Un rythme de travail pour rester productif

U

Comment garantir que votre rythme de travail vous permette d’être productif ?

Je vais partager avec vous une habitude qui peut vous rendre plus heureux et plus productif. Cette habitude est toute simple, pourtant de nombreux entrepreneurs n’ont pas décidé de la mettre en place dans leur vie.

Durant notre tour du monde ma femme et moi avions fait étape en Australie. Tous les deux, nous avions été sidérés de constater à quel point nous avions un « décalage horaire » avec mon ami Michael et sa famille. Le décalage n’était pas dû au voyage. En fait, nous vivions dans un autre fuseau horaire qu’eux.

J’avais pris l’habitude, héritée de mon père, de travailler très tard. Dès lors, nous dinions et nous nous couchions aussi très tard. Notre rythme était de nous coucher entre 23h30 et 1h du matin. Alors que dans la famille où nous logions, à 5h du matin, tout le monde était debout. Michael faisait du sport dès 4h du matin. Les enfants se réveillaient vers 5h, partaient à l’école à 7h, terminaient très tôt et dormaient déjà à 17h. Les parents s’endormaient vers 20h. Pour moi, il s’agissait d’une autre planète.

Je me suis alors rendu compte que cette question de rythme pouvait être importante et j’ai découvert qu’il existait une heure optimale qu’il ne fallait pas dépasser. J’ai réalisé que je devais me fixer une heure limite pour cesser de travailler.

L’Institut de Recherches en sciences économiques appliquées de Melbourne a réalisé une immense étude sur 6500 personnes pour analyser s’il existait une influence entre le nombre d’heures que les gens passent au travail et leurs capacités cognitives. Les chercheurs ont  constaté qu’il existait effectivement un lien direct entre la quantité d’heures que nous passons à travailler dans la semaine et la qualité du fonctionnement de notre cerveau.

Ils ont dessiné une courbe qui montre que par rapport à quelqu’un qui ne travaille pas, une personne travaillant une ou deux heures par semaine possède en général une meilleure capacité cognitive. 

Autrement dit, plus vous travaillez dans la semaine jusqu’à un certain point, plus la capacité cognitive augmente. 

Quelqu’un qui travaille 15h par semaine dispose d’une capacité inférieure à celui qui travaille qui travaille 25h. La courbe continue de décroître ainsi jusqu’à 60h. A partir de cette limite, la capacité du cerveau à prendre des décisions, à réfléchir, à résoudre des problèmes est inférieure à celle de quelqu’un qui ne travaille pas du tout. Il s’agit d’une corrélation.  

Nous pourrions penser que le fait de travailler trop provoquera des difficultés pour se concentrer. 

Une autre hypothèse, serait de dire que seuls les gens bêtes travaillent plus de 60 heures par semaine.

Souvent, les entrepreneurs ne comptent pas leurs heures mais mon objectif est de vous aider à devenir des entrepreneurs libres, à travailler de façon stratégique, réfléchie, productive, efficace.

Une des habitudes que j’ai intégrée à ma liste de rituels est de me fixer une heure limite. A partir de 18h, je dois terminer de travailler. J’utilise l’application HabitList qui me permet sur le long terme de savoir si je suis mes habitudes ou pas. 

Mon score sur les six dernières semaines est de 60 % et de 42 % pour la totalité du temps. Ces résultats signifient que je travaille encore après 18h plusieurs jours par semaine. Pourtant, le fait de me fixer des heures a déjà été bénéfique dans ma vie.

Déjà un commentaire

À propos de Sébastien

(Le Marketeur Francais : Biographie)Sébastien, surnommé "Le Marketeur Français", est consultant en stratégie marketing, spécialisé dans la croissance explosive des petites entreprises.

/* ]]> */