CatégorieLes Habitudes des Entrepreneurs Libres

Les clés pour devenir un entrepreneur Zéro Limites

L

À un moment dans notre vie, nous avons forcément une réflexion profonde par rapport à nos aspirations et à tous les freins et les croyances limitantes qui nous habitent. 

Vous pouvez avoir du succès dans une sphère de votre vie, mais dans les autres sphères vous avez la sensation d’être criblé d’incertitudes.

Vous avez peut-être la sensation d’être constamment dans le doute de peur de partager vos réels rêves et vos réelles ambitions qui sont de devenir entrepreneur. 

Votre perspective doit être de tenter de repousser vos propres limites donc Zéro Limites. 

On réalise à un moment à quel point la vie est fragile. On doit s’accorder la permission d’aller à la poursuite de nos rêves, chercher les bons enseignants et les bons guides afin de faire de sa vie un chef-d’oeuvre pendant que l’on est sur Terre. 

Si vous cherchez les bonnes stratégies et les bons conseils, vous verrez qu’en quelques mois vous atteindrez votre objectif. 

Comment atteindre ce but, alors que l’on part de rien et que l’on n’a pas de site prestigieux ? 

Dans cet article, je vais aborder la connexion entre l’état d’esprit qui va faire qu’une personne est un gagnant et les stratégies que cette personne va nécessiter pour réussir à gagner plus avec son entreprise en utilisant Internet. 

En quoi l’état d’esprit peut influencer sur l’application des stratégies ? 

Il faut bien comprendre que soit vous êtes déjà coach, formateur, consultant, infopreneur ou que vous ne l’êtes pas encore, mais que vous êtes intrigué sur la façon dont vous pouvez vous lancer. 

Il est essentiel de parler de la psychologie et de l’état d’esprit qui est nécessaire actuellement pour gagner dans l’économie d’aujourd’hui. 

Beaucoup de personnes achètent des produits sur Internet au sujet du développement personnel et vont être inspirées parce qu’elles sont à la recherche de nouvelles techniques, de nouvelles promesses. 

Mais, très souvent, malgré l’investissement, ces personnes vont abandonner rapidement parce que leur psychologie ou leur comportement ne sont pas nécessairement actualisés. 

Pour mieux comprendre, imaginez une courbe qui part d’un côté en descendant et remonte jusqu’à l’autre extrémité. On l’appellera la Courbe de l’Excellence de Soi. 

En premier, il faut noter tous les résultats actuels, que cela soit niveau financier, entrepreneurial, relationnel…

De l’autre côté de cette courbe vont se trouver vos résultats visés. 

En général, les personnes démarrent à la surface : elles ont des résultats actuels, souhaitent obtenir des résultats visés et sont très motivées et enthousiastes par rapport à l’opportunité d’améliorer leur vie. La majorité des coachs dans le développement personnel vont alors dire à ces personnes de fixer leurs objectifs et de travailler dur pour obtenir les résultats visés. 

Après plusieurs semaines ou plusieurs mois, la motivation baisse. Les croyances limitantes refont surface et ces personnes abandonnent en cours de route.

Si on suit la Courbe de l’Excellence de Soi, vos résultats actuels sont soutenus par vos comportements actuels : 

Comment faire pour lutter contre cette baisse et pouvoir remonter la pente pour atteindre son but ?

Tout d’abord, il faut prendre conscience de la Courbe de l’Excellence de Soi. 

Le résultat actuel est soutenu par un comportement actuel et ce dernier est soutenu par une psychologie actuelle. 

Votre façon de penser et vos croyances limitantes peuvent peut-être venir de vos parents, de vos enseignants, des guides ou des coachs que vous avez suivi dans le passé et qui ont semé une croyance limitante en vous. 

Pour sortir de cet état, il faut prendre conscience que, si on ne décide pas de changer nos comportements visés et notre psychologie visée, il sera impossible d’atteindre les résultats visés avec de vieux comportements ou de vieilles psychologies. 

Il faut maintenir le cap, avoir la confiance et la psychologie pour gagner dans l’économie d’aujourd’hui. 

Vous devez savoir comment vous positionner lorsque vous êtes face à une situation. 

Certains comportements permettent d’améliorer nos résultats, surtout au niveau de l’état d’esprit. 

Plutôt de vous dire qu’il faut tenter d’être positif tous les jours, vous devez plutôt commencer avec une psychologie renouvelée pour créer de nouveaux comportements et arriver à vos résultats visés. 

Il y a 5 facteurs qui sont révélateurs de notre attitude : 

  • vos habiletés,
  • votre façon d’affronter les défis,
  • votre attitude pour faire des efforts dans la vie, 
  • votre façon d’accueillir les feedbacks, la rétroactivité,
  • et enfin, votre façon de gérer les échecs dans la vie. 

Ce sont les 5 sphères les plus payantes où un entrepreneur doit faire extrêmement attention pour ne pas altérer son succès et ses résultats visés. 

Par exemple, au niveau des habiletés. En effet, certaines personnes veulent devenir infopreneurs et pensent qu’il ne sont pas bons en technique et qu’ils ne savent pas faire.

Au lieu d’abandonner ou de rester avec cette conviction, il faut aller vers des ressources qui peuvent nous aider, nous outiller. 

Une personne qui aura une attitude de gagnant en affaires, va voir que les habiletés viennent avec le travail et que l’on peut toujours s’améliorer. 

On n’a peut-être pas ces connaissances aujourd’hui mais en investissant dans un programme et en allant vers les bons enseignants on peut progresser, s’améliorer. 

Dès qu’il y a un défi qui se présente, si on a la psychologie actuelle on va se dire que l’on savait qu’il y aurait un obstacle insurmontable, et qu’il est impossible d’atteindre nos résultats visés. 

Il en est de même si vous avez des commentaires négatifs, de haine, de critique, d’insatisfaction par rapport à ce que vous faites et que vous vous dites que ce n’est pas pour vous car c’est trop difficile. 

Il faut comprendre qu’un entrepreneur qui réussit a compris que la confiance en soi est très importante pour obtenir de meilleurs résultats avec sa psychologie et son comportement. 

On peut maintenir cet état d’esprit en focalisant ou en investissant nos énergies, notre temps, notre focus pour vraiment s’améliorer. 

Les stratégies pour vous aider à avancer consistent à : 

  • avoir une réflexion par rapport à vos résultats actuels, 
  • être honnête avec soi-même sur vos comportements actuels. 

Quelles sont vos habitudes qui vous mènent à prendre ce type d’actions ? 

Pensez au temps, à votre focus que vous allouez : 

  • à votre rêve d’entrepreneuriat,
  • de gagner votre vie sur Internet,
  • à partir de votre savoir, de vos stratégies, 
  • même à partir de votre histoire personnelle.

Beaucoup de personnes sont parties simplement à partir de leur propre histoire, sans diplôme prestigieux, sans une grande éducation, sans certification pour devenir des coachs très performants. 

Ils ont réalisé qu’avec une nouvelle psychologie, un nouveau comportement, ils ont pu aller puiser à partir de leur histoire personnelle beaucoup de notoriété pour se positionner dans le marché et l’économie d’aujourd’hui. 

Dans l’ancien modèle économique, on écoutait les enseignants universitaires, ceux qui avaient des doctorats, de grands titres prestigieux : c’étaient des leaders. 

On a rapidement réalisé dans l’économie qu’il y a des personnes qui n’ont pas de titres prestigieux, qui n’ont pas fait d’études et qui sont des leaders exceptionnels. On réalise que l’on va vers des personnes qui n’ont pas nécessairement une grande éducation pour : 

  • nous aider, 
  • nous donner des stratégies lorsque l’on va se trouver confronter à un problème. 

On vous amène dans un processus de tamiser votre vie et vos expériences personnelles pour en faire ressortir l’essence afin de poursuivre votre rêve et demeurer heureux. 

Parfois, il suffit d’être à l’écoute des questions que nos proches peuvent nous poser afin de nous amener dans un domaine où l’on pourrait aider d’autres personnes. 

Vous n’êtes pas dans l’obligation d’être spécial pour vous permettre d’aider des personnes dans un domaine qui vous est propre. 

Votre vécu peut vous amener à trouver des solutions pour vous et pour les autres.

Pourquoi vous devez arrêter de dire fuck à vos objectifs

P

Aujourd’hui, j’aimerais vous parler de deux mots que vous dites, qui ruinent vos chances d’atteindre vos objectifs et d’avoir la vie libre que vous méritez. C’est deux mots sont « Faut que ».

Dans notre vie, nous avons tendance à nous fixer énormément d’objectifs, de projets et de tâches. Cette liste de choses à faire ne cesse de s’allonger de jour en jour au lieu de se raccourcir. 

Si vous avez de nombreux projets que vous ne cessez de remettre à demain, si vous ne pesez pas le poids que vous voudriez peser, si vous n’avez pas la santé que vous aimeriez, si vous n’atteignez pas le chiffre d’affaires que vous voudriez obtenir, si vous n’avez pas la clientèle espérée, c’est certainement parce que vous prononcez régulièrement ces deux mots.

Après avoir accompagné énormément de clients dans mon activité de coaching pour les hommes célibataires, j’ai pu constater que beaucoup de personnes, hommes ou femmes, vont parler de leur objectif. Si vous essayez de les tenir en responsabilité personnelle par rapport à cet objectif, que vous essayez de leur faire rendre des comptes sur l’avancée, ils vont répondre qu’ils n’ont pas avancé pour telle ou telle raison. Ils vont raconter une histoire qui en fait n’est qu’une excuse. 

Les gagnants ont des raisons de réussir et les perdants ont des excuses pour ne pas être responsables du fait qu’ils n’ont pas fait ce pour quoi ils s’étaient engagés.

Après avoir donné une excuse, la personne va souvent enchaîner en promettant de se reprendre. Par exemple, celui qui veut créer son entreprise va décider de commencer à lire des livres sur le sujet.

A chaque fois que vous dites « Il faut que je », en réalité vous dites « Fuck » à vos objectifs. Tout ce qui va suivre dans la phrase est un mensonge. Si vous dites « Il faut que j’arrête d’acheter des cacahuètes salées quand je fais les courses », en réalité vous avez menti.

Il faut donc prendre l’habitude de faire un choix à chaque fois que vous prononcez les mots « Il faut que ». 

Soit vous choisissez consciemment d’aller vers l’objectif et dans ce cas, vous devrez dire « Voilà ce que je vais faire ». Vous allez prendre un engagement. 

Par exemple « Samedi, j’ai un peu de temps libre, je vais regarder à la paperasse et dimanche j’écrirai un courrier à mon patron. » 

Toutefois, il est possible de vous rendre compte que vous ne pouvez pas tenir cet engagement, ce n’est pas grave. 

En effet, pour devenir un entrepreneur libre, vous devez acquérir la capacité à lâcher prise, c’est-à-dire la capacité à lâcher une idée d’un rêve flottant (quelque chose que vous ne ferez pas et vous le savez). 

Le meilleur exemple est celui du projet d’arrêter de fumer. Il est inutile d’être toujours en conflit entre des paroles en public et la réalité. Il est préférable de réaliser cinq projets que d’en prévoir quinze et ne pas avancer.

Vous devez apprendre à ne plus prononcer « Il faut que ».

Le remède parfait contre la procrastination

L

J’ai le remède pour vous si vous répondez oui à l’une des ces questions : 

  • Avez-vous l’envie de lancer une entreprise ?
  • Avez-vous déjà lancé une activité et avez-vous du mal à vous concentrer pour travailler à un instant T sur la tâche la plus importante ?
  • Avez-vous l’habitude de travailler sur un peu tout et n’importe quoi et du mal à savoir, à un moment donné, ce que vous devriez être en train de faire maintenant pour ramener des clients ?

Quand on veut développer une activité rapidement, il faut connaître à tout instant son « one thing », c’est à dire connaître la priorité absolue sur laquelle on devrait travailler maintenant. 

Il peut s’agir par exemple d’organiser votre prochain séminaire, de téléphoner à 30 fournisseurs pour trouver le meilleur tarif ou encore d’obtenir un nouveau financement bancaire pour pouvoir étendre vos locaux. 

A tout instant vous devez savoir quel est le projet le plus important qui fera avancer votre entreprise. 

Cependant, tout le monde ne peut pas fonctionner en ayant qu’une seule tâche notée sur sa To-do liste.

En réalité, la majorité des personnes ne sont pas des robots. 

Ce qui fait que dès que vous savez quel est le point central sur lequel vous devez vous concentrer, vous allez automatiquement vouloir faire autre chose. 

La tâche la plus importante du moment c’est toujours celle qui nous séduit le moins. 

Le remède à ce problème est de lister toutes les tâches très importantes sur lesquelles vous pourriez travailler maintenant. 

Vous avez peut-être 12 grands projets :

  • vous êtes en train de préparer simultanément un séminaire, 
  • d’écrire un livre, 
  • de préparer un partenariat,
  • et plusieurs autres gros projets. 

Parmi tous ces projets, l’un d’entre eux est le plus important. Identifiez-le.

C’est peut-être, par exemple, le lancement de votre livre. Or, vous avez envie de tout faire sauf travailler sur le lancement de votre livre. 

Le mieux à faire est de prendre n’importe lequel des autres projets essentiels de votre liste, même si ce n’est pas LE projet essentiel sur lequel vous devez avancer maintenant ; et de faire avancer ce projet secondaire qui, sur le moment, vous semble beaucoup plus alléchant. 

On va appeler cela la procrastination productive. 

Quand vous faites cela, votre entreprise continue d’avancer et, même si vous n’êtes pas à un instant T en train de travailler sur LE projet le plus important, vous êtes toujours en train de travailler sur un projet important. 

L’essentiel est d’avoir cette liste et de la limiter. 

Votre objectif est de limiter au maximum à 12 projets votre liste de projets et définir les grandes directions dans lesquelles vous voulez que votre entreprise aille au cours des prochaines années. 

Vous devez tout de même consacrer la majorité de votre temps à votre « one thing » mais, dès que vous procrastinez votre « one thing », vous devez vous attaquer aux projets de cette liste. 

Quels objectifs financiers fixer quand vous lancez une entreprise ? 

Quand on devient entrepreneur, on acquiert un pouvoir magique. Le pouvoir de décider combien on gagne. 

Malheureusement, la plupart des entrepreneurs en herbe, ne savent pas qu’ils disposent de ce pouvoir. Du coup, ils se contentent de gagner autant qu’ils peuvent. 

Si vous essayez de gagner autant que vous pouvez, cela équivaut à survivre et non pas vivre selon vos propres règles. 

Une des choses les plus importantes que vous devez faire dès le début de votre activité, c’est un business-plan un peu particulier que l’on va nommer « le business-plan express ». 

Il comprend un petit nombre d’étapes et il définit les objectifs financiers que vous voulez atteindre avec l’activité. 

La première question à vous poser est combien vous voulez gagner net sur votre compte bancaire tous les mois. 

Ce chiffre dépend entièrement de vous : 

  • vous voulez peut-être juste remplacer l’équivalent du SMIC que vous gagniez dans un travail précédent. 
  • vous avez peut-être des rêves de grandeur, vous voulez par exemple vous offrir une immense villa et il vous faut 15 000 € de revenu net par mois. 

Peu importe le chiffre mais il est essentiel de le connaître. 

Une fois que vous connaissez ce chiffre de revenu net que vous voulez gagner, il faut calculer combien cela représente en terme de revenu brut. 

Dès lors que vous connaissez ce revenu brut, vous pouvez déterminer combien de bénéfice l’entreprise doit-elle générer pour vous payer ce revenu brut. 

On rentre dans le cadre de ce business-plan express. Vous avez votre objectif de bénéfice pour l’entreprise. Vous savez quelle est la marge moyenne que vous pouvez faire sur un produit ou service que vous vendez à vos clients. 

À partir de là, vous pouvez déterminer le nombre d’exemplaires de votre produit ou le nombre de clients pour votre service, que vous devez réussir à trouver pour pouvoir atteindre votre objectif. 

La plupart des entrepreneurs font le calcul dans l’autre sens en se disant qu’ils vont vendre un produit à un certain prix, estimer le nombre de ventes et ensuite ils se payent au hasard et se retrouvent dans des difficultés quand l’URSSAF ou la CIPAV viennent réclamer des charges sociales qu’ils n’avaient pas anticipé. 

Vous devez absolument partir dans l’autre sens : partir de votre objectif de revenu. 

Cela vous permettra de déterminer le nombre de nouveaux clients que vous devez atteindre et quel tarif proposer.

Cet objectif de clientèle, de nombre de ventes vous motivera au quotidien : 

  • pour avancer, 
  • pour faire le marketing, 
  • pour faire la vente et développer votre entreprise,
  • et enfin, pour pouvoir financer la vie de vos rêves. 

Les concepts fondamentaux afin d’aligner votre équipe sur vos objectifs

L

Est-ce que vous avez parfois l’impression que vos efforts se dispersent et que votre équipe n’a pas trop conscience des priorités de votre entreprise ? 

Vous vous trouvez dans une situation où vous avancez dans une direction tandis que votre équipe en suit une autre. Par conséquent, votre entreprise n’avance pas par rapport à vos priorités. 

C’est le problème que nous allons résoudre aujourd’hui.

Quel est le but de votre entreprise ?

Évidemment, le but principal de votre entreprise consiste à générer des profits. Mais, beaucoup d’entreprises ne se rendent pas compte de cette priorité et essayent d’optimiser des éléments qui n’ont rien à voir avec la génération du profit. Comme résultat, ces entreprises se trouvent souvent bloquées. 

Il est indispensable de réaliser que votre entreprise a un but et que vous devez le définir d’une façon très concrète. 

Par la suite, il est impératif de prendre en considération trois facteurs qui dépendent de votre type d’activité afin d’atteindre ce but.

Ces conseils peuvent être appliqués pour :

  •  Une entreprise de services ;
  • Une entreprise de formation ;
  • Une entreprise de création de produit ;
  • Une entreprise de e-commerce.

Pour se faire, il suffit d’adapter ces trois concepts à votre activité.

Optimisez la sortie de votre entreprise !

Votre entreprise doit être considérée comme étant un système, de telle façon, vous aurez un flux entrant qui aboutit à une sortie après avoir subi des modifications. La sortie de votre entreprise est le produit vendu et livré au client qui génère de la valeur suite à sa vente. Cela mène à une augmentation du chiffre d’affaires et à la génération d’un profit. Afin d’augmenter ses profits, il faut optimiser la sortie de votre système à la hausse. 

Plus vous réussissez à améliorer la production de votre système, plus vous générez des ventes et par la suite augmentez votre chiffre d’affaires. 

Bien entendu, nous parlons des produits qui seront vendus et qui génèrent des chiffres et non pas des produits qui finiront dans le stock de votre entreprise.

Minimiser le stock dans votre entreprise !

D’autre part, il est recommandé d’optimiser ce qui est bloqué dans votre système. 

Je vous donne un exemple. Beaucoup de mes clients, sont dans le secteur de la formation qui n’a rien à voir avec l’industrie. Pourtant, il est possible d’adopter ce concept à leurs activités. La sortie du système peut être un accès de formation qui sera vendu à un client. C’est cette sortie que mon client doit optimiser. Il doit la vendre au maximum.

Ce qui est bloqué dans le système, c’est tout ce qui est en cours de création. 

Mes clients, qui sont des formateurs, sont toujours en train de créer un nouveau produit de formation. Ils ont des vidéos en attente sur le disque dure, des PDF à moitié écrits ou des audios à moitié enregistrés. Ils ont beaucoup, de ce qu’on appelle, stock. Il s’agit de tâches inachevées et de produits incomplets. Ces derniers ne sont pas exploités ou vendus, donc ils ne génèrent pas de valeur. Tous ces produits en stock qui n’apportent pas de bénéfices doivent être minimisés. 

Pour ce faire, vous devez identifier dans votre entreprise de quoi se compose votre stock :

  • Des prospects que vous n’avez pas relancé ;
  • Des emails non envoyés ;
  • Des ressources qui sont aujourd’hui prisonnières de votre boîte.            

Une fois que vous avez identifié le stock de votre entreprise, il est indispensable de mettre en place une stratégie pour le minimiser.

Contrôlez vos dépenses opérationnelles !

Le troisième concept clé, consiste à contrôler vos dépenses opérationnelles. 

Pour transformer votre stock en un flux sortant, vous avez des dépenses quotidiennes afin de :

  • Payer des salariés ;
  • Couvrir des frais fixes ;
  • Payer le coût d’hébergement de votre site et vos outils marketing.

Certes, toutes ces dépenses sont inévitables pour que votre entreprise fonctionne, mais elles doivent être négociées à la baisse.

Cette façon de réfléchir, vous permettra d’optimiser ces trois facteurs : à la hausse la sortie de votre entreprise et à la baisse le stock et les dépenses. 

Vous devez identifier quelles sont les vraies priorités dans votre activité. Ainsi, vous serez capable de remplacer les produits qui n’apportent pas de la valeur par des produits qui génèrent des ventes et par la suite augmenter votre chiffre d’affaires.    

À lire également :

Les piliers d’un MasterMind solide par Sergio Laubary

L

Sergio Laubary, le co-fondateur d’Aska Editions et éditeur spécialiste francophone de Napoleon Hill, partage avec nous les trois piliers d’un MasterMind solide.

Le point de départ

En octobre 2012, je m’envolais littérairement pour une destination : les États-Unis. 

À l’époque, ce que je faisais principalement avec passion, c’était la traduction des conférences sur la réussite et le développement personnel. 

À ce moment-là, je m’envolais pour les États-Unis, pour traduire une conférence dans une cabine pendant 3 jours consécutifs, à raison de huit heures par jour. 

Il y avait une deuxième raison qui me poussait à réaliser ce voyage aux États-Unis : une rencontre avec la fondation Napoleon Hill. Cette fondation, m’a offert l’opportunité d’éditer un livre intitulé Plus malin que le diable

Éditer ce livre, de Napoleon Hill, est une opportunité qui m’a été offerte au moment où j’étais à l’écoute d’une nouvelle aventure vivante qui me permette de m’épanouir et d’accomplir un grand objectif. 

Ma troisième raison est que je cherchais un partenaire d’affaires, c’est pourquoi je vous ai parlé de la loi du succès MasterMind.

Le désir ardent : le premier pilier du MasterMind

À l’époque, inconsciemment, je cherchais à rencontrer un partenaire d’affaires et à créer un MasterMind. 

Le premier pilier d’un MasterMind consiste à avoir un but déterminé, simple et unique qui vous appartient. Ainsi, vous activez un désir ardent. C’était exactement mon cas. 

L’opportunité de traduire un livre qui a attendu 113 ans avant d’être publié m’a donné énormément d’énergie. Je n’ai jamais eu une maison d’édition, je n’ai jamais créé une société ou édité un livre, mais j’ai eu la chance de traduire un livre aussi important. 

Cette confiance a déclenché ce désir ardent et je me suis alors senti capable de relever ce défi. J’étais également motivé pour monter en compétences et acquérir de nouvelles connaissances, comme le marketing.

Un éléphant, ça se mange une bouchée à la fois !

Si vous mangez un éléphant à tous les repas, durant plusieurs jours consécutifs et en une seule bouchée, soit vous devenez un éléphant, soit vous faites une indigestion d’un éléphant. 

Dans la vie professionnelle également, il est crucial de sortir de votre zone de confort, adopter un autre état d’esprit et développer de nouvelles compétences. 

À ce moment-là, vous avez intérêt à chercher votre partenaire d’affaires.

La jungle d’entreprenariat

En général, vous commencez à chercher un partenaire quand vous décidez de démarrer un nouveau projet. Plusieurs partenaires vous rencontreront dans cette recherche. 

Ce chemin de recherche que vous êtes en train de parcourir, vous mènera vers la jungle de l’entreprenariat. Dans cette jungle, vous ferez face à trois épreuves. 

En effet, chaque nouvelle idée passe systématiquement par trois étapes :

  • La ridiculisation : au début, tout le monde a tendance à ridiculiser votre idée ;
  • L’opposition : les gens critiquent votre idée et la trouvent inutile ;
  • L’évidence : tout le monde nie le côté innovant de votre idée et la considère comme étant une évidence.

Mon entourage m’a fait vivre toutes ces étapes. 

Maintenant, mes amis et ma famille me félicitent parce que j’étais au bon endroit au bon moment et j’ai saisi l’opportunité.

Toutefois, en cherchant mon partenaire pour réaliser un MasterMind, j’ai rencontré des personnes qui m’ont soutenues et c’est à ce moment-là que je devais réaliser le grand saut !

Définir précisément les échanges à effectuer : le deuxième pilier du MasterMind

Le deuxième pilier fondamental du MasterMind, c’est le fait de définir précisément, ce que vous apportez et ce que vous retirez du MasterMind.

Il est probable de rencontrer plusieurs types de partenaires :

  • Les partenaires improvisés : ceux qui veulent être à votre place et essayent de vous exclure. Les éléments de cette catégorie, veulent vous imposer leur aide sans que vous l’ayez demandé.
  • Les partenaires dissociés : ceux qui vous proposent leur soutien, mais ils ne sont disponibles qu’au moment qui leur convient.
  • Les partenaires « OUI, OUI » : ceux qui sont d’accord avec tout ce que vous dites, mais ils ne vous renvoient aucun feed-back. Ces partenaires sont les plus dangereux, parce qu’ils ne vous permettent pas d’avancer.
  • Les partenaires sceptiques et ouverts : ceux qui analysent votre plan et vous proposent des critiques constructives. Ces sont les partenaires les plus intéressants.

Avant de rencontrer mon partenaire d’affaires, j’ai passé trois jours de traduction et j’étais épuisé. 

À ce moment-là, je me suis rendu compte que je ne pourrais pas tenir ce rythme durant toute ma vie. Afin d’atténuer cette fatigue et me préparer à un RDV avec un partenaire potentiel, j’ai pensé prendre un moment de repos dans le jacuzzi de l’hôtel. 

C’est à cet endroit que j’ai croisé, par hasard, une ancienne partenaire potentielle. 

Pour mieux comprendre, revenons un mois en arrière. Par l’intermédiaire d’une amie, j’avais rencontré Susana, une partenaire potentielle. Pendant notre rencontre, j’avais expliqué mon business plan avec beaucoup de motivation et d’enthousiasme. Susana n’avait finalement pas donné suite à ce partenariat qu’elle ne trouvait sur le moment pas suffisamment mature.    

Bizarrement, la rencontre dans le jacuzzi s’est avérée totalement différente de la précédente. Cette fois-ci, je n’ai pas cherché à étaler mon business plan avec l’enthousiasme du débutant à Susana. 

Après ce moment de détente passé, je me suis préparé pour assister à mon RDV d’affaires. Je me suis trouvé devant mon partenaire avec six de ces amis. Mon objectif était de discuter de mon projet avec un partenaire unique et non pas de le présenter devant sept personnes. Cela a créé en moi un sentiment de déception. Une belle coïncidence a eu lieu à cet instant, j’ai reçu, de la part de Susana, une confirmation pour réaliser.

Neuf mois plus tard, nous créons Aska Editions, le fruit de notre couple, notre rencontre et notre association. Le MasterMind d’un couple est le premier d’un MasterMind. Nous avons notamment édité le livre Plus malin que le diable, best seller dans le monde entier, et nous avons accompli plusieurs autres réussites depuis. 

L’harmonie : le troisième pilier d’un MasterMind

Nous arrivons au troisième pilier fondamental d’un MasterMind, l’harmonie. Le leader qui initie un MasterMind prend la responsabilité de faire en sorte que l’harmonie soit maintenue.

L’harmonie d’un couple, d’une vision, d’une relation avec votre client ou partenaire et d’une relation familiale, sont des MasterMinds interconnectés. Ce premier MasterMind commence avec vous et avec l’intention de le former. Quand vous trouvez un partenaire prêt à vous soutenir, vous rentrez dans des perspectives qui vous dépassent.

L’enthousiasme : le pilier invisible de MasterMind

Finalement, il y a un quatrième pilier que j’appelle, le pilier invisible, mais il est très puissant. C’est un pilier qui m’anime et qui est une valeur que je porte et que j’ai envie de vous transmettre : l’enthousiasme.

Enfin, je veux clôturer avec une citation qui résume tout. L’harmonie nécessite parfois des sacrifices. Vous devez sacrifier une ressource que vous avez pour une ressource que vous n’avez pas et arrêter une activité pour en réaliser une autre dont vous rêvez !

La citation de Charles Dickens illustre exactement ce principe :

« Dans la vie voilà ce qui est important : être prêt à chaque instant de sacrifier ce que vous êtes pour ce que vous devez devenir. »

Charles Dickens

Rappelez-vous, votre potentiel est infini.

Comment ne pas prendre la grosse tête ?

C

Il est important d’écrire votre légende personnelle. Si vous voulez vous créer une autorité dans votre secteur d’activité alors il est crucial de parler régulièrement de votre légende personnelle. 

Pour cela, vous devez vous demander ce que vous voulez que vos prospects disent à votre sujet. 

Ensuite, c’est à vous de planter les petites graines sur le marché afin de semer les échos souhaités. 

Maintenant, j’aimerais contrebalancer ce conseil en vous donnant une stratégie qui vous permet d’éviter de prendre la grosse tête.

Éviter de lire votre propre presse

Si vous passez trop de temps à ressasser cette légende personnelle que vous avez écrit à votre sujet, vous courez le risque de vous fermer à l’innovation. 

En étant tellement concentré sur vos anciennes réalisations, vous risquez que votre passé devienne plus grand que votre futur. Or, à tout âge, il est possible de continuer de considérer que votre futur est plus promoteur que votre passé. Tant que vous avez cet état d’esprit, vous êtes jeune, peu importe votre âge. 

Dan Sullivan, un coach canadien, a aujourd’hui plus de 70 ans et continue à élaborer un plan à 25 ans pour le développement de son entreprise. Ceci, parce qu’il possède une croyance que son futur sera plus grand que son passé. C’est une vraie croyance, puisque chaque année il touche toujours plus de prospects. 

Bien que je vous ai donné le conseil de répéter votre légende personnelle très souvent et la faire connaître auprès de vos prospects, évitez de passer du temps à écouter votre propre station radio et à lire votre journal. Sinon, vous risquez de vous enfermer dans votre bulle ce qui nuit évidemment à l’apprentissage.

L’éternel apprenant

La clé si vous voulez éviter de prendre la grosse tête c’est d’adopter la mentalité de l’éternel apprenant. 

Autrement dit, c’est de considérer que toute personne avec qui vous interagissez pourra vous apporter une valeur ajoutée même s’il s’agit d’un débutant dans votre secteur. 

Par exemple, vous êtes un expert de peinture et vous avez un apprenti. Cet apprenti, qui touche le pinceau pour la première fois, possède des notions à vous apprendre. Il peut vous faire retrouver une innocence que vous avez perdue suite à plusieurs années d’expertise et de pratique ou une pédagogie qui est importante. 

Je me permets d’ouvrir une parenthèse sur ce point, parce qu’il peut intensifier considérablement votre pouvoir de persuasion.

Beaucoup d’entrepreneurs, vous en faites certainement parti, sont des experts concernant leur produit/service qu’ils veulent livrer. Experts également dans la façon dont le produit/service est livré par l’entreprise. Par conséquent, ils souffrent d’un problème défini par la malédiction de l’expert.

La malédiction de l’expert

L’expert a toujours du mal à communiquer sa réflexion très fine à un inexpert. 

Si vous avez vu le film Ratatouille, vous remarquez qu’il est très bien réalisé. Le rat Gusteau, expert en cuisine, a un niveau de définition et de précision en exprimant ses sentiments quand il goûte un aliment, mais il n’arrive pas à les transmettre à son ami, l’autre rat. Par conséquent, il se voit isolé dans sa petite bulle. En effet, le niveau de précision et de définition pour l’amateur est beaucoup plus faible que celui d’un expert. 

Vos prospects n’ont pas ce niveau de haute définition que vous avez dans votre perception et votre compréhension. Ces derniers ont un niveau débutant, d’ailleurs s’ils étaient des experts, ils n’auraient pas besoin d’être vos clients. Cela explique le fait que, même un débutant dans votre secteur (généralement il démarre avec beaucoup d’arrogance, je m’inclus moi-même), a toujours des compétences à vous apprendre.

En 2010, quand j’ai lancé ma formation de marketing Séduire Le Client, je comptais parmi mes élèves, un étudiant qui était beaucoup plus connu que moi et qui faisait un chiffre d’affaires plus important que le mien. Il s’agit de Christian Godefroy qui a même écrit un témoignage après avoir assisté à mon séminaire. 

Personnellement, j’ai apprécié l’énergie qu’il avait, la clarté des idées et les concepts qu’il a expliqué. Je ne pourrais pas m’attribuer le mérite du succès de Christian Godefroy, mais le fait qu’un entrepreneur avec 30 années d’expérience soit, non seulement intéressé par mon sujet, mais aussi assiste au séminaire et achète ma formation est vraiment inspirant. 

Ce côté d’être un éternel apprenant, je pense, est un des caractères le plus intéressant pour rester jeune. Cela permet d’anticiper les événements qui peuvent bouleverser votre façon de faire durant les années à venir et également d’être à la pointe.

2 erreurs commises par les entrepreneurs en herbe à éviter

2

J’aimerais vous partager deux erreurs que commettent quasiment tous les entrepreneurs qui débutent. Après avoir accompagné plus de 15 000 clients entrepreneurs dans 35 pays du monde, j’ai constaté que l’entrepreneur en herbe, quand il n’est pas accompagné pour démarrer son activité, a tendance à tomber dans deux extrêmes et à alors se trouver face à un danger qui menace la floraison de son entreprise.

Commençons par la première erreur.

Un produit qui ne s’adresse à personne

Le premier extrême consiste à créer une entreprise qui ne s’adresse à personne. Plus spécifiquement, vous créez une entreprise dont le produit/service s’adresse à une seule personne qui est vous-même ! 

Par exemple, vous êtes passionné de ski et vous décidez, même si vous êtes installé à Marrakech, d’ouvrir une boutique d’accessoires de ski. 

L’exemple peut vous sembler un peu extrême, mais je connais une certaine boutique de vente d’accessoires de pêche basée dans le 17e arrondissement de Paris dans un quartier qui n’a aucune chance de permettre à cette boutique de prospérer. 

Ma prédiction est que cette boutique aura énormément de mal à continuer. 

Cela arrive presque tous les jours, que des entrepreneurs très passionnés ou des personnes qui veulent quitter leurs anciens emplois, se lancent dans un nouveau projet sans avoir réfléchi à qui le produit/service proposé s’adresse.

Un autre exemple, c’est le bar dans lequel j’ai commencé à donner mes cours de Salsa quand j’ai lancé ma première entreprise en 2006. 

Ce bar, situé dans le centre-ville, a choisi, bizarrement, de fermer ces portes pendant les week-ends. En effet, le fondateur du bar qui était un ancien fonctionnaire, voulait juste devenir un barman. Il fermait donc le bar les fins de semaines pour profiter de son temps avec ses amis. 

C’est un extrême, car si vous lancez un projet juste pour vous satisfaire au lieu de chercher à satisfaire la clientèle, vous tomberez dans le piège de n’avoir aucun client.

Voyons maintenant la seconde erreur.

Un produit qui s’adresse à tout le monde !

Le deuxième extrême dans lequel tombe beaucoup d’entrepreneurs, c’est de proposer un produit/service qui s’adresse à tout le monde. 

Si vous lancez votre activité en tant que coach sportif, vous pensez que tout le monde a besoin d’être en meilleure forme physique par conséquent votre service pourra intéresser tout le monde. J’ai une bonne et une mauvaise nouvelle pour vous !

La bonne nouvelle est que vous avez raison. Tout le monde aurait besoin de s’inscrire dans un programme de coaching sportif. 

La mauvaise nouvelle, c’est que vous n’aurez aucun client. 

Dans la prospection, un impératif doit toujours rester à l’esprit des entrepreneurs, c’est la spécification. 

Un coach sportif spécialisé pour les femmes enceintes ou un coach sportif spécialisé dans la remise en forme de jeunes mères après l’accouchement, trouvera plus facilement ses clientes. 

D’une part, il est plus facile de communiquer avec elles en leur expliquant que l’on a compris leurs besoins. D’autre part, on sait alors précisément où aller chercher nos clientes potentielles.

Comment éviter ces deux extrêmes ?

La solution consiste à faire une étude de marché express avant le démarrage de votre activité. 

Cette étude servira à déterminer le profil du client idéal auquel vous voulez vous adresser. 

Ensuite, il est indispensable de personnaliser votre message de vente pour vous adresser à cette catégorie de clients présélectionnés.

Le danger qui menace votre entreprise

Il s’agit d’une prédiction qui va affecter tous les entrepreneurs sur Internet au cours des deux prochaines années. 

Les chefs d’entreprises qui tentent de vendre leurs produits sur Internet ne se rendent pas compte des dangers qui résultent de la concentration exclusive sur une plateforme pour obtenir des résultats. 

Aujourd’hui, cette plateforme, c’est Facebook qui possède également Messenger, Instagram et Whatsapp. 

Toutes ces plateformes appartiennent à Facebook dont l’unique plateforme permettant de faire la publicité sur ces réseaux sociaux, est Facebook Ads. 

Le problème, c’est que l’opportunité de Facebook Ads où vous pouvez acheter des clics publicitaires et des prospects à des prix réduits est connue ! 

Cette technique qui m’a permis de passer de 20 000 abonnés à mes newsletters emails à 500 000, et de 400 fans sur ma page Facebook à 185 000 fans, est devenue un secret de Polichinelle. 

Tout le monde essaye d’intégrer cette plateforme et devenir actif sur les réseaux sociaux. 

Comme le nombre d’emplacements sur lequel Facebook peut diffuser vos publicités est limité, le coût facturé par publicité ne cesse d’augmenter puisqu’il s’agit d’un système d’enchère.

Aujourd’hui, Facebook est en train de nous allécher petit à petit sur de nouveaux produits gratuits, citons Facebook Messenger et Whatsapp Business. Sur ces nouveaux produits, vous serez invité à communiquer avec vos nouveaux clients et à vous assurer que vos clients soient abonnés pour recevoir vos contenus sur ces plateformes. Après une période, vous serez peut-être dans l’obligation de payer ces services afin de garder le contact avec vos clients.

Souvenez-vous que c’était le cas pour les pages Facebook. Autrefois, les 20 000 abonnés organiques sur ma page Facebook regardaient le contenu que je publiais. Avec 185 000 abonnés, si je ne paye pas les frais de sponsorisation de ma page, je risque de diminuer le taux de visionnage de mon contenu. 

C’est pareil pour les groupes Facebook professionnels et Facebook messenger. Je vous avertis avec cette prédiction que la même chose se reproduira certainement avec Whatsapp Business, les outils Instagram et toutes les autres plateformes de réseaux sociaux. 

La solution pour éviter de tomber dans ce piège, c’est de capturer les coordonnées de vos prospects. Vous pourrez alors les utiliser, indépendamment de ces plateformes. Ainsi, vous serez immunisé par rapport aux nouvelles règles et changements que peuvent imposer les plateformes. 

Plus particulièrement, vous évitez de payer le prix fort si les plateformes décident de changer leurs politiques à un moment qui ne vous arrange pas.  

Déterminer la première action qui vous engagera dans votre projet

D

Tout d’abord, il faut choisir une pensée qui peut vous bloquer sur un de vos projets. 

Une fois ce choix effectué, vous pouvez noter la pensée sur une page, en précisant la date du jour ainsi que votre décision. 

Parfois, on peut penser qu’une action que l’on voudrait faire, est peut-être trop compliquée ou trop risquée, ce qui fait que l’on reste dans sa zone de confort. 

Quelle est la première étape si on veut se lancer dans un projet qui nous fait peur ? 

Si on veut se libérer de cette peur, il faut bien faire une action, prendre une décision. 

Aujourd’hui, vous êtes peut-être dans la situation où ce risque ou cette complexité de votre projet vous limite. 

Mon conseil est de trouver quelle serait la toute première étape à effectuer pour débloquer et faire avancer votre projet. 

Parfois, vous pouvez être tétanisé pendant des mois avant d’entamer la toute première étape, qui en fait était vraiment simple. 

À ce moment-là, vous vous rendez compte, que ce n’était pas aussi compliqué que vous ne le pensiez et que vous auriez pu passer à l’action bien plus rapidement. 

Il faut trouver quelle est la toute première action que vous pouvez faire qui est beaucoup moins complexe que votre projet. 

À lire également : 

Quelle est l’action que vous pouvez faire qui vous engage sur les semaines à venir ? 

Vous pouvez vous sentir victime du temps : vous pensez avoir toujours le temps de faire les choses. 

Il faut que vous preniez cette habitude de l’action, une fois que vous serez lancé, vous constaterez que les choses ont tendance à s’accélérer. 

Votre projet va aller plus vite car vous allez commencer à en parler, découvrir de nouvelles ressources dans votre réseau. 

Dès que vous aurez un nouveau contact, une nouvelle idée, ça facilitera l’arrivée d’un autre contact ou d’une autre idée. 

Trouver une partie précise dans votre domaine dans lequel vous pouvez exceller

Vous pensez avoir un temps limité, ne pas être expert dans votre domaine, mais vous voulez tout de même faire en sorte que cela fonctionne. 

Vous devez trouver la toute petite section dans toute l’expertise que vous avez dans votre domaine, dans laquelle vous pouvez décider d’exceller. 

Au lieu d’essayer d’être excellent dans tout ce qui touche à votre métier, il vaut mieux trouver LA chose dans laquelle vous pouvez être le meilleur. 

Cela peut être un détail que personne n’a déjà choisi, un problème auquel vous avez été confronté dans votre vie. Ceci fait, que vous pouvez vous spécialiser dans ce domaine que vous connaissez et que vous pouvez résoudre ce type de problème mieux que personne d’autre. 

Cela peut vous permettre de lancer votre activité. 

Essayez de trouver dans votre domaine tout ce que vous pourriez faire, et de trouver LA particularité dans laquelle vous pourriez être considéré comme expert. 

Savoir où chercher des personnes compétentes

Vous avez parfois l’impression qu’il y a que des personnes incompétentes autour de vous. 

Quand vous décidez de faire une embauche, pour pouvoir déléguer votre travail ou autre,  cette impression fait que vous pensez ne pouvoir embaucher personne de compétent. 

Vous vous retrouvez condamné à rester dans votre bulle. Vous vous sentez limité et vous ne pouvez faire grandir votre projet. 

Si aujourd’hui vous n’êtes pas entouré de personnes très compétentes, c’est que votre cercle est trop petit. 

Vous devriez être à la recherche frénétique de personnes qui sont très pointues dans ce que vous faites. 

Quel que soit votre secteur d’activité, il y a forcément des personnes 10 fois plus compétentes que celles qui vous entourent dans votre réseau actuel. 

Il peut même avoir des personnes plus compétentes que vous et qui pourraient vous inspirer à vous élever dans votre projet. 

L’idéal est de chercher des personnes qui souhaiteraient vous détrôner en compétences. 

Souvent, on a tendance à s’entourer de personnes qui vont suivre sans réfléchir ce que l’on fait. Ce n’est pas du tout ce genre de personnes qu’il faut trouver car elles ne vont pas vous inspirer. 

Si vous êtes dans ce schéma où vous ne trouvez pas de personnes pertinentes et compétentes qui peuvent vous seconder ou vous remplacer, c’est que probablement vous cherchez au mauvais endroit. 

Maintenant, ce que vous pouvez faire, c’est prendre un peu de temps, et prendre une petite décision simple, qui peut être faite dans les jours à venir et qui vous aide à faire un pas en dehors de votre zone de confort pendant un instant. 

Et vous, quelle est la prochaine action que vous allez prendre pour faire avancer et évoluer votre projet ?

Une astuce facile pour éliminer le coup de blues et la déprime

U

Lorsque j’ai démarré mon entreprise en octobre 2007, j’étais très énergique, très enthousiaste et prêt à travailler beaucoup pour que mon projet aboutisse.

Le petit problème c’est que je travaillais toujours devant mon ordinateur et après quelques  années, je me suis rendu compte que j’étais devenu une sorte de reclus. 

Certes, j’avais encore des amis et une vie sociale mais je passais mes journées entières enfermé chez moi, sur Internet, sans jamais voir la lumière naturelle, la lumière du jour. 

Suite à cela, j’ai remarqué que durant les périodes hivernales, j’ai commencé à ressentir de très forts coups de blues. 

Je remettais en question cette décision de créer mon entreprise. Je me demandais si j’avais atteint mon vrai potentiel, si j’étais un bon ami etc. 

Je remettais tout en question, je déprimais, je dormais de très longues nuits et au réveil, je n’avais qu’une seule envie, me recoucher.

Ma compagne m’a alors conseillé de réagir. 

Après des recherches, j’ai appris qu’il existait un syndrome dépressif, affectif, basé sur le manque de soleil lorsque notre corps ne bénéficie pas de suffisamment de lumière et ne sécrète plus assez de vitamine D. 

Dans certains centres qui s’occupent de patients déprimés, l’un des traitements consiste à leur faire prendre le soleil.

J’ai acheté une lampe solaire et je m’exposais trente minutes chaque matin. 

Finalement, à quoi cela servait-il d’utiliser un moyen artificiel alors que le soleil existait ? 

J’ai donc ajouté à ma liste cette habitude de marcher chaque jour au moins cinq minutes à l’air libre. 

Ma vie d’entrepreneur en a été transformée, je me suis senti plus heureux, plus dynamique, plus réveillé, plus motivé. Je ne ressentais plus de coups de blues.

Je me suis également trouvé plus productif. En effet, je devais m’organiser afin de pouvoir sortir. 

Il est nécessaire de limiter vos séquences de temps de travail et de vous donner des temps de pause durant lesquels respirer à l’air libre. 

D’autre part, se trouver dans de grands espaces naturels permet d’augmenter la créativité.

Mon score sur l’application Habit List est de 76 % depuis le début mais j’ai augmenté ces dernières semaines pour atteindre 81 %. Ce résultat signifie que je passe encore un jour par semaine enfermé sans prendre le soleil. Mon objectif est de m’améliorer.

Lorsque nous restons enfermés, nous devenons nerveux, irritables, c’est un véritable phénomène.

Le secret pour multiplier votre créativité en quelques minutes par jour

L

Le professeur Lawrence Katz est une experte du fonctionnement du cerveau, des capacités cognitives et des connexions entre les différentes cellules du cerveau. 

Elle a mené des études extrêmement intéressantes afin de dévoiler quelques mystères du fonctionnement du cerveau. 

Ces recherches ont abouti à une nouvelle compréhension de la baisse de l’efficience intellectuelle.  

Comment l’humain perd progressivement son intelligence ? 

Une ancienne théorie traduit le vieillissement par la mort des neurones qui ne seront pas régénérés. Il semble donc inexorable de perdre graduellement nos capacités intellectuelles.

Les recherches élaborées par Lawrence Katz, affirment que les cellules nerveuses ne meurent pas au cours des années, mais s’affaiblissent et changent de propriétés. 

Par conséquent la théorie de la mort des neurones n’explique pas la perte des capacités cognitives. 

Ce phénomène est dû plutôt à l’absence de communication entre les neurones. 

Autrement dit, les neurones s’éloignent les uns des autres chez les personnes qui ne créent plus suffisamment de nouvelles connexions.

Comment augmenter ses capacités cognitives ?

Une des meilleures façons d’augmenter vos capacités cognitives et devenir plus productif, est d’entretenir la création de nouveaux liens. 

Cela est possible grâce à différentes pratiques. 

J’ai déjà partagé avec vous plusieurs habitudes qui vous permettent de créer de nouveaux schémas neurologues dont l’apprentissage d’une nouvelle langue par exemple

La création d’un nouveau rituel pour changer vos habitudes, vous permettra non seulement de rester mentalement alerte, mais aussi d’augmenter considérablement votre bonheur et votre créativité.

En effet, une activité artistique favorise le développement de vos capacités intellectuelles. 

La pratique ou l’apprentissage d’un art sont les meilleurs remèdes contre la baisse de connexions neuronales. 

Personnellement, j’avais une forte envie de jouer la guitare et de dessiner. J’ai décidé alors de m’inscrire à des cours de guitare. J’ai appris les bases, les accords et les secrets du progrès. Je me suis senti à l’aise et j’ai développé mes compétences. 

J’ai adopté cette expression artistique comme un de mes rituels journaliers. 

Certes, je ne joue pas parfaitement de la guitare et je n’essaie pas de vous donner des leçons magistrales pour vous orienter et influencer vos choix, mais je vous parle du rituel qui m’a permis d’améliorer mon quotidien. 

Bien que la nature de mon travail exige beaucoup de déplacements, j’ai essayé de consacrer du temps pour ce rituel. 

Comme toujours, je suis les progrès de mon habitude sur l’application Habit List. J’ai un score de 42 %, puisque j’arrive à prendre un peu du temps pour jouer de la guitare trois jours par semaine. 

De plus, au-delà des répercussions positives sur la créativité et sur mes capacités neuronales j’ai également appris grâce à cette expérience à m’estimer.

L’apprentissage d’une activité artistique est un moyen de distraction très efficace, qui permet à la fois d’affiner un talent et de régénérer vos capacités intellectuelles.

Osez les nouvelles expériences !

Souvent, l’hésitation et la peur de l’échec vous empêchent de démarrer une nouvelle expérience et de suivre vos passions. 

Je répète sans cesse, qu’il est crucial d’accepter vos lacunes dans un domaine ou un autre et de tolérer votre ignorance. 

Pendant mes formations, je demande toujours à mes élèves de vaincre le sentiment de frustration lorsqu’ils débutent une nouvelle aventure. 

Toutefois, j’ai senti cette frustration lors de mes premiers cours de guitare. Je me suis concentré sur l’avancement pour dépasser cette sensation. J’étais convaincu que petit à petit, je serais capable de jouer n’importe quel morceau. Effectivement, maintenant j’arrive à jouer des morceaux en voyant juste les accords écrits et je partage ces moments avec mes amis pendant nos soirées comme j’ai toujours rêvé.

Ces habitudes créent une vie plus heureuse et un sentiment d’épanouissement. Pensez à adopter une nouvelle habitude artistique. 

Vous pouvez développer un talent abandonné ou oser démarrer une nouvelle expérience et acquérir de nouvelles compétences. 

Débutez par un premier cours d’essai pour franchir le premier pas et vous allez voir que rien que ce premier cours d’essai peut vous apporter beaucoup d’énergie. 

Les activités artistiques jouent un rôle fondamental dans le développement de votre imagination et de votre créativité. A chaque nouvelle activité, de nouveaux liens neuronaux se créent dans votre cerveau, ce qui favorise la plasticité cérébrale. 

À propos de Sébastien

(Le Marketeur Francais : Biographie)Sébastien, surnommé "Le Marketeur Français", est consultant en stratégie marketing, spécialisé dans la croissance explosive des petites entreprises.

/* ]]> */