Etiquettedevenir entrepreneur

2 erreurs commises par les entrepreneurs en herbe à éviter

2

J’aimerais vous partager deux erreurs que commettent quasiment tous les entrepreneurs qui débutent. Après avoir accompagné plus de 15 000 clients entrepreneurs dans 35 pays du monde, j’ai constaté que l’entrepreneur en herbe, quand il n’est pas accompagné pour démarrer son activité, a tendance à tomber dans deux extrêmes et à alors se trouver face à un danger qui menace la floraison de son entreprise.

Commençons par la première erreur.

Un produit qui ne s’adresse à personne

Le premier extrême consiste à créer une entreprise qui ne s’adresse à personne. Plus spécifiquement, vous créez une entreprise dont le produit/service s’adresse à une seule personne qui est vous-même ! 

Par exemple, vous êtes passionné de ski et vous décidez, même si vous êtes installé à Marrakech, d’ouvrir une boutique d’accessoires de ski. 

L’exemple peut vous sembler un peu extrême, mais je connais une certaine boutique de vente d’accessoires de pêche basée dans le 17e arrondissement de Paris dans un quartier qui n’a aucune chance de permettre à cette boutique de prospérer. 

Ma prédiction est que cette boutique aura énormément de mal à continuer. 

Cela arrive presque tous les jours, que des entrepreneurs très passionnés ou des personnes qui veulent quitter leurs anciens emplois, se lancent dans un nouveau projet sans avoir réfléchi à qui le produit/service proposé s’adresse.

Un autre exemple, c’est le bar dans lequel j’ai commencé à donner mes cours de Salsa quand j’ai lancé ma première entreprise en 2006. 

Ce bar, situé dans le centre-ville, a choisi, bizarrement, de fermer ces portes pendant les week-ends. En effet, le fondateur du bar qui était un ancien fonctionnaire, voulait juste devenir un barman. Il fermait donc le bar les fins de semaines pour profiter de son temps avec ses amis. 

C’est un extrême, car si vous lancez un projet juste pour vous satisfaire au lieu de chercher à satisfaire la clientèle, vous tomberez dans le piège de n’avoir aucun client.

Voyons maintenant la seconde erreur.

Un produit qui s’adresse à tout le monde !

Le deuxième extrême dans lequel tombe beaucoup d’entrepreneurs, c’est de proposer un produit/service qui s’adresse à tout le monde. 

Si vous lancez votre activité en tant que coach sportif, vous pensez que tout le monde a besoin d’être en meilleure forme physique par conséquent votre service pourra intéresser tout le monde. J’ai une bonne et une mauvaise nouvelle pour vous !

La bonne nouvelle est que vous avez raison. Tout le monde aurait besoin de s’inscrire dans un programme de coaching sportif. 

La mauvaise nouvelle, c’est que vous n’aurez aucun client. 

Dans la prospection, un impératif doit toujours rester à l’esprit des entrepreneurs, c’est la spécification. 

Un coach sportif spécialisé pour les femmes enceintes ou un coach sportif spécialisé dans la remise en forme de jeunes mères après l’accouchement, trouvera plus facilement ses clientes. 

D’une part, il est plus facile de communiquer avec elles en leur expliquant que l’on a compris leurs besoins. D’autre part, on sait alors précisément où aller chercher nos clientes potentielles.

Comment éviter ces deux extrêmes ?

La solution consiste à faire une étude de marché express avant le démarrage de votre activité. 

Cette étude servira à déterminer le profil du client idéal auquel vous voulez vous adresser. 

Ensuite, il est indispensable de personnaliser votre message de vente pour vous adresser à cette catégorie de clients présélectionnés.

Le danger qui menace votre entreprise

Il s’agit d’une prédiction qui va affecter tous les entrepreneurs sur Internet au cours des deux prochaines années. 

Les chefs d’entreprises qui tentent de vendre leurs produits sur Internet ne se rendent pas compte des dangers qui résultent de la concentration exclusive sur une plateforme pour obtenir des résultats. 

Aujourd’hui, cette plateforme, c’est Facebook qui possède également Messenger, Instagram et Whatsapp. 

Toutes ces plateformes appartiennent à Facebook dont l’unique plateforme permettant de faire la publicité sur ces réseaux sociaux, est Facebook Ads. 

Le problème, c’est que l’opportunité de Facebook Ads où vous pouvez acheter des clics publicitaires et des prospects à des prix réduits est connue ! 

Cette technique qui m’a permis de passer de 20 000 abonnés à mes newsletters emails à 500 000, et de 400 fans sur ma page Facebook à 185 000 fans, est devenue un secret de Polichinelle. 

Tout le monde essaye d’intégrer cette plateforme et devenir actif sur les réseaux sociaux. 

Comme le nombre d’emplacements sur lequel Facebook peut diffuser vos publicités est limité, le coût facturé par publicité ne cesse d’augmenter puisqu’il s’agit d’un système d’enchère.

Aujourd’hui, Facebook est en train de nous allécher petit à petit sur de nouveaux produits gratuits, citons Facebook Messenger et Whatsapp Business. Sur ces nouveaux produits, vous serez invité à communiquer avec vos nouveaux clients et à vous assurer que vos clients soient abonnés pour recevoir vos contenus sur ces plateformes. Après une période, vous serez peut-être dans l’obligation de payer ces services afin de garder le contact avec vos clients.

Souvenez-vous que c’était le cas pour les pages Facebook. Autrefois, les 20 000 abonnés organiques sur ma page Facebook regardaient le contenu que je publiais. Avec 185 000 abonnés, si je ne paye pas les frais de sponsorisation de ma page, je risque de diminuer le taux de visionnage de mon contenu. 

C’est pareil pour les groupes Facebook professionnels et Facebook messenger. Je vous avertis avec cette prédiction que la même chose se reproduira certainement avec Whatsapp Business, les outils Instagram et toutes les autres plateformes de réseaux sociaux. 

La solution pour éviter de tomber dans ce piège, c’est de capturer les coordonnées de vos prospects. Vous pourrez alors les utiliser, indépendamment de ces plateformes. Ainsi, vous serez immunisé par rapport aux nouvelles règles et changements que peuvent imposer les plateformes. 

Plus particulièrement, vous évitez de payer le prix fort si les plateformes décident de changer leurs politiques à un moment qui ne vous arrange pas.  

Démarrer une entreprise sans se ruiner, c’est possible

D

J’aimerais partager avec vous une ressource issue d’un livre qui peut vous aider à lancer une activité qui vous rendra libre. 

Le but est non seulement de démarrer une entreprise, de faire en sorte que cette activité soit rentable mais aussi que cela ne nuise pas à votre vie personnelle, à vos passions, aux moments que vous passez avec votre famille et vos proches.

Comment procéder pour lancer cette activité, sachant qu’il faudra la rentabiliser dès le début, sans être obligé de prévoir un investissement financier conséquent ? 

Le livre d’Olivier Roland Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études répond justement à cette question.

Cet ouvrage sorti en 2016 se donne pour objectif de partager le parcours d’Olivier, comment il a pu démarrer son entreprise sans baccalauréat et comment vous pouvez y parvenir également.

Vous envisagez peut-être d’abandonner un emploi de salarié, de quitter le chômage, de vous lancer dans une nouvelle carrière. 

D’autres, parmi vous, sont peut-être déjà entrepreneurs mais ne vivent pas encore le rêve qu’ils espéraient au départ de leur affaire. 

Les conseils d’Olivier Roland vous aideront à trouver votre projet si cela est nécessaire, à vous lancer en effectuant quelques tests et à avancer en restant motivé, dynamique, productif chaque jour.

Les conseils partagés dans ce livre sont basés sur beaucoup de recherches scientifiques et illustrés de divers exemples d’entrepreneurs, de personnes célèbres francophones ou internationales, d’inventeurs qui ont utilisé des principes simples pour lancer leur activité et réussir.

Dans le chapitre « Créer son entreprise et devenir libre », l’auteur aborde l’importance de lancer un projet en ayant une mentalité de test, de démarrage léger. 

Plutôt que de chercher à posséder un énorme apport financier, tentez d’abord un test à petite échelle pour essayer de valider la viabilité de votre entreprise. 

Commencez à réaliser des ventes avant même d’avoir créé le produit afin de voir si cela vaut la peine de dépenser du temps et de l’énergie.

Olivier propose l’exemple des frère White, les inventeurs de l’aviation mondiale et les compare à Samuel Langlais dont l’approche était totalement opposée. 

Les White étaient de petits commerçants passionnés par l’aviation. Ils se sont lancés avec un petit budget et en pratiquant beaucoup de tests itératifs, c’est-à-dire en faisant d’abord voler le prototype minimal d’avion qui pourrait décoller. 

De son côté, Langlais possédait un apport financier important et une approche plus scientifique, il voulait réussir dès la première tentative. 

Durant plusieurs décennies, les frères White ont développé le projet, résisté aux échecs, amélioré et ils ont fini par réussir à vendre leur activité pour cinq millions de dollars (une somme énorme au début du XXème siècle). Au moment où leur premier vol a été un succès, Langlais a laissé tomber après avoir pourtant investi une somme énorme.

Beaucoup d’entrepreneurs tombent dans le même piège. Ils essayent de lancer quelque chose à grande échelle immédiatement. 

Par exemple, beaucoup veulent créer des places de marché mais ne se rendent pas compte que ce type de projet nécessite un investissement financier gigantesque. Si vous voulez lancer une plateforme sur laquelle pourront se rencontrer des baby-sitters et des parents, vous serez obligés de faire un marketing qui touche des milliers de personnes de part et d’autre. Cela nécessitera des associés, des investisseurs pour obtenir l’apport financier important nécessaire à ce projet. 

Essayez plutôt de réfléchir au moyen de  démarrer à la plus petite échelle possible, à comment valider votre test en ayant un seul partenaire. Cette question essentielle doit être posée en amont.

Olivier tente dans son livre de dédramatiser le démarrage d’une activité. Il essaye de vous simplifier la réflexion. Il conseille sur le choix du projet, sur le lancement etc. Il aborde énormément de sujets dans presque six-cents pages. 

La lecture prendra du temps mais cela en vaut la peine.

Avez-vous déjà lu le livre d’Olivier Roland ? Si oui, n’hésitez pas à partager vos avis ou réflexions dans les commentaires ci-dessous.

L’importance de l’apprentissage continu

L

Les personnes qui ont le plus de succès sont celles qui sont toujours en train d’apprendre. C’est extrêmement important de ne jamais se considérer comme un ponte qui n’a plus rien à apprendre. Le risque est de se laisser dépasser.

Lors d’une interview au chef étoilé Thierry Marx, juré de Top Chef, je lui ai demandé pourquoi il était autant impliqué dans l’éducation, pourquoi il essayait toujours de créer de nouveaux cours afin de former d’autres chefs. Il a répondu que pour rester au sommet, être toujours un leader, garder la place de numéro un, il ne fallait pas se distancer en poussant les autres vers le bas mais qu’il était nécessaire de créer une équipe où chacun est toujours challengé. Ce système permet de sortir d’une zone de confort pour avancer davantage.

Certains parmi vous sont en train de démarrer leur entreprise. Vous êtes en mode apprentissage et accumulez toutes les informations possibles. D’autres ont déjà beaucoup assimilé et se demandent s’ils peuvent encore en ajouter. Rester toujours dans cette démarche d’apprentissage est essentiel.

Combien parmi vous pensent que si vous faisiez cent millions de chiffre d’affaires annuel, vous seriez plutôt bien ? Combien pensent qu’une fois arrivé à un tel niveau, vous savez tout ce qu’il est nécessaire de connaître sur votre sujet ? Un grand nombre. 

Pourtant vous vous inscrivez à des séminaires, des conférences, vous élaborez des tests. 

Combien pensent qu’avec cet état d’esprit de toujours chercher à apprendre, vous resterez au sommet et continuerez à vous développer ? Beaucoup et vous vous situez  pourtant déjà au top dans votre façon de procéder.

Vous pourriez comparer votre emploi du temps à un saladier à remplir. Vous avez des aspects de votre vie qui sont importants à y placer. Si dans le fond de ce saladier, se trouvent déjà d’autres choses moins essentielles, ce qui est important pour vous ne peut pas y tenir.

Un entrepreneur doit réaliser trois types de tâches :

1. Des tâches stratégiques

Une activité stratégique est celle qui consiste à définir la direction du bateau, c’est le temps de réflexion où il faut sortir du job d’exécutant dans l’entreprise, de salarié de la boîte et commencer à penser comme le propriétaire. 

A ce moment-là, vous devez définir l‘axe du gouvernail.

2. Des activités motrices

Une activité motrice est celle qui fait rentrer de l’argent dans les caisses de l’entreprise. 

Elle est extrêmement importante puisque c’est votre activité commerciale, votre marketing, votre recherche de marchés et de partenaires. 

En résumé, l’activité motrice permet au bateau d’avancer.

3. Des activités de flottaison

L’activité de flottaison permet simplement au bateau de flotter. 

Si vous passez tout votre temps à colmater des brèches dans la coque, votre bateau flottera peut-être mais il n’arrivera pas à destination. Il finira par couler.

Aujourd’hui, beaucoup parmi vous ne faites que des activités de flottaison, c’est-à-dire toutes les actions administratives, les réponses aux mails, les différents papiers. Cela ne génère pas un seul euro pour l’entreprise et ne permet pas de définir votre direction. Il est pourtant nécessaire que ce travail administratif soit réalisé.

La question n’est pas de savoir quelle activité parmi les trois vous devez cesser mais dans quel ordre vous devez les placer dans votre vie, dans votre emploi du temps. Il faut savoir que les activités de flottaison trouveront toujours une place. De manière générale, tout le monde remplit ses papiers au dernier moment, souvent le dernier jour.

Vous devez réfléchir au temps que vous passez pour chacune des activités.

Pourquoi votre petite entreprise ne fonctionne-t-elle pas ?

P

Si vous avez une PME ou une TPE, pourquoi cela ne marche pas ? 

Vous travaillez dur et pourtant votre travail ne fournit pas les résultats que vous attendiez. 

Le mythe de l’entrepreneur est le fait d’être un bon technicien dans son domaine, d’avoir le savoir-faire d’un métier ou l’expertise d’une compétence et de décider de démarrer son entreprise ; mais de manquer d’un ensemble de compétences qui nous permettraient d’avoir l’identité de l’entrepreneur. 

Le fait de se croire entrepreneur fait que l’on est en train de se créer une prison et de travailler très dur sans réussir. 

Le concept clef est l’idée que l’on doit travailler davantage SUR notre entreprise que DANS notre entreprise. Cette distinction fait toute la différence. 

Travailler dans votre entreprise, c’est ce que vous faites actuellement : 

  • créer le produit ou le service,
  • le fournir au client,
  • essayer de faire la vente.

C’est la gestion au quotidien de l’entreprise. 

C’est également l’exécution de la mission de l’entreprise : la création du produit ou du service pour pouvoir le livrer au client. 

Travailler sur son entreprise, c’est prendre un temps de réflexion de stratégie. 

Vous êtes en dehors de la routine quotidienne et des urgences du moment. Vous réfléchissez et pensez à votre entreprise comme un système. 

Pour optimiser le système, il faut vous demander comment améliorer : 

  • votre méthode de recrutement, 
  • la formation des employés, 
  • le service qui est livré au client, 
  • le message marketing. 

Vous devez faire en sorte que votre entreprise en tant que système soit plus efficace et puisse s’en sortir sans vous. 

Souvent, le fait de travailler sur son entreprise se matérialise par la création de procédures. Décrire comment les actions doivent être faites de façon à ce qu’une autre personne que vous puisse les effectuer. 

Une action que nous vous conseillons de faire est de vous bloquer chaque semaine une ou deux heures pour réfléchir sur votre entreprise. 

Regardez votre entreprise de l’extérieur et trouvez ce qui pourrait être fait pour que vous ayez un système plus efficace.

Par exemple, écrire concrètement un script que doivent dire vos commerciaux quand ils reçoivent un appel téléphonique d’un client. 

En effet, cela évitera que leur bonne ou mauvaise humeur de la journée impacte sur leurs capacités à vendre à un nouveau client. 

Vous pouvez réfléchir à la séquence d’e-mails que vous envoyez à vos utilisateurs pour l’améliorer et la rendre plus optimale. 

Si vous vendez en vidéo, pensez à ce que vous pourriez faire pour que les personnes regardent vos vidéos jusqu’au bout. 

Si vous avez une frustration au quotidien, demandez-vous ce que vous avez fait cette semaine et que vous ne voudrez plus jamais refaire. 

Le fait de se poser cette question vous permet de déterminer une action que vous ne voulez plus jamais effectuer. 

Vous devrez mettre en place un système : 

  • soit pour que cette action disparaisse complètement car vous n’en avez plus du tout besoin,
  • soit pour faire en sorte que vous n’ayez plus besoin de le faire vous-même et de pouvoir le déléguer à une autre personne. 
  • ou sinon un système informatisé ou automatique qui s’en occuperait. 

De cette façon vous allez voir que votre vie d’entrepreneur sera à la fois plus agréable et vous aurez aussi une entreprise plus efficace.

Soyez débrouillard et utilisez vos ressources !

S

La débrouillardise signifie d’être capable de mettre son amour-propre de côté le temps d’atteindre ses objectifs.

Récemment, j’ai posté une annonce sur Facebook car je cherchais un bénévole qui puisse m’aider à mettre la musique durant un événement que j’organisais. J’ai reçu une réponse d’un fan de la page qui me demandait pourquoi je n’engageais pas un salarié ou un dj plutôt qu’un bénévole pour ces trois jours.

En fait, votre travail, votre mission d’entrepreneur c’est, à partir de ressources que vous posséder, de générer des ressources supplémentaires, en apportant davantage de valeurs à vos clients, en vous créant une liste d’abonnés, des produits, de l’information, en apportant du service. 

Vous êtes quelqu’un qui prend un petit ensemble de matières premières pour les transformer en matières plus conséquentes. Plus vous êtes capable de travailler avec un minimum de ressources, plus votre impact dans la vie de vos clients est important. C’est pourquoi, lors de mes séminaires, je fais appel à une équipe de bénévoles.

Durant des années, j’ai embauché des hôtesses facturées assez chers par les agences mais qui ne possédaient pas la culture des événements organisés, l’esprit entrepreneurial, l’énergie nécessaire aux ateliers. Elles n’apportaient aucune valeur aux séminaires. 

J’ai donc décidé de contacter par mail les personnes qui avaient déjà participé aux événements en leur proposant de revenir pour intégrer une équipe de bénévoles, leur permettant ainsi de rentrer en contact avec moi, avec les agisseurs de mon MasterMind. 

La différence est phénoménale. 

Ces douze personnes avaient suivi mes formations et venaient avec leur énergie. Ils étaient donc capables de conseiller les gens, de répondre aux questions, de clarifier des situations. Même la personne qui s’occupait de la sécurité était un entrepreneur travaillant dans un syndic. Il était venu pour me rendre humblement un peu de ce que je lui avais apporté.

Le bénévolat me permet également d’économiser de l’argent et de vendre les places de mes séminaires moins chères. Si j’économise, je peux réinvestir dans autre chose qui apportera de la valeur aux participants, en leur offrant des cadeaux sur place (livres par exemple)..

Je pourrais me flatter en dépensant une fortune pour engager le meilleur dj du monde mais je préfère m’entourer d’une équipe de passionnés.

Je vous encourage donc dans la gestion de votre entreprise à réfléchir à l’utilisation de vos ressources pour en tirer un impact maximal au lieu de toujours dépenser de l’argent. 

Pourquoi dépasser ses limites intérieures ?

P

Nous allons parler de l’entrepreneur traditionnel. Au début, il a un rêve, il veut changer sa vie. Il faut savoir que 60 % des français sont stressés en entreprise. Je ne suis pas là pour vous démotiver mais pour exposer la vérité et comprendre pourquoi si peu d’entreprises fonctionnent. Nous pouvons constater que 50 % mettent la clef sous la porte avant cinq ans, que 10 % se portent bien (autrement dit, elles survivent) et que 1 % des entreprises cartonnent.

Les entrepreneurs qui réussissent vraiment possèdent des clefs très particulières, des connaissances mais surtout ils détiennent quelque chose en plus. 

En général, les gens se réfugient dans ce qui est le plus facile pour eux, le plus simple, ce qu’ils peuvent maîtriser dans le monde extérieur. Acquérir des connaissances, développer des stratégies, tout cela est essentiel à la réussite mais ça ne peut pas suffire.

Lorsque j’ai lancé mon premier business, je travaillais dur mais les résultats restaient médiocres. Il fallait trouver une solution et je pense que, dans ces cas-là, la seule issue est de nous réinventer, réinventer notre entreprise mais surtout notre manière de penser.

Les deux mondes de l’entreprise qui cartonne : Le monde intérieur et le monde extérieur

Il faut savoir que 20 % de ce qui va permettre votre réussite est lié à la stratégie. Il est obligatoire de mettre au point une stratégie de marketing digital. C’est fondamental si vous ne voulez pas échouer.

Qu’est-ce qui va faire la différence ? Pourquoi parmi les gens qui suivent des formations efficaces, très peu l’utilisent à la fin ? Leur psychologie. 

80 % de votre réussite est lié à votre manière de penser, de réfléchir, de prendre des décisions. Nous pouvons donc affirmer que les résultats de votre entreprise sont directement reliés à votre monde intérieur.

Les limites personnelles sont directement liées aux limites de votre entreprise. 

Selon les neurologues, nous utilisons entre 5 % et 10 % de notre potentiel. Imaginez que vous puissiez en utiliser ne serait-ce que 30 % et multiplier par dix vos revenus. La connaissance est importante mais sans l’action, elle est inutile. Vous devez passer à l’action, ne pas vous contenter d’accumuler des stratégies. Pour agir, il est nécessaire de maîtriser notre monde intérieur.

Il ne s’agit pas de la pensée positive mais plutôt d’optimisme. Vous devez réfléchir à ce qui vous bloque et être suffisamment optimiste pour chercher et trouver une solution. C’est ce que l’on appelle être intelligent.

Un de mes rêves est d’impacter les gens, de vraiment les aider. Ce qui m’intéresse n’est pas de m’éclater sur scène mais que vous réalisiez vos rêves. C’est de cette façon que je mesure ma réussite.

Faire exploser les limites intérieures

Pour exploser votre chiffre d’affaires, vous devez d’abord exploser les deux  limites suivantes :

  • Surmontez votre  peur.
  • Gérer vos conflits intérieurs, c’est-à-dire tout ce qui est lié à vos croyances limitantes. Accélérer ne suffit pas, vous devez desserrer le frein à main pour avancer. Autrement dit, affirmer « Il suffit juste de vouloir » est une ineptie qui peut générer beaucoup de stress.

Les limites existeront toujours. Nous en possédons tous, que nous soyons débutants ou que nous gagnions très bien notre vie, nous devons les surmonter car nous pouvons toujours faire beaucoup plus.

Portrait d’un entrepreneur libre : Léandro, 80 000 euros par mois

P

Découvrez l’histoire de Léandro, un entrepreneur libre que j’ai accompagné.

Autrefois, lorsque les gens me disaient que je devais passer à l’action, je ne comprenais pas ce que cela signifiait.

J’ai été embauché comme commercial pour vendre des sites Internet partout dans la Bretagne. J’ai perdu mon travail et mon permis de conduire pour cause d’excès de vitesse sur l’autoroute. Je me suis retrouvé trois mois au chômage, période durant laquelle j’ai monté ma propre boite de conseils. J’avais 25 ans, je me suis lancé.

J’ai décidé de monter cette boite de conseils car j’étais très bon consultant Webmarketing, très bon consultant commercial et j’étais entouré de beaucoup de personnes qui me contactaient pour que je les aide à développer leurs affaires. 

Je me suis dit que je devais foncer, que j’étais tellement bon que ça allait forcément fonctionner. Pourtant, même si j’ai obtenu mes premiers clients, cette période a été très difficile.

Ma motivation était de gagner de l’argent pour en donner à mes parents, à ma femme, pour préparer l’avenir de mes enfants. Ma famille ne devait pas manquer d’argent.

En 2015, j’ai cliqué sur une publicité Facebook me promettant de devenir riche si j’achetais le livre de Sébastien Le Marketeur Français. J’ai eu droit à une place gratuite pour participer à un séminaire de L’Entrepreneur Libre 2.0. Sébastien a proposé ses produits durant le séminaire. J’ai contracté un prêt pour acheter le plus cher de la gamme (3 000 euros à l’époque). Aujourd’hui, je termine le mois avec 80 000 euros, automatiquement et presque sans travail de ma part.

Je suis rentré dans le MasterMind de Sébastien où nous avions accès à toutes ses formations. J’ai assisté à chaque module 1 pour comprendre le principe de chaque formation. Sa logique est facile à suivre, il s’agit de mécanismes qu’il met en place. Ce que j’ai donc fait.

Avant de rencontrer Sébastien, je gagnais 60 000 euros sur l’année, aujourd’hui ce chiffre correspond à mon plus bas mensuel.

Ma vie de famille n’a pas changé mais mes dépenses ont évolué. Autrefois, je dépensais environ 500 euros par mois dans les éléments du quotidien, désormais c’est une moyenne de 10 000 à 15 000 euros. Je ne réfléchis plus à aucun coût.

Bien sûr, je passe du temps à travailler, à envoyer des mails, à téléphoner et j’adore cela. Je suis entouré par une équipe en or qui s’autogère et me permet de proposer un service plus qualitatif à mes clients.

J’ai lu un livre qui donnait le conseil suivant : les gens qui sont libres, qui gagnent beaucoup d’argent créent leur propre marché. C’est cela être entrepreneur libre.

De 0 à 250000 euros : Le parcours d’un entrepreneur

D

J’ai démarré ma première entreprise avec une soif intense de créer un projet bien à moi et de voir ce projet grandir. Je n’osais même pas rêver de devenir riche, tout ce que je voulais était de pouvoir payer mon loyer, m’assurer un salaire correct et mettre un peu d’argent de côté pour l’avenir.

Comme vous, j’ai eu mon lot de déceptions. Peu de gens le savent mais ma première entreprise a été un échec retentissant. Je l’avais créée avec un associé en Irlande. Notre site Web n’a jamais vu le jour et j’ai perdu mon investissement de départ. Le plus important n’est même pas l’argent mais cette impression d’avoir dépensé toute cette énergie pendant des mois pour rien.

Je me suis relevé et j’ai décidé de démarrer un nouveau projet. J’avais un site Web qui a commencé à devenir très populaire, un blog dans lequel je racontais des aventures que je vivais au quotidien. Ancien grand timide, j’avais décidé de vaincre ma timidité en commençant à aborder le plus possible d’inconnus partout. Je racontais cette trajectoire de ma timidité à devenir plus sociable, faire davantage de rencontres.

Comme beaucoup d’entre vous, je ne suis pas un commercial né, j’étais même quelqu’un d’introverti. Mon blog est devenu très réputé en France et des gens commençaient à me demander des conseils pour vaincre leur timidité. J’ai décidé d’en faire une activité, de les accompagner, de faire du coaching. C’est là qu’a commencé la petite entreprise qui m’a permis de passer dans les médias.

Afin de devenir un bon coach, j’ai décidé de me former à la pédagogie. Mais je me suis vite rendu compte que je devais aussi me former pour vendre mes services car toute cette  compétence en pédagogie ne servait à rien si je n’étais pas capable de trouver mes premiers clients. C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles la première entreprise avait coulé. Mais ce n’était pas de ma faute, personne ne m’avait appris et je n’étais pas un commercial.

« J’ai décidé d’investir dans mon succès »

Laissez-moi vous expliquer ce qui a changé ma vie professionnelle et personnelle. J’ai décidé d’investir dans mon succès. 

J’ai cherché une formation marketing d’élite parce que j’avais un projet ambitieux. Vous aussi vous avez un projet ambitieux, gagner votre vie, aider votre famille, aider votre client. C’est ce qui nous place vous et moi au-dessus de 73 % des gens qui n’envisagent pas de créer leur propre entreprise.

J’ai trouvé des formations marketing partout (chambre de commerce, cours du soir, universités, écoles de commerce) et toute une flopée d’« experts » sur Internet. Mon temps et mon budget n’étaient pas illimités, il fallait faire le bon choix. Je voulais aller droit à l’essentiel avec une formation conçue par quelqu’un ayant déjà eu des résultats, des milliers de clients, une vraie entreprise, une réputation, qui savait apparaître dans les médias. D’emblée, cela éliminait 80 % de ces « experts ». Ce n’est pas un universitaire qui va m’apprendre à développer mon entreprise alors qu’il n’a jamais eu d’entreprise. J’ai éliminé les donneurs de leçons et les amateurs de la théorie.

Ce filtre a permis un premier tri mais il restait encore un certain nombre de formateurs crédibles. 

Comment choisir ? 

Je me suis souvenu d’un épisode de « Magnum, détective privé »  dans lequel un client choisit Magnum parce qu’il est le meilleur détective d’Hawaï. Quand celui-ci lui demande comment il sait qu’il est le meilleur, le client répond : « J’ai fait le tour de tous les détectives de l’île et ils m’ont tous affirmé être le meilleur ; quand je leur ai demandé qui était le second après eux, ils m’ont tous répondu Magnum. »

On trouve derrière cette phrase un secret marketing. Votre prospect s’attend à ce que vous lui disiez que vous êtes le meilleur mais si c’est une autre personne qui vous recommande, le message est beaucoup plus efficace. Par exemple, je ne fais pas de publicité pour mon site Internet donc si vous êtes arrivé ici c’est que quelqu’un a apprécié mes formations et vous a conseillé d’en profiter. De savoir que d’autres personnes recommandent chaudement ce que j’ai à proposer donne un avantage concurrentiel solide et aide à séduire le client.

J’ai orienté ma recherche vers les experts qui étaient recommandés par tout le monde, les experts incontestés. J’ai fait mon choix et j’ai trouvé les formations qui ont changé ma vie. Il fallait que ces formations soient multimédias avec un support vidéo ou des séminaires, des supports écrits et du coaching en direct.

  • Le support vidéo ou en personne avec le formateur permet d’apprendre plus efficacement, c’est pédagogiquement de cette manière que nous retenons le mieux.
  • Les supports écrits permettent de prendre des notes, de revenir en arrière facilement quand vous en avez besoin et surtout d’obtenir des campagnes marketing prêtes à l’emploi que vous pouvez réutiliser en l’adaptant à vous produits ou services.
  • L’interaction avec le formateur permet de poser vos questions, d’adapter la formation à votre cas spécifique.

J’ai investi au début 1997 dollars dans une formation appelée Mass Control et suivi également la formation Product Launch Formula de Jeff Walker. Ces deux formations ne sont plus disponibles aujourd’hui. A l’époque, investir une telle somme représentait pour moi trois mois de loyer, c’est-à-dire un investissement assez conséquent. J’étais prêt à le faire pour réussir.

Le formateur de Mass Control a été le stratégique de plusieurs des campagnes marketing qui détiennent des records de volume de ventes en ligne aux USA. A l’époque où il organisait cette formation, il avait une entreprise de dressage de chiens qui réalisait un million de dollars de chiffre d’affaires par an. Je me suis dit que si je n’avais qu’une portion de ce succès, ce serait formidable. Cette formation a changé ma vie. En appliquant sur mon site les stratégies que je venais d’apprendre, j’ai réalisé en très peu de temps suffisamment de chiffre d’affaires pour rentabiliser mon investissement et continuer à développer l’entreprise.

Quels sont les risques juridiques de l’entrepreneur ?

Q

Suite à la conférence organisée sur les sept erreurs que peuvent commettre les entrepreneurs sur Internet et qui risquent de mettre en danger leur entreprise d’un point de vue juridique, nous avons passé en revue vos questions avec Thibaut. Deux questions nous ont particulièrement marqué.

Première question : « Je démarre, faut-il vraiment me former aux risques juridiques ? »

La réponse est simple. Si vous êtes dans la phase où vous réfléchissez, que vous avez en tête un projet pour lequel vous n’êtes pas complètement sûr, vous êtes en phase d’imagination et donc ça n’est pas un problème.

Par contre, quand vous êtes en phase opérationnelle, que vous commencez à avoir un site Internet, que vous déposez un nom de domaine, que vous collectez des mails, là vous allez vous confronter à des risques juridiques et il faut absolument les traiter. Vous n’avez pas le choix. Vous allez devoir régler des problèmes juridiques. 

Lorsque vous collectez des adresses mails, celles-ci vont générer le régime juridique de la loi informatique et liberté qu’il va falloir appliquer, respecter les obligations liées à la vente en ligne. C’est un impondérable. 

Toutes les personnes qui montent des entreprises qui sont viables sont obligées de régler l’ensemble de ces problématiques. Avant même de faire la première vente, il faut être en conformité.

Aujourd’hui, la société est assez difficile car vous devez respecter une législation qui est considérable. Les entrepreneurs en solo doivent faire face à la diversité, comprendre le marketing, la vente et la partie juridique.

Deuxième question : « Si je ne fais rien, est-ce que je risque vraiment de me faire prendre ? »

Certains entrepreneurs pensent qu’ils sont trop petits, qu’ils n’ont pas de visibilité, qu’ils ne sont pas assez connus pour se faire prendre.

Pourtant, ce sont justement les plus petits qui risquent d’enfreindre la loi de manière la plus ostentatoire car ils n’ont pas de service juridique. Plus l’entreprise est grosse, plus les services juridiques sont compétents pour faire de la gestion de risques. Si vous êtes petit, vous avez le même volume de réglementations à respecter mais souvent vous n’êtes pas formés, vous n’avez pas les compétences dans le domaine.

Si vous voulez monter un vrai business, vous devez gérer l’ensemble des problèmes. La solution c’est d’arriver à le faire en se concentrant de manière progressive sur les risques qui sont essentiels et les régler d’où l’intérêt d’être en contact avec des professionnels du droit.

C’est très important pour un entrepreneur d’avoir la bonne mentalité, de ne pas prendre de risques bêtes. Plus vous êtes petits, plus une erreur peut s’avérer coûteuse.

Quelle influence a votre entourage sur votre entreprise ?

Q

Le but de tout entrepreneur est que son activité soit en constant développement, préférablement de manière efficace ; en faisant grandir son chiffre d’affaire tout en réduisant les heures de travail. Que faut-il faire pour réussir ? Comment est-il possible de se démarquer de la concurrence ? Comment évoluer sur le plan professionnel ainsi que dans votre vie privée ? Cela dépend des personnes qui vous entourent.

Vous avez sûrement déjà rencontré, lorsque vous parlez de vos projets, des personnes qui vous donnent des idées ou des conseils que vous n’allez jamais suivre. La raison est que celles-ci n’ont ni le savoir, ni l’expérience professionnelle pour être apte à vous donner un avis constructif. 

Vous avez peut-être aussi discuté avec des personnes qui vous ont tiré vers le bas soit en faisant comprendre que vous n’y arriverez pas, soit en vous posant des question qui vous font remarquer des erreurs commises ou des imprévus. Selon ces personnes, il est primordial d’avoir un parcours parfait afin d’aboutir au succès. Si votre cercle de personnes ne change pas, votre activité n’évoluera pas non plus. Cette négativité se fait ressentir non seulement dans les résultats de votre entreprise, mais aussi dans votre vie privée. Vous avez l’impression que rien ne fonctionne, vous vous fatiguez et vous vous découragez.  Votre image est également touchée car les personnes que vous côtoyez ressentent votre mal-être. En effet, il est difficile de croire en soi ou d’accomplir ses objectifs avec un esprit fataliste. 

Pour pouvoir retrouver un moral d’acier et l’envie de vous battre, il faut s’entourer de personnes qui vous apportent leur soutien et qui ont les compétences de vous donner des conseils avisés. Celles-ci vous ouvriront de nouveaux horizons, feront monter votre adrénaline et ainsi vous encourageront à agir afin d’aller de l’avant. Plus clairement, elles vous feront changer votre façon de penser. 

Afin de choisir correctement son entourage, il faut d’abord analyser les différentes catégories de personnes. Les trois qualifications suivantes vous permettent de définir leur approche concernant la vie, le savoir et leurs activités :

  • Les appreneurs : ils ont soif de savoir, aiment particulièrement les informations rares et/ou secrètes, rassemblent toutes les informations afin d’avoir une base solide pour passer à l’action, mais ne se lancent jamais ;
  • Les connecteurs : ils sont centrés sur l’aspect social et aiment agrandir et mettre en relation leurs différents réseaux, qu’ils soient privés ou professionnels. Ils tirent leur plus grande satisfaction des personnes reconnues ;
  • Les agisseurs : seule la réussite leur importe. Le but est d’accomplir leurs objectifs, d’être en constante évolution et de dépasser leurs limites. Ils accordent peu d’intérêts à la manière d’y arriver.

Suite à ces informations, demandez-vous à quel groupe appartient votre entourage, plus précisément les 6 personnes dont vous êtes le plus proche. En effet, vous reflétez la moyenne de ces proches tant au niveau de votre état d’esprit, qu’au niveau salarial ou social. Cet entourage a un réel impact sur votre activité et votre vie. 

Si vous souhaitez donner une nouvelle direction à votre vie, vous aurez envie de vous tourner vers des personnes brillantes, dynamiques et ambitieuses, qui ont les mêmes désirs de croissance que vous ou qui ont même déjà atteint leur but. Si vous commencez à fréquenter des chefs d’entreprise par exemple, le montant de votre salaire pourrait se rapprocher de leurs car ils pourraient partager avec vous leurs expériences et leurs contacts, ce qui vous donnera de nouvelles opportunités. Leur réussite aura une influence sur vous afin que vous puissiez suivre le même chemin qui vous mènera au succès.

Interrogez-vous maintenant sur la catégorie de personnes à laquelle vous appartenez. Etes-vous en phase avec votre entourage proche ? Que deviendra votre entreprise dans les prochaines années si rien ne change dans vos relations ?

À propos de Sébastien

(Le Marketeur Francais : Biographie)Sébastien, surnommé "Le Marketeur Français", est consultant en stratégie marketing, spécialisé dans la croissance explosive des petites entreprises.

/* ]]> */