CatégorieCréer une entreprise

Comment résoudre vos conflits avec vos associés ?

C

Se lancer en association présente un atout majeur qui permet à beaucoup d’entrepreneurs de développer leur activité. Les associés apportent des forces différentes et diverses ressources dans l’entreprise. Ils contribuent ainsi considérablement dans sa floraison. 

Une des meilleures façons qui vous permet de vous assurer que votre entreprise va prospérer, c’est de vous assurer que le processus de décisions est clair et bien défini. Pour cette raison, il est indispensable de créer un pacte d’associés. Il s’agit d’un contrat écrit noir sur blanc, qui peut être relativement informel, mais il permet d’organiser les relations entre les associés.

Ce contrat récapitule les rôles de chaque actionneur, les attentes envers chaque associé (à savoir les ressources que chaque associé peut apporter à l’entreprise par exemple) et le processus de prise de décisions.  

Quel est le processus de décisions ?

Dans une entreprise, il est primordial de définir le processus de décisions. Il peut arriver qu’un associé soit majoritaire, mais sur le plan financier, c’est l’associé minoritaire qui a le dernier mot. Si vous êtes associés à part égal (ce que je déconseille si vous êtes seulement deux associés) vous pouvez attribuer un type de décisions pour chaque associé :

  • Décisions techniques ;
  • Décisions administratives et financières ;
  • Décisions marketing et commerciales.  

Si vous mettez en place ce pacte d’associés, vous vous assurez qu’il est possible de faire face aux situations gracieuses. Autrement dit, vous ne serez pas bloqué si l’un des associés souhaite partir. Pour cette raison, il est important d’inclure la clause du gâteau.

En quoi consiste la clause du gâteau ?

C’est une clause qui vous permet de vous assurer qu’à tout moment, si l’un des associés souhaite partir, vous serez d’une part informé et d’autre part, qu’un accord financier qui s’aligne avec la valeur de l’entreprise sera proposé.

Comment fonctionne la clause du gâteau ?

Prenons l’exemple d’une entreprise avec seulement deux associés. Cette clause consiste tout simplement à engager celui qui souhaite partir à vendre sa part pour l’autre associé.

Autrement dit, il est invité à proposer à l’autre associé d’acheter ses parts à un tarif déterminé.

L’autre associé aura la possibilité soit d’accepter et d’acheter les parts au le tarif proposé, soit de refuser et de vendre ses parts à l’associé qui souhaite partir à ce même tarif.   

La clause est appelé clause du gâteau, parce qu’elle est équivalente à la stratégie utilisée afin de désamorcer une dispute entre des enfants à cause d’un morceau du gâteau. Pour résoudre cette dispute, vous demandez à l’un de couper le gâteau et à l’autre de choisir sa part. Ainsi, vous garantissez qu’il y aura un partage équitable entre les deux enfants.

La première fois où vous décidez d’appliquer cette stratégie, le premier enfant coupera le gâteau en une énorme part et une autre très petite comme il est incapable de se projeter dans les pensées de l’autre. Quand l’autre enfant prend la part la plus grande, il finira par apprendre à faire le partage d’une façon équitable au bout de quelques tentatives.  

La clause du gâteau fonctionne de même pour les associés. En effet, quand vous avez une clause du gâteau et que vous savez que l’autre associé peut vous faire une contre-proposition, vous êtes obligé de faire une offre juste.

Si vous proposez à votre associé de vendre ses parts à 10 €/part, contractuellement il peut vous proposer le même tarif pour acheter vos parts.

Cet équilibre vous permet d’éviter d’être bloqué pendant des années sur un conflit qui consiste à évaluer la valeur de votre entreprise.   

Les 3 secrets de la réussite au féminin

L
https://www.youtube.com/watch?v=RriFJGmAKK4&feature=youtu.be

Je vais aujourd’hui vous partager trois conseils issus du livre Riches & Influentes publié chez Aska Editions, dont Zuzanna Chroma est co-fondatrice.

Zuzanna, peux-tu nous résumer l’esprit du livre avant de donner les trois conseils ?

Zuzanna : Il s’agit d’un livre clé pour toute femme voulant entreprendre et qui veut porter son entreprise dans un autre niveau. Le problème est qu’aujourd’hui les livres de succès sont souvent écrits par des hommes et souvent les femmes ont plus de difficultés pour comprendre comment vraiment réussir dans les affaires. 

Sharon Lechter, l’auteure, a pris les clés du livre Réfléchissez et devenez riche de Napoléon Hill et les a adapté pour les femmes entrepreneures. Le livre donne la parole à 300 des femmes les plus influentes des USA et vous permet de découvrir leurs conseils pour entreprendre et devenir une femme riche et influente.

J’aimerais retirer trois pépites, trois conseils phares de ce que ce livre a à apporter.

Zuzanna : La première chose est d’avoir le désir ardent. Vous devez trouver votre mission et pourquoi vous faites ce que vous faites dans votre entreprise. Pour trouver votre désir ardent, vous pouvez réaliser un désir très simple.

Le deuxième conseil est d’être persévérante. Toutes les femmes ayant réussi ont fait preuve de persévérance pour aller de l’avant. Elles ont tout donné pour évoluer.

La troisième clé est de donner beaucoup de valeur et de partager de la bienveillance. L’idée de la puissance de la pensée féminine est de connecter le cerveau avec le cœur pour donner beaucoup de valeur à son marché et également à sa communauté.

Récapitulons les trois clés de la réussite au féminin :

  1. Choisir son désir ardent, avoir une vraie motivation derrière votre choix de lancer votre entreprise.
  2. Persévérer car en tant que femme entrepreneure vous avez besoin de tout donner pour mieux progresser.
  3. Donner le maximum de vous-même à votre marché et à votre communauté.

Vous pouvez retrouver d’autres clés dans le livre qui sont expliquées avec également beaucoup de pratiques et d’exercices à réaliser.

Que peut faire une femme entrepreneure pour recevoir déjà quelque chose pour pouvoir continuer et se lancer avec les enseignements du livre ?

Zuzanna : Vous pouvez cliquer ici pour accéder aux premiers chapitres du livre gratuitement.

Faites vous partie de la nouvelle France d’en haut ?

F

En 2002, le premier ministre français Jean-Pierre Raffarin, a popularisé une expression créée par Honoré de Balzac qui distingue la France d’en haut les élites de la France d’en bas Monsieur tout le monde.

Cependant, on peut noter un changement qui est en train de se produire de façon marquée au cours des dernières années et qui va se perpétuer et s’accélérer dans les années qui viennent. Pour cette raison, je vous invite à vous décider de si vous voulez faire partie de la nouvelle France d’en haut ou de la nouvelle France d’en bas.

Initialement, les expressions France d’en haut et France d’en bas, désignaient un héritage financier et culturel auquel vous ne pouviez pas vous échapper.

Il y avait les élites qui naissaient avec une cuillère dans la bouche et avec des ressources financières importantes et un nom reconnu. Cette catégorie pouvait lancer facilement ses projets et obtenir toute suite un financement, de la notoriété et du succès.

De l’autre côté, il y avait les personnes normales qui devaient fournir un effort énorme afin d’atteindre un minimum de résultat souhaité.

Aujourd’hui, grâce à Internet, il est possible de créer des relations et d’établir facilement une connexion avec des milliers, voire des millions de clients potentiels. Internet offre l’opportunité de lancer votre activité avec un minimum de ressources. Les personnes qui n’ont pas les moyens pour financer un projet, sont maintenant capables de prospérer. La définition de France d’en haut et de France d’en bas est en train de subir des changements.

Selon moi, la différence entre la nouvelle France d’en haut et la nouvelle France d’en bas, c’est la distinction entre être un producteur ou un consommateur.

Nous sommes dans une société de communication et de consommation. En naviguant sur une page Facebook ou une page YouTube, par exemple, vous remarquerez qu’il y a deux types d’internautes :

  1. Les créateurs de contenu : ceux qui créent les vidéos, enregistrent les Podcasts ou rédigent les articles. Ces personnes créent le produit et vous en parlent. Vous pouvez les repérer immédiatement, parce qu’ils réservent le haut de leur page généralement pour parler de leurs produits/services.
  2. Les internautes : ceux qui commentent, évaluent, partagent et consomment le contenu partagé.

En tant que créateur de contenu et en tant qu’entrepreneur, j’ai énormément de respect envers la communauté de personnes qui répondent et réagissent à mes vidéos.

Toutefois, le premier conseil que je veux transmettre à ces personnes qui me suivent et aux entrepreneurs en herbe qui veulent se lancer, c’est de devenir des producteurs. Ne vous contentez pas d’être des consommateurs. Vous devez commencer à partager votre passion ou votre expertise.

Si vous vous lancez en tant qu’entrepreneur, il est primordial de produire et de parler de votre produit/service.

Il est important de savoir que même si vous commencez à créer et à partager votre propre contenu sur Internet, il est toujours possible de commenter et de laisser des commentaires pour d’autres créateurs de contenu.

Pour faire partie de la nouvelle France d’en haut, ne soyez pas un consommateur passif influencé par des messages de vente pour finir aux supermarchés en train d’acheter des produits proposés.

Devenez un de ceux qui communiquent et apportent de la valeur. Ainsi, vous ferez partie de la France d’en haut. 

Les clés pour réussir sur Internet (Interview)

L

Dans cet interview réalisé avec Alexandre Roth, nous vous donnons les clés pour réussir lorsqu’on se lance sur Internet. 

Sébastien : Alors supposons que quelqu’un veuille se lancer sur Internet, quelles sont les raisons les plus communes d’échec et à quoi est-ce que les gens doivent faire attention, que doivent-ils éviter ?

Alexandre : Je pense qu’il ne faut pas non plus être trop sûr de soi. Ce n’est pas parce que vous êtes un expert dans un certain domaine que le simple fait de savoir de quoi vous parlez va vous amener au succès. Tant que vous n’avez pas mis un petit peu votre égo de côté, vous ne saurez pas partir de zéro comme il est nécessaire de le faire. Seule la réalité compte, l’idéologie c’est bien mais la réalité prend le dessus.

Donc il ne faut pas considérer que notre expertise sur un sujet est suffisante car il faut également acquérir une autre expertise, qui est celle du business en ligne ?

Oui, c’est pour ça que des gens bons dans ce qu’ils font galèrent et voient que des concurrents ou partenaires sont au top. Ils se disent ensuite « je ne comprends pas, je suis aussi bon que ces personnes mais je n’ai pas ces résultats » or c’est justement cette mise en pratique qui séparent les deux personnes. Le plus important n’est pas de créer un contenu exceptionnel une fois tous les dix ans mais de donner un rendez-vous, de qualité bien-sûr, par exemple une fois par semaine. Il faut être présent car les gens s’attendent à ce que vous le soyez. La régularité est la clé car cela va vous aider à créer une audience qui attendra votre contenu. Comme avec le sport, vous devez être régulier pour avoir des résultats.

Est-ce que tes conseils s’appliquent à toutes les situations, à tous les types d’expertise… à quel moment faut-il adapter ?

Je pense que cela peut s’adapter à une grande partie des personnes qui ont des conseils à donner, de l’expertise. Moi je donne des conseils aux gens voulant être entrepreneurs. Mes conseils s’adressent à ceux voulant avoir du contrôle sur tout. Ce que je propose est vraiment d’acquérir une liberté totale. Mes conseils sont destinés aux gens ayant une passion et voulant la transmettre sous forme de divers supports tels que des vidéos ou des audios.

Le but est donc d’être libre et pour l’être, il faut maîtriser soi-même le produit ou le service et utiliser Internet pour le commercialiser. Quelles sont les toutes premières actions que quelqu’un devrait faire après avoir lu cette interview ?

La première action qui pourrait être faite est de se demander sous quelle forme vous préférez créer du contenu. Une fois décidé, commencez directement avec le cœur dans votre thématique, les questions que votre audience pourrait se poser et commencez donc à créer du super contenu par rapport à ça et de le diffuser massivement tout en commençant à réfléchir à comment vous allez « capturer » votre audience sous forme de newsletter avec ce que nous appelons un « auto-répondeur » pour pouvoir obtenir l’adresse email des gens que vous allez attirer. Commencez à faire des vidéos et publiez-en chaque semaine avec du contenu additionnel.

Peux-tu nous présenter la formation que tu offres en cadeau aux internautes ?

J’explique qu’Internet est une opportunité unique qui a révolutionné notre économie et toute notre façon de vivre. Dans ce changement radical, il existe des tas d’opportunités pour ceux qui savent les saisir. Dans une société capitaliste telle que la nôtre, le seul moyen de devenir libre est de posséder un business sur Internet. Ce qui est bien c’est qu’avec la traction d’Internet, vous n’avez pas besoin de travailler autant que si vous étiez salarié pour obtenir un certain résultat. Au début vous devez travailler beaucoup mais au fur et à mesure, vous aurez de moins en moins besoin de le faire.

Comment le séminaire Séduire Le Client a permis à Sophie de lancer son activité (interview)

C

Découvrez dans cet interview le parcours de Sophie et ses débuts en tant qu’entrepreneur suite à sa participation à mon séminaire Séduire Le Client.

Sébastien : Sophie, est-ce que tu peux nous présenter ton parcours ? D’où tu es partie, quels blocages tu avais et ta motivation à te lancer ?

J’ai directement été fascinée par Internet. Il a fallu du temps entre mon premier coup de foudre pour Internet et le moment où j’ai commencé à y faire des choses concrètes car je ne savais pas, comme beaucoup, par où commencer. J’ai été renseignée sur tes formations par Olivier Roland, dont tu avais fait le lancement. Je me suis inscrite à ta formation « Séduire le client ». Quand je m’y suis inscrite j’étais impatiente que ça commence, je voulais découvrir le programme !

Qu’est-ce que « Séduire le client » a apporté comme déclic ? Qu’as-tu appris de cette formation ?

J’ai appris qu’il fallait choisir un avatar. Je me suis rendue compte que ce n’est pas du tout quelque chose que nous faisons naturellement. Quand je travaillais dans le marketing, il était toujours dit qu’il fallait que notre flèche soit pointue pour entrer dans la cible. Donc quand vous cherchez à séduire un client, plus vous allez être spécifique, plus vous allez avoir de retours.

L’idée de l’avatar est de décrire très précisément qui est le client auquel nous nous adressons et cela veut dire que si vous pensez que votre produit peut servir à tout le monde alors vous êtes en train de tomber dans le piège le plus grave lorsque votre activité démarre. Plus votre message est vague, moins vous touchez de monde. Toi, tu t’adresses aux femmes. En revanche, en visant les femmes, ne décourages-tu pas les hommes à acheter ton produit ?

Oui, d’une certaine façon. Si la personne n’est pas concernée, elle a dans son entourage tellement de personnes qui le sont. Comme mon message est bien spécifique, après avoir écouté mon contenu, ces hommes qui eux ne sont pas concernés vont en revanche en parler à leurs copines ou leurs sœurs ou leurs mères etc.

Cela fait une vraie différence d’approche que de se dire « Je parle à une personne précise et il se peut que du fait de parler à cette personne, elle va peut-être faire suivre ce que j’apporte ». Ce qui est le plus important est de faire venir les clients correspondants le mieux.

Oui car au moins les personnes concernées se reconnaissent.

Tu as démarré avec une activité basée sur un principe de sommet. Peux-tu expliquer ce qu’est un sommet en ligne ?

Il s’agit de rassembler un certain nombre de personnes, appelées en général « les experts », à qui vous allez demander de venir faire une conférence sur une thématique la plus précise possible et de communiquer avec leur liste. Cela est de la valeur ajoutée car l’expert va communiquer avec sa liste mais également profiter de l’audience des autres experts. Pour les clients c’est génial également car ils ont accès à l’enseignement des meilleurs du développement personnel en un seul espace. Pour l’organisateur du sommet c’est super aussi car il récupère des contacts qu’il n’aurait pas eu avant.

Pourquoi est-il difficile de trouver une idée d’une entreprise rentable ?

P

Grâce à mon expérience dans l’accompagnement d’entrepreneurs dans différents pays du monde, j’ai constaté que beaucoup de porteurs de projets tombent dans un piège qui leur cause énormément de souffrance, du temps perdu et des difficultés financières.

Je vous explique.

Evitez les pensées opportunistes

Certains entrepreneurs reportent le lancement de leur activité tant qu’ils n’ont pas encore trouvé le filon rentable : c’est un piège à éviter.

En optant pour cette démarche, vous recherchez à vendre un produit qui suit la tendance à un moment donné. Le problème, c’est que le temps que vous lanciez votre activité et votre produit, vous n’aurez plus une place dans le marché. Pour la simple raison que ce besoin était temporaire et les prospects ne cherchent plus ce produit au moment où vous êtes prêt.

Ce genre de problème, se produit quand vous essayez de lancer une activité avec une pensée opportuniste. Afin d’éviter les conséquences de cette pensée, je vous propose une technique simple.

Si le projet idéal pour devenir un entrepreneur libre se trouve au croisement entre votre passion, votre expertise, vos compétences et le besoin de vos prospects, comment est-il possible de déterminer ces différentes parties ?  

La première étape consiste à définir à quoi correspond chaque zone en vous posant des questions telles que :

  • Quelle est ma passion ?
  • Qu’est-ce que je sais faire ?   

Vous créez par la suite une liste avec les réponses que vous avez obtenues. Ainsi, vous pouvez définir l’activité dans laquelle vous pouvez exceller et apporter une transformation.

Détournez un flux d’argent

Beaucoup d’entrepreneurs ont du mal à se poser la question la plus importante : à l’intérieur de ces deux zones, qu’est ce que les gens achètent déjà comme solution ?

En fait, il est difficile de créer un nouveau flux d’argent et de faire en sorte que les clients vous payent pour un produit/service sur lequel ils ne dépensent pas d’argent à l’heure actuelle.

Par contre, il est plus facile de détourner un flux d’argent existant. Si vous vous adressez à des clients qui dépensent déjà de l’argent pour se divertir et aller au théâtre par exemple, ils seront potentiellement intéressés par vos pièces de théâtre alternatif.

Si vous ciblez des prospects qui détestent le théâtre et pensent que ce n’est pas un moyen de divertissement, vous devez mener une bataille terrible pour les convaincre et leur vendre des places pour votre théâtre alternatif.

Pour conclure, deux points essentiels vous permettront d’éviter la souffrance pour trouver la bonne idée pour votre projet :

1.   Ne pas partir dans la direction opportuniste du moment. Pensez à partir des interrogations et des besoins que vous voyez autour de vous.

2.   Ne pas tenter de créer un nouveau flux d’argent et de convaincre des personnes de faire un investissement ou une dépense qui n’ont pas l’habitude de réaliser. Pensez plutôt à détourner un flux d’argent existant vers vous.

Par exemple, si vous voulez vous lancer en tant que conseiller en patrimoine, votre client idéal n’est pas celui qui n’investit pas pour ce service. Essayer de le convaincre de le faire est peine perdue ou du moins bien plus compliqué qu’un prospect ayant l’habitude d’acheter et de rechercher des conseils en patrimoine. D’où l’importance de cibler ce second profil et de tenter de convaincre celui qui est déjà investisseur pour qu’il profite du service que vous proposez. Ceci vous permettra d’éviter ce piège dans lequel tombent les entrepreneurs en herbe.  

Comment créer votre entreprise sans argent ?

C

Une des problématiques importantes à laquelle vous pouvez faire face en tant qu’entrepreneur quand vous voulez vous lancer, est de ne pas avoir un capital disponible. Vous ne savez pas comment démarrer votre boîte sans apporter un capital de départ significatif. Le principe qui vous sera utile dans toute votre vie d’entrepreneur concernant l’aspect financier de l’entreprise, c’est de gagner de l’argent avant de le dépenser.

Gagner de l’argent avant de le dépenser

Dans le parcours de l’entrepreneur, il y a énormément de tentations et de possibilités de dépenser de l’argent pour des raisons insignifiantes. Par exemple, par conformisme (si tout le monde fait une certaine dépense, vous pensez que vous devez également sûrement la faire) ou par amour-propre. L’exemple type de la dépense inutile quand vous démarrez votre entreprise, c’est la carte de visite.

Pas de carte de visite

Personnellement, je trouve que les cartes de visite au démarrage de votre activité ne servent absolument à rien. Si vous décidez de les faire, vous pouvez utiliser des outils gratuits, tels que Vistaprint. Après plus de 10 ans d’expérience et 10 000 de clients entrepreneurs dans 35 pays du monde, je peux vous dire que je n’ai jamais eu besoin de carte de visite. Certes, si vous assistez à des événements (séminaires ou conférences), vous interagissez avec beaucoup de personnes et, spontanément, un échange de cartes de visite aura lieu. Mais personne ne fait jamais de suivi sur ces cartes de visite. Pour cette raison, je juge inutile d’avoir la carte de visite à la base. Le fait de distribuer 500 cartes de visite par an, par exemple, depuis le démarrage de votre activité et pendant 10 ans, peut vous coûter des millions d’euros. Probablement, personne ne vous contactera par la suite. Il s’agit donc de dépenses inutiles.

De la même façon, de nombreux entrepreneurs pensent qu’il est indispensable d’avoir un local au démarrage de leur entreprise.

Démarrer sans local

Il est possible de démarrer votre activité sans local, en travaillant de chez vous. En France, il est légal de démarrer votre entreprise chez vous, à condition que votre contrat de bail ne contient aucune interdiction. Bien évidemment, si vous comptez démarrer une entreprise de manutention et de fabrication de machines, vous risquez de déranger les voisins. Par contre, pour une entreprise qui propose des services ou bien une entreprise sur Internet, il est possible de le lancer chez vous pour économiser le loyer qui présente une charge considérable.

Toutes ces idées peuvent se regrouper sous une stratégie qui vous permet de démarrer votre activité que j’appelle la technique du zéro.

La technique du zéro

La technique du zéro consiste à faire un business plan pour votre entreprise. Cela est possible en pensant à un prévisionnel des entrées d’argent et des dépenses nécessaires pour votre entreprise. Imaginons que vous lancez une entreprise de tee-shirts, vous aurez plusieurs dépenses :

  • Un graphiste pour le design ;
  • La fabrication et le stockage des tee-shirts ;
  • L’expédition et la livraison des tee-shirts ;
  • La publicité et le marketing ;
  • La création d’un site Internet pour la vente en ligne ;
  • Une ligne téléphonique et un abonnement Internet.

Commencez donc par énumérer toutes les dépenses nécessaires pour votre entreprise.

La technique du zéro est une stratégie que j’ai découverte en écoutant une interview passionnante avec le co-fondateur de l’entreprise Skype. Il a abordé dans sa bio une question qui se pose souvent : comment mettre à zéro ce poste de dépense ?

Leur stratégie, quand ils ont démarré Skype, c’est de prendre en compte qu’ils deviendront une grande boîte sur le web, qui nécessite beaucoup de bandes passantes et de traitement de données. Par conséquent, ils auront besoin de serveurs informatiques gigantesques. Pour mettre ce poste de dépenses à zéro, ils ont fait de sorte qu’au début, lorsque l’application Skype tourne en tâche de fond, l’entreprise délègue à toutes ces applications inactives tout le travail du serveur. Autrement dit, ils ont externalisé le travail du serveur, sur les ordinateurs de leurs clients.

Si vous prenez l’habitude de vous poser la même question, vous ferez des économies importantes. Par exemple, si vous organisez un séminaire et vous voulez offrir des stylos aux participants, vous pouvez trouver un sponsor qui veut distribuer gratuitement des stylos publicitaires à tous les participants. Une bonne stratégie pour la technique du zéro, c’est de trouver un sponsor.

Trouver un sponsor  

Pour appliquer la technique du zéro, pensez à faire en sorte que la fourniture vous soit offerte gratuitement. Par exemple, si vous souhaitez offrir à vos clients des échantillons de votre produit, vous pouvez les demander directement au fabricant. Cela vous permettra de faire des économies et vous ne serez pas obligé d’acheter un stock pour l’offrir à vos clients.

Revenons à notre exemple, l’entreprise de création de tee-shirts. Il est peut-être possible de trouver un graphiste qui accepte de devenir votre partenaire et vous fournit des designs de haute qualité. Ce partenariat consiste à lui fournir un pourcentage de profit sur chaque vente jusqu’à ce que sa facture soit payée.

Si vous faite cet exercice de la technique du zéro, vous pouvez démarrer votre business en ayant littéralement zéro coup de départ.

Vous pouvez donc démarrer votre activité sans :

  • Cartes de visite ;
  • Site Internet ;
  • Local ;
  • Frais de démarrage (graphiste ou autre).

Ainsi, vous pouvez vous concentrer sur des solutions qui vous permettront de faire rentrer de l’argent et captiver vos premiers clients.  

Quand j’ai démarré mon entreprise, Le Marketeur Français, je n’ai pas fait de cartes visite, je n’ai pas loué un local et je n’ai même pas payé beaucoup d’argent pour créer mon site web. J’ai acheté un hébergement avec un nom de domaine pour 8 € chez OVH, j’ai installé WordPress gratuitement (j’ai exploité les thèmes gratuits sur mon blog) et j’ai commencé à publier mes articles pour faire des partenariats et générer mes premières ventes. J’ai réussi à faire 10 000 € de chiffre d’affaires avant de contacter un graphiste pour la création d’un logo pour mon activité. 

Comment faire face au piratage informatique

C

Il existe des idées préconçues et des vérités méconnues à propos de la sécurité informatique. Nous allons donc aborder ce sujet.

Un des points les plus importants est celui de la sécurité totale. Il faut savoir qu’au niveau des entreprises, elle n’existe pas. Les pirates font de la recherche sur les outils mis au point par les spécialistes de la sécurité informatique. C’est une espèce de jeu, les pirates trouvent une faille et les informaticiens la comblent puis ça recommence. Cela signifie qu’à un instant T, personne ne peut vous garantir que vos sites et vos données sont totalement sécurisées. 

La plupart des gens sont persuadés qu’il suffit de posséder un anti-virus et un pare-feu pour être protégé. Malheureusement, bien que ces deux outils soient efficaces dans leur utilisation première, ils ne suffisent pas pour sécuriser votre site Internet.

Nous allons aborder deux aspects importants : le risque et l’impact. Le risque est la possibilité qu’un événement se produise, dans notre cas, un piratage. L’impact représente la conséquence de ce piratage pour votre entreprise. 

Le véritable objectif dans la sécurité informatique est de réduire le risque et l’impact potentiel pour vous et pour votre entreprise. Il faut accepter le fait qu’à un moment vous pourrez peut-être vous faire pirater mais nous allons aussi prendre des mesures pour réduire la probabilité que ce piratage arrive et que si cela arrive, l’impact pour vos clients, vos revenus soit le plus minimal possible.

Certaines personnes peuvent se demander si leur site peut vraiment se faire pirater et quelle serait la motivation d’un pirate de s’attaquer à leur site, à leur entreprise, à eux. 

Parmi les clients, deux cas se présentent. Le client connu du grand public, qui a pignon sur rue et donc est une cible idéale pour les pirates qui cherchent la renommée. Par exemple, en 2011/2012 les pirates qui ont attaqué Sony ont bénéficié d’une publicité énorme. Un concurrent mal intentionné qui voudrait vous faire disparaître du marché peut décider de vous faire pirater, il s’agit donc de piratage intentionnel. 

Cependant, il existe aussi des piratages fortuits. Certains des logiciels que vous utilisez peuvent contenir des failles détectées par les pirates. Souvent, ils possèdent des outils informatisés, des scripts qui peuvent scanner des sites sur Internet même s’ils ne connaissent pas l’adresse. Votre site peut donc être piraté par le plus grand des hasards juste parce qu’il n’a pas été mis à jour. Vous pouvez croire être tranquille parce que vous n’êtes pas forcément visible pourtant, sur Internet, surtout lorsque vous utilisez des outils répandus dont les failles sont connues des pirates, vous risquez le piratage. C’est un peu l’équivalent d’une « balle perdue ».

Si vous pensez que vous n’avez pas de concurrents qui vous en veulent, que vous n’êtes pas particulièrement visible, prenez tout de même certaines précautions.

Il existe un faux conseil qu’il est nécessaire de démystifier immédiatement, le principe du « pour vivre heureux, vivons cachés ». 

Imaginons que votre blog soit une maison et que vous vouliez empêcher les pirates d’entrer. Deux approches sont possibles. La première serait de cacher la porte afin que personne ne rentre. En informatique cela correspond à cacher les versions des logiciels que vous utilisez. Ce conseil pourrait sembler pertinent car les pirates savent quelles sont les versions qui contiennent une faille. Pourtant, dans la pratique, ce conseil n’est pas si terrible. 

Le meilleur conseil à vous donner est de choisir la sécurité par conception, c’est-à-dire que vous allez essayer de concevoir votre système d’une façon qui limite les risques. Au lieu de cacher votre porte vous devez la blinder. Les clients la trouveront facilement et pourront entrer pour acheter. Il existe de grands principes essentiels à mettre en place dans votre activité pour vous protéger. 

Ne vous mettez surtout pas en mode programmeur pour développer vos propres logiciels car ceux qui sont conçus par des éditeurs sont consolidés au fur et à mesure. Par exemple, WordPress était souvent piraté dans ses versions antérieures mais est devenu de plus en plus sûr maintenant. 

Ressources additionnelles : 

La chronologie à suivre pour le lancement de votre activité

L

Le lancement de votre activité doit suivre un ordre chronologique bien déterminé. Il est important d’orchestrer la communication avec vos prospects pour les impliquer par la suite dans la création de votre produit/service. Parlons, dans l’ordre, des différentes étapes à suivre.

1.    Réaliser un sondage

L’objectif du sondage, comme toutes les autres étapes du lancement, doit toujours être perçu comme une envie de rendre service. 

Par exemple, le premier message envoyé par Olivier Roland aux participants au sondage était : les réponses que vous m’avez envoyées m’ont amené à concevoir un nouveau projet pour mieux vous aider. J’ai besoin de vous. J’ai créé un nouveau sondage avec quelques questions et j’ai juste besoin que vous y répondez.

N’hésitez pas à indiquer clairement à vos prospects que l’objectif, c’est de donner un coup de main. Dans votre lancement, pensez toujours à vous poser la question suivante : comment pouvez-vous apporter davantage à vos prospects pour qu’ils soient intéressés et vous accompagnent jusqu’à la fin de votre processus ?

Une fois que vous avez effectué le sondage, vous aurez une idée claire sur les attentes et les besoins de vos abonnés.   

2.    Convertir la ressource Trafic en Audience

Il est préférable que la conversion du trafic en audience, soit réalisée avant le lancement. Le cas échéant, il est possible de convertir votre ressource trafic (les nouveaux visiteurs), en audience. Dans cette étape, vous n’avez pas encore créé le produit. Vous venez juste de lancer un nouveau projet.

Tout d’abord, essayez de créer une audience, en récupérant les coordonnées des visiteurs de votre blog (adresse mail, numéro de téléphone …) pour pouvoir les recontacter.

A l’heure du début du lancement sur le site d’Olivier, il n’y avait pas de formulaires pour récupérer les emails des visiteurs. Il y avait seulement la possibilité de s’inscrire pour recevoir les articles du blog. 

L’objectif consiste à créer une liste de prospects, en capturant les adresses emails. Ensuite, vous devez leur donner de la valeur qui soit liée à leur demande. Grâce au sondage, vous connaissez les attentes de vos prospects. Par conséquent, vous pouvez créer un contenu de valeur (un article, un podcast, une vidéo…) qui répond à leurs besoins.

Pour répondre aux demandes de mes auditeurs, j’enregistre des podcasts par exemple, à l’aide du magnétophone de Windows. Sa structure est très simple. Il suffit d’énumérer les différentes étapes pour atteindre un objectif afin d’obtenir un podcast intéressant et assez court. Le plus important, c’est de faire en sorte que tous les lancements forment une histoire en continue. Autrement dit, vous donnez l’impression aux prospects qu’ils sont en train de suivre des épisodes dans l’ordre. Il est indispensable de leur expliquer clairement qu’il y a une continuité. Pour ce faire, à chaque communication avec vos lecteurs/prospects, récapitulez les épisodes précédents et annoncez les épisodes à venir. Par la suite, liez le tout au grand mystère de la saison en cours. C’est le principe de la narration qui est très important dans le marketing. Si vous avez décidé de créer un podcast, rappelez aux prospects qu’ils ont déjà répondus à un sondage pour faire la liaison entre les différents épisodes.

Revenons à l’exemple d’Olivier Roland, le texte de son podcast était : Bonjour, je suis Olivier Roland, créateur de Des Livres pour Changer de Vie. Au cours de ce podcast, j’aimerais vous donner des conseils pour créer votre entreprise. En effet, vous m’avez répondu à un sondage très récemment en me disant que l’objectif numéro 1 que vous voulez atteindre, c’est de créer votre entreprise et de vous motiver. Aujourd’hui, je voudrais partager avec vous 7 conseils pour atteindre cet objectif.

A la fin, après avoir expliqué les 7 conseils, il ajoute : Vous avez maintenant des conseils concrets pour créer votre entreprise et rester motivé. Très bientôt, je vous enverrais sans doute des vidéos à ce sujet suite à mon nouveau projet Agir et Réussir. Vous pouvez me laisser vos commentaires en dessous de ce podcast.

Quand vous appliquez cette structure dans l’enregistrement de vos podcasts, vous garantissez que vos prospects restent intéressés par votre contenu jusqu’à sa fin. Comme l’objectif de la création du contenu de valeur est de récupérer les coordonnées de prospects, n’hésitez pas à le publier avec un formulaire.  

Quand vous démarrez un pré-lancement pour votre produit, je vous recommande de :

  • Offrir un contenu de valeur aux abonnées : videos, articles, podcasts…
  • Partager ce contenu sur votre blog avec un formulaire à remplir pour captiver des nouveaux abonnés.    

3. Partager l’enthousiasme de la création du produit

Maintenant, il est temps de partager l’enthousiasme de la création du produit/service. Pour vous, créer un produit et le lancer, c’est une aventure. Pour cette raison, vous aurez des moments d’espoir et d’autres moins bons. Il faut donc créer du tapage autour de ce sujet. Une citation de Daphné de Rochas dit : il faut créer le plus de bruit possible autour de votre projet.

Plus vous faites du bruit, plus les gens découvrent votre activité. Ainsi, vous aurez plus de chance d’impliquer de nouveaux prospects qui seront intéressés par votre produit. L’objectif de cette étape consiste à impliquer les lecteurs/prospects dans la création de votre produit/service.   

4. Impliquer les lecteurs dans la création

Il est important dans cette étape d’obtenir des conseils de la part de vos prospects potentiels sur ce que vous avez créé comme produit.

Pour le cas d’Olivier Roland, il a ajouté tout d’abord une nouvelle vidéo qui a le même objectif que le podcast précédent : obtenir à nouveau les emails de lecteurs. Pour inviter les visiteurs de son blog à inscrire leurs emails, Olivier Roland montre qu’il est en train de leur rendre service en écrivant : indiquez-moi à quelle adresse email je dois vous envoyer la vidéo ?

Cette stratégie a permis à Olivier d’élargir son audience et de créer une communauté qui s’intéresse à son produit.

A ce stade il est primordial d’impliquer les prospects dans la création du produit pour ne pas tomber dans le piège de faire du contenu gratuit et pendant le lancement proposer davantage de contenu et annoncer qu’il est devenu payant. L’objectif, c’est d’impliquer les prospects dans la création du produit pour :

  • Créer de la réciprocité et de la bienveillance ;
  • Créer la preuve sociale ;
  • Mettre en œuvre l’engagement et cohérence.  

La communication relative à cette étape dans le lancement d’Olivier Roland consiste en un email pour annoncer aux prospects que le projet prend forme pour maintenir le contact avec les prospects.

Si vous êtes en train de commencer un lancement et vous avez un creux, je vous recommande vivement de continuer à communiquer avec la liste de prospects qui s’intéressent à votre projet. Si vous dépassez trois jours sans communiquer avec vos prospects au moment où vous avez démarré votre lancement, vous risquez de les désintéresser. Un simple email, fera l’affaire.

Pensez également à leur rappeler régulièrement le point culminant de votre lancement (la date prévue pour le démarrage des ventes).

Le secret pour bien comprendre la structure de votre entreprise

L

Pour bien comprendre la structure de votre entreprise, vous devez avant tout avoir une idée extrêmement claire de tous les éléments qui la composent. Pour cela, je vous invite à énumérer les différents départements dont vous aurez besoin. Ensuite, sous chaque département, essayez de préciser tous les rôles possibles. Un rôle, c’est une action accomplie par une personne dans l’entreprise. Par exemple, le premier rôle d’une entreprise c’est le rôle du gérant, autrement dit, celui qui gère l’entreprise.

Comment structurer votre entreprise ?

Différents départements peuvent être présents dans une entreprise et notamment :

  • Département création du produit : pour créer le produit/service à vendre ;
  • Département marketing : pour vendre automatiquement vos produits sans contact humain grâce aux campagnes marketing ;
  • Département commercial : pour vendre le produit et rester en contact humain avec les clients et les clients potentiels ;
  • Département administratif : pour gérer les factures des clients, les règlements de fournisseurs, le contact avec la banque…
  • Département service après vente : pour faire un suivi du client après son achat ;  
  • Département financier : pour assurer et vérifier la rentabilité de l’entreprise.

Dans chaque département, il y a des rôles. Par exemple dans le département création du produit, vous trouverez :

  • Le directeur qui coordonne la création d’un nouveau produit ;
  • Le créateur qui fait la recherche et crée le contenu du produit ;
  • Le présentateur qui présentera le nouveau produit  ;
  • Le monteur qui fait le montage technique.
  • Vous aurez besoin également d’un cameraman pour filmer et un technicien pour mettre en ligne la vidéo et créer les accès pour les clients, un assistant pédagogique pour créer du contenu autour du produit…

Un autre rôle qui doit être présent sur votre organigramme, c’est le propriétaire qui ne doit pas être forcément le gérant.

En tant qu’entrepreneur quels sont les rôles que vous devez avoir ?

En tant qu’entrepreneur, vous pouvez avoir le rôle du propriétaire de l’entreprise et le rôle du créateur du produit. 

Si vous êtes un formateur ou un expert et que vous créez votre entreprise pour partager du contenu, vous devez occuper ces deux rôles au maximum. 

Dans une entreprise où vous ne créez pas vous-même le contenu ou vous vendez un produit dont vous n’êtes pas le créateur, vous continuez au poste de propriétaire.

Une fois que vous avez mis en place le plan qui détermine les différents rôles nécessaires dans votre entreprise, vous devez affecter chaque rôle à la personne correspondante. Cette étape vous permettra d’avoir une vision plus claire sur votre entreprise. En tant que propriétaire, vous êtes le capitaine de votre entreprise, vous devez donc la coordonner.

Pour réaliser les autres tâches, il est important d’avoir une équipe pour le bon développement de votre entreprise.

Pour mieux comprendre, prenons l’exemple du rôle de la directrice financière au sein d’une entreprise.

Quelle est la mission de la directrice financière au sein d’une entreprise ?

Une directrice financière intervient dans tous les niveaux de l’entreprise afin de cibler le dysfonctionnement qui peut avoir lieu et réfléchir à des solutions pour le résoudre. Son rôle consiste également à créer des outils qui permettent à l’équipe d’ajuster leurs objectifs et faire les actions correctes nécessaires par rapport à la stratégie globale mise en place. La directrice financière apporte le regard et un soutien différent dans l’ensemble de l’organisation et dans la stratégie générale.

Je vous propose un exemple concret pour mieux comprendre le rôle du directeur financier dans la prise de décisions stratégiques par l’entreprise. Au sein de mon entreprise, nous avons développé un outil d’aide qui permet à toute l’équipe de gérer et mieux adapter les actions qu’ils ont entamées. Cet outil permet d’obtenir un graphique qui illustre le rapport entre les différents produits proposés par l’entrepreneur et le chiffre d’affaires réalisé.

Comment peut-on se servir de cet outil ?

Chaque action nécessite des ressources et par conséquent des dépenses (moyens humains, temps, communication…). En se référant à votre graphique, vous pouvez définir vos produits phares sur lesquels vous vous permettez de dépenser de l’argent puisqu’ils vous apporteront un gain. 

Par contre, pour les produits qui vous font perdre de l’argent, il vaut mieux les retirer du marché. 

A l’inverse, s’il s’agit d’un nouveau produit qui ne décolle pas, il y aura des solutions et des communications à envisager. Sur l’ensemble de vos produits, vous pouvez avoir des produits intermédiaires qui ne vous font ni gagner ni perdre de l’argent. Dans cette situation, pensez à des actions de communication pour les améliorer.

Pour vos produits phares vous pouvez vous poser d’autres questions :

  • Est-ce que vous pouvez estimer leur durée de vie ?
  • Est-ce qu’ils sont en phase de croissance ?
  • Est-ce qu’ils ont atteint le seuil de maturité ?

Si vous réussissez à répondre à ces trois questions, vous pouvez prendre des décisions pour améliorer vos moyens de communication.

En se basant sur cet outil, le service financier peut soutenir et orienter les décisions prises par le service marketing. En effet, l’analyse des chiffres vous permettra de prendre des décisions stratégiques capitales. La gestion financière est fondamentale dans le développement de votre entreprise.

Pour conclure, votre tâche consiste à faire l’organigramme de votre entreprise et à déterminer les rôles nécessaires pour ensuite les déléguer aux personnes correspondantes.

À propos de Sébastien

(Le Marketeur Francais : Biographie)Sébastien, surnommé "Le Marketeur Français", est consultant en stratégie marketing, spécialisé dans la croissance explosive des petites entreprises.

/* ]]> */