Etiquetteméthode de travail

Les leçons de Brian Kurtz un entrepreneur aguerri

L

Dans cet article, j’interviewe Brian Kurtz, un entrepreneur reconnu afin de vous faire profiter de son expérience en marketing et en tant qu’entrepreneur aguerri. J’ai eu la chance par le passé, d’accueillir Brian lors d’un des séminaires que j’organisais à Paris pour Entrepreneur Libre. Brian Kurtz est un entrepreneur avec une expérience de plus de 33 ans dans le domaine du marketing direct. Il a développé une entreprise dont les ventes annuelles dépassent 150 millions de dollars et a remporté plusieurs prix. 

Selon Brian, il est crucial d’essayer des nouvelles expériences pour atteindre les grands succès. Si on reprend l’exemple de Michael Jordan, on peut noter qu’il a réussi des matchs avant de devenir une légende du basketball, mais aussi, perdu d’autres matchs et manqué plusieurs paniers. D’ailleurs, c’est une règle du marketing. Il est indispensable d’essayer et de tester de nouvelles stratégies afin de réussir et d’apprendre à travers nos erreurs.   

Brian partage avec nous deux erreurs énormes que vous devez éviter dans votre entreprise ainsi que les leçons qu’il a apprises. À ce propos, Susan Garrett, championne du monde d’agilité depuis 19 ans, affirme qu’elle ne perd jamais : soit elle gagne soit elle apprend une leçon ! 

Voici la première erreur à éviter relaté par Brian.  

L’histoire de la chemise de Marty

Marty Edelston, le fondateur de la société Boardroom, était mon associé et mon mentor. Il a fait le tour des catalogues et m’a acheté beaucoup de vêtements, car il a pensé que j’en avais besoin. La plupart des vêtements étaient acceptables sauf une chemise qui ressemblait à un patchwork. Une de mes plus grandes erreurs était de porter cette chemise en public ! 

Certes, en portant cette chemise en public, je n’ai pas perdu des millions de dollars, mais j’ai perdu du respect.

Ne pensez pas que vous êtes au-dessus des échecs

Dans les sept idées lumineuses, j’ai raconté comment ma société s’est lancée dans le publireportage. C’est une publicité télévisée très longue, de trente minutes à peu près. J’ai poussé sans relâche pour réussir à vendre mes produits via les publicités TV. C’était une expérience importante pour moi de promouvoir mes produits sur un média puissant aux États-Unis et en France également. 

Avec mon équipe, nous étions actifs sur Internet et nous faisions la publicité dans les journaux. Néanmoins, la télévision avait un potentiel immense et le lancement TV était un outil important pour générer entre 200 et 300 millions de dollars de ventes. Les publicités à la télévision m’ont permis également de vendre mes livres sur la santé. 

Après tout ce succès, des personnes de mon entourage me répétaient que dans le monde du publireportage une seule campagne sur dix avait la chance de réussir. Or, nous avions réussi quatre campagnes sur nos cinq premiers essais. Par conséquent, notre confiance à augmentée et nous avions ce sentiment de ne pas connaître l’échec étant donné ce taux de réussite de 80 %.

Nous avons maintenu le même rythme de travail pour préparer chaque campagne. Nous avons lancé une campagne sur les suppléments nutritionnels sous forme d’une vidéo de vente. L’industrie de suppléments nutritionnels aux États-Unis n’est pas réglementée par le gouvernement à cause de mauvaises manipulations de certains consommateurs. Grâce à notre vidéo, un peu comme Envoyé spécial, j’étais sûr d’être le marketeur le plus brillant du monde avec une campagne marketing parfaite. Mais contrairement à mes attentes, cette campagne a été un grand échec pour moi. Les clients préfèrent un médicament pour soulager leurs problèmes de santé plutôt qu’une prévention. La grande leçon à retenir de cet échec : ne vendez pas la prévention, vendez le remède.

Je réalise maintenant que j’ai une expérience considérable pour vous conseiller de ne plus lire votre propre presse. Evitez de vous fier au glamour de vos succès et de croire que vous êtes loin de l’échec.

Marty, mon mentor, me disait : le roi est mort, vive le roi ! Cela signifie que, si vous avez un succès vous pouvez le célébrer et en être fier, mais dès lors que vous lancez votre nouveau projet, recommencez de zéro. Bien entendu, vous ne devez pas avoir peur, mais plutôt soyez audacieux dans votre marketing.

Une autre leçon à retenir est de ne pas vous laisser aveugler par tout l’argent que vous encaissez en banque. J’ai monté une campagne qui a fait 200 à 300 millions de dollars à travers mes quatre premiers succès et une autre m’a coûté 900 000 dollars de perte.

Il y a une grande leçon à tirer de mes échecs : ne pas penser que vous êtes au-dessus des échecs. Souvenez-vous que même si l’argent semble tomber du ciel, ne pensez pas que c’est juste parce que vous êtes un génie ! La chance joue son rôle également, vous vous trouvez au bon endroit au bon moment. 

Déterminer les leviers clés dans votre entreprise 

Ma deuxième grande erreur concerne la gestion des priorités de l’entrepreneur. La grande leçon que vous devez retenir de cette erreur : vous devez déterminer dans votre entreprise les leviers clés qui vous permettront de passer d’un niveau à un niveau supérieur. 

Dans le milieu des années 2000, le monde du publireportage a eu une croissance fulgurante, puis il a commencé à ralentir et j’ai prévu qu’Internet serait la prochaine opportunité. 

Pour cette raison, nous faisions beaucoup d’efforts pour concevoir un modèle d’affaires en ligne et à l’époque il n’y avait probablement rien de plus important pour nous. Nous étions des éditeurs de contenus payés aux États-Unis. 

Avec l’arrivé d’Internet, toutes les ressources sont devenues gratuites. Notre priorité était de trouver une solution pour vendre notre contenu dans un monde de contenu libre et gratuit ! 

L’erreur que j’ai commise était de chercher un modèle ou un moyen de nous lancer en ligne avec une solution magique que nous permettrait d’introduire notre contenu en ligne et de gagner de l’argent et de la visibilité. J’ai engagé alors un nouveau collaborateur qui venait d’un énorme site web, pour lancer ces opérations en ligne en suivant un modèle basé sur la publicité et le contenu gratuit. Il a réussi dans le secteur religieux et spirituel à créer du trafic sur le site Internet et il était payé par des annonceurs pour mettre leurs publicités sur le site. 

En tant qu’un expert en marketing direct, je n’ai pas compris ce business, mais j’ai cru en ce monde et j’ai accepté de créer un site d’information de santé des consommateurs. Il nous a fallu beaucoup de temps pour faire le site, et au moment où nous avons terminé, le modèle d’affaires de la publicité en ligne s’était écroulé. Mon erreur : amener un collaborateur avec un modèle différent qui ne marche pas avec mon activité et introduire plusieurs modifications simultanément sur mon plan d’affaires. D’autre part, j’ai pensé qu’il est toujours possible d’être le premier dans mon secteur et devenir le leader de la santé alternative sur le web sur une courte durée. Certes, il est toujours possible de devenir leader sur votre marché, mais il est important d’être réaliste et d’estimer une période raisonnable. Mais l’erreur que j’ai commise, c’était de se lancer dans un modèle qui était déjà obsolète au moment où j’étais prêt.

Pour conclure, nous sommes tous des humains, nous sommes tous dans le même bateau, et nous apprenons les uns des autres d’où l’importance d’un groupe de MasterMind. Il est important d’avoir des personnes autour de vous qui vous inspirent afin d’éviter certaines erreurs.

Comment travailler SUR votre entreprise ?

C

Le conseil que j’aimerais partager avec vous est issu d’un livre intitulé The E-Myth de Michael E.Gerber. L’idée principale de ce livre tourne autour d’un concept qui consiste à travailler SUR l’entreprise au lieu de travailler DANS l’entreprise. Une façon de le faire, c’est de créer un organigramme de votre entreprise. Cela est possible même si vous êtes :

  • Un solopreneur et vous travaillez tout seul ;
  • Un porteur du projet et votre boîte n’est pas encore créée ;
  • Associé avec une seule personne ou vous avez un seul employé.

Il est toujours indispensable de créer votre organigramme. 

En effet, cette représentation schématique des liens au sein de votre entreprise, vous incite à réfléchir non seulement aux tâches à faire au quotidien et qui vous submergent, mais aussi à réfléchir sous forme de rôles qui doivent être présents dans votre entreprise. 

Pour ce faire, imaginez que votre entreprise est une multinationale et que vous devez livrer la même valeur ajoutée à des millions de clients. Vous aurez besoin forcément d’une équipe qui travaille avec vous. Pensez alors comment vous pouvez structurer votre entreprise :

  • Est-ce qu’il vous faut un directeur financier ?
  • Vous faut-il une force commerciale ?
  • Est-ce qu’il vous faut des collaborateurs dans le service après vente ?  
  • Est-ce qu’il vous faut des managers, des designers ou des rédacteurs de contenu ?

Si vous schématisez l’organigramme complet de l’entreprise, vous trouverez :  

1. Les associés

Ils possèdent des parts dans l’entreprise, mais ils n’ont pas de tâches particulières à accomplir.

2. Le gérant

C’est lui qui dirige l’entreprise et il est chargé de la gestion de l’entreprise et des décisions des associés.

3. Différents départements 

 Plusieurs départements sont possibles selon les besoins de l’entreprise :

  • Le département formation ;
  • Le département recherches et développement ;
  • Le département commercial ;
  • Le département marketing.

Chaque entreprise a une structure différente, mais en créant votre structure vous vous rendrez compte qu’il est primordial de déléguer certains postes ou de diminuer l’effectif qui travaille sur d’autres postes, trop d’administratifs comparé à la force de vente de votre entreprise par exemple. 

Bien entendu, en créant l’organigramme, vous attribuez à chaque poste un responsable. 

Si vous êtes en train de gérer votre entreprise et vous occupez tous les postes disponibles, cette méthode vous permettra de déterminer facilement les tâches que vous devez déléguer afin de gagner du temps.

Personnellement, quand j’ai fait cet exercice pour la première fois, j’avais une seule collaboratrice et 61 postes dans la boîte : 31 postes occupés par ma collaboratrice et 30 postes que je devais moi-même occuper.

A ce moment-là j’ai remarqué qu’il est crucial de :

  1. Déléguer des postes à d’autres personnes ;
  2. Supprimer certains postes qui ne sont pas intéressants et ne contribuent pas dans le développement de mon entreprise ;
  3. Refaire la répartition de tâches entre moi et ma collaboratrice.

Cela m’a permis de développer mon équipe rapidement et d’une façon intelligente, stratégique et réfléchie. Par conséquent, j’ai réussi à augmenter considérablement les performances de mon entreprise.

État d’esprit productif et vision sur le long terme

É

Comment vous assurer que vous avez un état d’esprit productif ? Comment vous assurer que vous êtes prêt à être un esprit productif ? C’est ce que nous allons voir dans cet article.

La bonne direction

Imaginez une personne qui est très productive. Elle fait beaucoup de choses, elle court très vite mais elle ne va pas dans la bonne direction. 

Dans ce cas, la productivité ne servira pas à grand chose car cette personne ira vite, voire très vite, vers un endroit qui n’est pas forcément le bon ou en accord avec son objectif. 

Si vous êtes entrepreneur et que vous réalisez beaucoup d’actions ou de projets, la pire des choses qui peut se passer est que dans quelques années, avec la rétrospection, vous vous rendiez compte que cela vous a amené dans un style de vie qui ne correspond pas du tout à ce que vous vouliez. 

Pour ceux qui se focalisent par exemple sur l’aspect financier, vous aurez probablement une entreprise qui sera rentable mais vous allez vous apercevoir, qu’en terme de qualité de vie, ce n’est pas du tout ce que vous souhaitiez : 

  • car vous travaillez 10h par jour, 
  • que votre relation avec vos enfants est inexistante, 
  • la relation avec votre conjoint s’est détériorée, 
  • parce que vous ne voyez plus vos amis… 

Il est important de savoir où vous allez avant de mettre le turbo au niveau productivité. 

Il faut avoir une grande vision pour votre business et aussi pour votre vie : avoir les deux ensemble, vie professionnelle et personnelle car il y a beaucoup d’interactions entre les deux. 

Une fois que vous avez terminé cette vision de vie idéale ou de société idéale,  demandez-vous quel est votre objectif pour cette année et déclinez cet objectif en un certains nombres de projets. 

Par exemple, si vous avez comme objectif de faire tant de chiffre d’affaires pour votre société, décomposez cet objectif en divers projets : 

  • mettre en place telle formation, 
  • faire tel Lancement Orchestré…

Ensuite, il faut découper en objectifs semestriels, trimestriels, mensuels et enfin hebdomadaires. 

On part d’une très grande vision pour l’année à venir, pour aller vers des objectifs à plus court-terme. 

Chaque semaine qui va s’écouler sera un petit pas vers votre objectif annuel. 

Votre objectif annuel sera un grand pas vers votre grande vision. 

L’idée est donc d’avoir d’abord une vision sur le business et ensuite, à partir de cette vision, de définir quels vont être les objectifs. 

Si votre objectif vous paraît réalisable dès le départ ce n’est pas un bon objectif, car il n’est pas assez grand pour vous inspirer et vous motiver pour la suite. 

Si vous avez une grande vision c’est ce qui va vous donner le moteur pour avancer.  Cette grande vision est largement au-dessus de ce que vous voulez avoir dans votre vie. 

Pensez à tout ce que vous rêvez de faire, d’être et d’avoir dans votre vie, et donnez-vous comme objectif de le réaliser dans l’année. Si vous y parvenez, vous aurez vécu la meilleure année de votre vie. Il faut que votre objectif annuel vous donne ce sentiment. 

Dans cette optique, cela signifie que si vous définissez la vision et que vous êtes mal à l’aise parce que vous ne savez pas comment y parvenir, c’est que vous avez bien défini cette grande vision. Au contraire, si vous vous dites que c’est facile à obtenir cela signifie que vous visez trop bas. 

Si votre grande vision vous paraît élevée, ardue à réussir, c’est à prendre comme un signe positif. Si vous avez déjà la solution, c’est que ce n’est pas une grande vision. 

Rappelez-vous que votre esprit a les ressources pour atteindre n’importe quel résultat. Si vous lui donner un objectif réalisable, votre esprit trouvera la solution. 

Si vous avez un réel challenge, vous ne saurez pas forcément dès le début comment le réaliser, mais au fil du temps, vous trouverez curieusement les bonnes informations ou croiserez les bonnes personnes tout simplement parce que vous avez défini et pensé que vous pouviez le faire. 

L’Univers se met en route pour vous donner les différentes ressources pour y arriver. Ne soyez pas rationnel dans un premier temps, soyez plutôt irrationnel. 

Vous verrez que petit à petit, vous aurez des pistes, que vous vous demanderez qui a déjà réalisé ce type de projet et qui a réussi à avoir un style de vie qui lui convient. 

Vous ne pensiez pas que cela soit possible à réaliser et finalement, en choisissant de grands objectifs, vous rencontrerez des personnes qui ont déjà réaliser ce type d’objectif. 

Une fois que vous avez pris la décision, l’Univers tout entier va conspirer à votre réussite pour vous aider à atteindre cet objectif. Pour cela, il faut simplement que les décisions que vous avez prises soient dans la bonne direction. 

Comment s’assurer de suivre son emploi du temps ?

C

Il est extrêmement important de savoir où vous en êtes si vous voulez pouvoir changer les choses et aller dans la bonne direction. 

Il existe un outil gratuit sur Internet qui vous permet de démarrer votre journée de travail en le signalant et d’ensuite lister chaque tâche que vous accomplissez dans votre journée. 

Par exemple, si vous commencez par de la recherche de partenaires, vous vous dites que vous allez passer une heure dessus et pas plus. Quand la tâche est effectuée, vous pouvez préciser que vous avez fait donc votre recherche de partenaires et que cette activité était motrice. Vous pouvez même rajouter d’autres détails afin d’obtenir des statistiques. Dès que vous démarrez l’activité suivante, vous décrivez à la fin ce que vous avez fait. 

Au bout d’un moment, suite à une journée ou une semaine, vous aurez accès à un petit graphique vous permettant de voir si vous avez été aussi productif que vous le croyez durant votre semaine. 

Cet outil vous permet de suivre la courbe du temps que vous avez perdu par semaine mais aussi la courbe de vos activités motrices et vous pouvez même indiquer les activités que vous souhaitez ne plus jamais refaire à l’avenir. 

Ce n’est peut-être pas encore votre cas mais à un moment donné vous allez forcément avoir envie de déléguer certaines tâches. 

Il est donc utile d’avoir ces courbes vous disant que de la semaine, vous avez passé un certain nombre d’heures à effectuer des activités que vous n’avez pas à faire vous. 

L’outil existe en tant que site Internet et en tant qu’application. Son nom est TOGGL.COM.

Si vous êtes formateur, le moment où vous présentez votre formation n’est pas une activité motrice. En revanche, faire une vidéo expliquant qu’il faut s’inscire à la formation, cela est une activité motrice. Mais donner un cours, cela est une activité de flottaison. Pour les participants de la formation, il s’agit d’une activité stratégique. 

Dans votre calendrier trimestriel, vous avez des jours libres, qu’il vous faut placer en premier lieu. Les jours libres sont du temps où votre entreprise n’a pas le droit de vous contacter. Pendant ce temps, vous pouvez faire ce que vous voulez. Ces jours seront placés en premier. C’est à vous de déterminer combien vous voulez en avoir. 

Ensuite viennent vos jours de réflexions stratégiques, c’est à dire le temps que vous passez à penser à votre activité. 

Enfin, viennent les jours moteurs. 

Le but n’est pas de remplir tous les jours du trimestre mais de bloquer les dates importantes.

Le remède parfait contre la procrastination

L

J’ai le remède pour vous si vous répondez oui à l’une des ces questions : 

  • Avez-vous l’envie de lancer une entreprise ?
  • Avez-vous déjà lancé une activité et avez-vous du mal à vous concentrer pour travailler à un instant T sur la tâche la plus importante ?
  • Avez-vous l’habitude de travailler sur un peu tout et n’importe quoi et du mal à savoir, à un moment donné, ce que vous devriez être en train de faire maintenant pour ramener des clients ?

Quand on veut développer une activité rapidement, il faut connaître à tout instant son « one thing », c’est à dire connaître la priorité absolue sur laquelle on devrait travailler maintenant. 

Il peut s’agir par exemple d’organiser votre prochain séminaire, de téléphoner à 30 fournisseurs pour trouver le meilleur tarif ou encore d’obtenir un nouveau financement bancaire pour pouvoir étendre vos locaux. 

A tout instant vous devez savoir quel est le projet le plus important qui fera avancer votre entreprise. 

Cependant, tout le monde ne peut pas fonctionner en ayant qu’une seule tâche notée sur sa To-do liste.

En réalité, la majorité des personnes ne sont pas des robots. 

Ce qui fait que dès que vous savez quel est le point central sur lequel vous devez vous concentrer, vous allez automatiquement vouloir faire autre chose. 

La tâche la plus importante du moment c’est toujours celle qui nous séduit le moins. 

Le remède à ce problème est de lister toutes les tâches très importantes sur lesquelles vous pourriez travailler maintenant. 

Vous avez peut-être 12 grands projets :

  • vous êtes en train de préparer simultanément un séminaire, 
  • d’écrire un livre, 
  • de préparer un partenariat,
  • et plusieurs autres gros projets. 

Parmi tous ces projets, l’un d’entre eux est le plus important. Identifiez-le.

C’est peut-être, par exemple, le lancement de votre livre. Or, vous avez envie de tout faire sauf travailler sur le lancement de votre livre. 

Le mieux à faire est de prendre n’importe lequel des autres projets essentiels de votre liste, même si ce n’est pas LE projet essentiel sur lequel vous devez avancer maintenant ; et de faire avancer ce projet secondaire qui, sur le moment, vous semble beaucoup plus alléchant. 

On va appeler cela la procrastination productive. 

Quand vous faites cela, votre entreprise continue d’avancer et, même si vous n’êtes pas à un instant T en train de travailler sur LE projet le plus important, vous êtes toujours en train de travailler sur un projet important. 

L’essentiel est d’avoir cette liste et de la limiter. 

Votre objectif est de limiter au maximum à 12 projets votre liste de projets et définir les grandes directions dans lesquelles vous voulez que votre entreprise aille au cours des prochaines années. 

Vous devez tout de même consacrer la majorité de votre temps à votre « one thing » mais, dès que vous procrastinez votre « one thing », vous devez vous attaquer aux projets de cette liste. 

Quels objectifs financiers fixer quand vous lancez une entreprise ? 

Quand on devient entrepreneur, on acquiert un pouvoir magique. Le pouvoir de décider combien on gagne. 

Malheureusement, la plupart des entrepreneurs en herbe, ne savent pas qu’ils disposent de ce pouvoir. Du coup, ils se contentent de gagner autant qu’ils peuvent. 

Si vous essayez de gagner autant que vous pouvez, cela équivaut à survivre et non pas vivre selon vos propres règles. 

Une des choses les plus importantes que vous devez faire dès le début de votre activité, c’est un business-plan un peu particulier que l’on va nommer « le business-plan express ». 

Il comprend un petit nombre d’étapes et il définit les objectifs financiers que vous voulez atteindre avec l’activité. 

La première question à vous poser est combien vous voulez gagner net sur votre compte bancaire tous les mois. 

Ce chiffre dépend entièrement de vous : 

  • vous voulez peut-être juste remplacer l’équivalent du SMIC que vous gagniez dans un travail précédent. 
  • vous avez peut-être des rêves de grandeur, vous voulez par exemple vous offrir une immense villa et il vous faut 15 000 € de revenu net par mois. 

Peu importe le chiffre mais il est essentiel de le connaître. 

Une fois que vous connaissez ce chiffre de revenu net que vous voulez gagner, il faut calculer combien cela représente en terme de revenu brut. 

Dès lors que vous connaissez ce revenu brut, vous pouvez déterminer combien de bénéfice l’entreprise doit-elle générer pour vous payer ce revenu brut. 

On rentre dans le cadre de ce business-plan express. Vous avez votre objectif de bénéfice pour l’entreprise. Vous savez quelle est la marge moyenne que vous pouvez faire sur un produit ou service que vous vendez à vos clients. 

À partir de là, vous pouvez déterminer le nombre d’exemplaires de votre produit ou le nombre de clients pour votre service, que vous devez réussir à trouver pour pouvoir atteindre votre objectif. 

La plupart des entrepreneurs font le calcul dans l’autre sens en se disant qu’ils vont vendre un produit à un certain prix, estimer le nombre de ventes et ensuite ils se payent au hasard et se retrouvent dans des difficultés quand l’URSSAF ou la CIPAV viennent réclamer des charges sociales qu’ils n’avaient pas anticipé. 

Vous devez absolument partir dans l’autre sens : partir de votre objectif de revenu. 

Cela vous permettra de déterminer le nombre de nouveaux clients que vous devez atteindre et quel tarif proposer.

Cet objectif de clientèle, de nombre de ventes vous motivera au quotidien : 

  • pour avancer, 
  • pour faire le marketing, 
  • pour faire la vente et développer votre entreprise,
  • et enfin, pour pouvoir financer la vie de vos rêves. 

Les clés pour rester motivé

L

Souvent, il arrive de ressentir une baisse de motivation. Nous rencontrons des obstacles, nous sommes submergés par le travail, les résultats espérés n’arrivent pas. 

Pourtant la motivation est extrêmement importante autant sur le long terme que sur le court terme. 

Nous allons évoquer les solutions pour rester toujours motivés.

Solutions sur le long terme 

1. Identifiez la raison de vos objectifs

Vous devez identifier la raison de vos objectifs car c’est ce qui va vous donner la force émotionnelle de continuer. 

Posez- vous un certain nombre de questions. Pourquoi voulez-vous obtenir tel revenu, pourquoi voulez-vous créer telle société, tel produit, pourquoi voulez-vous élaborer tel site Web etc. 

Identifier le pourquoi vous donnera la motivation sur le long terme. Pour chacun de vos objectifs, notez toujours la raison et soyez le plus émotionnel possible.

2. Reconnaissez l’alignement entre le futur et aujourd’hui

Vous devez avoir le sentiment que chaque action réalisée aujourd’hui va contribuer à l’un de vos objectifs annuels. 

Il est nécessaire d’avoir au préalable élaboré un planning de façon rationnelle afin de déterminer les objectifs de chaque semaine et de pouvoir les suivre. Il est possible que si vous n’êtes pas motivé actuellement, c’est parce que vous ignorez pourquoi vous faites les choses.

La question qui pourrait se poser c’est de savoir combien d’objectifs annuels se fixer et combien d’actions prévoir aujourd’hui. 

Personnellement, au début, je devais me fixer une trentaine d’objectifs à l’année dans tous les domaines (personnel et professionnel). Mon expérience a montré que cela devenait ingérable car le temps manquait. 

Cette année, j’en ai choisi sept et je passerai probablement à trois l’année prochaine. Plus le temps passe, plus je diminue le nombre en priorisant mes objectifs.

3. Pensez aux conséquences de ne pas être productif

Demandez-vous quelles seront les conséquences plus tard si vous continuez à procrastiner, dans quelle situation vous allez vous retrouver. N’hésitez pas à accentuer la situation afin de vous pousser à l’action.

J’ai réalisé un petit calcul permettant de connaître la perte d’argent possible si vous n’êtes plus productif. 

Imaginons que votre taux horaire soit de 50 euros de l’heure, vous perdrez 250 euros par semaine, 1000 euros par mois, 12 000 euros par an. En 20 ans, vous perdrez un demi-million d’euros. Une seule petite heure perdue par jour peut vous faire passer à côté de votre retraite dans quelques années. Ce petit calcul devrait vous permettre de vous remotiver, de vous forcer à bouger.

Ces trois outils peuvent donc vous aider à rester motivés sur le long terme.

Solutions sur le court terme : Conditionnement mental avec un rituel de succès

Je préconise un rituel que vous accomplirez chaque matin afin de commencer la journée du bon pied.

Personnellement, la recette qui fonctionne pour moi est la suivante :

  • Se sentir reconnaissant pour cette journée, se sentir heureux d’être vivant. 
  • Se dire qu’aujourd’hui est une journée importante : vous ne devez pas gâcher les heures à venir car elles ne reviendront pas.
  • Se mettre dans une humeur optimiste. Des études ont démontré que les gens optimistes étaient souvent reconnaissants de leur passé, très excités par leur présent, par ce qui va leur arriver de fantastique dans la journée ou qu’ils vont eux-mêmes créer et enthousiasmés par le futur. Si vous vous posez ces trois questions sur le passé, le présent, le futur, vous allez vous générer une humeur optimiste.
  • Lire sa déclaration de mission (pour ceux qui en possèdent une, ceux qui ont mené une vraie réflexion sur leur mission sur cette planète).
  • Préparer son corps : 20 minutes d’échauffement, d’étirement, de yoga. Ne pas débuter la journée en allumant votre PC et boire votre café en lisant vos mails.

Libérez-vous et créez votre Machine à vendre

L

En 2010, j’étais tout sauf un entrepreneur libre. J’avais une certaine réussite professionnelle : j’ai développé une des premières entreprises de coaching amoureux en France, j’ai animé un ensemble d’ateliers, j’ai organisé des séminaires et j’ai lancé un programme de coaching contenant des DVD et des livres pour aider les célibataires à trouver l’âme sœur. J’avais la chance également, d’apparaître sur différentes plateformes médiatiques. Entre 2009 et 2010, j’ai réussi à doubler mon chiffre d’affaires et passer de 190 000 € à 340 000 €.

Afin de réaliser ces chiffres, j’étais l’esclave de mon travail. 

Comme je n’avais aucune source de revenu automatisé, j’ai dû passer beaucoup de temps de travail pour générer le chiffre d’affaires souhaité. 

Naturellement, ce rythme a influencé ma santé et j’en ai subi les conséquences. Ce problème de santé, m’a permis de découvrir que je n’avais plus envie de suivre ce rythme infernal habituel et que mon vrai cauchemar était de mourir devant mon ordinateur en cherchant mon dernier client. Cela m’a poussé à remettre en question ma méthode de travail et ma stratégie marketing et j’ai décidé de créer ma  « Machine à vendre » !

Je me suis rendu compte que j’utilisais Internet depuis un moment pour vendre mes produits/services et que j’avais accumulé un nombre d’abonnés suffisant pour générer mon chiffre d’affaires. En contrepartie, la prospection manuelle demande beaucoup d’efforts et du temps. Pour cela, j’ai imaginé une séquence de communication rentable et efficace qui ne nécessite pas ma présence, afin de vendre mes produits aux prospects qui me découvrent via Internet !

La Machine à vendre

Non seulement, j’avais besoin d’automatiser la prospection pour gagner du temps, mais aussi pour rester en contact avec mes clients et créer une relation de confiance. 

Avant de proposer vos produits/services à vos clients, il est recommandé de créer une relation de confiance avec eux. 

La meilleure façon, selon moi, pour gagner la confiance de vos clients est de procéder aux différentes étapes de vente dans l’ordre. C’est ainsi que j’ai créé le principe du Toboggan.

Le Toboggan, c’est une campagne qui permet d’envoyer automatiquement une série de messages programmés à l’avance, aux visiteurs qui s’inscrivent à votre newsletter, via un auto-répondeur.

Ce concept vous permettra d’accompagner vos prospects, leur donner des conseils et bien évidemment vendre vos produits/services. Le Toboggan fonctionne pour tout type de produit, s’adapte à tous les niveaux de prix et marche dans tous les secteurs imaginables.

La décision la plus importante, que vous pouvez prendre en tant qu’entrepreneur pour développer votre activité et vendre vos produits, c’est la décision de créer un système de vente perpétuel : la Machine à vendre.

Les avantages de la Machine à vendre

Les trois avantages d’un système entièrement automatisé pour vendre vos produits/services sur Internet sont :

1. L’impact

Le premier avantage d’un système de vente automatisé, c’est qu’il vous permet de toucher beaucoup plus de clients. Par conséquent, vous pouvez aider des milliers de personnes en réalisant un chiffre d’affaires considérable. La mise en place d’une Machine à vendre, m’a offert l’opportunité d’accompagner grâce à mes vidéos, ma newsletter et ma page Facebook plus de 200 000 entrepreneurs.

Ajoutons à cela que j’ai publié et vendu mon livre Le chemin vers le sommet en des milliers d’exemplaires. J’ai également organisé des conférences et des Web-conférences afin de partager mes conseils avec des entrepreneurs dynamiques et ambitieux venus de plus de 30 pays différents !

Bien entendu, mon chiffre d’affaires augmente quotidiennement grâce à cette machine de vente.

2. La liberté

Le deuxième avantage apporté par cette stratégie marketing, c’est la liberté. Grâce à la magie de l’Internet, mon entreprise vend ses produits d’une façon automatique, et ce, à travers le monde entier. Je peux ainsi voyager, rencontrer des personnes formidables et travailler aux horaires qui m’arrangent.  

Cela est possible parce que mon entreprise est capable de se faire connaître et de vendre mes produits, sans ma présence physique.  

Je me contente, par la vérification de mes chiffres clés chaque matinée, de m’assurer que ma Machine à vendre fonctionne convenablement. Ensuite, je me libère pour mes activités. Je passe ainsi plus de temps avec mon entourage et je me consacre à ce qui me passionne réellement.   

3. La sérénité

Le troisième avantage de la Machine à vendre, c’est la sérénité. Je savoure chaque instant de plaisir et chaque instant de travail avec un esprit tranquille. J’ai réussi à déléguer les différents départements de mon entreprise à une équipe de confiance qui partage la même philosophie par rapport à notre clientèle et la position de leader que nous occupons sur le marché.

En suivant cette stratégie, j’ai créé de nouveaux produits comme je l’entends, je me suis formé auprès d’experts et j’ai pu établir de véritables projets d’avenir réalisables sur le long terme et je me sens plus libre chaque jour.

Tout cela est possible avec un système automatisé, qui vend vos produits à des prospects qui découvrent votre activité sur Internet, en leur apportant énormément de valeur et en leur proposant l’offre la plus appropriée à leurs besoins.

La voie du « Torrent de montagne »  

La différence qu’apportera une Machine à vendre dans votre entreprise s’apparente à la différence entre un torrent et un fleuve. Le torrent de montagne est complètement asséché en hiver. Il faut attendre la fonte des glaces pour commencer à avoir un débit. 

Au démarrage de votre entreprise souvent vous vous trouvez dans la même situation : vous démarrez votre activité avec un très faible volume de ventes chaque mois et vous tentez de générer des ventes en lançant des campagnes ponctuelles. 

Chaque mois, vous devez recommencer et tenter de générer un nouveau flux de ventes parce que vous repartez quasiment de zéro. Deux conséquences particulièrement néfastes pour votre activité si vous suivez la voie du Torrent de montagne.  

De temps en temps, vous avez une campagne qui marche particulièrement bien, mais cela pose deux problèmes :

  • L’effet torrentiel provoque énormément de stress dans votre activité. Ceci est dû aux difficultés rencontrées pour gérer un flux inhabituel de clients au niveau des livraisons par exemple et de la satisfaction de tous ces clients arrivés simultanément.
  • Le niveau de vente diminue considérablement après l’effet torrentiel. Entre un pic de vente et un autre, vous vous trouvez dans l’encéphalogramme plat, à savoir des mois creux où il ne se passe rien.

Ce que j’ai réussi à réaliser grâce à ma machine à vendre, c’est de maintenir un chiffre d’affaires stable et régulier qui ressemble davantage à un fleuve.

Les chiffres clés ! 

Dans les entreprises à succès, le débit de vente au quotidien est largement supérieur à celui du torrent, même dans ses meilleurs jours. De plus, ce débit est fiable et régulier. Cela permet de couvrir les besoins de l’entreprise au jour le jour et de créer une réserve qui assure une certaine tranquillité d’esprit. 

Parmi les essentiels principes marketing, c’est la loi développée par Bob Parsons, fondateur de la plus grande société d’hébergement informatique au monde « Tout ce qu’on mesure, s’améliore ».  

Cette loi vous donne les informations et la motivation nécessaire pour améliorer vos chiffres par le simple fait de les mesurer. La question qui se pose est : des centaines de chiffres sont liés à notre activité, que doit-on mesurer ?

Si vous essayez de tout mesurer, alors c’est comme si vous ne mesuriez rien. Ce qui fait la différence fondamentale entre les grandes entreprises qui réussissent sur le long terme et celles qui peinent à générer un chiffre d’affaires en croissance constante, c’est la maîtrise de ces chiffres.

Personnellement, j’ai adopté cette philosophie afin d’évaluer le rendement de ma Machine à vendre et prévoir le chiffre d’affaires que je peux générer dans les prochains mois. Les trois chiffres qui comptent et qui me permettent de m’assurer que ma machine est bien alimentée en entrée et a un bon rendement en sortie sont :

  • Le nombre de nouveaux prospects quotidien qui assurent l’alimentation de ma Machine à vendre ;  
  • Le nombre de ventes réalisées sur les 15 jours coulissants qui déterminent le panier d’achat moyen et qui me permettent de vérifier le rendement de ma Machine à vendre ;
  • La dépense moyenne nécessaire pour faire une vente et donc par extension le bénéfice par vente. Cela me permet d’évaluer la rentabilité de ma Machine à vendre.

Tant que vous réalisez des bénéfices, mêmes minimes, vous vous permettez de lancer davantage de publicités payantes, vous nouez de nouveaux partenariats et vous développez votre activité.  

Pour aller plus loin, ne manquez pas de lire :

Un rythme de travail pour rester productif

U

Comment garantir que votre rythme de travail vous permette d’être productif ?

Je vais partager avec vous une habitude qui peut vous rendre plus heureux et plus productif. Cette habitude est toute simple, pourtant de nombreux entrepreneurs n’ont pas décidé de la mettre en place dans leur vie.

Durant notre tour du monde ma femme et moi avions fait étape en Australie. Tous les deux, nous avions été sidérés de constater à quel point nous avions un « décalage horaire » avec mon ami Michael et sa famille. Le décalage n’était pas dû au voyage. En fait, nous vivions dans un autre fuseau horaire qu’eux.

J’avais pris l’habitude, héritée de mon père, de travailler très tard. Dès lors, nous dinions et nous nous couchions aussi très tard. Notre rythme était de nous coucher entre 23h30 et 1h du matin. Alors que dans la famille où nous logions, à 5h du matin, tout le monde était debout. Michael faisait du sport dès 4h du matin. Les enfants se réveillaient vers 5h, partaient à l’école à 7h, terminaient très tôt et dormaient déjà à 17h. Les parents s’endormaient vers 20h. Pour moi, il s’agissait d’une autre planète.

Je me suis alors rendu compte que cette question de rythme pouvait être importante et j’ai découvert qu’il existait une heure optimale qu’il ne fallait pas dépasser. J’ai réalisé que je devais me fixer une heure limite pour cesser de travailler.

L’Institut de Recherches en sciences économiques appliquées de Melbourne a réalisé une immense étude sur 6500 personnes pour analyser s’il existait une influence entre le nombre d’heures que les gens passent au travail et leurs capacités cognitives. Les chercheurs ont  constaté qu’il existait effectivement un lien direct entre la quantité d’heures que nous passons à travailler dans la semaine et la qualité du fonctionnement de notre cerveau.

Ils ont dessiné une courbe qui montre que par rapport à quelqu’un qui ne travaille pas, une personne travaillant une ou deux heures par semaine possède en général une meilleure capacité cognitive. 

Autrement dit, plus vous travaillez dans la semaine jusqu’à un certain point, plus la capacité cognitive augmente. 

Quelqu’un qui travaille 15h par semaine dispose d’une capacité inférieure à celui qui travaille qui travaille 25h. La courbe continue de décroître ainsi jusqu’à 60h. A partir de cette limite, la capacité du cerveau à prendre des décisions, à réfléchir, à résoudre des problèmes est inférieure à celle de quelqu’un qui ne travaille pas du tout. Il s’agit d’une corrélation.  

Nous pourrions penser que le fait de travailler trop provoquera des difficultés pour se concentrer. 

Une autre hypothèse, serait de dire que seuls les gens bêtes travaillent plus de 60 heures par semaine.

Souvent, les entrepreneurs ne comptent pas leurs heures mais mon objectif est de vous aider à devenir des entrepreneurs libres, à travailler de façon stratégique, réfléchie, productive, efficace.

Une des habitudes que j’ai intégrée à ma liste de rituels est de me fixer une heure limite. A partir de 18h, je dois terminer de travailler. J’utilise l’application HabitList qui me permet sur le long terme de savoir si je suis mes habitudes ou pas. 

Mon score sur les six dernières semaines est de 60 % et de 42 % pour la totalité du temps. Ces résultats signifient que je travaille encore après 18h plusieurs jours par semaine. Pourtant, le fait de me fixer des heures a déjà été bénéfique dans ma vie.

Comment effectuer un état de vos ressources ?

C

Faire un état de vos différentes ressources est capital pour l’évolution de votre entreprise. 

Vous êtes entrepreneur, vous devez considérer que vous avez un certain nombre de ressources. A partir de là, vous allez utiliser la première ressource pour obtenir une ressource supplémentaire et ainsi de suite. 

Il existe un petit nombre de ressources différentes dont vous avez besoin pour démarrer une activité et la développer très rapidement. 

Voici ces différents types de ressources : 

1. Avoir une liste 

  • Une liste de clients : Des personnes qui ont déjà acheté un produit ou service similaire.
  • Une liste de prospects : A défaut d’avoir une liste de clients, vous pouvez avoir une liste de personnes qui pourraient être intéressées par votre produit ou service. 

Sachez qu’à part égale, vous ferez environ 20 fois plus de chiffre d’affaires avec la liste de clients qu’avec la liste de prospects. 

Si vous avez une liste suffisamment grande, il sera plus facile de faire beaucoup de chiffre d’affaires car cela signifie que vous avez beaucoup de personnes potentiellement intéressées par le produit ou service que vous proposez. 

2. Produit ou service

Il faut déterminer ce que vous allez pouvoir vendre comme produit ou service et le mettre à disposition de vos clients ou prospects. 

3. Présenter son offre

Vous devez faire une présentation d’une offre concernant votre produit à vos clients. 

Écrivez un message marketing percutant pour donner envie aux clients ou prospects d’acheter votre produit. 

Trouvez la bonne stratégie tout en ayant une bonne communication pour avoir un bon canal de vente. 

4. Les relations

Ce type de ressource peut remplacer une des trois premières ressources citées. 

En effet, si vous connaissez quelqu’un qui a une liste de clients et qui accepte de faire votre promotion auprès de sa liste, c’est comme si c’était votre propre liste. 

Dans le même cas, si vous avez dans vos relations une personne qui veut faire un partenariat pour vendre son produit ou service, c’est comme si vous aviez le produit ou service à vendre. 

Également, si on vous propose de faire le côté marketing à votre place, et que la personne est prête à vous permettre de l’adapter pour vendre votre propre produit à votre propre liste alors ça vous évite de faire vous-même le message de vente. 

Grâce à cet effet de levier, vous pourrez gagner en notoriété et voir votre chiffre d’affaires augmenter. 

5. La notoriété

C’est la bienveillance du public à votre égard. 

Il se peut par exemple que vous ayez déjà une petite notoriété avec une présence sur des blogs avec des articles invités et que l’on parle de vous. 

Vous avez également peut-être une visibilité face à un plus grand public. Dance ce cas, cela vous donne une ressource supplémentaire que vous pouvez ensuite échanger avec d’autres personnes. 

Si au contraire vous êtes totalement inconnu ou peu connu et que vous avez votre propre liste, mais elle ne suffit pas à faire évoluer votre chiffre d’affaires, vous pouvez par exemple, contacter des affiliés connus. Ces derniers ont leur propre liste, et certains voudront la partager avec vous et cela pourra engendrer des ventes supplémentaires. 

6. La compétence

Cela peut être une compétence pour créer une campagne de vente, une compétence technique, de motivation, d’assistance…

Il est possible grâce à une ou plusieurs compétences de pouvoir se positionner et de s’associer pour réaliser un projet. 

Pour conclure, vous pourrez constater qu’en possédant toutes ou certaines de ces ressources, même si vous êtes au tout début de la création de votre entreprise, vous pouvez vous allier avec d’autres entrepreneurs pour réussir à obtenir soit de la clientèle, soit un produit ou service à vendre, soit vous faire aider au niveau de la communication. 

Si vous avez une compétence particulière vous pouvez vous proposer pour avancer sur un projet en particulier avec une relation. 

Une fois que votre lancement est bien réalisé, vous vous ferez remarquer et vous pourrez profiter de votre notoriété et de la prospérité de votre entreprise.

Mieux s’organiser pour avoir plus de temps libre

M

Une question qui revient très souvent, c’est celle du temps. 

Vous souhaitez des conseils pour optimiser au mieux votre temps ? 

Nous sommes tous dans la mesure de pouvoir gagner du temps pour soi ou pour des projets personnels ou professionnels. 

Malgré tout, des personnes diront qu’elles n’ont pas le temps, alors qu’en planifiant mieux ce que l’on a à faire, nous pourrions gagner ne serait-ce qu’une demie heure par jour. 

A ce sujet, nous avons rencontré Stéphanie Milot, fondatrice de la formation « L’ADN du Succès » afin qu’elle nous fasse part de ses conseils : 

1. Comment gagner au moins 30 minutes par jour 

Vous pouvez tout d’abord, noter tout ce que vous faites durant une semaine type avec le temps que cela vous prend. 

Que cela soit, les tâches familiales, professionnelles, le trajet pour vous rendre au travail, le temps que vous passez devant la TV ou Internet…

Après cela, vous faites le bilan sur une journée et vous verrez que vous auriez déjà pu avoir la possibilité d’avoir du temps en plus. 

Sachez que pour certaines tâches, vous pourriez soit les déléguer ( par exemple votre conjoint, enfants) ou être aidé à les faire, afin d’être en mesure de récupérer du temps. 

Apprenez à dire non. Nous sommes dans une société où beaucoup de personnes sont altruistes, ce qui est une très bonne qualité, mais ne sachant pas dire non, elles s’oublient au détriment des autres. 

2. Suivre la formation « L’ADN du succès » 

Certains diront qu’ils n’arrivent pas à trouver suffisamment de temps pour des projets personnels, alors prendre du temps pour une formation, est encore plus compliqué. 

Voici les raisons pour lesquelles vous pourrez trouver le temps d’effectuer une formation qui vous permettra d’apprendre davantage. 

Tout d’abord pour suivre cette formation, il vous faut seulement 20 à 30 minutes par semaine. Ce temps vous permettra d’atteindre vos objectifs. 

Vous avez forcément ce besoin, que cela soit dans la sphère personnelle, familiale, professionnelle, financière ou au niveau de votre santé. Décidez de reprendre le contrôle de votre vie afin de pouvoir vivre à la hauteur de vos attentes. 

Cette formation en ligne se déroule sur 12 semaines. Elle est basée sur toutes les nouvelles recherches qui ont eu lieu ces dernières années par des experts en neuroscience : les découvertes sur le cerveau qui nous permettent de comprendre que l’on puisse réussir ou persévérer, que l’on puisse instaurer de nouvelles habitudes qui seront durables. 

La formation se compose de la façon suivante : 

1 vidéo de 20 à 30 minutes par semaine :  

Stéphanie Milot vous accompagne, vous aide à fixer vos objectifs, à revoir vos priorités et vous aide surtout à persévérer dans l’atteinte des objectifs et à garder votre motivation. 

Une version MP3 de chaque vidéo :  

Vous pourrez l’écouter quand bon vous semble, par exemple en voiture quand vous êtes dans les embouteillages. Il faut trouver la moindre opportunité à combler le temps perdu habituellement. Ne pas hésiter à réécouter les formations, car l’apprentissage passe par la répétition. 

Un accès à la communauté ADN du succès : 

Au sein de cette communauté, vous pourrez être en relation avec des personnes qui pourront vous aider, et peut-être même trouver un partenaire avec lequel vous vous entraiderez, ou partagerez vos expériences. 

Des outils et fiches en format PDF : 

Vous trouverez ces outils accompagnés parfois d’exercices qui vous permettront d’affiner votre apprentissage. 

Ce programme abordera la visualisation, l’autosuggestion, la méditation.

Nous irons en profondeur de façon optimale pour utiliser ces stratégies, dont une qui vous permettra de contourner la démotivation quand elle arrive, c’est une technique de libération des émotions. 

Sur une semaine, nous parlerons de la gestion des émotions avec une approche cognitive et comportementale, d’une façon simple, pour que cela soit accessible à tout le monde. 

En bonus : 12 suggestions guidées en MP3 : 

Vous aurez sur ces 12 semaines de formation, en bonus, des suggestions de 10 à 15 minutes par jour, enregistrées sur des ondes Alpha car elles permettent d’être plus réceptif pour développer de nouveaux comportements. Vous pourrez par exemple les écouter le soir en vous endormant. 

En bonus : 12 entrevues d’experts : 

Des experts dans différents domaines vous conseilleront. Les objectifs étant différents pour chacun, vous trouverez forcément un domaine d’un de nos experts qui puisse vous correspondre. 

Il y a entre autres, une experte qui nous explique comment utiliser la loi de l’attraction, un spécialiste dans l’immobilier, un expert qui va vous apprendre les rudiments pour atteindre une indépendance financière, ou encore d’autres qui pourront vous parler de la santé, de l’alimentation.

En fonction de vos champs d’intérêts, vous pourrez voir les entrevues qui vous interpellent. 

Ce programme vous demande un investissement personnel de seulement 30 minutes par semaine. Evidemment, si vous souscrivez aujourd’hui, vous pouvez commencer le programme quand vous le voulez, car votre accès est à vie. 

Dernier bonus : Webdiffusion « Le succès ça s’apprend » : 

C’est un enregistrement de plus d’une heure, réalisé par Stéphanie Milot. 

Elle a étudié pendant une vingtaine d’années, les personnes qui réussissent. 

Quel est le dénominateur commun entre ces personnes? 

On vous explique comment mettre en place ces stratégies pour atteindre vos objectifs. 

Retenez que ce n’est pas parce que vous n’avez pas réussi à atteindre certains objectifs dans le passé, que cela sera de même pour aujourd’hui et dans le futur. 

Le programme ADN vous offre une solution avec toutes les mesures nécessaires pour réussir à atteindre votre but.

À propos de Sébastien

(Le Marketeur Francais : Biographie)Sébastien, surnommé "Le Marketeur Français", est consultant en stratégie marketing, spécialisé dans la croissance explosive des petites entreprises.

/* ]]> */