Etiquetteêtre productif

Six façons de repérer si vous vous sabotez

S

Quel est l’obstacle qui garantit que tout ce que vous êtes en train d’apprendre ne servira à rien ? Je vais vous le dévoiler aujourd’hui et vous expliquer comment vous en débarrasser.

Je vais reparler d’un certain livre que j’ai déjà mentionné dans des articles précédents. Il s’agit en particulier du livre de Julie Cairns, une entrepreneuse australienne multimillionnaire,  The Abundance Code. Lorsque j’ai commencé à le lire, une chose m’a marqué. Au début, elle parle du sabotage inconscient, c’est-à-dire comment devons-nous faire pour savoir que nous nous sabotons par rapport à l’argent. Elle explique qu’il existe plusieurs façons pour l’auto-sabotage de se manifester et peut-être est-ce le cas pour vous en ce moment.

Il existe en fait six façons de repérer si vous vous sabotez :

1. Il se peut que vous rejetiez des preuves qui soutiennent un point de vue opposé au vôtre.

2. Peut-être n’êtes-vous pas dans un état d’esprit réceptif pour apprendre quelque chose de nouveau. Vous vous dites que vous êtes trop vieux pour changer, que c’est trop tard. C’est une excuse, une façon de ne pas entrer dans la zone de confort du changement.

3. Avoir une résistance basée sur notre sens d’identité ou notre valeur en nous-mêmes. Par exemple, si vous fondez votre estime de vous sur la quantité de travail que vous fournissez, vous serez toujours submergé. Pour vous sentir comme étant quelqu’un de plus important, vous trouverez toujours le moyen d’être surmené. Le problème est que vous avez décidé que votre valeur dépendait de ce que vous faites plutôt que de qui vous êtes. Julie Cairns dit que si nous lions notre sens d’identité au comportement négatif qui nous empêche d’obtenir des résultats, nous n’aurons pas envie de changer même si nous savons que cela nous aiderait. En effet, nous perdrions notre identité.

4. Se dire qu’il nous reste encore à faire d’autres choses avant d’utiliser le conseil qui pourrait changer notre vie. Vous venez d’apprendre quelque chose qui vous permettrait d’obtenir instantanément le résultat que vous recherchez mais vous êtes déjà en train de réaliser autre chose et vous voulez aller au bout même si cela ne marche pas. Lorsque je voulais débuter mon entreprise, tout le monde me conseillait de garder mon travail salarié pour me créer un réseau puis seulement de démarrer mon projet. Or, l’expérience que je pouvais acquérir n’avait pas de rapport avec la boîte que je voulais fonder. Ce type de conseil empêche de réussir mais beaucoup de gens réagissent ainsi. Ils attendent d’avoir déménagé, que les enfants soient rentrés à l’université, qu’ils aient obtenu une augmentation etc.

5. Vous ressentez peut-être une sensation de fatigue ou des difficultés à vous concentrer quand vous essayez de vous former sur le sujet de l’argent. Si vous éprouvez des difficultés par rapport à l’argent et que vous décidez de lire des livres, de suivre des formations, instantanément vous allez être distrait par autre chose ou éprouver de la fatigue. Ce symptôme est l’un des plus graves qui peut vous empêcher de réussir.

6. Abandonner dès le premier obstacle. Vous débutez votre projet mais face au premier obstacle vous trouvez un prétexte pour renoncer (Trop vieux, trop jeune, pas fait pour ça, aucune chance de réussir etc.).Steven Pressfield a écrit deux ouvrages que je vous recommande : La Guerre de l’Art et  Turning Pro qui expliquent le concept de résistance, l’ennemi dans notre cerveau qui nous empêche d’avancer, d’être productifs et qui trouve toujours une raison pour nous occuper à autre chose plutôt qu’à notre réelle vocation.

Comment s’assurer de suivre son emploi du temps ?

C

Il est extrêmement important de savoir où vous en êtes si vous voulez pouvoir changer les choses et aller dans la bonne direction. 

Il existe un outil gratuit sur Internet qui vous permet de démarrer votre journée de travail en le signalant et d’ensuite lister chaque tâche que vous accomplissez dans votre journée. 

Par exemple, si vous commencez par de la recherche de partenaires, vous vous dites que vous allez passer une heure dessus et pas plus. Quand la tâche est effectuée, vous pouvez préciser que vous avez fait donc votre recherche de partenaires et que cette activité était motrice. Vous pouvez même rajouter d’autres détails afin d’obtenir des statistiques. Dès que vous démarrez l’activité suivante, vous décrivez à la fin ce que vous avez fait. 

Au bout d’un moment, suite à une journée ou une semaine, vous aurez accès à un petit graphique vous permettant de voir si vous avez été aussi productif que vous le croyez durant votre semaine. 

Cet outil vous permet de suivre la courbe du temps que vous avez perdu par semaine mais aussi la courbe de vos activités motrices et vous pouvez même indiquer les activités que vous souhaitez ne plus jamais refaire à l’avenir. 

Ce n’est peut-être pas encore votre cas mais à un moment donné vous allez forcément avoir envie de déléguer certaines tâches. 

Il est donc utile d’avoir ces courbes vous disant que de la semaine, vous avez passé un certain nombre d’heures à effectuer des activités que vous n’avez pas à faire vous. 

L’outil existe en tant que site Internet et en tant qu’application. Son nom est TOGGL.COM.

Si vous êtes formateur, le moment où vous présentez votre formation n’est pas une activité motrice. En revanche, faire une vidéo expliquant qu’il faut s’inscire à la formation, cela est une activité motrice. Mais donner un cours, cela est une activité de flottaison. Pour les participants de la formation, il s’agit d’une activité stratégique. 

Dans votre calendrier trimestriel, vous avez des jours libres, qu’il vous faut placer en premier lieu. Les jours libres sont du temps où votre entreprise n’a pas le droit de vous contacter. Pendant ce temps, vous pouvez faire ce que vous voulez. Ces jours seront placés en premier. C’est à vous de déterminer combien vous voulez en avoir. 

Ensuite viennent vos jours de réflexions stratégiques, c’est à dire le temps que vous passez à penser à votre activité. 

Enfin, viennent les jours moteurs. 

Le but n’est pas de remplir tous les jours du trimestre mais de bloquer les dates importantes.

Un rythme de travail pour rester productif

U

Comment garantir que votre rythme de travail vous permette d’être productif ?

Je vais partager avec vous une habitude qui peut vous rendre plus heureux et plus productif. Cette habitude est toute simple, pourtant de nombreux entrepreneurs n’ont pas décidé de la mettre en place dans leur vie.

Durant notre tour du monde ma femme et moi avions fait étape en Australie. Tous les deux, nous avions été sidérés de constater à quel point nous avions un « décalage horaire » avec mon ami Michael et sa famille. Le décalage n’était pas dû au voyage. En fait, nous vivions dans un autre fuseau horaire qu’eux.

J’avais pris l’habitude, héritée de mon père, de travailler très tard. Dès lors, nous dinions et nous nous couchions aussi très tard. Notre rythme était de nous coucher entre 23h30 et 1h du matin. Alors que dans la famille où nous logions, à 5h du matin, tout le monde était debout. Michael faisait du sport dès 4h du matin. Les enfants se réveillaient vers 5h, partaient à l’école à 7h, terminaient très tôt et dormaient déjà à 17h. Les parents s’endormaient vers 20h. Pour moi, il s’agissait d’une autre planète.

Je me suis alors rendu compte que cette question de rythme pouvait être importante et j’ai découvert qu’il existait une heure optimale qu’il ne fallait pas dépasser. J’ai réalisé que je devais me fixer une heure limite pour cesser de travailler.

L’Institut de Recherches en sciences économiques appliquées de Melbourne a réalisé une immense étude sur 6500 personnes pour analyser s’il existait une influence entre le nombre d’heures que les gens passent au travail et leurs capacités cognitives. Les chercheurs ont  constaté qu’il existait effectivement un lien direct entre la quantité d’heures que nous passons à travailler dans la semaine et la qualité du fonctionnement de notre cerveau.

Ils ont dessiné une courbe qui montre que par rapport à quelqu’un qui ne travaille pas, une personne travaillant une ou deux heures par semaine possède en général une meilleure capacité cognitive. 

Autrement dit, plus vous travaillez dans la semaine jusqu’à un certain point, plus la capacité cognitive augmente. 

Quelqu’un qui travaille 15h par semaine dispose d’une capacité inférieure à celui qui travaille qui travaille 25h. La courbe continue de décroître ainsi jusqu’à 60h. A partir de cette limite, la capacité du cerveau à prendre des décisions, à réfléchir, à résoudre des problèmes est inférieure à celle de quelqu’un qui ne travaille pas du tout. Il s’agit d’une corrélation.  

Nous pourrions penser que le fait de travailler trop provoquera des difficultés pour se concentrer. 

Une autre hypothèse, serait de dire que seuls les gens bêtes travaillent plus de 60 heures par semaine.

Souvent, les entrepreneurs ne comptent pas leurs heures mais mon objectif est de vous aider à devenir des entrepreneurs libres, à travailler de façon stratégique, réfléchie, productive, efficace.

Une des habitudes que j’ai intégrée à ma liste de rituels est de me fixer une heure limite. A partir de 18h, je dois terminer de travailler. J’utilise l’application HabitList qui me permet sur le long terme de savoir si je suis mes habitudes ou pas. 

Mon score sur les six dernières semaines est de 60 % et de 42 % pour la totalité du temps. Ces résultats signifient que je travaille encore après 18h plusieurs jours par semaine. Pourtant, le fait de me fixer des heures a déjà été bénéfique dans ma vie.

Le secret pour obtenir de meilleurs résultats

L

Avant de lancer une activité ou démarrer un projet, vous pensez probablement à vos objectifs, votre rêve et les raisons pour lesquelles vous voulez vivre cette nouvelle aventure.

Votre décision repose notamment sur une réflexion, une planification de vos tâches et le classement de vos priorités. Vous êtes peut-être, motivé et inspiré par des personnes qui ont déjà réalisé une entreprise à succès.

Mais comment faire pour se concentrer efficacement et rester productif ? Quelles méthodes de travail appliquées ?

Soyez focalisé

Pensez à protéger votre temps de vampires à temps et minimiser les distractions : e-mails, navigation sur Internet, appels téléphoniques…

  • Avant de commencer votre travail, éteignez votre téléphone et déconnectez-vous d’Internet, afin de créer un environnement favorable à la concentration.  
  • Si vous êtes en train de travailler sur une priorité et vous recevez un appel, soit vous laissez sonner votre téléphone soit vous répondez par un message rapide.
  • Ne lisez pas vos e-mails au début de la journée, mais plutôt après avoir accompli vos tâches planifiées. Exception : si votre activité nécessite une rapidité de réponse ou une certaine disponibilité (service client, service SAV …)
  • Les e-mails dans votre boîte de réception sont les priorités d’autres personnes et pas les vôtres.    

Votre entourage peut également vous distraire. Essayez de choisir un coin calme et faites comprendre aux personnes qui vous entourent que vous n’êtes pas disponible.

Bloquez votre temps

Premièrement, dissociez vos tâches. Contrairement à ce que vous pensez, accomplir plusieurs tâches en même temps n’est pas un signe de productivité. Vous risquez ainsi de vous déconcentrer et de ralentir l’avancement de votre travail.    

Deuxièmement, pensez à travailler par blocs de 45 minutes avec une pause de 5 minutes. Si vous avez un long travail à accomplir, il est recommandé de le décomposer en des tâches de 45 minutes.

En travaillant en continuité et plusieurs heures d’affilées, vous allez manquer d’énergie et de concentration. 

Restez focalisé sur une seule tâche pendant une courte durée vous rend plus efficace.

Même si vous étiez productif, mais vous n’avez pas réussi à accomplir votre tâche pendant cette période déterminée, prenez votre pause et reprenez ensuite votre travail.

Cette technique vous permettra de renouveler vos ressources et de régénérer votre énergie. Il vaut mieux travailler sur de courtes périodes de manière motivée que de se forcer pour terminer une tâche.

Ainsi, vous vous trouverez dans une situation d’ingestion par rapport à cette tâche et c’est désagréable à ressentir dans votre travail au quotidien.       

Il peut vous arriver également de terminer votre travail en moins de 45 minutes.

Dans ce cas, vous pouvez enchaîner avec une autre tâche similaire pour garder le même rythme de travail. Par exemple, si votre tâche consiste à lancer une campagne publicitaire par e-mails et vous avez fini au bout de 25 minutes, vous pouvez ensuite envoyer des e-mails à vos partenaires ou répondre aux courriels de vos clients.

Une autre alternative est possible : prenez votre pause et avancez toutes les tâches restantes dans la journée.

Travaillez avec un sentiment d’urgence

Un marathonien fournit beaucoup d’énergie sur une longue durée sans se reposer, afin d’atteindre son objectif. Par contre, un sprinter court sur de petites distances.

Les gens hyper productifs ne sont pas des marathoniens, ce sont des sprinters. Ces personnes se fixent un objectif : accomplir une tâche bien précise dans une durée bien déterminée, prendre une pause et une fois terminée, c’est reparti !

Une astuce que je trouve efficace consiste à créer un sentiment d’urgence. 

Il ne s’agit pas de laisser votre travail à réaliser à la dernière minute mais plutôt d’imaginer qu’il ne vous reste que 45 minutes pour l’accomplir, ou de penser que c’est votre dernier jour de travail avant de partir en vacances.  

Avoir une montre toujours visible en face de vous est très important pour évaluer votre avancement sur votre tâche. 

Personnellement, je ne suis jamais aussi productif que lorsque je mets à côté de moi, un compte à rebours pour chaque tâche.

Et vous, quelles sont vos habitudes pour obtenir de meilleurs résultats et devenir plus productif ?

À propos de Sébastien

(Le Marketeur Francais : Biographie)Sébastien, surnommé "Le Marketeur Français", est consultant en stratégie marketing, spécialisé dans la croissance explosive des petites entreprises.

/* ]]> */