Résultats de recherche pourarriver comment vendre

Créer votre produit d’information pour le vendre sur Internet

C

Nous allons définir quel est votre contexte. Pour cela, nous allons effectuer des exercices.

Pour le premier exercice, vous vous êtes simplement présenté à un partenaire. Cet exercice ne met personne en danger et est relativement simple. Vous parlez dans cet exercice d’un des sujets que vous maitrisez le mieux et qui vous passionne le plus, à savoir vous-même. Ce premier exercice est donc innocent. Il est facile, sans risque et permet juste de comprendre la méthode qui va vous permettre de réaliser les exercices suivants.

Ensuite, à la mesure que vous avancez dans la formation, vous ferez d’autres exercices sur lesquels vous allez peut-être parler d’un sujet avec lequel vous êtes moins à l’aise mais par contre vous en connaîtrez déjà la structure. Cet exercice sera donc inoffensif.

Une fois que vous avez fait un exercice sur lequel vous avez appris et qui vous a fait avancer, vous allez pouvoir effectuer des exercices où le contexte changera peut-être un peu mais très légèrement. Par exemple être en groupes de trois au lieu d’être en groupes de deux. Le temps de réflexion sera donc plus intense. Cet exercice va pouvoir être intéressant car il sera lié directement au contenu recherché. 

Ces deux premiers exercices donnés dans mon produit d’information sont des exercices qui sont en fait juste des exercices d’apprentissage de la méthode d’apprentissage. Ensuite, nous rentrons sur les exercices permettant d’apprendre le contenu que vous êtes venus chercher. Enfin, vous allez pouvoir arriver sur des exercices où vous allez travailler plus en profondeur et réfléchir à comment avancer. Comment attirer les clients, comment donner plus de valeur à vos produits et vos services, que pourriez-vous vendre plus tard…Vous allez pouvoir créer une vision plus grande de ce que vous allez pouvoir réaliser plus tard. C’est là que vient le quatrième exercice. Ce quatrième exercice est introspectif. 

Voici le modèle pour les 4 types d’exercices : 

  • Innocent.
  • Inoffensif.
  • Intéressant.
  • Introspectif.

Quand vous allez créer votre produit final, vous allez devoir avoir vos exercices définis dans cet ordre là. Quel est le premier pas facile que vous pouvez donner à votre client ? Ensuite, quel est le second pas que vous allez pouvoir lui proposer pour le faire avancer dans la bonne direction ? Vient ensuite l’exercice d’introspection, soit la dimension de développement pour le client qui va consulter votre produit.

Une question toute simple : qu’est-ce qu’un produit d’information ?

Je ne vais pas définir le produit d’information aujourd’hui en fonction de son format. Je vais plutôt me concentrer sur l’objectif de ce produit. 

Un produit d’information est une manière de condenser un message sous un format qui sera reproductible et qu’on pourra vendre à volonté. C’est la définition sur laquelle nous allons nous baser aujourd’hui. 

Votre objectif est de prendre le message (qui peut-être une connaissance ou juste un message de divertissement) et de le mettre sous un format. Si vous ne savez pas le faire, ce n’est alors pas encore le produit d’information. 

Admettons que vous présentiez un séminaire. Ce serait un produit d’information à la condition qu’il puisse être enseigné à nouveau par la suite à d’autres personnes, possiblement même par quelqu’un d’autre. Donc, vous avez créé un fil conducteur, fil conducteur qui me permet à moi de présenter le séminaire mais il permettrait à quelqu’un d’autre qui aurait suivi le séminaire de présenter à nouveau.

Comment avoir des clients à vie !

C

Cliquez ici pour recevoir mon livre ! Voir sur Amazon

Cette vidéo présente un des sept secrets pour développer votre entreprise, selon mon mentor, le regretté Chet Holmes, un des plus grands experts de la vente du siècle dernier !

Si vous préférez écouter le podcast en audio (ou le télécharger pour l’écouter sur votre mobile, dans votre voiture, ou sur un lecteur mp3/iPod) alors il vous suffit de cliquer ci-dessous :

Abonnez-vous: cliquez ici ! Écouter ou Télécharger le fichier audio
(suite…)

Comment faire accepter vos prix (même si vous êtes plus cher que les concurrents !)

C

Éliminez pour de bon l’objection « Ca coûte trop cher »

Cliquez ici pour recevoir mon livre ! Voir sur Amazon

Au printemps 2007, quand je testais un peu le marché avant de lancer officiellement mon entreprise, j’ai proposé mon premier atelier à la vente, au tarif mirobolant de… 95 euros TTC pour un weekend. Et j’ai immédiatement eu droit à des emails de la part des visiteurs de mon site, qui disaient : « Ah zut, je suis intéressé, mais c’est trop cher… »

Au bout d’un mois, j’avais fait DEUX ventes seulement.
(Et les DEUX personnes m’ont posé un lapin le jour J, et n’ont pas participé à l’atelier !)

Je n’y comprenais rien.

Avance rapide : deux ans plus tard, en 2009…
Je vendais l’atelier de deux jours au tarif de… 2 495,00 euros. (oui oui, deux MILLE neuf cents quatre-vingt-quinze euros).
Et je devais refuser du monde tellement nous faisions salle comble !

Je vous entends déjà me dire: Oui mais Sébastien, tu vends aux entrepreneurs, le tarif est plus élevé, etc etc.
Eh bien justement non : ces ateliers à 2 495 euros le weekend s’adressaient à des particuliers. La moitié d’entre eux étaient étudiants. Ce n’était pas une formation professionnelle ou diplômante. Bref, il n’y avait aucune explication à ce phénomène (multiplier mes prix par VINGT-CINQ et en même temps multiplier mes ventes)…

… à part UN petit changement dans ma stratégie.

Ce changement, qui m’a permis de multiplier mes prix par 25, je vous l’explique dans le podcast d’aujourd’hui !

Si vous préférez écouter le podcast en audio (ou le télécharger pour l’écouter sur votre mobile, dans votre voiture, ou sur un lecteur mp3/iPod) alors il vous suffit de cliquer ci-dessous :

Abonnez-vous: cliquez ici ! Écouter ou Télécharger le fichier audio
(suite…)

Sujets abordés dans cet article :

moyens essentiel de faire accepter un produit, comment donner un tarif pour un produit, cliente qui hesite sur un produit comment laider, comment metre en valeur la vente d\un produit, comment fractionner un prix, comment echanger avec un client pour lui faire accepter votre offre, exemple dun script de prospection téléphonique dun produit, prix psychologique blog, potentiel marketeur, tarif marketing independant

Comment mettre en place un plan d’action efficace

C

Comment-mettre-en-place-un-plan-daction-efficace
Afin de devenir leader de votre marché, il est important de mettre en place un plan d’action efficace.

Cet article est proposé par Nassim Zaidi, auteur du site Architect-living.com

Ce qui fait votre force en tant qu’entrepreneur, c’est votre aptitude à mener à bien les projets que vous entreprenez. Des projets qui apportent énormément de valeur à votre entreprise et à vos clients.

Cependant, l’aboutissement de vos projets dépend principalement de votre capacité à mettre en place des stratégies efficaces pour atteindre les buts que vous vous êtes fixés.

Malheureusement, ce n’est pas toujours évident pour tout le monde. Beaucoup d’entrepreneurs se lancent sans avoir une vision claire sur les résultats qu’ils veulent atteindre. Ils se contentent des miettes laissées par les leaders du marché. Ils se contentent de survivre…

Vous ne pouvez pas laisser cela vous arriver. Si vous êtes un entrepreneur ambitieux, vous devez prendre la destinée de votre entreprise en main. Vous devez vous comporter comme un véritable leader.

Savez-vous ce que sont réellement les véritables leaders ?

(suite…)

Apprenez à ne pas vendre pour vendre plus

A

Souvent, plus les objectifs sont généraux et larges, plus la partie hors contrôle est grande.
Souvent, plus les objectifs sont généraux et larges, plus la partie hors contrôle est grande.

Cet article invité a été proposé par Philippe Chevaux, créateur du blog Apprendre sur soi et avancer.

 

Toutes les personnes qui ont monté leur business ou qui travaillent dans le commerce d’une façon ou d’une autre ont cette envie en tête : vendre leur(s) produit(s), et le plus possible, tant qu’à faire…

Mais si je vous disais que vendre n’existe pas, qu’est-ce que vous répondriez ?

N’importe quoi ! Ça se fait tous les jours !

C’est vrai qu’il existe des transactions commerciales tous les jours et des gens gagnent de l’argent avec, tous les jours aussi.

Mais si on y regarde d’un peu plus près, dans ce genre de transaction, qu’est-ce qu’il se passe en fait ? C’est le vendeur qui vend, ou c’est le client qui achète ?

Est-ce pareil ?

Eh bien non. Ça n’est pas pareil, et ça fait une énorme différence.

(suite…)

Sujets abordés dans cet article :

vendre ou seduire, seduire le client, séduire les clients

Comment écrire un texte de vente que vos clients ne peuvent pas s’empêcher de lire jusqu’au bout

C

 

Avant d’écrire un texte de vente, prenez cependant un moment pour vous représenter vos prospects.
Avant d’écrire un texte de vente, prenez cependant un moment pour vous représenter vos prospects.

Ecrire un texte de vente peut sembler fastidieux et difficile. Et pourtant, c’est une étape obligatoire pour convaincre des prospects d’acheter vos produits ou d’avoir recours à vos services. Un texte de vente ne doit pas seulement présenter les avantages de votre produit ; il doit convaincre vos lecteurs de passer à l’acte. Pour vous faciliter le travail, nous avons mis au point une méthode permettant d’écrire des argumentaires de vente clairs, uniques, et convaincants.

(suite…)

Pourquoi et comment construire votre site grâce à un outil de blog

P

Le prix d’un site internet était autrefois inabordable, ce n’est plus le cas !

En choisissant de construire votre site internet en utilisant un outil de blog vous vous simplifiez la vie à première vue. Utiliser ce type d’outil ne demande pas beaucoup de connaissances et il vous sera facile de personnaliser votre site en suivant les panneaux de paramètres. La plupart des outils de blog comme WordPress proposent des interfaces vous offrant l’option de modifier à votre guise le contenu de votre site sans avoir à réaliser de programmation. Alors pourquoi dépenser des fortunes pour quelque chose que vous pouvez faire vous-même ?

(suite…)

Sujets abordés dans cet article :

7 techniques marketing, le marketeur francais, vendre sur un blog, web mzrketeur ftancais, vendre grace a un blog, transformer un blog en adresse www, comment présenter un produit par le marketeur, vendre sur un blog, vendre sur un blog, vendre sur un blog, peux on vendre facilement su r un blog

Marketeur : vendre sur Internet ou construire un business ?

M

Cet article est le premier d’une série où vous allez apprendre comment multiplier le chiffre d’affaires de votre marketing web ou hors-ligne.

Quelque soit votre « étiquette » – entrepreneur, blogueur, association caritative, webmaster… la seule activité qui met du pain sur votre table, c’est le marketing.

Rien ne se passe tant qu’aucune vente n’a eu lieu. Tant que vous ne vendez pas, votre loyer n’est pas payé, vos factures restent en attente, vos enfants meurent de faim et votre femme vous regarde d’un oeil accusateur.

Mais avant de partager avec vous des techniques concrètes pour augmenter votre chiffre d’affaires, je vais faire une distinction.
Aux Etats-Unis, une véritable communauté s’est formée sous la bannière du « Marketing Internet. » Des dizaines de milliers d’Américains suivent ce nouveau rêve en s’inscrivant sur des forums et en se donnant le titre de « Marketeurs Internet. » Mon mentor Frank Kern vient même d’accepter de participer à un film documentaire (« Add to Cart » ) sur cette communauté.

Et ce phénomène de mode va sans doute arriver en France dans les 2 prochaines années. On lui donnera peut-être le titre d’infopreneur ou de web-entrepreneur.

Malheureusement,

Le « Marketing Internet » ça n’existe pas.
Malgré tous les gadgets, le jargon « 2.0  » et le buzz sur ce nouvel Eldorado…
Un Marketeur WEB c’est un Marketeur amputé de son véritable potentiel.

Si vous vous définissez comme "Marketeur Internet", alors vous êtes un peu comme l'homme de la photo : vous êtes amputé de vos vraies capacités, mais fier d'avoir des jambes électroniques "2.0".

La base du marketing est simple :  trouver un Média adapté pour communiquer avec le Marché, et y diffuser un Message de vente.

Les progrès offerts par le marketing « sur Internet »

Internet a permis d’ouvrir de nouveaux espaces de communication : résultats des moteurs de recherche, sites Web, email, Facebook.
Internet a aussi donné à des Marchés la masse critique qui empêchait auparavant de les rendre rentables. C’est le phénomène de la « longue traîne » – il n’y a peut-être qu’une personne sur 1 000 dans votre ville qui soit intéressée par le tressage subaquatique de paniers en osier, mais cette proportion sur les 20 millions d’internautes Français donne un Marché potentiel de 20 000 prospects.

Les dangers du marketing « sur Internet »

Si vous vous définissez comme « web-entrepreneur », ou marketeur Internet, vous limitez à la fois vos résultats actuels et votre réussite à long terme.

  1. En n’utilisant qu’un seul média comme unique source de prospects, vous vous fermez l’accès à des millions de prospects qui n’utilisent pas Internet pour faire leurs achats (même s’ils sont en ligne, même s’ils voient votre vidéo). 40% des Internautes restent méfiants face aux achats en ligne.
  2. En n’utilisant qu’un seul mode de paiement en ligne, vous fermez instantanément votre processus d’achat à des pays entiers ou de larges tranches de la population. Si vous utilisez uniquement Paypal, vous pourriez doubler votre chiffre d’affaires en possédant une plus large plate-forme de paiement comme Paybox. Je l’ai vu de mes yeux en 2009 sur l’une de mes activités. Si vous n’acceptez pas les chèques, vous pouvez augmenter de 10% au moins vos commandes en acceptant ce mode de paiement – et beaucoup plus si vous vous adressez à des prospects peu habitués au commerce en ligne : population non citadine, ou plus de 35 ans.
  3. En n’utilisant qu’un mode de contact de vos prospects (l’e-mail) vous perdez un volume incroyable de ventes additionnelles. 80% de vos clients et prospects ignorent vos emails. Ce ne sera pas le cas avec une campagne postale ou téléphonique bien orchestrée.

Le dernier risque que vous courez :
Qu’allez-vous devenir quand il n’y aura plus d’Internet ?

…Je plaisante bien sûr ! Internet ne disparaîtra pas du jour au lendemain. Tout comme le démarchage porte-à-porte et le Minitel, c’est un support de vente qui est là pour durer.

Mais plus sérieusement, quelle est la viabilité de votre business Internet face à une défaillance d’un des maillons de votre chaîne :

  • Que se passe-t-il si vous n’êtes plus positionné dans Google ?
  • Que se passe-t-il si votre compte Adwords est fermé ? Ou si Clickbank ferme ses portes en Europe ? Ou si aWeber met les clefs sous la porte ?
  • Que se passe-t-il si une nouvelle législation vous empêche de contacter vos prospects par email ?

Voici comment entrer dans la cour des grands, si vous voulez réellement atteindre votre potentiel en tant que marketeur.

Votre première étape est de vous protéger des points critiques de défaillance :

  • Toujours posséder une sauvegarde récente de vos données (bases de données, fichiers sources de vos sites, listes de contacts, prospects et clients)
  • Obtenir de vos clients les moyens de les contacter via plusieurs modes de communication : email, téléphone, et adresse postale.
  • Diversifier vos lieux de présence : être présent dans la presse avec une stratégie média, et expérimenter de nouveaux moyens de promotion – magazines, spots radios, ride-along avec les produits de vos concurrents.

Votre seconde étape : créer un effet de levier.

Pour développer de façon explosive votre chiffre d’affaires, il faut :

  1. Augmenter le nombre de clients,
  2. Augmenter le panier moyen par client,
  3. Augmenter la durée d’activité de vos clients et la fréquence de leurs achats.

Le meilleur moyen de progresser sur ces 3 axes est d’utiliser un Lancement Orchestré pour vos produits, mais il existe d’autres stratégies que je vais aussi présenter sur le site Le Marketeur Français.

Je vais développer dans les prochains articles des tactiques concrètes pour développer vos ventes en utilisant ces 3 pistes – sur Internet ET dans le « monde réel ».

En attendant, j’insiste sur le message principal de cet article :

Vous devez construire votre business sur Internet comme une véritable entreprise, si vous voulez réellement maximiser le résultat de vos efforts et courir le moins possible de risques sur le long terme.

Si vous souhaitez recevoir davantage de conseils pour vendre sur Internet, cliquez ici et indiquez-moi simplement à quelle adresse je dois vous les envoyer.

Sujets abordés dans cet article :

Warrior forum, Doubler son chiffre d'affaires sur internet, frank kern, technique pour augmenter le chiffre d\affaire, comment vendre sur web par la strategie de marketing, comment passer de marketeur a marketeur web, peut- on vendre une avec la stratégie, les technique pour augmenter le chiffre d\affaire, marketeur internet, procédé pour vendre sur internet çàà

Interview : L’incroyable histoire d’Alexandre, entrepreneur à la tête de Manger Vivant

I

Alexandre Lahouel a accepté de partager avec nous l’histoire du développement de Manger vivant, projet ayant pour objectif d’accompagner les personnes qui souhaitent perdre du poids et améliorer leur santé et leur vitalité en général en partageant les bienfaits de l’alimentation vivante et ancestrale.

Comment as-tu démarré ton projet ? Parle-moi de ton parcours.

Deux ans plus tôt, j’étais vraiment différent. Je faisais plus de 100 kilos. J’étais en surpoids, j’avais de gros problèmes et j’étais presque obèse. J’avais fait des régimes qui ne marchaient pas et ensuite je suis tombé sur l’alimentation vivante. Au début c’était pour un besoin personnel mais ensuite c’est devenu une vraie passion. J’ai donc essayé d’en faire un métier et une entreprise. 

J’ai fondé le projet Manger vivant il y a un an et demi et à l’époque je venais d’abandonner mes études. J’avais fait un bac pro en informatique et ensuite, je me suis inscrit dans un BTS commercial mais je n’aimais pas du tout. J’ai donc arrêté mes études avant de passer le BTS et j’étais « au plus bas ». Je n’avais aucun diplôme et je suis resté au chômage pendant deux ans tout en essayant de faire des projets à côté. C’est à ce moment-là que j’ai découvert qu’on pouvait entreprendre et faire autre chose que le salariat et c’est là que j’ai cherché à lancer Manger vivant.

Qu’est-ce qui te bloquait à l’époque où t’étais en train de te chercher ? Quand tu pensais à ton projet, qu’est-ce qui t’empêchait d’avancer ?

Je n’avais pas beaucoup de connaissances parce que je viens d’un milieu assez populaire et mes parents sont salariés. Ensuite, une fois que j’ai eu les quelques connaissances pour commencer, j’ai eu des petits manques de motivation donc je me suis fait coacher dans le monde du développement personnel et c’est là où j’ai compris l’intérêt de réussir un projet à la fois pour moi et pour les autres. Ensuite, c’est allé assez vite. 

Au début, j’ai eu une période très lente parce que j’ai mis 7 mois à installer le thème sur mon site. Quand je parle d’un an et demi c’est un an et demi à partir du moment où j’ai vraiment commencé. J’avais acheté le thème en février et j’ai commencé le blog en décembre. J’ai pris de plus en plus de plaisir dans le travail au point de ne même plus considérer que c’était du travail. J’ai continué à me former. Tout ce qui touche au marketing est devenu une passion. J’adore ce domaine.

Quand tu as démarré un an et demi plus tôt, tu étais loin de t’imaginer qu’un jour tu dirais « J’adore le marketing ».

Oui c’est vrai que j’étais un peu loin de tout ça mais avant j’avais de très grandes ambitions et je voulais vraiment que ça marche. Je me souviens qu’après avoir fait le premier gros lancement à 15 000 euros j’étais content parce que je voyais que les gens étaient prêts à acheter des produits mais je me disais aussi « Au bout d’un an, je n’ai fait que 15 000 euros » alors que je voyais des gens faire 200 ou 300 000 euros. Je me disais que ça devait être 5 ou 10 fois plus difficile donc j’étais content mais je ne voyais pas assez le côté croissance exponentielle qui est arrivé par la suite. Là, je me rends compte que c’est possible d’aller très vite avec les effets de levier.

Quand tu as participé à Entrepreneur Libre, tu démarrais tout juste ton entreprise et n’avais pas fait une seule vente. Quel impact a eu ta participation ?

J’avais fait beaucoup de formations assez connues dans le milieu du marketing mais j’ai vraiment découvert comment vendre lors de ce séminaire. J’ai appris beaucoup de choses sur la vente comme comment convaincre les gens d’une façon bienveillante mais aussi précise et très impactante. 

Le séminaire m’a également débloqué par rapport aux tarifs des produits que je pouvais vendre parce que dans mon domaine, en général les produits qui se vendent sont en dessous de 57 euros en moyenne. J’avais du mal à vendre des produits chers alors que je voulais faire un produit haut de gamme pour accompagner les gens en profondeur. Anthony avait fait une intervention et il m’avait complètement débloqué par rapport à ça. Je comptais vendre un produit à 150 euros à raison de 50 euros x 3 mois et au final je l’ai vendu 500. C’était à la fois bien pour moi et mon business mais aussi pour les clients qui allaient être plus impactés et motivés.

Comment as-tu réussi à trouver des gens à qui vendre ton produit ? D’où ils viennent ? Combien de personnes suivent tes conseils de nutrition ?

J’ai donc beaucoup de trafic qui provient de Facebook, ça me ramène beaucoup de prospects. Pour en revenir à mes débuts, pendant 5 mois j’ai récolté seulement 80 e-mails car j’avais peur de déranger les gens. Je n’avais pas de pop-up, j’avais absolument rien. Le premier clic que j’ai eu c’est quand un de mes articles a été partagé 25 000 fois sur Facebook. Avant je faisais à peu près 2000 visiteurs par mois sur le site et là j’étais à 3000 visiteurs par heure donc j’avais gagné 200 000 visiteurs en 4/5 jours grâce à la puissance de Facebook. De là j’ai tout installé de façon assez précipitée et je suis passé des 80 e-mails que j’avais récolté à 4000 e-mails la semaine suivante. C’est là que le projet a su vraiment démarrer.

Nous retrouvons toujours une valeur ajoutée dans tous les contenus que tu partages. C’est cette valeur que tu donnes gratuitement qui fait que les gens arrivent sur ton site, découvrent ce que tu fais et qu’ensuite ils s’inscrivent de façon à ce que tu puisses leur envoyer ton premier lancement orchestré.

J’incruste souvent des formulaires aussi au milieu et en bas des articles, permettant aux gens de directement faire l’action dans l’article.

Ton premier lancement a fait 15 000 euros en une semaine. Ton deuxième a fait 210 000. Quelle différence entre ces deux lancements ?

La première différence c’était le prix du programme. Quand j’ai fait 15 000 euros de chiffre d’affaire, j’avais fait une promotion à 197 au lieu de 497 alors que lors du second lancement je l’ai vendu au prix réel donc 497. Il m’a fallu moins de clients pour faire un chiffre d’affaire plus élevé. Le deuxième gros levier c’est surtout les partenaires. Comme j’ai pu montrer les conversions de mon premier lancement à mes partenaires, ils ont pu voir que le produit se vendait bien et que l’offre était intéressante et j’ai réussi à convaincre pas mal de partenaires de m’envoyer leurs prospects. C’est grâce à eux que j’ai pu faire plus de ventes que pour le premier lancement. De mon côté, j’ai développé ma liste d’e-mails. J’en ai actuellement 30 000 tandis que pour le lancement à 15 000 je n’avais que 4000 e-mails. J’ai donc généré de la croissance de mon côté aussi.

Dans mes formations, je parle de l’importance de connaître déjà ta séquence optimale de vente et de l’importance d’accorder de mettre la personne en confiance pour qu’elle décide d’acheter ensuite.

Pour le premier lancement, je n’osais pas faire de vidéos donc j’ai fait un lancement avec une série d’e-mails et ensuite j’ai envoyé les gens vers une page de vente texte avec la possibilité de nous rejoindre donc pour 197 au lieu de 497 euros. Tandis que pour le second lancement, comme j’avais des partenaires qui allaient m’envoyer du monde, je me suis dit que ce serait beaucoup mieux de faire des vidéos. Je n’ai pas osé en faire des face caméra donc j’ai fait des diaporamas. Presque toutes les vidéos, même celles de vente, c’est du diaporama avec seulement ma voix. J’ai complètement changé la façon de vendre tout en essayant de garder les mêmes arguments.

Pour expliquer ton lancement orchestré, quand les prospects arrivent sur le site, ils remplissent un formulaire dans lequel ils inscrivent leur prénom et leur adresse e-mail puis reçoivent des vidéos, ce qui permet après de les recontacter et donc d’envoyer d’autres vidéos gratuites de ton lancement. Ta première vidéo de présentation compte énormément de commentaires. Ce qui est important de comprendre, c’est que quand nous permettons aux gens de laisser des commentaires, nous ouvrons le dialogue et donc nous permettons aux gens de s’investir davantage, ce qui est déjà un premier pas.

Oui, en plus je faisais les vidéos au fur et à mesure de la semaine donc je pouvais en adapter le contenu en fonction des commentaires que j’avais reçus et donc également répondre directement à leurs questions et objections. C’était très utile.

Du coup, la première vidéo comptait plus de 600 commentaires mais la seconde en comptait plus de 1000. Cette vidéo, tu l’as donc perfectionnée à partir de ce que les gens te disaient en commentaires de la première vidéo ?

Oui, un challenge que j’avais c’est qu’à la base j’étais très en retard mais j’ai réussi à en faire une force car au moins je pouvais vraiment voir ce que les gens pensaient et donc améliorer ce que j’allais dire ou répondre directement à leurs questions dans les prochaines vidéos.

Tu montres aussi les expériences clients ? Les témoignages ?

Oui, j’ai fait une interview face caméra parce que je me suis dit que si au bout d’un moment les gens ne me voyaient jamais, ils allaient trouver ça suspect et j’en ai fait une autre ensuite.

Dans l’interview nous retrouvons du dialogue donc ça aide à inspirer la confiance. D’ailleurs le nombre de commentaires de cette vidéo est encore plus conséquent que sur les précédentes. Nous pouvons donc constater un engagement croissant.

C’est aussi parce que j’ai offert des guides PDF si les personnes laissaient des commentaires. Dans la première vidéo je n’offrais rien en échange de commentaires tandis que dans la seconde et la troisième vidéo c’était le cas. Beaucoup de personnes étaient donc enclins à laisser des commentaires, ce qui explique cette croissance.

Après, tu as pu faire la promotion de ta vidéo d’inscription. Comment faire pour rejoindre ton programme ?

Je n’ai pas osé vendre dès le début. D’après un de mes mentors, j’aurais dû vendre plus tôt car je vends seulement à partir d’environ un quart d’heure de vidéo. Apparemment ça n’a pas tant dérangé les gens. Ensuite j’ai créé une version raccourcie où je n’ai gardé que le passage où je vends le programme. A la fin du lancement je n’ai envoyé que cette version-là aux prospects.

C’est donc avec cette séquence là que tu as su générer les 210 000 euros en l’espace de 7 jours ?

C’est ça.

Que se serait-il passé si tu n’avais pas eu ce déclic à Entrepreneur Libre ?

Déjà par rapport au prix du programme je n’aurais jamais osé le vendre à ce tarif-là. Je pense que je l’aurais vendu 150 euros et mon chiffre d’affaire aurait donc été moins important. Ensuite, par rapport à toutes les notions d’influence et d’engagement, comme par rapport au fait que les gens laissent un commentaire et se sentent de cette façon engagés dans le processus. Ces notions je ne les connaissais vraiment pas du tout. La notion d’autorité. Toutes ces notions je les ai apprises au séminaire Entrepreneur Libre. Dans chacune des vidéos de mon lancement, je donnais un petit peu des chiffres par rapport à là où j’en suis sur le blog pour montrer que je n’étais pas un débutant qui venait d’arriver sur Internet. J’avais aussi été contacté pendant le lancement par une journaliste de l’émission de télévision E=M6. C’est vrai que j’ai structuré mon lancement en me disant « Comment convaincre les gens car je sais qu’au fond ils ont vraiment besoin de ce programme pour les aider ? ». Moi ça m’a complètement transformé ma vie et je me suis dit que j’avais besoin de les convaincre de changer la leur également.

Quel impact le lancement a eu sur ta vie personnelle ? Qu’est-ce que ce lancement t’a apporté ?

C’est vrai que ça a changé beaucoup de choses car avant j’étais chômeur depuis deux ans donc j’en étais arrivé au stade où je ne touchais même plus d’allocations chômage. Un an et demi plus tard l’entreprise que j’ai su monter a un chiffre d’affaire de presque 300 000 euros. Oui, ça a donc changé tout dans ma vie. J’ai beaucoup plus de libertés et j’ai rencontré des partenaires, même déjà à Entrepreneur Libre. Avec le temps je rencontre beaucoup de personnes et ça nous change totalement de milieu car les gens ne pensent plus au salariat. Je me suis rendu compte que tout est possible. Mon objectif est maintenant de faire le double pour le prochain lancement, donc 500 000. Tandis que si j’avais continué de côtoyer mes anciens amis ils m’auraient probablement dit « Attention, ça peut vite descendre pour le prochain lancement ».

Comment décrirais-tu à Alexandre de deux ans plus tôt ta vie d’aujourd’hui ? Comment tu le motiverais ?

Quand je pesais plus de 100 kilos, je buvais beaucoup d’alcool, je faisais beaucoup la fête et j’étais un peu déprimé. Depuis tout jeune je voulais faire des grandes choses mais niveau action j’étais vraiment proche de zéro. J’étais beaucoup dans le blabla et pas trop dans l’action. Tellement de choses ont changé que j’ai même l’impression d’être devenu une autre personne. Je suis plus mince, je suis entrepreneur alors que j’étais chômeur, je ne côtoie plus les mêmes personnes. J’ai l’impression d’être une nouvelle version de moi-même.

Merci à cette « nouvelle version de toi-même » pour cette interview qui je pense inspirera beaucoup de monde à devenir entrepreneur libre. Ceux qui ne sont pas encore entrepreneurs vont se dire « Donc en fait c’est possible à partir de ma passion et de mon savoir de faire décoller un projet » et ceux qui sont déjà entrepreneurs vont se dire « Si j’en suis à un certain niveau, je peux tout à fait évoluer considérablement avec de l’ambition ». Pour conclure, que dirais-tu à quelqu’un pour l’aider à se bouger et à se débloquer ?

Celui qui a déjà des résultats, je lui dirai que ça peut être vraiment exponentiel. Moi suite à mon premier lancement je n’étais pas si content. Je dirais vraiment à ces gens que ça peut monter très vite et doubler à chaque fois. Pour ceux qui ont du mal à se lancer, il faut savoir que je suis très perfectionniste, chose qui m’a aidé mais aussi pas mal freiné. Si vous êtes comme moi perfectionniste je vous conseillerais donc d’être plus dans l’action et d’améliorer votre projet en fonction des premiers résultats plutôt que d’attendre d’avoir un projet parfait avant de se lancer. Ensuite on a aussi une autre catégorie de personnes qui sont plus dans l’action mais pas très stratégiques et à eux je dirai d’agir moins et de ne garder que les choses qui fonctionnent bien en essayant d’être plus réfléchis et posés et faire le point sur ce qui marche et ce qui pourrait être amélioré.

Le secret pour ne plus avoir peur de se lancer dans son projet

L

Au cours des années, j’ai lu plus de 500 livres de marketing, de développement personnel, de développement professionnel, de communication, de gestion de l’entreprise, de délégation, de recrutement, etc. En résumé, des livres pour m’aider à développer mon projet. À savoir que je lis, un petit peu plus d’un livre par semaine depuis 2006 dans le but d’apprendre.

En effet, en tant qu’entrepreneur, je me rendais bien compte qu’il était techniquement impossible pour moi de réinventer toutes les roues qui avaient déjà été créées. En outre, à chaque fois que je rencontrais un problème dans mon activité, quelqu’un avait déjà rencontré ce même obstacle mais aussi trouvé une réponse, testée cette solution sur d’autres personnes et écrit un livre complet. D’où mon idée d’aller puiser cette source de savoir dans les livres.

Aujourd’hui, je me dédie notamment à partager avec vous le condensé de ces livres dans différents articles spécialement écrits sur le sujet. 

Dans cet article, j’aimerais vous parler de ma première leçon. Je l’ai tiré du livre Le chemin vers le sommet, écrit par moi-même, Sébastien Le Marketeur Français. 

Ceci n’est pas mon premier livre puisque j’ai, par le passé, écrit un livre intitulé Séduire en 5 secondes destiné aux hommes célibataires. Mais Le chemin vers le sommet représente mon premier livre destiné aux entrepreneurs.

Quand j’ai lancé mon activité, Le Marketeur Français, après avoir accompagné plusieurs entrepreneurs, j’ai ressenti le désir de partager mon message avec un plus grand nombre.

Ce n’est pas ce message que je vais vous enseigner aujourd’hui, mais ce que j’ai appris en écrivant ce livre.

L’idée de créer ce livre a vu le jour suite à des discussions avec mes mentors et amis entrepreneurs qui avaient beaucoup plus d’expérience que moi dans la communication des idées. Le véritable déclic a eu lieu après une conversation avec Bill O’Hanlon, qui a écrit plus de 30 livres sur des sujets comme l’hypnose. Il m’a incité à encapsuler mon savoir dans un livre afin de permettre d’atteindre et de communiquer avec beaucoup plus de gens que je le faisais auparavant.

J’avoue que ceci a été plutôt difficile pour moi de me lancer dans le projet. 

La raison ?

J’avais peur de sortir un livre qui ne soit pas parfait. Pas suffisamment bien rédiger. Avec une accroche pas suffisante. Incomplet.

En discutant par la suite avec Dan Sullivan, un coach canadien j’ai compris l’importance de passer à l’action coûte que coûte.

Le principe de Dan Sullivan est simple. On réalise toujours une version #1. Cette version va déjà aider et résonner avec plusieurs personnes. Bien qu’elle ne soit pas parfaite, elle va justement nous permettre de recueillir des critiques et des avis qui vont nous permettre de nous améliorer. 

Pour bien comprendre ce concept, prenons un exemple concret. Imaginez que vous avez les moyens d’amener de l’eau dans un village africain qui n’a pas accès à l’eau potable et où les habitants meurent de soif. Vous pouvez d’un côté, mettre à disposition des habitants de l’eau dans n’importe quel récipient et ensuite voir comment améliorer cette solution provisoire. Ou bien, rester dans votre laboratoire en recherchant la solution parfaite pour enfin amener l’eau et risquer que tout le monde soit mort de soif d’ici là. La solution semble claire, non ?

Et bien, c’est le concept que Dan m’a rappelé et que j’ai appliqué pour l’écriture de mon livre. J’ai encapsulé mon savoir dans un réceptacle dont on sait d’avance qu’il ne sera pas parfait mais qu’il est suffisamment bon pour apporter de la valeur. 

14 versions plus tard, je peux vous assurer que j’ai appris énormément. J’ai corrigé des coquilles, des fautes d’orthographe, ajouté des commentaires d’entrepreneurs qui avaient lu les premières versions, clarifié certains points qui étaient vagues, etc.

J’ai beaucoup appris de ce premier livre car il a été lu par des milliers d’entrepreneurs français. En l’espace de quelques semaines, on a vendu les 1000 premiers exemplaires, puis beaucoup d’autres par la suite. J’ai appris des retours des personnes qui l’ont lu. Des personnes sur Amazon ont notamment souligné le manque d’exemples.

C’est avec ses remarques et critiques en tête que j’ai préparé la sortie de mon livre suivant paru en 2016. Une version 2 enrichie et améliorée.

Le livre est basé sur les mêmes idées mais donne des outils concrets. Je partage par exemple des exemples d’e-mail que vous pouvez utiliser pour communiquer avec des clients. Mais aussi, des exemples de séquences de communication marketing pour vendre vos produits. Ou encore, des exemples d’entrepreneurs qui ont utilisés cette méthode pour changer leurs vies dans 25 domaines d’activités différents, du dressage de chiens à la vente de produits cosmétiques en passant par la méditation, le magasin bio…

Ce livre n’aurait jamais pu voir le jour si je n’avais jamais publié le premier, si je n’avais pas appris du retour de mes lecteurs.

En résumé, le conseil que je souhaiterais vous donner est de ne pas avoir peur de sortir une première version imparfaite que ce soit pour vos produits, vidéos ou votre site Internet. C’est ce qui va vous permettre d’en arriver rapidement à la version suivante, enrichie et améliorée.

À propos de Sébastien

(Le Marketeur Francais : Biographie)Sébastien, surnommé "Le Marketeur Français", est consultant en stratégie marketing, spécialisé dans la croissance explosive des petites entreprises.

/* ]]> */