Etiquetteinterview

Comment Maryse Lehoux est devenue Entrepreneure Libre ? (Étude de cas)

C

Maryse Lehoux touche aujourd’hui 30 000 personnes grâce à son activité entrepreneuriale centrée autour du yoga. Aujourd’hui, j’ai eu l’occasion de l’interviewer pour mon étude de cas.

Sébastien : Sur ton site Diva Yoga, peux-tu nous expliquer comment les différentes choses que tu proposes s’organisent ? Comment fais-tu pour gérer tout ça ?

Maryse : J’arrive beaucoup à gérer grâce à tes conseils. Avant que ta formation « La Machine à Vendre » existe, j’étais dans ton MasterMind et j’ai donc eu accès à des primeurs. Nous avons donc commencé à travailler au moins un an à l’avance sur ça. Pour mon travail, il est question de beaucoup d’automatisation. J’ai une petite équipe qui travaille vraiment bien ensemble. Nous avons systématisé le plus possible.

Sébastien : Toi tu es la créatrice qui s’occupe des aspects techniques.

Maryse : Exactement. J’ai également des toboggans, comme tu l’expliques dans « La Machine à Vendre ».

Sébastien : Parmi les gens qui vont nous lire, certains sont en train d’explorer une certaine thématique pour en devenir l’expert et d’autres en sont déjà experts. J’ai même beaucoup de gens qui me suivent et qui ont déjà écrit un livre. Peux-tu parler des emails que tu envoies autour de ton livre ? Donc tu as un toboggan, c’est-à-dire une séquence pour les gens ayant dit être intéressés par ton livre ?

Maryse : Oui, je les invite à lire gratuitement les quatre premiers chapitres et ils vont par la suite recevoir un poème issu du livre, un conseil, une séance de yoga etc…Tout ça est automatisé. Dans le cas des abandons de paniers, nous nous assurons que la personne puisse vivre l’expérience complète du livre en ayant le DVD bonus et les 12 vidéos.

Sébastien : Cet état d’esprit que tu as découvert dans « La Machine à Vendre » a changé ton quotidien de quelle façon ? Quels changements cette formation a-t-elle apporté ?

Maryse : Tout le principe de l’automatisation. Mes statistiques ont largement augmenté, je peux dire que l’impact de l’automatisation a été énorme. Une fois que j’ai tourné mes vidéos, je ne suis plus impliquée du tout. Une fois que j’envoie la vidéo pour la faire valider à mon équipe, ma directrice du bonheur s’assure que la vidéo est mise sur Youtube.

Sébastien : Ta directrice du bonheur est la chef du service client, est-ce bien ça ?

Maryse : Oui car elle s’assure que mes clients soient heureux et s’assure également de mon propre bonheur. Grâce à elle, je peux me centrer sur ma passion et sur les choses pour lesquelles j’ai le plus de talent. J’ai moins de talent lorsqu’il s’agit de programmer un message ou de poster une vidéo sur Youtube, par exemple. Je suis centrée sur la création de mon contenu et ma directrice du bonheur s’occupe ensuite de le programmer et de contenter les clients. Programmer, c’est la passion de ma directrice du bonheur et écrire c’est la passion de mon copywriter, tout comme créer du contenu est ma propre passion.

Sébastien : Sur la page d’accueil de ton site nous pouvons retrouver des témoignages. Ces témoignages sont ce qui t’apporte de l’énergie au quotidien ?

Maryse : Exactement.

Sébastien : Qu’est-ce que tu dirais à une personne qui pense que l’automatisation c’est sortir de sa zone de confort et qui est donc perdue ? Autrement dit, que dirais-tu à la Maryse d’il y a quelques années ?

Maryse : Moi je dirais que si quelqu’un a une passion et a peur de se lancer, qu’il prenne cette passion, qu’il prenne un produit et qu’il commence à l’automatiser. Vous ne pouvez probablement pas avoir dès le départ l’équipe complète dont vous avez besoin mais avoir quelques spécialistes à vos côtés vaut déjà la peine. Avoir une équipe aide à vous libérer l’esprit donc si vous pouvez commencer par un produit et l’automatiser alors faites-le. Tout ne sera pas parfait au début mais vous vous rapprocherez de la perfection au fur et à mesure. Il faut toujours essayer et un pas après l’autre vous vous améliorerez.

Comment vérifier votre position pour une interview ?

C

Quand vous lancez votre nouvelle entreprise, votre objectif consiste à attirer vos prospects et créer une audience. Pour cela, vous pouvez notamment créer et publier du contenu, tisser des partenariats…

Dès lors, vous allez être contacté pour faire des apparitions médiatiques et vous allez recevoir des demandes d’interview.  

Avant d’accepter d’être présenté sur un média, Internet ou traditionnel, vous devez impérativement vérifier qu’il s’agit d’un lieu où vous souhaitez effectivement apparaître et transmettre votre message. C’est un point important que j’appelle position.

Qu’est-ce qu’une position ?

Quand vous recevez une proposition pour interagir dans un média, vous devez systématiquement vérifier la température. Pensez à vous assurer que ce média correspond à votre cible et que votre message sera communiqué à des prospects potentiels. 

Pour mieux comprendre, je vous donne un exemple sur mon ancienne activité. Je propose des conseils amoureux pour des hommes célibataires qui veulent faire des rencontres. Une demande d’interview dans un journal destiné aux femmes n’est pas la meilleure méthode pour amener de nouveaux prospects puisque ce média ne s’adresse pas à mon public cible. Pour qu’une apparition médiatique soit bénéfique pour votre activité, vous devez être face à votre prospect et invité pour un article gagné d’avance.

Pour vérifier cette température, il y a certainement des questions que vous devez vous poser et d’autres que vous devez demander au journaliste.

Même s’il s’agit d’un entretien téléphonique, ces questions sont fondamentales. Souvent, un journaliste qui souhaite faire une interview avec vous va vous poser en amont quelques questions par téléphone. Le piège à éviter dans cette situation, c’est de donner des réponses irréfléchies comme l’interview sera à une date future. Avant de donner des réponses, il est crucial de connaître en premier lieu les attentes du journaliste.        

Première question que vous devez systématiquement poser à chaque fois que vous recevez une proposition d’interview : quel est le format de la publication ?

Cette question vous permettra de savoir :

  1. Sur quel support vous apparaitrez : magazine, journal, TV, radio ou blog.
  2. Quel est le format de la publication : vous interagissez différemment avec le journaliste selon le format prévu de la publication.

Le format de la publication 

Le reportage :

Il s’agit de traiter le fond du sujet. Il est primordial de connaître les points clefs que vous devez aborder et ceux que vous devez éviter. 

Par exemple, pour une nouvelle entreprise, pendant un reportage, mettez en avant à quel point votre approche est novatrice et les témoignages de vos clients satisfaits. Par contre, les défauts de votre entreprise doivent rester discrets.

Le portrait :

Le journaliste veut parler de vous et révéler le maximum d’informations. Pour cette raison, vous devez déterminer les points à dévoiler. 

Votre objectif consiste à raconter la même histoire que vous répétez toujours. Si vous proposez deux produits/services différents, vous devez différencier ce que vous voulez communiquer et vous focalisez sur les sujets importants. Bien entendu, vous n’êtes pas en train de mentir en optant pour ce type de discours. Mais vous transmettez les informations intéressantes au journaliste et à vos prospects et utiles à votre entreprise.  

Le Dossier :

Le but du dossier consiste à présenter divers points de vue. Cela veut dire qu’il y aura plusieurs interviews. Par conséquent, il y aura une présence potentielle de vos concurrents, leurs clients ou des critiques. Pour cette raison, il est important que vous sachiez s’il s’agit d’un dossier à l’avance. 

Dans un dossier, vous pouvez être en contact avec des entrepreneurs qui contredisent votre propos. Il est donc primordial de savoir qui sont les autres intervenants et préparer vos arguments pour défendre votre approche. Ce format, vous offre l’opportunité de devenir la référence de votre secteur en donnant les critères du marché.  

L’interview :

Dans une interview, le journaliste veut vous poser des questions par téléphone ou en face-à-face. Dans les deux cas, il est recommandé de préparer vos réponses à l’avance. 

Pour ce faire, n’hésitez pas à demander au journaliste, quel type de questions il peut vous poser.

La chronique :

C’est l’avis personnel du journaliste. Votre objectif dans une chronique, c’est de donner tous les éléments que vous voulez communiquer. 

Par exemple, quand j’étais contacté pour une interview pour mon activité de coach en séduction, je m’assurais de parler de mon site Drague TV, la base d’informations la plus intéressante que je possédais pour attirer de nouveaux prospects. 

Cet exemple nous amène à un point intéressant, c’est le choix de votre nom de domaine.   

Qu’est-ce qu’un TEST RADIO ?

Pendant une interview, pour communiquer votre contact, privilégiez les sites qui proposent un contenu gratuit et captivent les prospects. Il est important également de donner le site dont le nom de domaine passe le TEST RADIO :

  • Simple à prononcer ;
  • Simple à retenir ;
  • Facile à trouver sur Google ;
  • On ne peut pas se tromper sur son orthographe.       

Je partage avec vous des erreurs que j’ai commises pour comprendre l’importance du TEST RADIO. 

Quand mon site, Apprendre-A-Draguer.com a été mentionné dans ma première apparition médiatique, à la fin de l’émission, je me suis rendu compte que tous les prospects se sont redirigés vers mon concurrent comme le journaliste a prononcé le site ainsi : apprendreadraguer.com.    

Pour mon site seductionbynight.com, afin d’éviter cette erreur, j’ai acheté les noms de domaine seduction-by-night.com et seduction-bynight.com. Dans un article paru dans Le Parisien, le journaliste a mentionné mon site avec un retour à la ligne. Par conséquent, les prospects sont redirigés vers une page inaccessible.

Armé de ce que j’ai appris de mes échecs, j’ai lancé mon site DragueTV. Avec un nom de domaine simple et facile à retenir, je garantis que mes prospects peuvent me retrouver facilement.

Ce test est très important pour vérifier que le site que vous voulez communiquer aux auditeurs quand vous passez à la radio soit clair et facile à trouver.

Le modèle de questions à poser pour réussir vos interviews

L

Olivier Roland, a publié sur son blog une vidéo qui explique le rôle des interviews pour alimenter des blogs, créer un contenu facilement et se faire connaître grâce à des références sur votre marché. Comme résultat, le nombre de demandes d’interviews sur Internet a augmenté considérablement. Mais avant d’envoyer vos demandes, vous devez obligatoirement préparer les questions à poser au cours de l’interview.

Préparez toujours votre contenu du point de vue du client

Quand vous contactez un entrepreneur pour une interview, je vous invite à penser systématiquement au type de questions à poser. Souvent, ces questions tournent autour du même sujet. Certes, elles peuvent avoir de la valeur, puisqu’il est important raconter des histoires dans votre contenu de temps en temps. Mais du point de vue du client, serait-il prêt à payer pour un produit/service où les trois questions essentielles auxquelles ils trouvent des réponses sont :  

  • Présentation de l’entrepreneur ;
  • Description du parcours ;
  • Identification du produit/service.

Pour réussir vos interviews, mettez-vous à la place de votre client et essayez de prévoir les réponses dont il aura besoin pour acheter le produit/service.

Je vous propose quelques modèles de questions et à chaque fois je vous donne un exemple concret. Ces questions sont issues d’un guide intitulé Le guide de l’interview réussie. C’est un produit d’information sous format PDF, que j’ai préparé pour orienter les blogueurs qui me proposent des interviews. 

Mon objectif consiste à créer un contenu audio intéressant et dynamique qui attire les prospects. 

La première chose que vous devez avoir dans votre interview, c’est de définir l’objectif du client. Pour ce faire, il est primordial de découvrir comment obtenir et comprendre leurs réactions pour adapter votre communication et augmenter vos ventes. Autrement dit, essayez de préciser l’objectif pédagogique de l’interview que vous réalisez avec votre invité. Ainsi, même si vous n’utilisez pas la transcription de l’interview en tant que contenu audio pour votre produit d’information, vous serez capable d’exploiter la partie la plus importante.

Pour la première question de votre interview vous ne devez pas demander à la personne interviewée de se présenter. C’est à vous de présenter votre invité grâce aux données récupérées à l’avance.  

  1. Pourquoi est-il essentiel de + thème de l’interview ?

Cette question doit être posée au début de votre interview pour captiver l’auditoire. En effet, c’est une question de motivation pour encourager vos prospects à écouter l’interview jusqu’à la fin.

  1. A quelles réactions faut-il être attentif pendant qu’on présente le message de vente ?

Cette question a comme objectif de recueillir les réactions et les objections de vos prospects quand vous vendez un produit à distance, par exemple sur Internet ou catalogue. 

  1. Quels sont les obstacles les plus fréquents ?

Au début, vous avez motivé vos prospects à écouter l’interview jusqu’à la fin. Par la suite, vous avez cité les signes qu’ils doivent suivre pour être sûrs qu’ils sont sur le bon chemin. Et suite à cette question, vos prospects savent à l’avance les obstacles qu’ils vont rencontrer.

  1. Peut-on se préparer à l’avance aux objections potentielles des clients ? 

Dans ce cas, il est possible d’utiliser des solutions prédéfinies pour traiter les objections de vos prospects.

  1. Que faire lorsque l’on se retrouve bloqué ?

La question qui manque et qui viendra automatiquement à l’esprit de votre prospect, c’est que doit-il faire lorsqu’il rencontre un obstacle.

  1. Quelle est l’erreur qui tue ?

Cette question a de l’intérêt pour le prospect. Si votre activité consiste à former des coachs sportifs, dans la liste de vos arguments pour vendre votre service, vous proposez à vos prospects de dévoiler l’erreur fatale qui vous coûtera une fortune.   

  1. Dans quelle limite faut-il aller dans le sens du client ?

C’est une question facultative mais je vous recommande de l’inclure dans la liste des questions à poser durant l’interview. Cette question vous permettra de jouer sur une corde sensible.

Pour un produit sur les conseils amoureux, la question posée sera : Jusqu’où peut-on aller en tant que séducteur et où faut-il s’arrêter ?

Prenons un autre exemple. Si vous proposez un produit de haute gamme et vous devez répondre à une objection sur le prix, comment éviter de paraître incohérent ? 

  1. Comment peut-on bénéficier de votre produit/service ?

C’est la dernière partie de l’interview dédiée à l’expert pour se vendre et faire la promotion. Cette question permet à la fois de rassurer votre invité et d’obtenir de vraies réponses aux questions précédentes et non pas une simple publicité.

  1. Comment récupérer les avis des clients ?

    10. Comment peut-on utiliser les avis et les témoignages par la suite ?

Ces questions sont également essentielles dans votre produit d’information si vous le rédigez vous-même. 

En utilisant ce modèle type de questions et en l’incluant dans votre offre, vous réussissez à créer une offre irrésistible.  

Récupérer de la réputation grâce à un partenariat

R

Un type de partenariat qui vous sera très utile quand vous lancerez votre offre est celui dont l’objectif est de récupérer de la réputation, de l’image. Ce partenariat est parfois difficile à mettre en place.

Prenons un exemple. Imaginons que demain je décide d’entrer sur un marché où je ne me suis jamais installé, le marché du jardinage. Je suis totalement inconnu des gens qui veulent jardiner, je n’ai pas de réputation dans le domaine et aucune autorité dans le secteur aux yeux du prospect. Pour récupérer cette autorité, je peux rechercher un partenariat dans lequel je vais proposer quelque chose à mon partenaire en échange du fait que lui me laisse mettre son nom sur mon produit.

Le plus simple que vous puissiez obtenir est l’interview que vous pourrez ajouter à votre produit. Si vous décidez de démarrer une entreprise multinationale et que vous parvenez à obtenir une interview de deux heures de Richard Branson qui raconte comment il a développé Virgin, elle vous propulsera au rang d’expert aux yeux du prospect.

Tout dépendra de votre capacité de négociation, parfois pour inclure l’interview (ou la co-création avec une célébrité du secteur) dans votre produit, vous devrez payer la personne entre 100 et 200 euros. Parfois, vous n’offrez rien en retour car les gens aiment parler de leur sujet juste par plaisir.

Abordons à présent la transaction où c’est vous qui allez apporter de la réputation et de l’image. En échange, la personne peut vous faire une promotion. 

Par exemple, dans mon cas, je suis bien connu dans le secteur du marketing, cela ne me coûte rien si je propose à un partenaire potentiel d’animer avec lui une Web-conférence pour ses clients. Si vous êtes positionné sur un marché comme une référence, une célébrité, vous pouvez juste proposer de passer à une soirée, à une rencontre, à un séminaire et en échange le partenaire fait votre promotion. Cela vous suffit puisque vous êtes déjà bien connu.

Comme il s’agit d’image, il faut toujours penser en termes de droit à l’image. De façon générale vous ne serez pas ennuyé. Quelqu’un qui accepte de réaliser une interview avec vous aura beaucoup de mal à prétendre devant un juge qu’il ne savait pas que vous utiliseriez son image. Toutefois, dans la pratique, il est toujours préférable de noter vos accords par écrit.

Comment réussir votre passage à la télé, à la radio ou dans un journal ?

C

Quand un journaliste vous contacte pour parler de vous et votre entreprise, comment s’assurer que l’article, la chronique, le plateau télé ou le reportage va avoir des retombées positives ?

J’aimerais partager avec vous le livre Feeding The Media Beast de Mark Mathis. Il s’agit d’un des premiers livres que j’ai lu lorsque j’ai cherché à faire connaître mon entreprise dans les médias et cela a très bien marché pour moi vu que, mon entreprise, peu de temps après avoir lu le livre, a fait l’objet de reportages, de plateaux télé et d’articles sur TF1, France 2, M6, Canal+ et dans Paris Match, Charlie Hebdo, Le Parisien, Le 20 Minutes. 

Chaque fois, les médias ont parlé de mon entreprise de manière positive sauf dans deux cas où je n’avais pas suivi une des règles enseignées dans le livre. 

La plupart de mes apparitions dans les médias ont été un succès grâce à ce que Mark Mathis appelle la règle de la préparation. 

En fait, quand vous savez que vous allez être interviewé ou intervenir sur un plateau, vous devez absolument vous préparer en amont en vous posant un certain nombre de questions : 

  • Quel est le format ? Une chronique, un documentaire, un reportage, un article ? Est-ce que ça va durer 5 minutes, 15 minutes, 20 minutes etc ? Est-ce un plateau que vous allez partager avec d’autres invités ? Est-ce que l’article est une demi page ou une pleine page ?
  • Quel est le sujet et comment le journaliste compte-t-il l’aborder ? Certains angles d’approches devraient vous dissuader d’apparaître dans le média qui vous le propose. 

Il existe donc un certain nombre de questions pour savoir à l’avance à quelle sauce vous allez être mangés et il faut mieux que vous décliniez l’apparition dans un média si vous sentez que cette apparition pourrait être bizarre. 

Ce qui est intéressant c’est lorsque vous posez des questions, le journaliste va toujours apprécier que vous en posiez car cela montre que vous souhaitez préparer l’article ou le reportage et que le contenu sera donc de meilleure qualité. 

Le journaliste refusera de vous dire l’angle qu’il veut pour son article si et seulement si il prévoit de faire un article qui va vous discréditer. Autrement, le journaliste n’a aucune raison de vous cacher quel angle il souhaite. 

Sur mes dizaines d’apparitions dans les médias, je n’ai pas accepté de suivre cette règle que deux fois et les deux fois, cela s’est avéré être des cas vraiment bizarres. Une fois c’était sur une radio et une autre fois sur une radio web. Les journalistes avaient déjà prévu à l’avance de dénigrer mon travail et c’est ce qu’ils ont fait. Cependant, j’ai su que c’était de ma faute car je n’avais pas respecté la règle de la préparation enseignée par l’auteur du livre. Il faut donc ne jamais négliger de se renseigner à l’avance ! 

Pour aller plus loin :

Comment devenir libre grâce à Internet ?

C

Aujourd’hui, j’interview Alexandre Roth, un entrepreneur libre inspirant. Nous pouvons sembler opposés mais nous sommes pourtant similaires.

Alexandre est un entrepreneur qui a démarré sa carrière en faisant du coaching amoureux pour les hommes célibataires, du coaching en séduction. Il a très vite développé une activité qui a permis d’aider des milliers de personnes sur Internet et d’être vu par des millions de spectateurs via ses apparitions dans les médias. 

Ce qui est intéressant dans le parcours d’Alexandre, c’est d’avoir recherché une certaine liberté, de ne pas se laisser enfermer dans le cadre classique que la société essaie de nous imposer sur comment gérer notre travail.

J’aimerais qu’il partage les clefs pour ceux qui veulent se lancer, utiliser Internet pour garder une certaine liberté au quotidien et une liberté financière. 

Alexandre, peux-tu nous expliquer pourquoi cette opportunité de l’activité en ligne aujourd’hui est si importante ?

Je pense que si c’est une opportunité qui n’a jamais été aussi forte aujourd’hui c’est parce qu’il est possible maintenant de dissocier le temps et l’énergie que nous consacrons à une entreprise pour pouvoir être beaucoup plus libres, pour générer plus de chiffre d’affaires et privilégier la qualité de vie. Je ne voulais pas me tuer à la tâche comme mes parents restaurateurs. Je voyais des gens qui créaient un véritable business sur la séduction, le développement personnel. Une alternative était possible sur Internet.

En prenant l’exemple de ton parcours d’entrepreneur, veux-tu partager les étapes clefs marquantes et les problèmes communs à tous les gens qui essaient de se lancer en ligne ? Comment ils gèrent un problème et comment toi tu conseilles de le gérer pour bien se lancer ?

Lorsque j’ai créé ma société de coaching en séduction, il n’existait pas encore de statut léger et simple d’entrepreneur et j’avais commencé à développer des grosses structures bien lourdes, à m’engager sur des frais énormes alors que je ne savais même pas comment j’allais gagner de l’argent. 

Le conseil que je donne c’est de vous poser la question de comment gagner de l’argent quand on a investi des milliers d’euros. Nous sommes moins créatifs et moins productifs quand le risque de manquer d’argent prend le dessus. Focalisez-vous sur comment vous allez générer des revenus car c’est ce qui fait tourner la boîte, ce qui permet de se lancer dans de nouveaux projets.

Aujourd’hui il existe beaucoup d’outils formidables sur Internet pour aider à la création de sociétés, des statuts, des modèles.

Je me permets de souligner une pépite très importante que tu as apportée car cela a été pour moi aussi l’une des clefs. 

Les 80 % du temps passés à réfléchir au début doivent se concentrer sur comment faire rentrer les premières ventes et pas sur les documents administratifs. 

Quand j’ai démarré ma première boîte, je facturais en notant « entreprise en cours de création » et le jour où je suis allé immatriculer ma société, je possédais 3000 euros de chiffre d’affaires pour le premier mois.  

Qu’est-ce qui a fonctionné pour toi ? Quelles sont les étapes  essentielles pour réussir le premier mois ?

Je m’étais focalisé sur deux piliers :

  • Le référencement naturel, c’est-à-dire attirer des gens sur mon site, mon blog.
  • Les relations avec la presse, comment attirer les médias pour qu’ils parlent de moi.

J’ai obtenu le pilier du trafic naturel grâce à des articles de forte valeur ajoutée, c’est-à-dire des contenus où nous proposions beaucoup de détails, de conseils afin de donner aux gens l’envie de retourner sur le site. Il est d’ailleurs toujours en ligne et atteint 500 000 visites par mois.

Pour les médias, je créais des événements importants tous les trois à six mois et j’envoyais des invitations aux journalistes. Je leur expliquais par exemple que j’organisais une semaine de coaching séduction sur la Riviera à Nice avec cinq célibataires et je les invitais à la villa. Quand ils venaient pour écrire leurs articles, je leur demandais de renvoyer au site Internet où se trouvaient des ressources, des articles, une news letter.

Aujourd’hui, je fais beaucoup de vidéos car les deux leviers, articles et vidéos, sont extrêmement puissants. Les gens veulent du contenu pour apprendre.

Tu as mentionné deux piliers, celui qui permet d’apporter de nouveaux prospects pour leur montrer qu’il est possible de les aider et les relations avec la presse par le biais de la création d’un événement. A l’époque où j’œuvrais dans le même domaine, Alexandre est le seul coach en séduction à qui j’avais envoyé un mail pour lui dire à quel point j’étais épaté par une de ses vidéos lors du lancement de la villa. Dans l’accompagnement que tu proposais, je trouvais qu’il existait une réelle volonté d’aider les gens, pas juste de vendre une technique. Je pense que cela permet à tes clients de réussir.

Quelqu’un qui regarde les vidéos d’aujourd’hui et décide de démarrer une activité sur Internet sait que la priorité est la vente. Quelle est la meilleure manière de se préparer, d’effectuer une transition si entreprendre est totalement nouveau pour certaines personnes ?

Le facteur le plus important entre ceux qui se lancent et ceux qui voudraient se lancer est l’environnement. Je conseille de participer le plus souvent aux événements, aux Networkings, aux séminaires. C’est essentiel. Vos proches qui ne sont pas entrepreneurs risquent de vous prendre pour un fou car ils pensent que très peu de personnes réussissent à gagner de l’argent sur internet. Or, énormément de gens gagnent leur vie sur Internet. A partir du moment où vous ne connaissez pas les mécanismes, les stratégies, vous croyez cela impossible et c’est pourquoi il faut venir aux événements spéciaux pour les entreprises du Web. Il faut écouter ceux qui sont déjà entrepreneurs sur Internet parce que les autres ne pourront pas vous donner des conseils pertinents.

D’autre part, il faut se lancer même si le projet est encore imparfait car il va évoluer. La vision parfaite que nous pourrions avoir de notre projet n’est jamais celle qui existera dans la réalité. Arrêtez de vous trouver des excuses, il faut se lancer, échouer, comprendre, apprendre, s’améliorer jusqu’à ce que le projet commence à tenir la route. Passez à l’action et réfléchissez plus tard.

Existe-t-il une astuce magique, une astuce marketing qui permet d’obtenir des résultats à tous les coups ?

Si nous avons identifié un produit qui fonctionne, on peut accélérer très rapidement avec de la publicité sur Facebook et notamment avec les vidéos natives. Je télécharge mes vidéos Youtube sur Facebook mais je ne poste pas le lien car Facebook veut détruire Youtube. Les vidéos sont mises en avant avec de la publicité, c’est un accélérateur énorme. Lorsque j’investis 1 euro dans la publicité, je récupère entre 3 et 6 euros chaque jour.

Comment trouver des experts de votre thématique ?

C

Pour créer le contenu de votre programme, vous avez besoin de deux composantes : vous-même et la participation d’un ou de plusieurs autres experts dans votre secteur. Il est alors recommandé de faire appel à de vrais experts et non de rechercher des contacts ou proches qui ont quelques notions de base dans votre secteur. Notez que ce n’est pas plus compliqué de contacter des personnes expertes, c’est simplement une question de méthode.

Les avantages de cette méthodologie sont :

  • Des produits d’une meilleure qualité ;
  • Une meilleure longévité du produit ;
  • Un appui technique de l’expert concernant l’évolution du produit ;
  • Meilleure crédibilité du produit ;

Afin de contacter un expert de votre marché, il est crucial de rédiger un contenu soigné et adapté à la situation. 

Il est recommandé de commencer par un contact privilégié via son blog ou en mentionnant que vous avez lu l’une de ses œuvres par exemple dans le cas où l’expert a écrit un livre.  

Selon mon expérience, une minorité des internautes termine un ebook jusqu’au bout. En introduisant votre demande de contact par : « J’ai lu votre livre et il m’a beaucoup servi. Toutefois, j’ai quelques questions à vous poser à propos de… », cela augmente considérablement vos chances que votre demande soit acceptée.

Avant de vous proposer des conseils à adopter pour la rédaction de votre demande d’interview, je tiens à préciser que votre objectif consiste à créer un contenu qui peut booster votre produit. Dans cette optique, pensez à poser des questions qui tournent autour de votre produit. En effet, le témoignage d’un expert développe la crédibilité de votre produit.

Comment rédiger sa demande de contact ?

Pour garantir que l’expert accepte votre demande d’interview, vous devez suivre quelques instructions de rédaction.  

En rédigeant votre demande d’interview, consacrez la première partie à votre présentation, citez votre métier ou votre activité et le sujet que vous voulez développer.

« Je vous contacte pour solliciter une courte interview, de trente minutes au téléphone. Je suis professeure des écoles et à côté de mon métier, je suis passionnée par la communication.»

Mentionnez également que vous contacter cette personne en particulier vu ses connaissances approfondies sur votre thématique.

« Je crée en ce moment un projet multimédia intitulé, NOM DU PRODUIT, et je souhaite inclure plusieurs interviews d’experts. En effet, le thème qui sera abordé par le produit est un thème que vous maîtrisez bien au vu de ce que j’ai pu lire sur votre site ou votre livre.»

Mais attention, ne mentionnez surtout pas un livre que vous n’avez pas lu.

Comment trouver un expert ?

Il est possible de trouver les références d’une personne reconnue dans le domaine recherché en utilisant la méthode GOOGLE. Cette méthode consiste à chercher les personnes les plus citées dans les bibliographies d’autres livres parce qu’en général vous trouvez l’expert incontournable.

Une courte interview peut durer des heures, d’où l’importance de préciser le nombre de questions à poser et la durée estimée de votre discussion.

« Pourriez vous m’accorder une courte interview, je prépare une liste de neuf questions simples, par téléphone ou par Skype. »

Une longue interview non ciblée n’est pas intéressante, ni pour l’expert ni pour vos clients. Il est recommandé de préparer vos questions au préalable, c’est plus professionnel et cela vous permettra de gagner du temps. Il est possible de condenser votre liste de questions et les développer lors de l’interview en demandant des clarifications.

Vous pouvez également proposer à la personne interviewée de poster l’interview sur votre site ou sur votre blog pour inciter vos lecteurs et vos clients à découvrir son travail. Il s’agit d’une situation gagnant-gagnant. D’un côté, vous bénéficiez d’un contenu développé par un connaisseur dans le domaine souhaité et de l’autre côté vous lui offrez une opportunité de toucher une nouvelle catégorie de clientèle.   

Pour de meilleurs résultats, proposez à votre invité de lui envoyer à l’avance la liste des questions. Ainsi, il aura le temps d’y réfléchir et de préparer des réponses qui seront claires et plus structurées.

Concernant la date de déroulement de l’interview, il est préférable de proposer des créneaux bien précis. Proposez dès le début, votre disponibilité et l’expert choisit la date qui lui convient le mieux.

Finalement, pour donner l’impression à votre invité qu’il ne va pas perdre de temps en répondant à vos questions, vous pouvez lui proposer un enregistrement de l’interview. Il aura ainsi un contenu de valeur qu’il pourra partager avec ses clients afin de promouvoir son activité.

Suivez ces conseils pour rédiger votre demande de contact et augmentez vos chances de retours positifs de la part d’experts.

Le métier de consultant en Lancement Orchestré, qu’est-ce que c’est ?

L

Vous allez dans cet article découvrir les secrets qui feront de vous un consultant en Lancement Orchestré à succès. 

Pour mieux comprendre, j’ai interviewé David, qui a de son côté réalisé des Lancements en tant que consultant pour des clients. 

David, tu as réussi à te lancer en connaissant la méthodologie du Lancement Orchestré, sans avoir de prospects, sans site Internet, sans produits… Seulement en exploitant les conseils que tu vas partager avec nous aujourd’hui et qui t’ont donc permis de travailler avec des clients. 

Tout a commencé il y a un an et demi. J’ai découvert que mon activité s’appelait être consultant en Lancement Orchestré. 

Une des premières questions à se poser, c’est se demander la raison pour laquelle faire un Lancement en tant que consultant a un intérêt. Pourquoi faire un Lancement en tant que consultant ? Que peut-on gagner à faire un Lancement non pas pour notre produit ou service mais pour le produit ou service d’une autre entreprise ?

Quand j’ai commencé, j’ai lancé tout un tas de business qui n’ont pas marché et c’est en apprenant l’existence des Lancements Orchestrés que j’ai compris que cela pouvait être une grosse opportunité par rapport à mon objectif qui était de générer de l’argent rapidement. 

Il s’agissait vraiment de la meilleure de toutes mes opportunités par rapport à la création d’un produit, se lancer sur Internet, se positionner, créer sa marque, etc. Tout cela peut prendre du temps et j’ai trouvé qu’effectuer des Lancements en tant que consultant cela permettait de générer des revenus très importants. 

J’étais très impressionné par les Lancements Orchestrés aux Etats-Unis où plusieurs millions de dollars étaient gagnés en seulement quelques jours voire moins. Je me suis dit que c’était là-dedans que je devais aller tout de suite. 

L’aspect le plus intéressant quand tu t’es lancé c’est que tu n’avais, ni liste, ni prospects, ni site Internet. Tu t’es donc appuyé sur des ressources qui existaient déjà.

Oui, j’ai cherché des gens qui avaient déjà une liste, si possible une grosse liste. J’ai également cherché des personnes qui avaient déjà sorti un produit ou service et si possible en l’ayant vendu assez cher pour ensuite recevoir une commission importante. 

Ce que tu as donc fait en tant que consultant c’est arriver dans une entreprise déjà bien développée et mis en contact la liste de prospects avec le produit existant.

Oui. J’optimise les ressources qu’a déjà le client car il a déjà des contacts et des prospects et des produits et moi j’améliore tout ça en faisant en sorte qu’un maximum de prospects achètent un maximum de produits et donc deviennent des clients. 

Quelque chose de très apparent dans ton parcours, c’est que les entreprises avec lesquelles tu as travaillé en tant que client, répondaient toujours à une certaine affinité de ta part. Comme tu me le disais, cela permettait d’intégrer un milieu et/ou une entreprise qui nous plaît. Peux-tu préciser ?

Ce que je trouve fabuleux, c’est de pouvoir travailler dans un domaine que j’aime. Pouvoir se rapprocher des gens qui commercialisent les produits ou services que vous utilisez vous-même tous les jours, c’est pour moi assez extraordinaire. Il s’agit d’une opportunité formidable parce que nous pouvons comme ça nous rapprocher des gens que nous apprécions et qui commercialisent des produits que nous apprécions également et en faire la promotion.

Un des avantages c’est que nous ne nous cassons jamais le nez à postuler pour une entreprise qui nous plaît si nous arrivons en disant que nous sommes un expert qui leur permettrait de faire rentrer plus d’argent. Peu vont refuser l’opportunité de gagner plus d’argent ! 

Je confirme. Il est vrai qu’au départ j’étais étonné de voir que chaque fois que je proposais mes services l’entreprise s’y intéressait en me demandant un numéro de téléphone, en me demandant comment ça marche et en quoi consistent les services que je peux leur rendre pour booster leur chiffre d’affaires. 

Je leur dit alors que je m’occupe de mettre en place des Lancements Orchestrés et que mon travail est rapidement efficace et rapporte beaucoup d’argent en très peu de temps. Tout de suite les gens à qui je m’adresse sont intéressés parce que proposer de faire plus de ventes intéresse forcément grand nombre d’entreprises. Pourquoi les gens refuseraient l’opportunité de se faire plus d’argent ? 

Même si vous n’avez aucune ou peu d’expérience dans les Lancements Orchestrés, vous allez voir que les gens tendent tout de même l’oreille.

ll faut se rendre compte qu’au début quand nous nous mettons à notre compte et que nous devenons consultants nous nous demandons toujours si les clients ont vraiment besoin de nous. La réponse est oui. Il faut davantage se demander si nous nous avons besoin d’eux. Il est important de se souvenir de ça lorsqu’arrivent les négociations. Il faut savoir où se positionner. Un autre argument allant en faveur d’effectuer un Lancement Orchestré en tant que consultant, c’est que cela permet de prendre la température du marché sur lequel nous souhaitons nous lancer. 

C’est de cette façon que j’ai lancé ma marque Le Marketeur Français. Je sais que toi, David, tu as pu prendre la température sur le marché du développement personnel, sur lequel tu voulais développer ta propre marque. 

Pour moi c’est intéressant car vous pouvez déléguer les soucis de création du produit et le SAV tout en pouvant vous créer des relations avec de futurs partenaires et par la même occasion vous faire un nom. 

Cela permet également de vous faire la main pour vos propres Lancements futurs, de vous concentrer uniquement sur le marketing et de, si il s’agit du même secteur, gagner une étude de marché gratuite. 

Oui je sais faire des études de marché grâce aux sondages, au pré-lancement, les commentaires…Tout ça permet de savoir ce que veulent les gens, quel est leur intérêt. C’est l’idéal. 

Dirais-tu que ce que tu as vu et lu comme retours sont des choses qui pourraient te resservir sur un Lancement que tu puisses faire toi sur un autre produit dans le même domaine ou sur TON propre produit dans le même domaine ?

Je dirais que ça donne des idées pour faire des produits complémentaires qui ne sont pas forcément des produits de notre client. Votre client reste votre partenaire. Il ne faut donc pas effectuer le Lancement Orchestré de son produit ou service pour lui pour ensuite aller lancer un produit concurrent. Il faut avoir des idées complémentaires à celles de votre partenaire. 

Video: Utiliser un blog pour augmenter votre chiffre d’affaires et vos revenus

V

Bloguer Gagner : vendre avec un blog
Bloguer Gagner : conseils d’Aurélien Amacker

Dans cette vidéo, j’interviewe Aurélien Amacker pour qu’il explique son concept « Bloguer Gagner« , et comment un blog peut vous aider à développer votre activité.

A découvrir ici:

  • En quoi un blog est supérieur à un site internet classique
  • Les erreurs à éviter quand vous lancez votre blog
  • Comment amener davantage de visiteurs sur votre blog
  • Les 3 méthodes pour que ce blog soit générateur de chiffre d’affaires et de revenus
  • L’exemple d’une chef d’entreprise qui utilise son blog pour faire connaître sa boutique (et génère 14 000 euros de CA/mois grâce au blog)

Pour obtenir les vidéos et les compléments de formation dont parle Aurélien dans la vidéo, c’est ici : http://monblogdentreprise.com/gagner/
(suite…)

Sujets abordés dans cet article :

aurelien amacker

À propos de Sébastien

(Le Marketeur Francais : Biographie)Sébastien, surnommé "Le Marketeur Français", est consultant en stratégie marketing, spécialisé dans la croissance explosive des petites entreprises.

/* ]]> */