Etiquettenégociation

Comment accélérer une négociation ?

C

Dans cet article, je partage avec vous des conseils utiles pour accélérer une négociation issus d’un livre de George H. Ross intitulé Trump Style Negociation.

Une des perles les plus importantes à retirer de ce livre est développée dans le chapitre qui s’intéresse à la vente. Selon George H. Ross, le fait de réussir à convaincre l’autre partie de vous accorder ce que vous souhaitez dans une négociation revient à réaliser une vente.

Pour cette raison, il propose des conseils de préparation et de théâtralité pour que la négociation soit à votre avantage.

Un des conseils clés que j’ai appris, c’est le concept du principe de Ziff. Ziff est un chercheur qui a réalisé des études sur les différents facteurs qui peuvent influencer l’issue d’une négociation. 

Cette étude a abouti à une déduction : la plupart des négociants préfèrent le chemin le plus facile. Dans une négociation, ils investissent le minimum d’effort possible. Si vous voulez amener la négociation à votre avantage et parvenir à une issue favorable pour votre entreprise, l’astuce la plus efficace et la plus simple à mettre en place, c’est de faciliter la tâche des personnes en face de vous. 

Par exemple, si vous défendez un argument qui nécessite de la recherche et une validation d’informations, faites vous-même ces recherches et fournissez un document qui prouve votre propos.

Si vous négociez un partenariat et vous proposez à votre partenaire potentiel une promotion, pensez à lui fournir tous les éléments nécessaires pour qu’il puisse faire la promotion. En fait, il est important de vous rendre compte que quand vous êtes en train de négocier, quelque part vous sollicitez aussi quelque chose. C’est d’autant plus facile d’obtenir ce que vous voulez, si vous facilitez la tâche de l’autre partie de la négociation.

Tous les jours, je reçois des messages sur ma page Facebook, sur l’email de notre service après vente et des commentaires sur notre blog ou notre chaîne YouTube de la part des internautes qui nous demandent de faire un travail pour leur fournir des services gratuitement. L’issue de cette demande est forcément négative. Une erreur commise dans une négociation, c’est de contacter une personne que vous ne connaissez pas pour lui proposer la promotion de votre site Internet par exemple, ou un livre que vous venez de lancer. Vous demandez à une personne inconnue un travail énorme. Par conséquent, elle ne sera pas intéressée par votre demande et l’issue de cette négociation sera négative.  

Par contre, vous pouvez augmenter vos chances pour convaincre l’autre partie de la négociation si vous essayez de lui faciliter la tâche. Par exemple, afin de rendre la vie facile à vos affiliés et vos partenaires si vous avez un programme d’affiliation pensez à leur donner :

  • Des emails rédigés à l’avance pour qu’ils puissent les envoyer à leur newsletter ;
  • Un descriptif exact de qui vous êtes pour qu’ils puissent vous promouvoir auprès de leurs clients ;
  • Le lien direct du produit/service à promouvoir.

Essayez de ne pas compliquer la tâche en demandant à vos partenaires, par exemple, de se connecter sur un site affilié pour pouvoir récupérer le mot de passe. Si vous demandez à vos partenaires un travail énorme, ils ne seront pas motivés et ils ne feront rien pour vous.

C’est un principe essentiel qui s’applique en négociation et aussi en affaires : plus vous rendez la vie facile à la partie adverse, plus vous aurez de chance que cette dernière devient votre alliée et que l’issue de la négociation soit positive.    

L’objectif des partenariats et comment les mettre en place

L

L’objectif des partenariats est d’amener des prospects qualifiés, des personnes qui vont répondre positivement à l’offre irrésistible que vous allez leur faire par la suite.

De par la négociation, vous pouvez obtenir des partenariats très avantageux. Vous allez récupérer beaucoup de prospects sans avoir à dépenser une fortune. L’avantage est qu’un partenariat stratégique ne vous coûte rien.

Sélectionner 30 partenaires potentiels est une bonne « masse critique » pour décrocher des partenariats. Il vous faut un certain volume de partenaires potentiels pour avoir un effet positif. C’est ce qui est appelé la « loi des 30 ». Cette loi se base sur une certaine échelle observée dans mes différentes activités. Dans une de mes activités, j’ai 450 partenaires dont environ 60 actifs, ce qui veut dire environ que si vous en décrochez 30, attendez-vous à ce que 4 soient actifs. Dites-vous que sur les personnes qui accepteront, seul un petit nombre sera actif. Parmi les partenaires actifs, un certain pourcentage fera un plus gros volume que d’autres. Sur vos 4 partenaires actifs, un seul vous fera probablement un gros volume en amenant des prospects qualifiés toutes les semaines. Un seul partenaire sachant amener un bon volume peut suffire à booster votre agenda.

Maintenant, quelle est votre mission ? Il vous faut créer un tableau (que vous pouvez faire sur Word) en 4 colonnes pour chaque partenaire de votre liste de 30.

Les colonnes doivent être les suivantes :

Colonne 1 : nom et coordonnées. L’adresse postale ou le numéro de téléphone, toujours plus efficaces que l’email.

Colonne 2 : lister le produit que le partenaire a et qui est en relation avec le vôtre.

Colonne 3 : ce que vous pouvez apporter (gratuitement) aux clients de ce partenaire. Par exemple, de l’information (comment mieux utiliser le produit de ce partenaire ?) en ligne sous forme de PDF, de vidéo, d’audio ou alors en livret imprimé que le partenaire peut remettre aux clients ou avec un tract/prospectus.

Colonne 4 : ce que vous pouvez rémunérer ce partenaire s’il vous ramène un client. Pour le savoir, faites le calcul sur le prix de votre produit/service principal et voyez combien vous pouvez reverser à un apporteur d’affaires.

Récupérer de la réputation grâce à un partenariat

R

Un type de partenariat qui vous sera très utile quand vous lancerez votre offre est celui dont l’objectif est de récupérer de la réputation, de l’image. Ce partenariat est parfois difficile à mettre en place.

Prenons un exemple. Imaginons que demain je décide d’entrer sur un marché où je ne me suis jamais installé, le marché du jardinage. Je suis totalement inconnu des gens qui veulent jardiner, je n’ai pas de réputation dans le domaine et aucune autorité dans le secteur aux yeux du prospect. Pour récupérer cette autorité, je peux rechercher un partenariat dans lequel je vais proposer quelque chose à mon partenaire en échange du fait que lui me laisse mettre son nom sur mon produit.

Le plus simple que vous puissiez obtenir est l’interview que vous pourrez ajouter à votre produit. Si vous décidez de démarrer une entreprise multinationale et que vous parvenez à obtenir une interview de deux heures de Richard Branson qui raconte comment il a développé Virgin, elle vous propulsera au rang d’expert aux yeux du prospect.

Tout dépendra de votre capacité de négociation, parfois pour inclure l’interview (ou la co-création avec une célébrité du secteur) dans votre produit, vous devrez payer la personne entre 100 et 200 euros. Parfois, vous n’offrez rien en retour car les gens aiment parler de leur sujet juste par plaisir.

Abordons à présent la transaction où c’est vous qui allez apporter de la réputation et de l’image. En échange, la personne peut vous faire une promotion. 

Par exemple, dans mon cas, je suis bien connu dans le secteur du marketing, cela ne me coûte rien si je propose à un partenaire potentiel d’animer avec lui une Web-conférence pour ses clients. Si vous êtes positionné sur un marché comme une référence, une célébrité, vous pouvez juste proposer de passer à une soirée, à une rencontre, à un séminaire et en échange le partenaire fait votre promotion. Cela vous suffit puisque vous êtes déjà bien connu.

Comme il s’agit d’image, il faut toujours penser en termes de droit à l’image. De façon générale vous ne serez pas ennuyé. Quelqu’un qui accepte de réaliser une interview avec vous aura beaucoup de mal à prétendre devant un juge qu’il ne savait pas que vous utiliseriez son image. Toutefois, dans la pratique, il est toujours préférable de noter vos accords par écrit.

4 conseils clés pour négocier efficacement

4

Comment négocier efficacement grâce aux dates limites et en utilisant la pression du temps à votre avantage dans une négociation d’affaires ?

Parmi les 500 livres que j’ai lu, un livre m’a beaucoup marqué par son approche intéressante de la négociation. Je partage avec vous les quatre conseils clés qui peuvent énormément vous aider issus du livre Trump-style Negotiation de George H.Ross.

Un bon négociateur, est une personne capable de créer une issue positive pour les deux parties dans une négociation et d’éviter de créer des impasses. Certains pensent que l’utilisation du temps peut être un facteur intéressant pour réussir une négociation, mais c’est une tactique agressive de négociation. Pour cette raison, il y a des personnes qui utilisent cet outil et d’autres qui le trouvent moins efficace.

Soyez conscient et patient

La première clé de la réussite d’une négociation, c’est de vous souvenir d’une façon générale que les gens attendent d’être à la limite du temps imparti pour trouver un accord. Autrement dit, dans une négociation difficile, si vous êtes obligé de trouver un terrain d’entente au bout d’une période, vous devez en être conscient et restez patient. En effet, à mesure que vous approchez de la date limite, la pression de signer augmente. Cela vous permettra de :

  • Réussir votre négociation ;
  • Vous mettre d’accord avec l’autre partie ;
  • Apaiser votre frustration.   

Fixez une date limite

Le deuxième point que vous devez comprendre est que vous ne réussirez pas votre négociation tant qu’il n’y aura pas une raison convaincante pour toute transaction ou tout accord que vous voulez signer. 

Pour mieux comprendre, prenons un exemple. Imaginez que vous êtes en train de négocier un contrat de partenariat avec une entreprise qui pourrait vous promouvoir face à ses clients. Or, vous n’avez pas fixé de date limite pour la signature du contrat. Le résultat est que cette affaire ne sera jamais conclue et vous ne serez pas capable d’avancer et d’aboutir à un résultat. Le problème, c’est que vous croyez qu’il est toujours possible de fixer une date limite.

Evitez les dates limites que vous affaiblissent

George Ross affirme que les dates limites qui sont imposées par votre côté de la négociation vous affaiblissent. Si vous ne réussissez pas à signer un contrat à la date que vous imposez vous risquez que :

  • Votre événement n’ait pas lieu ;
  • Le lancement de votre produit soit reporté ;
  • Votre entreprise ne publie pas une publicité ou un article.  

Si vous êtes bloqué parce que vous n’avez pas réussi la négociation à la date souhaitée, alors vous serez obligé d’accepter une opportunité moins importante pour débloquer la situation.

Pour cette raison, il est important de déduire à partir de vos conversations les impératifs de l’autre côté pour que vous sachiez sa date limite et que vous ne soyez pas autant stressé par votre limite à vous.

Testez les dates limites

Le quatrième conseil est qu’il est crucial de toujours tester vos dates limites afin de vérifier qu’elles sont solides. 

Pour tester une date limite, essayez de la négocier en demandant une prolongation. Selon la réaction de la personne en face de vous, vous pouvez déduire tout de suite s’il vous impose cette date arbitrairement pour manipuler la conversation ou si c’est une date solide et bien étudiée.  Pour aller plus loin ne manquez pas de lire : Comment négocier comme Donald Trump ?

Comment éviter de se faire manipuler ?

C

Dans nos interactions personnelles et professionnelles, comment faire pour éviter le risque de se faire manipuler ou de se retrouver dans une relation de jeu de pouvoir ? 

Il faut éviter d’être dépendant de quelqu’un d’autre ou d’essayer de rendre quelqu’un dépendant de nous. 

Il ne faut pas tomber dans ce piège de ce jeu de force pour éviter de faire des choses qui ne nous plaisent pas ou qui ne sont pas en accord avec nos valeurs. 

Je vais partager avec vous un conseil tiré du livre Relations et jeux de pouvoir  de Jean-Jacques Crèvecoeur. 

Dans ce livre plusieurs sujets sont abordés. 

Il nous aide à percevoir à l’avance dans une conversation que l’on ne va pas dans la bonne direction et que l’on est train de s’engager dans un jeu de pouvoir. 

Ce jeu de pouvoir est une stratégie qui n’est pas efficace, que cela soit sur le court ou long-terme, pour que nos besoins et ceux de la personne en face soient remplis. 

Le livre nous fait avancer dans plusieurs phases.

Il faut comprendre pourquoi le jeu de pouvoir se met en place et comment le repérer et le désamorcer. 

En général, dans notre quotidien, on ne se rend pas compte que l’on est souvent dans un jeu de pouvoir. 

Si une décision est à prendre dans notre vie personnelle, on va involontairement ou non, faire en sorte que cela soit son compagnon de vie qui prenne l’initiative. 

Ce qui fait que l’on n’assume pas envers l’autre que l’on n’a pas envie ou pas la capacité de prendre cette décision. 

On n’a pas cette franchise et cette honnêteté de demander à l’autre, c’est là que vous commencer à rentrer dans un jeu pour essayer de forcer l’autre personne à passer elle-même à l’action. 

S’ancrer dans le principe de réalité 

Pour cela il faut sept ancrages, et nous allons en aborder trois ensemble avec une des ressources qui est partagée dans le livre. 

Dans certaines conversations professionnelles, on peut se rendre compte que l’on déroge à ce principe d’ancrage dans la réalité. 

Cela peut vous causer des difficultés et de l’angoisse. 

Si, en amont d’une conversation ou d’une négociation, vous savez que vous avez le pouvoir de décision, vous risquez au final de cette conversation, d’aboutir à une issue qui ne vous convient pas. Vous n’osez pas dire quels sont vos besoins. 

  • Le premier ancrage est :

« Je prends mes distances par rapport aux croyances, aux images et aux messages contraignants qui pèsent sur moi et je me prépare en les identifiant et en accordant des permissions »

  • Le second ancrage est : 

« J’ai confiance dans ce que je sens et ce que je ne veux pas. Je respecte mes besoins, mes limites et mon intégrité. Je m’ancre dans mes besoins. »

  • Le troisième ancrage est : 

« Je ne traite avec mon interlocuteur que ce qui nous concerne lui et moi et je n’accepte pas que des absents ou des tiers interfèrent dans notre relation. Je m’ancre dans la relation présente. »

Quel est l’impact d’avoir ces trois ancrages ? 

C’est de connaître vos besoins, ce que vous vous permettez et de vous ancrer uniquement dans la conversation et la relation que vous avez en ce moment. 

Cela permet d’éviter de se retrouver dans le piège, de vous laisser emporter par les émotions du moment car le jeu de la personne d’en face va essayer de vous apitoyer, de faire pression ou de vous pousser à ce que de vous-même vous négociez contre vous-même et à changer ce que aviez prévu au départ de la conversation. 

Dans ce livre, on trouve un outil qui est très important, c’est un engagement qui consiste en quatre étapes qui vous aidera quand vous aborderez des conversations difficiles : 

  • S’engager à avertir l’autre quand il va franchir une de vos limites. Ce qui nécessite que vous connaissez vos limites à l’avance. 
  • Vous donner la permission de ne pas nécessairement justifier vos limites. Vous pouvez avoir décidé de ce qui est acceptable pour vous et vous n’êtes pas obligé de le justifier face à l’autre personne. Sinon, cela vous remet dans une position de faiblesse où ce que vous allez dire est contestable. 
  • S’engager à ne pas remettre en question les limites que vous vous êtes fixées pendant le cours de la négociation. Vous pouvez être flexible, envisager de changer votre position ou les limites que vous vous êtes fixées mais pas pendant l’interaction. Ce qui fait que vous pouvez être ferme pendant cette conversation pour obtenir ce que vous souhaitez, ce que vous avez besoin. Plus tard, si le conflit n’est pas résolu, qu’aucune solution n’a été trouvée pour convenir aux deux parties, vous pouvez prendre le temps de la réflexion mais en dehors de l’interaction et du stress que vous pouvez avoir dans cette conversation. Que cela soit une conversation professionnelle avec votre associé, avec vos employés, un fournisseur, un client ou qu’il s’agisse d’une situation personnelle où il y a beaucoup d’enjeux. 
  • Se donner la permission de demander un délai de réflexion. Dans le cas où vous n’aviez pas envisagé certains aspects de la question, car il faut être à l’écoute si la personne vous apporte de nouveaux éléments, et que vous ne savez pas comment réagir, à ce moment-là, demandez un délai de réflexion et de revoir la personne plus tard. 

En fixant ces quatre règles quand vous aurez une conversation ou une négociation difficile, cela vous facilitera l’obtention d’une solution qui corresponde à vos besoins. 

Ce livre est très bien conçu par l’auteur car il est composé d’un résumé à chaque étape. 

Vous pouvez aller voir à chaque fois cette partie qui parle des ancrages : 

  • si un des points vous intéresse particulièrement, 
  • ou un aspect qui vous semble manquant dans votre façon de faire, 
  • ou encore, si vous rencontrez un aspect que vous ne comprenez pas. 

Cela vous permet de savoir où aller vous plonger dans le livre si vous voulez en retirer rapidement les 20 % qui vous donneront les 80 % de résultat pour diminuer la frustration dans vos conversations personnelles et professionnelles.

Devenir consultant en Lancements Orchestrés : les autres avantages du métier

D

Parlons d’une partie importante de cette latitude dont vous disposez en tant que négociateur : le travail que vous allez fournir au sein d’un Lancement Orchestré. 

Comme tout est possible et que la seule limite est votre pouvoir de négociation, si vous étiez le négociateur parfait, vous seriez couché dans votre hamac à attendre que l’argent rentre pour toucher votre commission. 

Cependant cela nécessite d’être en relation avec un client capable de faire rentrer l’argent tout seul. Moins vous allez devoir en faire dans votre négociation, mieux vous vous en porterez, à condition que ce que vous faites apporte votre expertise, votre valeur ajoutée.

Tout est négociable mais vous devez toujours vous assurer que cela soit une réussite. 

Je possède la compétence en marketing, la compétence en rédaction de textes de vente, je sais réaliser des bonnes vidéos mais si je tombe sur un client capable de les réaliser également, je ne vais pas négocier pour que ce soit moi qui accomplisse ce travail. Si ce client possède déjà l’équipe, le temps, le matériel, il est capable d’effectuer son montage lui-même.

De la même façon, si je tombe sur un client entouré d’une équipe, je dois au maximum profiter de cette équipe, utiliser leurs talents s’ils correspondent au niveau de résultats que je veux obtenir dans mon lancement. 

Le but est donc de réaliser uniquement ce pour quoi votre expertise est indispensable, c’est-à-dire le marketing. Vous serez certes amené, au cas par cas, à apporter des expertises supplémentaires.

Je voudrais insérer une parenthèse sur la propriété intellectuelle. Si vous signez un contrat, précisez à qui appartiennent, au sein de ce lancement, le produit, les bonus, le contenu des vidéos. Dans le cas contraire, le client partira du principe que tout est à lui, qu’il pourra tout réutiliser pour de futurs lancements d’autres produits sans vous payer de commission. Vous devez absolument défendre votre propriété intellectuelle. Par exemple, si c’est vous qui avez rédigé le script d’une vidéo, cette vidéo ne pourra pas se retrouver en bonus dans le produit du client sans que vous soyez d’accord. Vous devez y penser à l’avance et être précis dans le contrat avec le client afin d’éviter par la suite les soucis relationnels.

Il existe des cas particuliers comme celui-ci : avoir deux clients, un pour la liste et l’autre pour le produit. Le client A possède une liste très intéressante de prospects mais pas de produit haut de gamme à proposer, le client B par contre propose un bon produit mais ne bénéficie pas d’une liste à qui le vendre.

Comment procéder pour être certain de toucher vos commissions ? 

Tout d’abord, il faut savoir que vous ne pouvez pas signer un contrat avec A et B ensemble car il n’existe aucune entité juridique correspondante à cette situation. Je vous conseille donc d’entreprendre un partenariat avec le client A en lui proposant de l’aider à trouver des produits à promouvoir auprès de sa liste, en échange d’une commission sur les ventes réalisées. Je négocie donc avec lui un pourcentage spécifique, par exemple 30 %. J’entreprends en parallèle des négociations avec le client B, de façon totalement indépendante, pour présenter son produit à des personnes possédant des listes. A chaque lancement, je toucherai également une commission de 30 %. Ce partenariat devient financièrement très intéressant pour vous car vous touchez 30 % du chiffre d’affaires généré des deux côtés.

Le client A préfèrera vous laisser gérer par la suite d’autres partenariats avec C et D, plutôt que de négocier avec B pour un deal unique. Vous engrangerez ainsi d’autres commissions.

La commission n’est pas l’unique avantage que vous pouvez obtenir pendant un lancement. Vous pouvez aussi bénéficier des :

  • Avantages en nature. Vous aurez accès gratuitement au produit et vous pouvez négocier de le revendre ou de l’offrir à vos clients. 
  • Avantages promotionnels. Pouvoir utiliser la liste de prospects, pouvoir contacter le partenaires, pouvoir intervenir dans le produit (votre nom peut apparaître sur la page de vente du produit, ce qui vous fera connaître).

Comment négocier comme Donald Trump ?

C

Comment faire pour négocier et réussir à profiter de cette négociation ?

Je vais aujourd’hui vous parler d’un livre écrit par Donald Trump, enfin il ne l’a en réalité pas vraiment écrit. 

Ce livre s’appelle Négociez comme Donald Trump : les stratégies et tactiques pour maîtriser chaque deal.

Trump est un personnage assez particulier, assez intéressant. C’est un magnat de l’immobilier qui a créé un empire, l’a perdu puis en a redéveloppé un autre, encore dans l’immobilier grâce en partie à sa force de négociation mais aussi grâce à celle de George Ross, son avocat et bras droit. En réalité, c’est George Ross qui a écrit ce livre. 

Le fait que ce soit George Ross qui l’ait écrit est probablement ce qui rend ce livre plus concret car les autres livres de Donald Trump sont très bons en ce qui concerne la motivation mais sont trop vagues pour la pratique. 

Le livre vous permet d’apprendre à négocier un deal et à être capable de signer un accord qui soit gagnant pour les deux parties, compétences qui serviront énormément dans votre vie personnelle et votre vie professionnelle. 

Si vous êtes un bon négociateur, vous pouvez développer une entreprise très vite et avec peu de ressources. Vous pouvez toucher des millions de personnes si vous savez négocier avec les gens qui touchent déjà des millions de personnes, en leur apportant quelque chose en échange.

Il m’est déjà arrivé de me sentir frustré dans des interactions avec un partenaire d’affaires parce que je sentais qu’un problème se posait sans réussir à mettre la main dessus pour autant. J’ai fini par me rendre compte que je ressentais en fait cette frustration parce qu’il demandait souvent des choses mais sans rien céder de son côté et ça, c’est frustrant pour la personne avec laquelle vous négociez. 

Dans ce livre, l’approche recommandée, qui est aussi celle que je suis, consiste à chercher à savoir ce que l’autre partie veut retirer de cette négociation. 

Imaginez une ligne qui vous relie à l’autre personne. D’un côté extrême vous recevez 100 % et vous ne donnez rien, à l’autre extrême vous donnez 100 % et ne recevez rien car l’autre personne a tout. Sur cette ligne, nous retrouvons certains jalons.

Le jalon le plus important, le premier, est le suivant : quel est le minimum que la personne est prête à accepter ?

Le second jalon, est quel est le maximum que l’autre peut tirer de la négociation ?

Vous avez donc ces deux maximums pour que le marché soit conclu. Vous avez besoin de ces informations très rapidement dans une négociation. 

Il vous faut donc connaître ces extrêmes mais vous devez aussi déterminer l’élément rendant la personne ravie de notre accord. 

Lorsque vous vous trouvez dans la zone où tout le monde est content du deal, c’est le moment de faire valoir votre pouvoir de négociation. C’est là que vient jouer le facteur clef de comprendre quelles sont les motivations de la personne derrière le marché qu’elle s’apprête à conclure avec vous. De cette façon, vous pouvez céder sur des points qui ne vous coûtent rien, faire des petites concessions.

Le livre apprend que lors d’une négociation, la carte financière n’est pas la carte principale. Vous pouvez faire jouer bien d’autres éléments. Par exemple, faire profiter de sa notoriété en échange d’un service.

Vous n’êtes pas obligé d’aller au conflit sur un critère de négociation, vous pouvez avoir plusieurs critères de négociation, choisir ceux qui ont le plus de valeur pour vous et ne pas céder là-dessus et ceux qui ont le plus de valeur pour la personne en face et lui donner le maximum dessus.

La Stratégie Optimale de Vente

L

Cliquez ici pour recevoir mon livre ! Voir sur Amazon

J’aimerais vous éviter une erreur toute bête…

Une erreur qui m’a coûté des centaines de milliers d’euros au fil des années dans ma première entreprise (celle que j’avais démarrée en 2007 pour coacher les hommes célibataires et les aider à rencontrer l’âme soeur).

Une erreur que vous aussi,vous commettez certainement.
Je pense que vous vous reconnaîtrez sans doute dans cet épisode 🙂
Et, heureusement, je vous explique l’antidote pour ne plus jamais commettre cette erreur fatale.
Si vous préférez écouter le podcast en audio (ou le télécharger pour l’écouter sur votre mobile, dans votre voiture, ou sur un lecteur mp3/iPod) alors il vous suffit de cliquer ci-dessous :

Abonnez-vous: cliquez ici ! Écouter ou Télécharger le fichier audio


J'espère que ce podcast vous a plu !

Si vous voulez mettre en pratique mes stratégies dans votre entreprise, je vous recommande vivement mon livre, Le Secret des Entrepreneurs Libres. Ce guide pratique, illustré d’exemples concrets d’entrepreneurs dans 25 secteurs d’activité, dévoile :

  • Pourquoi et comment vous devez vous « cloner » (p. 81) pour faire exploser vos ventes et vos revenus, tout en réduisant votre temps de travail !
  • Comment différencier votre offre et rendre vos concurrents « hors sujet » en créant une offre irrésistible pour vos clients ! (p.45)
  • Le secret qui transforme vos clients en « fans » qui achètent encore et encore - et qui vous recommandent autour d’eux ! (p.53)
  • Pourquoi et comment vous devez repousser certains clients, pour vous libérer du temps, diminuer votre stress, et multiplier votre bénéfice ! (p. 179)
  • Et bien d’autres méthodes et ressources pour faire de vous un Entrepreneur Libre !
Chaque section du livre est complétée par des ressources en ligne, et des études de cas détaillées avec des entrepreneurs qui ont utilisé avec succès mes conseils !

Sébastien
PS : Avec mon livre Le Secret des Entrepreneurs Libres, j'offre 294 euros de bonus.
Cliquez ici pour vous offrir Le Secret des Entrepreneurs Libres et recevoir les bonus !

 

Comment négocier efficacement

C

Cliquez ici pour recevoir mon livre ! Voir sur Amazon

Si vous préférez écouter le podcast en audio (ou le télécharger pour l’écouter sur votre mobile, dans votre voiture, ou sur un lecteur mp3/iPod) alors il vous suffit de cliquer ci-dessous :

Abonnez-vous: cliquez ici ! Écouter ou Télécharger le fichier audio


J'espère que ce podcast vous a plu !

Si vous voulez mettre en pratique mes stratégies dans votre entreprise, je vous recommande vivement mon livre, Le Secret des Entrepreneurs Libres. Ce guide pratique, illustré d’exemples concrets d’entrepreneurs dans 25 secteurs d’activité, dévoile :

  • Pourquoi et comment vous devez vous « cloner » (p. 81) pour faire exploser vos ventes et vos revenus, tout en réduisant votre temps de travail !
  • Comment différencier votre offre et rendre vos concurrents « hors sujet » en créant une offre irrésistible pour vos clients ! (p.45)
  • Le secret qui transforme vos clients en « fans » qui achètent encore et encore - et qui vous recommandent autour d’eux ! (p.53)
  • Pourquoi et comment vous devez repousser certains clients, pour vous libérer du temps, diminuer votre stress, et multiplier votre bénéfice ! (p. 179)
  • Et bien d’autres méthodes et ressources pour faire de vous un Entrepreneur Libre !
Chaque section du livre est complétée par des ressources en ligne, et des études de cas détaillées avec des entrepreneurs qui ont utilisé avec succès mes conseils !

Sébastien
PS : Avec mon livre Le Secret des Entrepreneurs Libres, j'offre 294 euros de bonus.
Cliquez ici pour vous offrir Le Secret des Entrepreneurs Libres et recevoir les bonus !

 

 

Une vision alternative de la négociation : Comment aborder les négociations difficiles ?

 

[Note de Sébastien :
J’ai demandé à Cédric, ancien rédacteur au sein de l’équipe du Marketeur Français, et lui-même ancien directeur de projet marketing, de partager son expérience de la négociation.
Cet article correspond aux cas où la négociation est difficile et où vous ne parvenez pas à dégager une issue « gagnant-gagnant » par le simple dialogue.
Notez bien qu’avant d’avoir recours à ces techniques de négociation « dure », nous vous recommandons de commencer par une démarche plus souple, basée sur l’écoute et les conseils prodigués dans nos précédents articles, qui expliquent pourquoi « séduire » le client est préférable à l’affronter.]

En négociation comme ailleurs : la meilleure défense, c’est l’attaque !

Arriver à négocier efficacement demande des compétences qu’il convient d’affiner avec le temps. L’expérience reste la meilleure arme dans tout type de négociation. C’est en apprenant chaque jour à déceler les signes de faiblesses de votre adversaire que vous en ressortirez gagnant. Découvrez ce qu’il est bon de garder à l’esprit lorsque l’on parle de négocier !

(suite…)

Sujets abordés dans cet article :

une négociation entre deux personne pour convaincre dun produit, comment est un négociateur français, quand la negociation efficace, une négociation entre deux personne pour convaincre dun, la negociation comment etre le plus efficace, négocier éfficacement, comment se sortir d\une discussion par manque d\arguments, négociation comment connaitre son adversaire, discours pour negocier des prix, comment negocier une fin d opposition

Comment inspirer confiance dès la première poignée de main

C

Nos corps émettent des signaux qui, bien souvent à notre insu, sont révélateurs de notre état d’esprit.
Nos corps émettent des signaux qui, bien souvent à notre insu, sont révélateurs de notre état d’esprit.

On peut faire beaucoup de choses sur internet : alimenter un blog pour dialoguer avec ses clients, vendre des produits à distance, mettre des vidéos en ligne et chatter avec des prospects se trouvant à l’autre bout du monde. Mais, lorsque l’on est entrepreneur, on a, à un moment ou à un autre, à rencontrer des gens en face à face, qu’il s’agisse de banquiers, de partenaires, de clients potentiels ou de consultants. Quand on passe la majeure partie de son temps devant son écran d’ordinateur, il n’est pas forcément facile de savoir comment se comporter dans un entretien « dans la vraie vie ». Voici donc quelques conseils pour inspirer la confiance à vos clients, et ce dès la première poignée de main.

(suite…)

À propos de Sébastien

(Le Marketeur Francais : Biographie)Sébastien, surnommé "Le Marketeur Français", est consultant en stratégie marketing, spécialisé dans la croissance explosive des petites entreprises.

/* ]]> */