Etiquetteprocrastination

Pourquoi vous devez arrêter de dire fuck à vos objectifs

P

Aujourd’hui, j’aimerais vous parler de deux mots que vous dites, qui ruinent vos chances d’atteindre vos objectifs et d’avoir la vie libre que vous méritez. C’est deux mots sont « Faut que ».

Dans notre vie, nous avons tendance à nous fixer énormément d’objectifs, de projets et de tâches. Cette liste de choses à faire ne cesse de s’allonger de jour en jour au lieu de se raccourcir. 

Si vous avez de nombreux projets que vous ne cessez de remettre à demain, si vous ne pesez pas le poids que vous voudriez peser, si vous n’avez pas la santé que vous aimeriez, si vous n’atteignez pas le chiffre d’affaires que vous voudriez obtenir, si vous n’avez pas la clientèle espérée, c’est certainement parce que vous prononcez régulièrement ces deux mots.

Après avoir accompagné énormément de clients dans mon activité de coaching pour les hommes célibataires, j’ai pu constater que beaucoup de personnes, hommes ou femmes, vont parler de leur objectif. Si vous essayez de les tenir en responsabilité personnelle par rapport à cet objectif, que vous essayez de leur faire rendre des comptes sur l’avancée, ils vont répondre qu’ils n’ont pas avancé pour telle ou telle raison. Ils vont raconter une histoire qui en fait n’est qu’une excuse. 

Les gagnants ont des raisons de réussir et les perdants ont des excuses pour ne pas être responsables du fait qu’ils n’ont pas fait ce pour quoi ils s’étaient engagés.

Après avoir donné une excuse, la personne va souvent enchaîner en promettant de se reprendre. Par exemple, celui qui veut créer son entreprise va décider de commencer à lire des livres sur le sujet.

A chaque fois que vous dites « Il faut que je », en réalité vous dites « Fuck » à vos objectifs. Tout ce qui va suivre dans la phrase est un mensonge. Si vous dites « Il faut que j’arrête d’acheter des cacahuètes salées quand je fais les courses », en réalité vous avez menti.

Il faut donc prendre l’habitude de faire un choix à chaque fois que vous prononcez les mots « Il faut que ». 

Soit vous choisissez consciemment d’aller vers l’objectif et dans ce cas, vous devrez dire « Voilà ce que je vais faire ». Vous allez prendre un engagement. 

Par exemple « Samedi, j’ai un peu de temps libre, je vais regarder à la paperasse et dimanche j’écrirai un courrier à mon patron. » 

Toutefois, il est possible de vous rendre compte que vous ne pouvez pas tenir cet engagement, ce n’est pas grave. 

En effet, pour devenir un entrepreneur libre, vous devez acquérir la capacité à lâcher prise, c’est-à-dire la capacité à lâcher une idée d’un rêve flottant (quelque chose que vous ne ferez pas et vous le savez). 

Le meilleur exemple est celui du projet d’arrêter de fumer. Il est inutile d’être toujours en conflit entre des paroles en public et la réalité. Il est préférable de réaliser cinq projets que d’en prévoir quinze et ne pas avancer.

Vous devez apprendre à ne plus prononcer « Il faut que ».

Le remède parfait contre la procrastination

L

J’ai le remède pour vous si vous répondez oui à l’une des ces questions : 

  • Avez-vous l’envie de lancer une entreprise ?
  • Avez-vous déjà lancé une activité et avez-vous du mal à vous concentrer pour travailler à un instant T sur la tâche la plus importante ?
  • Avez-vous l’habitude de travailler sur un peu tout et n’importe quoi et du mal à savoir, à un moment donné, ce que vous devriez être en train de faire maintenant pour ramener des clients ?

Quand on veut développer une activité rapidement, il faut connaître à tout instant son « one thing », c’est à dire connaître la priorité absolue sur laquelle on devrait travailler maintenant. 

Il peut s’agir par exemple d’organiser votre prochain séminaire, de téléphoner à 30 fournisseurs pour trouver le meilleur tarif ou encore d’obtenir un nouveau financement bancaire pour pouvoir étendre vos locaux. 

A tout instant vous devez savoir quel est le projet le plus important qui fera avancer votre entreprise. 

Cependant, tout le monde ne peut pas fonctionner en ayant qu’une seule tâche notée sur sa To-do liste.

En réalité, la majorité des personnes ne sont pas des robots. 

Ce qui fait que dès que vous savez quel est le point central sur lequel vous devez vous concentrer, vous allez automatiquement vouloir faire autre chose. 

La tâche la plus importante du moment c’est toujours celle qui nous séduit le moins. 

Le remède à ce problème est de lister toutes les tâches très importantes sur lesquelles vous pourriez travailler maintenant. 

Vous avez peut-être 12 grands projets :

  • vous êtes en train de préparer simultanément un séminaire, 
  • d’écrire un livre, 
  • de préparer un partenariat,
  • et plusieurs autres gros projets. 

Parmi tous ces projets, l’un d’entre eux est le plus important. Identifiez-le.

C’est peut-être, par exemple, le lancement de votre livre. Or, vous avez envie de tout faire sauf travailler sur le lancement de votre livre. 

Le mieux à faire est de prendre n’importe lequel des autres projets essentiels de votre liste, même si ce n’est pas LE projet essentiel sur lequel vous devez avancer maintenant ; et de faire avancer ce projet secondaire qui, sur le moment, vous semble beaucoup plus alléchant. 

On va appeler cela la procrastination productive. 

Quand vous faites cela, votre entreprise continue d’avancer et, même si vous n’êtes pas à un instant T en train de travailler sur LE projet le plus important, vous êtes toujours en train de travailler sur un projet important. 

L’essentiel est d’avoir cette liste et de la limiter. 

Votre objectif est de limiter au maximum à 12 projets votre liste de projets et définir les grandes directions dans lesquelles vous voulez que votre entreprise aille au cours des prochaines années. 

Vous devez tout de même consacrer la majorité de votre temps à votre « one thing » mais, dès que vous procrastinez votre « one thing », vous devez vous attaquer aux projets de cette liste. 

Quels objectifs financiers fixer quand vous lancez une entreprise ? 

Quand on devient entrepreneur, on acquiert un pouvoir magique. Le pouvoir de décider combien on gagne. 

Malheureusement, la plupart des entrepreneurs en herbe, ne savent pas qu’ils disposent de ce pouvoir. Du coup, ils se contentent de gagner autant qu’ils peuvent. 

Si vous essayez de gagner autant que vous pouvez, cela équivaut à survivre et non pas vivre selon vos propres règles. 

Une des choses les plus importantes que vous devez faire dès le début de votre activité, c’est un business-plan un peu particulier que l’on va nommer « le business-plan express ». 

Il comprend un petit nombre d’étapes et il définit les objectifs financiers que vous voulez atteindre avec l’activité. 

La première question à vous poser est combien vous voulez gagner net sur votre compte bancaire tous les mois. 

Ce chiffre dépend entièrement de vous : 

  • vous voulez peut-être juste remplacer l’équivalent du SMIC que vous gagniez dans un travail précédent. 
  • vous avez peut-être des rêves de grandeur, vous voulez par exemple vous offrir une immense villa et il vous faut 15 000 € de revenu net par mois. 

Peu importe le chiffre mais il est essentiel de le connaître. 

Une fois que vous connaissez ce chiffre de revenu net que vous voulez gagner, il faut calculer combien cela représente en terme de revenu brut. 

Dès lors que vous connaissez ce revenu brut, vous pouvez déterminer combien de bénéfice l’entreprise doit-elle générer pour vous payer ce revenu brut. 

On rentre dans le cadre de ce business-plan express. Vous avez votre objectif de bénéfice pour l’entreprise. Vous savez quelle est la marge moyenne que vous pouvez faire sur un produit ou service que vous vendez à vos clients. 

À partir de là, vous pouvez déterminer le nombre d’exemplaires de votre produit ou le nombre de clients pour votre service, que vous devez réussir à trouver pour pouvoir atteindre votre objectif. 

La plupart des entrepreneurs font le calcul dans l’autre sens en se disant qu’ils vont vendre un produit à un certain prix, estimer le nombre de ventes et ensuite ils se payent au hasard et se retrouvent dans des difficultés quand l’URSSAF ou la CIPAV viennent réclamer des charges sociales qu’ils n’avaient pas anticipé. 

Vous devez absolument partir dans l’autre sens : partir de votre objectif de revenu. 

Cela vous permettra de déterminer le nombre de nouveaux clients que vous devez atteindre et quel tarif proposer.

Cet objectif de clientèle, de nombre de ventes vous motivera au quotidien : 

  • pour avancer, 
  • pour faire le marketing, 
  • pour faire la vente et développer votre entreprise,
  • et enfin, pour pouvoir financer la vie de vos rêves. 

Déterminer la première action qui vous engagera dans votre projet

D

Tout d’abord, il faut choisir une pensée qui peut vous bloquer sur un de vos projets. 

Une fois ce choix effectué, vous pouvez noter la pensée sur une page, en précisant la date du jour ainsi que votre décision. 

Parfois, on peut penser qu’une action que l’on voudrait faire, est peut-être trop compliquée ou trop risquée, ce qui fait que l’on reste dans sa zone de confort. 

Quelle est la première étape si on veut se lancer dans un projet qui nous fait peur ? 

Si on veut se libérer de cette peur, il faut bien faire une action, prendre une décision. 

Aujourd’hui, vous êtes peut-être dans la situation où ce risque ou cette complexité de votre projet vous limite. 

Mon conseil est de trouver quelle serait la toute première étape à effectuer pour débloquer et faire avancer votre projet. 

Parfois, vous pouvez être tétanisé pendant des mois avant d’entamer la toute première étape, qui en fait était vraiment simple. 

À ce moment-là, vous vous rendez compte, que ce n’était pas aussi compliqué que vous ne le pensiez et que vous auriez pu passer à l’action bien plus rapidement. 

Il faut trouver quelle est la toute première action que vous pouvez faire qui est beaucoup moins complexe que votre projet. 

À lire également : 

Quelle est l’action que vous pouvez faire qui vous engage sur les semaines à venir ? 

Vous pouvez vous sentir victime du temps : vous pensez avoir toujours le temps de faire les choses. 

Il faut que vous preniez cette habitude de l’action, une fois que vous serez lancé, vous constaterez que les choses ont tendance à s’accélérer. 

Votre projet va aller plus vite car vous allez commencer à en parler, découvrir de nouvelles ressources dans votre réseau. 

Dès que vous aurez un nouveau contact, une nouvelle idée, ça facilitera l’arrivée d’un autre contact ou d’une autre idée. 

Trouver une partie précise dans votre domaine dans lequel vous pouvez exceller

Vous pensez avoir un temps limité, ne pas être expert dans votre domaine, mais vous voulez tout de même faire en sorte que cela fonctionne. 

Vous devez trouver la toute petite section dans toute l’expertise que vous avez dans votre domaine, dans laquelle vous pouvez décider d’exceller. 

Au lieu d’essayer d’être excellent dans tout ce qui touche à votre métier, il vaut mieux trouver LA chose dans laquelle vous pouvez être le meilleur. 

Cela peut être un détail que personne n’a déjà choisi, un problème auquel vous avez été confronté dans votre vie. Ceci fait, que vous pouvez vous spécialiser dans ce domaine que vous connaissez et que vous pouvez résoudre ce type de problème mieux que personne d’autre. 

Cela peut vous permettre de lancer votre activité. 

Essayez de trouver dans votre domaine tout ce que vous pourriez faire, et de trouver LA particularité dans laquelle vous pourriez être considéré comme expert. 

Savoir où chercher des personnes compétentes

Vous avez parfois l’impression qu’il y a que des personnes incompétentes autour de vous. 

Quand vous décidez de faire une embauche, pour pouvoir déléguer votre travail ou autre,  cette impression fait que vous pensez ne pouvoir embaucher personne de compétent. 

Vous vous retrouvez condamné à rester dans votre bulle. Vous vous sentez limité et vous ne pouvez faire grandir votre projet. 

Si aujourd’hui vous n’êtes pas entouré de personnes très compétentes, c’est que votre cercle est trop petit. 

Vous devriez être à la recherche frénétique de personnes qui sont très pointues dans ce que vous faites. 

Quel que soit votre secteur d’activité, il y a forcément des personnes 10 fois plus compétentes que celles qui vous entourent dans votre réseau actuel. 

Il peut même avoir des personnes plus compétentes que vous et qui pourraient vous inspirer à vous élever dans votre projet. 

L’idéal est de chercher des personnes qui souhaiteraient vous détrôner en compétences. 

Souvent, on a tendance à s’entourer de personnes qui vont suivre sans réfléchir ce que l’on fait. Ce n’est pas du tout ce genre de personnes qu’il faut trouver car elles ne vont pas vous inspirer. 

Si vous êtes dans ce schéma où vous ne trouvez pas de personnes pertinentes et compétentes qui peuvent vous seconder ou vous remplacer, c’est que probablement vous cherchez au mauvais endroit. 

Maintenant, ce que vous pouvez faire, c’est prendre un peu de temps, et prendre une petite décision simple, qui peut être faite dans les jours à venir et qui vous aide à faire un pas en dehors de votre zone de confort pendant un instant. 

Et vous, quelle est la prochaine action que vous allez prendre pour faire avancer et évoluer votre projet ?

L’importance de ne pas remettre à plus tard ce qui peut être fait aujourd’hui

L

Aujourd’hui, j’aimerais vous parler d’une catastrophe survenue suite à une décision de remettre une autre décision à plus tard.

Le panorama

En 2012, j’étais en train de préparer mon tour du monde avec ma compagne Cécile. Nous avions prévu de partir en février 2013 en commençant par le carnaval de Rio de Janeiro au Brésil et je lui avais promis que je travaillerai un seul jour par semaine seulement. Afin de savoir préparer cette énorme transition qu’allait être le fait d’être en déplacement pendant une grosse partie de l’année, je devais simplifier mon entreprise et ses activités de façon à avoir le minimum de tâches à faire pour pouvoir les accomplir uniquement sur la durée qui m’était accordée d’une journée par semaine.

En fait, à peu près à la même époque, j’étais en discussion avec un ami qui voulait lancer son activité et pour lui donner un conseil, je lui ai un jour envoyé un e-mail en mettant en copie mon expert comptable. Peut-être que c’était pour les mettre en contact, je ne sais plus le contexte exact mais il était en copie de cet e-mail et je pense que mon ami s’est demandé qui était cette autre personne. Je suppose qu’il a cherché sur Internet le nom de cette personne. Du coup, je retrouve dans ma boîte mail, quelques jours plus tard, un mail de mon ami me demandant si j’avais déjà cherché auparavant le nom de mon expert comptable sur Internet. Ne l’ayant jamais fait, j’ai donc décidé de me renseigner et là je suis tombé en première page des résultats Google sur un article de presse au sujet d’une condamnation dont a fait preuve l’expert comptable en question. Il s’agissait d’une condamnation pour escroquerie car il aurait en fait aidé à arnaquer un chef d’entreprise dont il était le comptable.

Cette découverte m’a mise dans une situation compliquée car nous venions de terminer notre exercice fiscal et j’étais donc dans le début d’une nouvelle année comptable qui avait déjà démarré. Quand j’ai vu cette nouvelle, je me suis dit qu’il fallait absolument que je change d’expert comptable, l’actuel ayant été prouvé pas fiable par la justice. Seulement, comme nous étions déjà dans l’année et que changer de comptable en cours d’année est compliqué, j’avais un problème. Un autre problème est que faire la transition de changement vers une nouvelle entreprise de comptabilité juste à quelques semaines de mon tour du monde allait s’avérer quasiment impossible.

Le plan

La conclusion a été de me dire que puisque je ne peux pas faire les changements nécessaires à mon entreprise et trouver un nouveau comptable en si peu de temps, je n’avais qu’à rester une année de plus avec cet expert comptable tout en surveillant moi-même que les choses soient bien claires. Je partirai immédiatement de ce cabinet pour l’exercice fiscal suivant. C’était donc mon idée.

Le plantage

En général, quand vous travaillez avec un expert comptable, au moment où vous arrivez en tant qu’entreprise, c’est que vous allez avoir rendez-vous avec un expert comptable qui sera plein de promesses et vous mettra en confiance. Ce qu’il se passe souvent en réalité c’est que vous allez parler à l’expert comptable qui en fait est une sorte de porte parole du cabinet et qui va immédiatement disparaître une fois que vous aurez signé avec lui. Au final, vous ne ferez qu’interagir avec les comptables qui travaillent dans le cabinet voire avec des assistants comptables. Vous n’allez finalement quasiment jamais parler avec l’expert comptable. Pour la plupart des entreprises, cela fonctionne. Derrière, ce que l’expert comptable fait, c’est seulement de plus ou moins jeter un coup d’œil sérieux à votre bilan à la fin de l’année et dire que c’est bon.

Ce qu’il s’est passé, c’est que mon propre contact, donc mon interlocuteur, dans le courant de cette année-là, a disparu dans la nature et a arrêté de répondre à tous nos e-mails. Je pense qu’il a peut-être même quitté la boîte. Nous nous sommes donc retrouvés avec l’expert comptable jamais joignable, ce qui avait toujours été le cas, mais en plus, la personne qui était un interlocuteur s’est retrouvée à ne pas être joignable non plus. Nous avons donc rencontré à ce moment-là des difficultés car nous n’arrivions plus correctement à tenir le timing pour les déclarations de TVA et du coup nous avons dû payer des régularisations de TVA d’office.

Ce qu’il faut savoir, c’est qu’une grande partie du revenu de l’État français lui vient de la taxe sur la valeur ajoutée : la TVA. La gestion de la TVA par les entreprises est l’un des secteurs les plus surveillés par les institutions fiscales même si vous ne devez pas d’argent à l’État, ce qui était mon cas. Sur cette année-là, je ne devais quasiment rien comme TVA et je pense même que c’est l’Etat qui me devait de l’argent car moi je pouvais récupérer la TVA sur mes dépenses et je n’encaissais pas de TVA que je devais reverser à l’Etat. 

Seulement, si vous ne déclarez pas à l’État que vous ne lui devez pas d’argent et bien ils partent du principe que vous leur en devez. Non seulement ils partent de ce principe mais en plus, ils font des estimations tout à fait loufoques sur la quantité d’argent que vous leur devez. Je me suis donc retrouvé dans une situation où je suis en crédit TVA, c’est-à-dire que théoriquement c’est l’État qui devrait me verser de l’argent tous les mois mais comme je n’y connaissais rien et que je n’étais pas du tout connecté à la dimension financière de mon entreprise, je ne savais pas comment faire les déclarations et je dois bien avouer que je ne m’en souciais pas vraiment. J’ai donc payé des « amendes », soit des montants d’office réclamés.

Au terme de cette année-là, rester chez le même cabinet de comptabilité m’a coûté des dizaines de milliers d’euros de régularisations TVA que je ne devais pas à la base mais que j’ai dû payer quand même. Cette situation, en plus de m’avoir coûté une grosse somme d’argent m’a aussi coûté une quantité de frustration incroyable. De plus, établir le budget de cette année-là sachant que nous avions déjà du mal à contacter le comptable et qu’en plus le fait que nous allions changer de cabinet l’année suivante ne leur donnait aucune raison d’essayer de nous fidéliser ou de récupérer notre confiance, a été une expérience atroce.

La prise de conscience

Pour moi, cette histoire a été un apprentissage important. Je me suis rendu compte que cette décision prise au départ de refuser d’avoir trop de problèmes à gérer juste avant mon voyage était en fait une forme de procrastination. 

Me dire que le problème pouvait être repoussé à plus tard était une erreur. Souvent, ce qui a causé le plus de difficultés dans mon activité, c’est de ne pas avoir pris les décisions difficiles à prendre directement mais d’à la place avoir laissé traîner le problème trop longtemps. Cette problématique est la même que lorsque vous êtes dans une relation et que vous savez que celle-ci ne va pas durer mais que vous attendez quand même trop longtemps pour y mettre un terme en vous disant que ce sera plus facile à faire dans le futur alors qu’en réalité c’est le contraire. Ce sera beaucoup plus difficile dans le futur.

La clé, c’est donc de réussir à être conscient qu’il ne faut jamais remettre à plus tard ce qui peut-être fait directement. Même si sur le moment cela rajoute quelques difficultés, sur le long terme réagir tout de suite s’avère clairement être la solution la plus efficace. 

Comment écrire un livre en un temps record

C

Cliquez ici pour recevoir mon livre ! Voir sur Amazon

Quelques semaines avant la parution de mon livre Le Secret des Entrepreneurs Libres, j’avais tout préparé à l’avance : la campagne de promotion, une communauté de clients « Ambassadeurs » prêts à m’aider pour le rush du Jour J, des super bonus pour les acheteurs..
Bref, j’avais quasiment TOUT de prêt.

SAUF…
Le livre !!!

Heureusement, j’ai découvert dans un livre, Turning Pro, de Steven Pressfield, comment vaincre la « Résistance » qui m’empêchait de me mettre à la rédaction…
En quelques jours, j’avais quasiment terminé le livre. Et au bout d’un mois il était fin prêt à être publié !

Si vous avez été face à l’angoisse de la « feuille blanche », ou si vous avez un projet qui prend un peu la poussière car vous n’arrivez pas à vous plonger dedans pour le finaliser…

… alors vous devez regarder ce podcast dès maintenant.

Si vous préférez écouter le podcast en audio (ou le télécharger pour l’écouter sur votre mobile, dans votre voiture, ou sur un lecteur mp3/iPod) alors il vous suffit de cliquer ci-dessous :

Abonnez-vous: cliquez ici ! Écouter ou Télécharger le fichier audio
(suite…)

À propos de Sébastien

(Le Marketeur Francais : Biographie)Sébastien, surnommé "Le Marketeur Français", est consultant en stratégie marketing, spécialisé dans la croissance explosive des petites entreprises.

/* ]]> */