Résultats de recherche pourarticles presse seduction sur

Crédibiliser votre offre en la médiatisant

C

Si vous voulez démarquer votre activité de celle de votre concurrence et vous affranchir de la guerre des prix, vous devez crédibiliser l’offre que vous avez à proposer.

Une méthode efficace est de médiatiser votre offre. Dans le cas des entreprises que j’ai accompagnées et de celles que j’ai fondées, j’ai beaucoup utilisé les médias et j’ai constaté un effet radical sur les ventes. 

Sur un de mes sites Internet, notre taux de conversion (le nombre de personnes qui achètent après leur visite du site) est passé de 0,5 % à 5 %, autrement dit, dix fois plus, juste en ajoutant un extrait d’un reportage télévisé sur TF1 qui était venu filmer notre service. Nous avons mis cet extrait sur la page de présentation du produit. C’est pourquoi, je peux vous donner quelques conseils de mon expérience par rapport aux médias.

L’image

Un de mes premiers passages dans la presse était dans le magazine Paris Match. Ils  étaient venus observer un de mes ateliers de coaching en séduction et y avaient consacré une pleine page mais ils étaient ennuyés car, à l’origine, ils voulaient ajouter une photo en pleine page également. 

Or, à l’époque, je ne disposais pas de photos que je pouvais donner à des journalistes. Ils ont été obligés d’illustrer l’article avec une photo issue d’un concurrent. 

J’ai appris une leçon essentielle à ce moment-là : les médias ont besoin d’images. Vous devez donc savoir mettre en scène votre produit ou votre service afin de pouvoir présenter quelque chose de visuel et, si possible, posséder déjà des images que vous pourrez fournir facilement.

Par la suite, à chaque fois que j’organisais des séminaires ou des ateliers,  que je sortais un nouveau produit, je m’arrangeais pour réaliser des photos professionnelles que je pouvais utiliser dans mes propres communications mais aussi les procurer aux médias en cas de besoin. 

Ainsi, lorsque le journal 20 Minutes a voulu consacrer un article à mon activité, j’ai pu leur proposer une photo que j’ai ensuite également donnée à France Soir. 

Nous possédons une banque de données, notre dossier de presse, qui nous permet de toujours transmettre quelque chose de visuel.

Il est possible de mettre en scène toutes les sortes de produits. 

Par exemple, si vous n’organisez pas de séminaires, vous pouvez simplement être pris en photo ou une personne vêtue d’un costume particulier se rapportant à votre activité. Vous pouvez également photographier votre carte de visite, vos produits (livres, DVD). Ce sont des images faciles à réaliser.

L’histoire

Vous devez trouver un angle, une histoire pour rédiger votre communiqué de presse, c’est-à-dire une page A4 qui explique ce qui est nouveau, en quoi c’est important, en utilisant vos chiffres (par exemple le nombre d’abonnés sur votre page Facebook). 

Cela va donner jour à des articles sérieux mais aussi plus satiriques. 

Ainsi, Charlie Hebdo m’a consacré un article en pleine page illustré par une caricature.

Intérêt de médiatiser votre activité ou votre produit

Vous allez pouvoir créer un afflux supplémentaires de clients et de prospects potentiels. Ces gens vont vous découvrir dans les journaux, à la radio, à la télévision. Personnellement, je suis passé régulièrement sur TF1, France2, M6. A chaque passage télévisé, des millions de nouvelles personnes découvrent ce que je fais, entendent parler de mon site Internet.

La médiatisation est aussi un outil de crédibilisation. Vous allez pouvoir y faire allusion dans la description de votre produit, sur la page de vente, ou attacher en pièce jointe dans les mails de relance aux prospects un article de presse vous concernant.

Le journal France Antilles est un média local auquel j’ai envoyé un communiqué de presse lors d’un de mes déplacements en Guadeloupe. J’ai pu décrocher une présentation auprès d’une mairie devant un public de jeunes à qui j’ai détaillé mon parcours d’entrepreneur. Nous avons prévenu le journal qui a accepté de me consacrer un article.

Le bon client

Il ne suffit pas d’être présent une fois dans les médias mais de façon récurrente. L’afflux de nouveaux prospects est alors constant et cela vous permet d’augmenter la notoriété de votre activité. Vous devez devenir le bon client, c’est-à-dire la personne qui a eu un bon contact avec le journaliste, lui a donné du matériel utile et utilisable et l’envie de vous  interviewer encore par la suite. 

Ainsi, le journal France Antilles m’avait recontacté pour un article sur mon autre activité, le coaching séduction. 

De même, je suis passé trois fois dans l’émission Toute une Histoire. J’ai été interviewé trois fois sur Europe 1. 

J’essaye toujours de devenir un invité récurrent. 

Pour cela, il est nécessaire de bien connaître le public auquel on s’adresse. Lorsque j’ai fait le tour du monde, j’ai décroché des articles dans des journaux pour le grand public comme France Dimanche, surtout intéressé par les photos.

Chaque activité est très souvent liée à une revue. Le magazine Pharmacien Manager m’a consacré un article. 

Lorsque je suis présent dans un média, je ne parle pas uniquement de mon produit, je donne aussi des conseils adaptés au secteur concerné. Grâce à ces conseils, mon interview prend de la valeur. Elle ne s’adresse pas qu’aux pharmaciens. Tout le monde peut utiliser ces conseils.

Comment devenir libre grâce à Internet ?

C

Aujourd’hui, j’interview Alexandre Roth, un entrepreneur libre inspirant. Nous pouvons sembler opposés mais nous sommes pourtant similaires.

Alexandre est un entrepreneur qui a démarré sa carrière en faisant du coaching amoureux pour les hommes célibataires, du coaching en séduction. Il a très vite développé une activité qui a permis d’aider des milliers de personnes sur Internet et d’être vu par des millions de spectateurs via ses apparitions dans les médias. 

Ce qui est intéressant dans le parcours d’Alexandre, c’est d’avoir recherché une certaine liberté, de ne pas se laisser enfermer dans le cadre classique que la société essaie de nous imposer sur comment gérer notre travail.

J’aimerais qu’il partage les clefs pour ceux qui veulent se lancer, utiliser Internet pour garder une certaine liberté au quotidien et une liberté financière. 

Alexandre, peux-tu nous expliquer pourquoi cette opportunité de l’activité en ligne aujourd’hui est si importante ?

Je pense que si c’est une opportunité qui n’a jamais été aussi forte aujourd’hui c’est parce qu’il est possible maintenant de dissocier le temps et l’énergie que nous consacrons à une entreprise pour pouvoir être beaucoup plus libres, pour générer plus de chiffre d’affaires et privilégier la qualité de vie. Je ne voulais pas me tuer à la tâche comme mes parents restaurateurs. Je voyais des gens qui créaient un véritable business sur la séduction, le développement personnel. Une alternative était possible sur Internet.

En prenant l’exemple de ton parcours d’entrepreneur, veux-tu partager les étapes clefs marquantes et les problèmes communs à tous les gens qui essaient de se lancer en ligne ? Comment ils gèrent un problème et comment toi tu conseilles de le gérer pour bien se lancer ?

Lorsque j’ai créé ma société de coaching en séduction, il n’existait pas encore de statut léger et simple d’entrepreneur et j’avais commencé à développer des grosses structures bien lourdes, à m’engager sur des frais énormes alors que je ne savais même pas comment j’allais gagner de l’argent. 

Le conseil que je donne c’est de vous poser la question de comment gagner de l’argent quand on a investi des milliers d’euros. Nous sommes moins créatifs et moins productifs quand le risque de manquer d’argent prend le dessus. Focalisez-vous sur comment vous allez générer des revenus car c’est ce qui fait tourner la boîte, ce qui permet de se lancer dans de nouveaux projets.

Aujourd’hui il existe beaucoup d’outils formidables sur Internet pour aider à la création de sociétés, des statuts, des modèles.

Je me permets de souligner une pépite très importante que tu as apportée car cela a été pour moi aussi l’une des clefs. 

Les 80 % du temps passés à réfléchir au début doivent se concentrer sur comment faire rentrer les premières ventes et pas sur les documents administratifs. 

Quand j’ai démarré ma première boîte, je facturais en notant « entreprise en cours de création » et le jour où je suis allé immatriculer ma société, je possédais 3000 euros de chiffre d’affaires pour le premier mois.  

Qu’est-ce qui a fonctionné pour toi ? Quelles sont les étapes  essentielles pour réussir le premier mois ?

Je m’étais focalisé sur deux piliers :

  • Le référencement naturel, c’est-à-dire attirer des gens sur mon site, mon blog.
  • Les relations avec la presse, comment attirer les médias pour qu’ils parlent de moi.

J’ai obtenu le pilier du trafic naturel grâce à des articles de forte valeur ajoutée, c’est-à-dire des contenus où nous proposions beaucoup de détails, de conseils afin de donner aux gens l’envie de retourner sur le site. Il est d’ailleurs toujours en ligne et atteint 500 000 visites par mois.

Pour les médias, je créais des événements importants tous les trois à six mois et j’envoyais des invitations aux journalistes. Je leur expliquais par exemple que j’organisais une semaine de coaching séduction sur la Riviera à Nice avec cinq célibataires et je les invitais à la villa. Quand ils venaient pour écrire leurs articles, je leur demandais de renvoyer au site Internet où se trouvaient des ressources, des articles, une news letter.

Aujourd’hui, je fais beaucoup de vidéos car les deux leviers, articles et vidéos, sont extrêmement puissants. Les gens veulent du contenu pour apprendre.

Tu as mentionné deux piliers, celui qui permet d’apporter de nouveaux prospects pour leur montrer qu’il est possible de les aider et les relations avec la presse par le biais de la création d’un événement. A l’époque où j’œuvrais dans le même domaine, Alexandre est le seul coach en séduction à qui j’avais envoyé un mail pour lui dire à quel point j’étais épaté par une de ses vidéos lors du lancement de la villa. Dans l’accompagnement que tu proposais, je trouvais qu’il existait une réelle volonté d’aider les gens, pas juste de vendre une technique. Je pense que cela permet à tes clients de réussir.

Quelqu’un qui regarde les vidéos d’aujourd’hui et décide de démarrer une activité sur Internet sait que la priorité est la vente. Quelle est la meilleure manière de se préparer, d’effectuer une transition si entreprendre est totalement nouveau pour certaines personnes ?

Le facteur le plus important entre ceux qui se lancent et ceux qui voudraient se lancer est l’environnement. Je conseille de participer le plus souvent aux événements, aux Networkings, aux séminaires. C’est essentiel. Vos proches qui ne sont pas entrepreneurs risquent de vous prendre pour un fou car ils pensent que très peu de personnes réussissent à gagner de l’argent sur internet. Or, énormément de gens gagnent leur vie sur Internet. A partir du moment où vous ne connaissez pas les mécanismes, les stratégies, vous croyez cela impossible et c’est pourquoi il faut venir aux événements spéciaux pour les entreprises du Web. Il faut écouter ceux qui sont déjà entrepreneurs sur Internet parce que les autres ne pourront pas vous donner des conseils pertinents.

D’autre part, il faut se lancer même si le projet est encore imparfait car il va évoluer. La vision parfaite que nous pourrions avoir de notre projet n’est jamais celle qui existera dans la réalité. Arrêtez de vous trouver des excuses, il faut se lancer, échouer, comprendre, apprendre, s’améliorer jusqu’à ce que le projet commence à tenir la route. Passez à l’action et réfléchissez plus tard.

Existe-t-il une astuce magique, une astuce marketing qui permet d’obtenir des résultats à tous les coups ?

Si nous avons identifié un produit qui fonctionne, on peut accélérer très rapidement avec de la publicité sur Facebook et notamment avec les vidéos natives. Je télécharge mes vidéos Youtube sur Facebook mais je ne poste pas le lien car Facebook veut détruire Youtube. Les vidéos sont mises en avant avec de la publicité, c’est un accélérateur énorme. Lorsque j’investis 1 euro dans la publicité, je récupère entre 3 et 6 euros chaque jour.

À propos de Sébastien

(Le Marketeur Francais : Biographie)Sébastien, surnommé "Le Marketeur Français", est consultant en stratégie marketing, spécialisé dans la croissance explosive des petites entreprises.

/* ]]> */