Secrets d’un Esprit Millionnaire, j’ai généré un chiffre d’affaires annuel de 190 000 € et l’année d’après 340 0000 €. 

Cela est le résultat d’une stratégie que j’ai adopté, qui consiste à viser loin et à intégrer un entourage professionnel qui pense plus grand. Au lieu de lancer des nouveaux projets en cherchant à réaliser un chiffre d’affaires limité par les expériences d’autres entrepreneurs, j’ai commencé à lancer des activités qui apportent une valeur ajoutée à mes prospects et me rendrait riche un jour. 

Afin de passer à un niveau supérieur, améliorer le rendement de votre activité et générer un chiffre d’affaires annuel important, il est indispensable d’élargir votre réseau professionnel. Bien entendu, choisissez des personnes inspirantes qui vous permettront de viser loin et de penser grand. Ces personnes seront prêtes à vous donner des conseils afin que vous réussissiez. 

Les clés pour devenir un entrepreneur Zéro Limites

L

À un moment dans notre vie, nous avons forcément une réflexion profonde par rapport à nos aspirations et à tous les freins et les croyances limitantes qui nous habitent. 

Vous pouvez avoir du succès dans une sphère de votre vie, mais dans les autres sphères vous avez la sensation d’être criblé d’incertitudes.

Vous avez peut-être la sensation d’être constamment dans le doute de peur de partager vos réels rêves et vos réelles ambitions qui sont de devenir entrepreneur. 

Votre perspective doit être de tenter de repousser vos propres limites donc Zéro Limites. 

On réalise à un moment à quel point la vie est fragile. On doit s’accorder la permission d’aller à la poursuite de nos rêves, chercher les bons enseignants et les bons guides afin de faire de sa vie un chef-d’oeuvre pendant que l’on est sur Terre. 

Si vous cherchez les bonnes stratégies et les bons conseils, vous verrez qu’en quelques mois vous atteindrez votre objectif. 

Comment atteindre ce but, alors que l’on part de rien et que l’on n’a pas de site prestigieux ? 

Dans cet article, je vais aborder la connexion entre l’état d’esprit qui va faire qu’une personne est un gagnant et les stratégies que cette personne va nécessiter pour réussir à gagner plus avec son entreprise en utilisant Internet. 

En quoi l’état d’esprit peut influencer sur l’application des stratégies ? 

Il faut bien comprendre que soit vous êtes déjà coach, formateur, consultant, infopreneur ou que vous ne l’êtes pas encore, mais que vous êtes intrigué sur la façon dont vous pouvez vous lancer. 

Il est essentiel de parler de la psychologie et de l’état d’esprit qui est nécessaire actuellement pour gagner dans l’économie d’aujourd’hui. 

Beaucoup de personnes achètent des produits sur Internet au sujet du développement personnel et vont être inspirées parce qu’elles sont à la recherche de nouvelles techniques, de nouvelles promesses. 

Mais, très souvent, malgré l’investissement, ces personnes vont abandonner rapidement parce que leur psychologie ou leur comportement ne sont pas nécessairement actualisés. 

Pour mieux comprendre, imaginez une courbe qui part d’un côté en descendant et remonte jusqu’à l’autre extrémité. On l’appellera la Courbe de l’Excellence de Soi. 

En premier, il faut noter tous les résultats actuels, que cela soit niveau financier, entrepreneurial, relationnel…

De l’autre côté de cette courbe vont se trouver vos résultats visés. 

En général, les personnes démarrent à la surface : elles ont des résultats actuels, souhaitent obtenir des résultats visés et sont très motivées et enthousiastes par rapport à l’opportunité d’améliorer leur vie. La majorité des coachs dans le développement personnel vont alors dire à ces personnes de fixer leurs objectifs et de travailler dur pour obtenir les résultats visés. 

Après plusieurs semaines ou plusieurs mois, la motivation baisse. Les croyances limitantes refont surface et ces personnes abandonnent en cours de route.

Si on suit la Courbe de l’Excellence de Soi, vos résultats actuels sont soutenus par vos comportements actuels : 

Comment faire pour lutter contre cette baisse et pouvoir remonter la pente pour atteindre son but ?

Tout d’abord, il faut prendre conscience de la Courbe de l’Excellence de Soi. 

Le résultat actuel est soutenu par un comportement actuel et ce dernier est soutenu par une psychologie actuelle. 

Votre façon de penser et vos croyances limitantes peuvent peut-être venir de vos parents, de vos enseignants, des guides ou des coachs que vous avez suivi dans le passé et qui ont semé une croyance limitante en vous. 

Pour sortir de cet état, il faut prendre conscience que, si on ne décide pas de changer nos comportements visés et notre psychologie visée, il sera impossible d’atteindre les résultats visés avec de vieux comportements ou de vieilles psychologies. 

Il faut maintenir le cap, avoir la confiance et la psychologie pour gagner dans l’économie d’aujourd’hui. 

Vous devez savoir comment vous positionner lorsque vous êtes face à une situation. 

Certains comportements permettent d’améliorer nos résultats, surtout au niveau de l’état d’esprit. 

Plutôt de vous dire qu’il faut tenter d’être positif tous les jours, vous devez plutôt commencer avec une psychologie renouvelée pour créer de nouveaux comportements et arriver à vos résultats visés. 

Il y a 5 facteurs qui sont révélateurs de notre attitude : 

  • vos habiletés,
  • votre façon d’affronter les défis,
  • votre attitude pour faire des efforts dans la vie, 
  • votre façon d’accueillir les feedbacks, la rétroactivité,
  • et enfin, votre façon de gérer les échecs dans la vie. 

Ce sont les 5 sphères les plus payantes où un entrepreneur doit faire extrêmement attention pour ne pas altérer son succès et ses résultats visés. 

Par exemple, au niveau des habiletés. En effet, certaines personnes veulent devenir infopreneurs et pensent qu’il ne sont pas bons en technique et qu’ils ne savent pas faire.

Au lieu d’abandonner ou de rester avec cette conviction, il faut aller vers des ressources qui peuvent nous aider, nous outiller. 

Une personne qui aura une attitude de gagnant en affaires, va voir que les habiletés viennent avec le travail et que l’on peut toujours s’améliorer. 

On n’a peut-être pas ces connaissances aujourd’hui mais en investissant dans un programme et en allant vers les bons enseignants on peut progresser, s’améliorer. 

Dès qu’il y a un défi qui se présente, si on a la psychologie actuelle on va se dire que l’on savait qu’il y aurait un obstacle insurmontable, et qu’il est impossible d’atteindre nos résultats visés. 

Il en est de même si vous avez des commentaires négatifs, de haine, de critique, d’insatisfaction par rapport à ce que vous faites et que vous vous dites que ce n’est pas pour vous car c’est trop difficile. 

Il faut comprendre qu’un entrepreneur qui réussit a compris que la confiance en soi est très importante pour obtenir de meilleurs résultats avec sa psychologie et son comportement. 

On peut maintenir cet état d’esprit en focalisant ou en investissant nos énergies, notre temps, notre focus pour vraiment s’améliorer. 

Les stratégies pour vous aider à avancer consistent à : 

  • avoir une réflexion par rapport à vos résultats actuels, 
  • être honnête avec soi-même sur vos comportements actuels. 

Quelles sont vos habitudes qui vous mènent à prendre ce type d’actions ? 

Pensez au temps, à votre focus que vous allouez : 

  • à votre rêve d’entrepreneuriat,
  • de gagner votre vie sur Internet,
  • à partir de votre savoir, de vos stratégies, 
  • même à partir de votre histoire personnelle.

Beaucoup de personnes sont parties simplement à partir de leur propre histoire, sans diplôme prestigieux, sans une grande éducation, sans certification pour devenir des coachs très performants. 

Ils ont réalisé qu’avec une nouvelle psychologie, un nouveau comportement, ils ont pu aller puiser à partir de leur histoire personnelle beaucoup de notoriété pour se positionner dans le marché et l’économie d’aujourd’hui. 

Dans l’ancien modèle économique, on écoutait les enseignants universitaires, ceux qui avaient des doctorats, de grands titres prestigieux : c’étaient des leaders. 

On a rapidement réalisé dans l’économie qu’il y a des personnes qui n’ont pas de titres prestigieux, qui n’ont pas fait d’études et qui sont des leaders exceptionnels. On réalise que l’on va vers des personnes qui n’ont pas nécessairement une grande éducation pour : 

  • nous aider, 
  • nous donner des stratégies lorsque l’on va se trouver confronter à un problème. 

On vous amène dans un processus de tamiser votre vie et vos expériences personnelles pour en faire ressortir l’essence afin de poursuivre votre rêve et demeurer heureux. 

Parfois, il suffit d’être à l’écoute des questions que nos proches peuvent nous poser afin de nous amener dans un domaine où l’on pourrait aider d’autres personnes. 

Vous n’êtes pas dans l’obligation d’être spécial pour vous permettre d’aider des personnes dans un domaine qui vous est propre. 

Votre vécu peut vous amener à trouver des solutions pour vous et pour les autres.

L’importance de l’apprentissage continu

L

Les personnes qui ont le plus de succès sont celles qui sont toujours en train d’apprendre. C’est extrêmement important de ne jamais se considérer comme un ponte qui n’a plus rien à apprendre. Le risque est de se laisser dépasser.

Lors d’une interview au chef étoilé Thierry Marx, juré de Top Chef, je lui ai demandé pourquoi il était autant impliqué dans l’éducation, pourquoi il essayait toujours de créer de nouveaux cours afin de former d’autres chefs. Il a répondu que pour rester au sommet, être toujours un leader, garder la place de numéro un, il ne fallait pas se distancer en poussant les autres vers le bas mais qu’il était nécessaire de créer une équipe où chacun est toujours challengé. Ce système permet de sortir d’une zone de confort pour avancer davantage.

Certains parmi vous sont en train de démarrer leur entreprise. Vous êtes en mode apprentissage et accumulez toutes les informations possibles. D’autres ont déjà beaucoup assimilé et se demandent s’ils peuvent encore en ajouter. Rester toujours dans cette démarche d’apprentissage est essentiel.

Combien parmi vous pensent que si vous faisiez cent millions de chiffre d’affaires annuel, vous seriez plutôt bien ? Combien pensent qu’une fois arrivé à un tel niveau, vous savez tout ce qu’il est nécessaire de connaître sur votre sujet ? Un grand nombre. 

Pourtant vous vous inscrivez à des séminaires, des conférences, vous élaborez des tests. 

Combien pensent qu’avec cet état d’esprit de toujours chercher à apprendre, vous resterez au sommet et continuerez à vous développer ? Beaucoup et vous vous situez  pourtant déjà au top dans votre façon de procéder.

Vous pourriez comparer votre emploi du temps à un saladier à remplir. Vous avez des aspects de votre vie qui sont importants à y placer. Si dans le fond de ce saladier, se trouvent déjà d’autres choses moins essentielles, ce qui est important pour vous ne peut pas y tenir.

Un entrepreneur doit réaliser trois types de tâches :

1. Des tâches stratégiques

Une activité stratégique est celle qui consiste à définir la direction du bateau, c’est le temps de réflexion où il faut sortir du job d’exécutant dans l’entreprise, de salarié de la boîte et commencer à penser comme le propriétaire. 

A ce moment-là, vous devez définir l‘axe du gouvernail.

2. Des activités motrices

Une activité motrice est celle qui fait rentrer de l’argent dans les caisses de l’entreprise. 

Elle est extrêmement importante puisque c’est votre activité commerciale, votre marketing, votre recherche de marchés et de partenaires. 

En résumé, l’activité motrice permet au bateau d’avancer.

3. Des activités de flottaison

L’activité de flottaison permet simplement au bateau de flotter. 

Si vous passez tout votre temps à colmater des brèches dans la coque, votre bateau flottera peut-être mais il n’arrivera pas à destination. Il finira par couler.

Aujourd’hui, beaucoup parmi vous ne faites que des activités de flottaison, c’est-à-dire toutes les actions administratives, les réponses aux mails, les différents papiers. Cela ne génère pas un seul euro pour l’entreprise et ne permet pas de définir votre direction. Il est pourtant nécessaire que ce travail administratif soit réalisé.

La question n’est pas de savoir quelle activité parmi les trois vous devez cesser mais dans quel ordre vous devez les placer dans votre vie, dans votre emploi du temps. Il faut savoir que les activités de flottaison trouveront toujours une place. De manière générale, tout le monde remplit ses papiers au dernier moment, souvent le dernier jour.

Vous devez réfléchir au temps que vous passez pour chacune des activités.

Etat d’esprit et convictions de l’esprit productif

E

Nous allons aborder les sept grands principes de l’esprit productif. Aujourd’hui, nous allons plus particulièrement nous focaliser sur le principe 0 : État d’esprit et convictions de l’esprit productif.

La productivité, c’est-à-dire faire plus et plus rapidement, doit être envisagée dans le cadre de votre vie, dans la réalisation de vos rêves, de vos objectifs. L’origine de tout est la pensée, le mental, ce qui vous permettra d’être vraiment productif.  Vous constaterez que la plupart des principes vus aujourd’hui concernent surtout la réflexion, la préparation plutôt que l’action.

Dans ce premier principe, il existe un certain nombre de convictions de base.

Je suis orienté résultats, pas orienté action.

L’objectif ne doit pas être de réaliser des choses mais de vous positionner dans une logique d’orientation résultats. 

Posez-vous toujours la question « Quel est le résultat que je veux atteindre ? ». 

Focalisez-vous sur comment l’atteindre le plus rapidement possible.

Mon temps est ma principale ressource, je suis un farouche protecteur de mon temps.

Parmi tout ce que vous possédez, le temps est la seule chose qui ne peut être remplacée. Quand l’heure est passée, elle n’existera jamais plus. 

Pour un entrepreneur, le temps est la plus importante des ressources, plus encore que l’argent.

Je suis la seule personne responsable de mon agenda.

Vous devez ressentir la conviction que vous seul êtes le responsable du contenu de votre agenda, que vous le maîtrisez entièrement.

Le plus important est de garder la priorité numéro 1 comme la priorité numéro 1.

Le principe est de garder toujours en visuel la priorité (du mois, du jour, du moment) que vous avez identifiée.

Chaque jour, j’accomplis ma destiné.

Les choses que vous accomplissez chaque jour construisent-elles votre vie, l’idéal vers lequel vous tendez ? 

Pour arriver en fin de journée avec enthousiasme, vous devez établir un lien entre votre futur à long terme et ce que vous accomplissez aujourd’hui.

Plus je me donne du temps et plus j’en prends.

Il a été prouvé scientifiquement que lorsque vous avez une tâche très importante, vous la réalisez dans le temps que vous avez estimé. Cela signifie que si vous aviez estimé moins de temps, vous seriez arrivé au même résultat. Si vous estimez que vous avez besoin de deux heures pour effectuer une action, dites-vous qu’une heure pourra suffire. Divisez par deux toutes vos estimations et vous serez surpris des résultats. 

De même, si vous commandez un travail à un prestataire, donnez-lui un court délai afin d’avoir le temps ensuite de vérifier ce qu’il vous a livré avant la date limite où vous en aurez besoin.

Dans le marketing Internet, si l’ensemble des activités vous prend plus de deux jours, vous avez probablement un problème dans votre stratégie ou dans votre formation. Imposez-vous des challenges très courts. Par exemple, accordez-vous deux jours pour mettre en place un blog ou un site Web.

Quel conseil donner pour débloquer quelqu’un qui s’est donné trop de temps pour son projet ?

Lui dire de s’accorder moins de temps pour réaliser ce projet et le terminer même si le résultat n’est pas parfait. Le blog, le site, la vidéo seront en ligne rapidement. En coaching, je demanderai à cette personne quel est l’impact de sa procrastination sur l’avenir de son entreprise, de ses finances, de son style de vie, de la qualité de ses relations etc.

Imaginons que j’aie un projet et je décide de m’allouer un temps. Étant responsable de mon agenda, c’est moi qui décide combien de temps je vais passer à chercher des partenaires, à établir le profil de mes clients etc. Comment me rassurer sur la façon dont j’établis mon timing puisqu’il n’existe pas de règle absolue?

Je reprends mon conseil précédent, divisez par deux le temps que vous avez estimez. 

Ensuite, vous pouvez demander des conseils à quelqu’un qui a déjà réalisé la même opération. Sinon le processus sera très itératif. Vous commencerez par une première estimation puis vous noterez le temps réellement pris. Avec l’habitude, vous serez de plus en plus productif. Il n’existe pas de recette miracle, le mieux est de décomposer le projet et estimer le temps pour chacun des points puis de tout diviser par deux.

Nous arrivons au terme du point 0 qui, pour moi, est la fondation pour aborder les six principes suivants.

À propos de Sébastien

(Le Marketeur Francais : Biographie)Sébastien, surnommé "Le Marketeur Français", est consultant en stratégie marketing, spécialisé dans la croissance explosive des petites entreprises.

/* ]]> */