Résultats de recherche pourfrancais marketeur

Le Marketeur Français

L

Quel entrepreneur êtes-vous ?

Chef de TPE/PME

Découvrez comment des entrepreneurs de tous secteurs ont utilisé mes stratégies pour développer leur activité « hors-ligne » et fidéliser leurs clients. Que vous vendiez des produits ou des services, ces études de cas devraient vous intéresser !

Voir les vidéos

Web-Entrepreneur

Pour faire décoller votre activité sur Internet, il vous faut les stratégies concrètes qui ont fait le succès des leaders actuels du Web. Il se trouve que beaucoup de web-entrepreneurs et blogueurs célèbres d’aujourd’hui, ont atteint cette réussite grâce aux techniques que je leur ai enseignées dans mes formations. Voici des exemples concrets qui peuvent vous inspirer.

Voir les vidéos

Porteur de projet

Vous n’avez pas encore immatriculé votre entreprise, ou fait vos premières ventes ? C’est le moment idéal pour poser votre stratégie et garantir votre succès dès le départ. J’ai aidé des milliers de personnes comme vous à se lancer dans l’aventure de la création d’entreprise. Voici les témoignages de certains d’entre eux, et l’explication détaillée du plan d’action qui leur a permis de faire un carton.

Voir les vidéos

Je suis l’auteur du livre Le Secret des Entrepreneurs Libres : Réalisez Vos Rêves Avec Un Système Marketing Simple Et Concret, Qui Fidélise Vos Clients Et Vend Vos Produits 24h/24 !

Recevez le livre chez vous

Recruter vos partenaires et affiliés : les conseils du Marketeur Français et de Zico Kiaxx

R
Un Partenariat stratégique réussi peut se définir comme un échange gagnant/gagnant.
Un Partenariat stratégique réussi peut se définir comme un échange gagnant/gagnant.

Gagner en visibilité et alimenter sa liste de contacts en un temps record, voici ce permet le Partenariat stratégique, une méthode dont parle souvent Sébastien, Le Marketeur Fançais.

Cette méthode est un des outils-clefs de l’entrepreneur, coach et consultant Zico Kiaxx. Un Partenariat stratégique réussi peut se définir comme un échange gagnant/gagnant/gagnant.

Dans ce séminaire vidéo dirigé par Sébastien Le Marketeur français, Kiaxx nous livre ses conseils pour recruter partenaires et affiliés et mettre son entreprise sur les devants de la scène.
Voyons les éléments-clefs à retenir de leurs conseils !

(suite…)

Sujets abordés dans cet article :

le marketeur francais

Pourquoi « Le Marketeur Français ? »

P

« Bonjour, je m’appelle Sébastien, et je suis Le Marketeur Français ».

C’est ainsi que je commence chacune de mes interventions dans les séminaires marketing auxquels je participe aux Etats-Unis. (Hi, My name is Sebastien, and I’m the French Marketer)

En Français, cela peut paraître un peu présomptueux de m’accaparer ce titre – LE marketeur, mais sur la scène internationale il faut bien avouer que la France est extrêmement peu représentée… Au point que Frank Kern, Jeff Walker, Andy Jenkins, et la plupart des célébrités du Marketing Internet en sont venus à simplement m’appeler « The French Marketer ».

J’ai donc gardé le surnom.

Il y a une deuxième raison qui m’a poussé à conserver ce titre provocateur :

IL N’Y A QUE TRES PEU DE BLOGS FRANCAIS SUR LE MARKETING… ECRITS PAR DES MARKETEURS.

Depuis 3 ans, je me suis occupé de mes projets et de mon entreprise en m’intéressant presque uniquement au marketing « à l’américaine ». Je suis allé à la rencontre de phénomènes tels que Frank Kern, John Reese, Tony Robbins, Mike Filsaime, Andy Jenkins… dans le but de comprendre ce magnifique mystère qu’est le marketing.

Puis, il y a quelques mois de cela, je me suis demandé s’il y avait aussi des experts français à étudier.

La plupart des blogs que j’ai rencontrés sur le Web Français m’ont beaucoup surpris. Soit il s’agit simplement de blogs hobbies, qui se contentent de relayer le dernier « buzz » des grandes marques… soit de blogs personnels, dont l’auteur semble passionné par le marketing, mais ne semble pas du tout l’utiliser au quotidien.

Pas de stratégie, pas de capture d’information prospect, pas de campagne suivie, pas de produit à vendre…

Sur certains de ces sites, j’ai retrouvé des posts datant de 2007 (!) où l’auteur annonce son objectif de « monétiser » l’audience du blog… et 3 ans plus tard, la seule « monétisation » présente est basée sur de la publicité Adsense.

J’aimerais proposer une autre voie.

Je n’ai pas la prétention de critiquer, d’attaquer qui que ce soit, je souhaite simplement partager des conseils marketing issus non pas de mes lectures, mais de mon expérience et des cas d’étude que j’ai vus de mes yeux dans mon propre business, et dans les entreprises de mes mentors.

Et j’espère bien que blogger sur le sujet me donnera la possibilité de rencontrer d’autres blogueurs, passionnés par le marketing et à l’esprit ouvert, que ma recherche Google ne m’avait pas permis de croiser.

Bienvenue sur le site du Marketeur Français !

Sujets abordés dans cet article :

le marketer, le marketeur francais, Le marketer, le marketeur français, le marketer, le marketer, sebastien le marketeur francais, marketer francais, le marketeur francais blog, le marketeur français

Marketeur : vendre sur Internet ou construire un business ?

M

Cet article est le premier d’une série où vous allez apprendre comment multiplier le chiffre d’affaires de votre marketing web ou hors-ligne.

Quelque soit votre « étiquette » – entrepreneur, blogueur, association caritative, webmaster… la seule activité qui met du pain sur votre table, c’est le marketing.

Rien ne se passe tant qu’aucune vente n’a eu lieu. Tant que vous ne vendez pas, votre loyer n’est pas payé, vos factures restent en attente, vos enfants meurent de faim et votre femme vous regarde d’un oeil accusateur.

Mais avant de partager avec vous des techniques concrètes pour augmenter votre chiffre d’affaires, je vais faire une distinction.
Aux Etats-Unis, une véritable communauté s’est formée sous la bannière du « Marketing Internet. » Des dizaines de milliers d’Américains suivent ce nouveau rêve en s’inscrivant sur des forums et en se donnant le titre de « Marketeurs Internet. » Mon mentor Frank Kern vient même d’accepter de participer à un film documentaire (« Add to Cart » ) sur cette communauté.

Et ce phénomène de mode va sans doute arriver en France dans les 2 prochaines années. On lui donnera peut-être le titre d’infopreneur ou de web-entrepreneur.

Malheureusement,

Le « Marketing Internet » ça n’existe pas.
Malgré tous les gadgets, le jargon « 2.0  » et le buzz sur ce nouvel Eldorado…
Un Marketeur WEB c’est un Marketeur amputé de son véritable potentiel.

Si vous vous définissez comme "Marketeur Internet", alors vous êtes un peu comme l'homme de la photo : vous êtes amputé de vos vraies capacités, mais fier d'avoir des jambes électroniques "2.0".

La base du marketing est simple :  trouver un Média adapté pour communiquer avec le Marché, et y diffuser un Message de vente.

Les progrès offerts par le marketing « sur Internet »

Internet a permis d’ouvrir de nouveaux espaces de communication : résultats des moteurs de recherche, sites Web, email, Facebook.
Internet a aussi donné à des Marchés la masse critique qui empêchait auparavant de les rendre rentables. C’est le phénomène de la « longue traîne » – il n’y a peut-être qu’une personne sur 1 000 dans votre ville qui soit intéressée par le tressage subaquatique de paniers en osier, mais cette proportion sur les 20 millions d’internautes Français donne un Marché potentiel de 20 000 prospects.

Les dangers du marketing « sur Internet »

Si vous vous définissez comme « web-entrepreneur », ou marketeur Internet, vous limitez à la fois vos résultats actuels et votre réussite à long terme.

  1. En n’utilisant qu’un seul média comme unique source de prospects, vous vous fermez l’accès à des millions de prospects qui n’utilisent pas Internet pour faire leurs achats (même s’ils sont en ligne, même s’ils voient votre vidéo). 40% des Internautes restent méfiants face aux achats en ligne.
  2. En n’utilisant qu’un seul mode de paiement en ligne, vous fermez instantanément votre processus d’achat à des pays entiers ou de larges tranches de la population. Si vous utilisez uniquement Paypal, vous pourriez doubler votre chiffre d’affaires en possédant une plus large plate-forme de paiement comme Paybox. Je l’ai vu de mes yeux en 2009 sur l’une de mes activités. Si vous n’acceptez pas les chèques, vous pouvez augmenter de 10% au moins vos commandes en acceptant ce mode de paiement – et beaucoup plus si vous vous adressez à des prospects peu habitués au commerce en ligne : population non citadine, ou plus de 35 ans.
  3. En n’utilisant qu’un mode de contact de vos prospects (l’e-mail) vous perdez un volume incroyable de ventes additionnelles. 80% de vos clients et prospects ignorent vos emails. Ce ne sera pas le cas avec une campagne postale ou téléphonique bien orchestrée.

Le dernier risque que vous courez :
Qu’allez-vous devenir quand il n’y aura plus d’Internet ?

…Je plaisante bien sûr ! Internet ne disparaîtra pas du jour au lendemain. Tout comme le démarchage porte-à-porte et le Minitel, c’est un support de vente qui est là pour durer.

Mais plus sérieusement, quelle est la viabilité de votre business Internet face à une défaillance d’un des maillons de votre chaîne :

  • Que se passe-t-il si vous n’êtes plus positionné dans Google ?
  • Que se passe-t-il si votre compte Adwords est fermé ? Ou si Clickbank ferme ses portes en Europe ? Ou si aWeber met les clefs sous la porte ?
  • Que se passe-t-il si une nouvelle législation vous empêche de contacter vos prospects par email ?

Voici comment entrer dans la cour des grands, si vous voulez réellement atteindre votre potentiel en tant que marketeur.

Votre première étape est de vous protéger des points critiques de défaillance :

  • Toujours posséder une sauvegarde récente de vos données (bases de données, fichiers sources de vos sites, listes de contacts, prospects et clients)
  • Obtenir de vos clients les moyens de les contacter via plusieurs modes de communication : email, téléphone, et adresse postale.
  • Diversifier vos lieux de présence : être présent dans la presse avec une stratégie média, et expérimenter de nouveaux moyens de promotion – magazines, spots radios, ride-along avec les produits de vos concurrents.

Votre seconde étape : créer un effet de levier.

Pour développer de façon explosive votre chiffre d’affaires, il faut :

  1. Augmenter le nombre de clients,
  2. Augmenter le panier moyen par client,
  3. Augmenter la durée d’activité de vos clients et la fréquence de leurs achats.

Le meilleur moyen de progresser sur ces 3 axes est d’utiliser un Lancement Orchestré pour vos produits, mais il existe d’autres stratégies que je vais aussi présenter sur le site Le Marketeur Français.

Je vais développer dans les prochains articles des tactiques concrètes pour développer vos ventes en utilisant ces 3 pistes – sur Internet ET dans le « monde réel ».

En attendant, j’insiste sur le message principal de cet article :

Vous devez construire votre business sur Internet comme une véritable entreprise, si vous voulez réellement maximiser le résultat de vos efforts et courir le moins possible de risques sur le long terme.

Si vous souhaitez recevoir davantage de conseils pour vendre sur Internet, cliquez ici et indiquez-moi simplement à quelle adresse je dois vous les envoyer.

Sujets abordés dans cet article :

Warrior forum, Doubler son chiffre d'affaires sur internet, frank kern, technique pour augmenter le chiffre d\affaire, comment vendre sur web par la strategie de marketing, comment passer de marketeur a marketeur web, peut- on vendre une avec la stratégie, les technique pour augmenter le chiffre d\affaire, marketeur internet, procédé pour vendre sur internet çàà

Ouf… le web français se professionalise

O

Est-ce que le monde du blogging en France va évoluer au cours des 2-3 années à venir, et se professionaliser ?

Je viens de lire un article très intéressant sur Read Me I’m Famous, et c’est ce que l’auteur, Aurélien, semble penser.

Après avoir fait un peu le tour des blogs français sur l’entrepreneuriat et le développement personnel, mon avis est plutôt mitigé.

D’un côté, je reste convaincu que le blogging, en soi,  est un mauvais modèle économique :

  • Le flux d’entrée (le traffic) est limité, si le bloggeur ne fait appel qu’à des sources de traffic gratuit, ce qui est le cas pour 99% d’entre eux. Sans utiliser le PPC, l’affiliation au CPA ou une stratégie presse, les blogueurs se retrouvent à brasser le même traffic « recyclé » entre eux. Or si ce modèle (échanger du traffic) fonctionne très bien pour les marketeurs à grand succès, c’est parce que chacun profite des efforts des autres pour toucher du traffic « neuf ». Cela ne fonctionne que si chaque acteur du marché a sa propre stratégie traffic.
  • Les blogs (dans leur design par défaut) font partie des sites internet les moins efficaces. L’usabilité (en termes de marketing) d’un blog est très limitée, tout simplement parce qu’il y a trop de choses à faire sur un blog, trop de distractions – laisser un commentaire, faire un trackback, cliquer sur le lien dans l’article, revenir à l’accueil, aller voir le blogroll, lancer une recherche,changer de catégorie… le blogueur ne maîtrise absolument pas le trajet du visiteur sur son site – sauf dans le cas de très rares blogs très épurés, comme Blogueur Pro, celui d’Olivier Roland (qui mériterait tout de même d’être organisé selon un parcours d’apprentissage).
  • Et beaucoup d’autres raisons, selon moi, font du blog un système limité. Comme par exemple le fait que les blogueurs ont une très mauvaise répartition de leur activité, si on se penche sur ces efforts en jetant un oeil au « 80/20 ». J’y reviendrai certainement plus tard.

Mais d’un autre côté, il faut reconnaître un trait de caractère très particulier à notre blogosphère française : ses membres sont très soudés ET semblent ouverts à utiliser des méthodes nouvelles si elles ont fait leurs preuves.

Il y a quelques mois, j’ai dû lutter contre un certain blogueur pour lui démontrer qu’il devait mettre un formulaire d’inscription à sa newsletter en « lightbox » sur son site (autrement dit, l’afficher par-dessus le blog, forçant les visiteurs à faire le choix entre s’inscrire, ou fermer la lightbox pour voir le site). J’ai argumenté, râlé, tempêté, câjolé, usé des pires chantages et même secrètement jeté un sort vaudou à son site,pour qu’il accepte de faire l’essai.

A ce moment précis, j’étais convaincu  qu’on ne verrait jamais ce type de formulaire apparaître sur les autres blogs francophones… J’ai été plaisamment surpris – apparemment, le succès de cette méthode a fait des émules, et les blogueurs sont maintenant nombreux à disposer d’un embryon de mailing list pour communiquer sur leurs nouveaux articles.

A mon avis, c’est là que va se jouer le futur de la blogosphère « professionnelle » française :

  • Le développement de nouvelles sources de traffic,
  • et la véritable utilisation du pouvoir de l’email (pas de twitter, pas de facebook. mais c’est un autre débat)

Sujets abordés dans cet article :

read me im famous, readme im famous, read me im famous, les blogs avenir, readmeiam famous, read me i famous, avenir des blogs, read me I am famous, l\avenir du blog, aweber marketing

Les étapes à suivre pour lancer un blog

L

Pour vous aider à trouver la voix unique de votre blog, j’aimerais partager avec vous l’exemple de Roxana Hersans pour vous donner un cas concret et vous aider à mieux comprendre l’importance de chaque étapes.

Pour récapituler, Roxana est dans la phase de conception d’un blog professionnel. Elle a besoin de définir sa stratégie avant de se lancer. Elle propose des programmes de coaching personnalisés dans le domaine de la nutrition. Initialement, ses programmes seront surtout privés, mais elle pense à créer prochainement des programmes de groupe via des webinaires. Roxana souhaite également développer une activité en ligne et vendre un service nutritionnel très ciblé sur son blog.  

Découvrons ensemble les étapes à suivre pour lancer un blog qui vous ressemble.

Choisissez la langue de votre blog 

Roxana a passé une période en Angleterre où elle a formé une petite base de clients. Pour satisfaire cette audience, elle a opté pour un blog en anglais avec une thématique assez générale. Par contre, elle envisage que son blog en français soit plus ciblé.

Il est possible d’avoir plusieurs blogs avec des langues différentes. En revanche, il est quasi impossible de réussir tous ses blogs. J’ai eu l’occasion de discuter ce point avec des blogueurs qui vendent des produits d’information ou d’autres types de produits sur leurs blogs. Pratiquement tous ces blogueurs ont démarré plusieurs blogs, mais personne n’a réussi à rentabiliser tous ses blogs simultanément ou dans la même année. En effet, à partir du moment où vous avez un projet qui décolle, vous devez vous focaliser sur ce dernier et vous n’avez donc pas le temps pour plusieurs projets en parallèle. Pour éviter le gaspillage de temps, privilégiez le marché qui vous permettra de décoller le plus rapidement grâce aux ressources dont vous disposez.

Quand j’ai découvert toutes les alternatives possibles pour lancer un produit d’information, j’ai choisi de faire formations en marketing. Mais à l’époque, j’ai réalisé que je n’avais pas encore assez de recul pour démarrer ce projet dans l’immédiat. De plus, je sentais que j’avais davantage de ressources pour continuer mon activité de coaching en séduction. Par conséquent, j’ai décidé de développer cette activité et acquérir de nouvelles compétences dans le domaine du marketing avant de faire la transition.

Privilégiez le marché rentable

Pour éviter la dispersion d’efforts, Roxana a décidé de développer son blog en français en partageant des articles, en créant du contenu et en publiant ses offres de coaching. 

Quant au blog en anglais, il servira pour une plateforme sur laquelle elle partagera ses produits/services.

Il ne s’agit donc pas d’abandonner l’idée de lancer plusieurs blogs avec des langues différentes, mais de repérer le marché le plus rentable. Le développement de ce dernier doit être la priorité.

Il est recommandé d’avoir comme objectif d’élargir à d’autres marchés une fois que vous réussissez à gagner votre part du marché actuel.      

Évaluez votre unicité

Afin d’attirer vos prospects, il est indispensable d’apporter un produit/service unique.

L’approche de Roxana est différente. Elle n’exige pas de restrictions dans son régime et elle est ouverte pour recevoir toutes personnes intéressées par son service. Les solutions proposées par Roxana sont adaptées en fonction du mental de ses clients et les efforts qu’ils sont prêts à fournir. 

En effet, elle propose à travers son programme de coaching, des solutions minceurs à court terme à ses clients et elle les invite à se préparer pour des objectifs à long terme d’une façon très fluide et sans jugement.

Cette approche est valide, mais elle n’est pas définie d’une façon assez tranchée et synthétique.

L’idée qu’elle a mise en avant, consiste à s’opposer à la notion classique du régime et d’éliminer les restrictions de certains aliments, comme le sucre ou les féculents. Ainsi, elle évite que les clients soient frustrés, au moment où elle brisera tous les mythes relatifs à la nutrition.

Préparez la liste des mythes à abattre

Ces mythes, à abattre sont par exemple :

  • Certains aliments sont bons et d’autres sont mauvais ;
  • Il faut absolument éviter certains aliments ;
  • Il est crucial de faire des exercices sportifs difficiles ;
  • Il faut absolument manger des aliments particuliers pour mincir ;
  • Il faut apprendre à se priver ;
  • L’amincissement est une lutte forcenée contre soi-même.

Il est essentiel de faire la liste des idées reçues à abattre afin de définir les idées ennemies auxquelles vous devez vous attaquer.

Ces mythes vous permettront de définir vos croyances clés que vous défendrez sur votre site à travers vos articles et votre contenu.   

Quand un prospect s’inscrit sur mon site de conseils amoureux pour les hommes célibataires, le premier article qu’il reçoit par email, c’est : peut-on séduire 100 % des femmes qu’on aborde ?

Dans mon secteur d’activité très particulier qui s’appelle la communauté de séduction, il y a la légende qui affirme que si vous êtes un séducteur parfait vous pouvez aborder n’importe quelle fille. C’est donc la première idée reçue à laquelle je m’attaque.

Définissez votre produit/service

Le blog de Roxana ne portera pas exclusivement sur ces mythes, mais également sur le fait d’introduire une nouvelle notion : l’importance du plaisir.

Il est évident qu’elle évoquera des sujets relatifs à la nutrition comme c’est sa passion, mais l’idée principale est de cultiver le plaisir et la joie sans parler directement de développement personnel. 

Roxana a un état d’esprit d’entrepreneur qui l’a poussé à penser à un service qui peut apporter une valeur ajoutée aux clients et se démarquer.

Sauf que, l’entrepreneur rame jusqu’à ce qu’il change l’état d’esprit au moins quand il parle de son produit/service pour un état d’esprit de marketeur. Dans cet état d’esprit, vous ne parlez plus de vous-même mais plutôt de vos clients.

Une de techniques que vous devez apprendre à faire, consiste à vous mettre à la place de votre futur client et répondre à la question suivante : quel est le problème de votre client et comment vous pouvez le résoudre ?

Une illustration de ce dilemme. Je suis convaincu que pour résoudre un problème il est indispensable de disposer d’une démarche de développement personnel, de se sentir bien dans sa peau et de s’amuser au quotidien. Cependant, je n’aurais pas eu de succès avec un coaching sur le marché de la séduction ou le marché du marketing en proposant la solution miracle pour se sentir bien. La raison à cela est simple. Mon prospect dans le programme du coaching en séduction cherche une copine ou une femme.

Pour le cas du coaching minceur de Roxana, elle propose comme solution pour le problème d’excès de poids par exemple, l’idée de s’accepter afin de réussir un régime et un changement d’habitudes. Or, le prospect ne sera pas intéressé par cette solution tant que Roxana n’aura pas montré qu’elle a bien compris son problème. Pour cette raison, il est fondamental de vous mettre à la place de votre prospect et de définir ses problèmes et ses frustrations.

Par exemple, Roxana définit son prospect comme : une personne qui a des envies incontrôlables de manger et qui a déjà essayé des régimes miracles sans succès. Son prospect pense qu’il doit atteindre un certain poids idéal pour se sentir bien ou un corps parfait pour plaire à quelqu’un d’autre. Cette personne n’est plus capable de trouver le plaisir quand elle mange et perds la joie dans sa vie.   

Définir avec précision son prospect permet de s’adresser à lui de la meilleure façon.

Quand devriez-vous parler de vos projets ?

Q

Aujourd’hui, j’aimerais vous parler d’une question cruciale que vous vous posez quand vous lancez un nouveau projet, une nouvelle entreprise ou un nouveau produit/service : à quel moment devriez-vous commencer à en parler autour de vous dans le but de trouver des associés, obtenir des retours, avoir des investisseurs ou pour sensibiliser vos nouveaux clients ?

Cette question est épineuse parce qu’elle peut poser deux problèmes :

La peur d’être copié

Le premier problème est le plus répandu chez les 10 000 entrepreneurs que j’ai accompagné dans 35 pays. Il s’agit de la peur d’être copié. 

Généralement, avant de lancer un produit/service sur le marché, vous pouvez parler de ces caractéristiques dans le cadre d’une campagne publicitaire. Mais, vous risquez qu’un concurrent crée le prototype et mette son produit en vente avant même que vous finalisiez la conception de votre produit.

Cette question est relativement valide de nos jours. Il existe des sociétés qui observent si vous faites un projet de financement collaboratif sur des sites comme Kickstarter ou Windigogo. Une fois que ces projets ont du succès, ces sociétés produisent des contrefaçons avant le lancement du vrai produit dont le prototype était présenté sur les plateformes mentionnées.

Aujourd’hui avec les imprimantes 3D qui sont extrêmement perfectionnées et les produits d’information faciles à réaliser, le risque du plagiat a augmenté. 

Je me souviens, quand j’ai fait le Lancement Orchestré de la salle de formation de David Jay. En 2001, j’ai aidé David Jay un orthophoniste à lancer sa formation vidéo : Conseils en marketing. En l’espace de quelques jours, entre le partage d’une vidéo d’introduction et le lancement de la formation de David, un site russe présentait la même vidéo en reprenant tous les détails de la vidéo originale traduit en russe. 

David Jay a alors décidé de rencontrer ce russe parce qu’il avait une vitesse d’exécution assez impressionnante. 

Si vous avez peur d’être copié, c’est tout à fait légitime. Cette peur est justifiée et elle est votre pire ennemie. 

Si vous réalisez un produit/service qui risque d’être copié et si votre façon de parler est tellement fragile que les plagiaires peuvent vous dépasser, pensez à proposer un autre produit. 

Une solution pour éviter le plagiat, consiste à lancer un produit qui vous passionne. Les plagiaires n’ont pas la même passion que vous avez et par la suite, ils n’auront pas la longévité que vous aurez.

Évidemment, quand j’ai voulu lancer Le Marketeur Français, j’ai participé à une conférence et je ne savais pas encore sous quel nom j’allais lancer cet institut de formation Business to Business. J’avais juste mon activité de coaching de séduction et mon ancienne école de Salsa. 

J’ai testé des noms pour cette nouvelle activité dans un séminaire de Jeff Walker. Pendant ce séminaire, en discutant pour trouver un nom pour cette activité, un de participants m’a proposé le nom du Marketeur Français comme j’étais le seul français à ce moment-là qui s’intéressait au marketing. J’ai apprécié l’idée et j’ai adopté ce nom. 

Ensuite, à la conférence d’après à laquelle j’ai participé qui parlait du marketing, je me suis présenté au public en tant que Le Marketeur Français. Après une courte durée, il y avait le marketeur belge, le marketeur africain et le marketeur québécois qui ont disparu rapidement.

Cette anecdote, pour vous dire que même une idée originale peut être copiée, mais les plagiaires lâcheront l’affaire rapidement. 

Retenez que les entreprises qui copient identiquement vos produits et votre stratégie ne sont pas vos concurrents.

Quand est-ce qu’on doit parler de son projet ?         

Si vous réussissez à surpasser la peur de parler de votre idée, je vous annonce que c’est le premier écueil. Par contre, si vous n’osez pas parler de votre produit/service, vous risquez de vous trouver paniqué. Au moment où vous sortez avec votre idée, des années plus tard, vous êtes alors déçu. 

Pourquoi ? Pour la simple raison, que vous n’étiez pas à l’écoute de votre marché et vous avez créé un produit dont personne n’a besoin. Donc, vous découvrez que vous avez gaspillé votre temps. 

D’un autre côté, il est impératif de se méfier d’un autre piège : si vous parlez constamment de votre projet, vous créerez l’illusion du progrès.

L’illusion du progrès

Un vrai phénomène scientifiquement prouvé, explique que les personnes qui parlent tout le temps de leurs futurs projets, auront la même sécrétion d’endorphine, hormone du bonheur, que les personnes qui avancent réellement sur leurs projets. 

Les chercheurs ont prouvé que les personnes qui n’arrivent pas à parler de leurs idées auront statistiquement des résultats moins bons que ceux des personnes qui ont demandé des retours à des moments clés et avancent sur leurs projets. 

Vous pouvez remarquer les deux pièges sous deux angles différents : si vous ne parlez pas de votre produit, vous risquez de lancer un produit inutile sur le marché. 

D’autre part, si vous abusez, vous créez l’illusion du progrès. 

Afin de trouver le juste-milieu, au moment où vous avez une idée extrêmement brillante, commencez à la décrire à vous-même.   

Décrire l’idée à vous-même

Pensez à décrire l’idée à vous-même. L’idée doit être détaillée et claire.

Vous est-il déjà arrivé de vous réveiller le matin avec une idée de génie ?

Quelques minutes plus tard, quand vous êtes bien réveillé et que vous y repensez ou vous essayez de la noter, vous constatez que l’idée n’est pas aussi inspirante que ce que vous croyez. En effet, le cerveau humain au moment du réveil n’a pas les mêmes capacités d’analyses qu’en temps normal.    

La première étape du processus de partage de la préparation du lancement, c’est de vous convaincre vous-même. 

Pour ce faire, je vous recommande un outil qui va vous permettra de formaliser vos idées : la fiche impact.   

La fiche impact

C’est un des outils le plus phénoménaux que j’ai connu grâce de mon coach Dan Sullivan. 

Après avoir décrit l’idée à vous-même, il est temps de lancer des conversations avec des personnes de confiance. Il ne s’agit pas d’un engagement public, mais tout simplement de discuter avec des personnes de confiance afin de clarifier vos idées, échanger des avis et recevoir des critiques constructives. 

Essayez de trouver des personnes équilibrées de votre encourage et évitez deux catégories : les personnes qui voient le mal partout, et celles qui acceptent toutes les idées sans exception. 

Cela nous mène vers un autre outil dont je parle régulièrement qui est le MasterMind.

Le MasterMind    

Ce sont des groupes de personnes qui nous permettent d’échanger des soutiens positifs et d’obtenir des retours constructifs. 

J’ai détaillé le principe du MasterMind dans mon livre Le secret des Entrepreneurs Libres.

Une fois, que vous avez collecté les retours, vous devez avancer. 

Il est possible de parler de votre projet au grand public, quand vous franchissez des étapes clés.

Les étapes clés

En franchissant ces étapes vous serez la référence sur ce produit/service et vous garantissez que votre idée existe et flotte dans l’esprit collectif. 

A ce stade, il est possible de parler de vos projets, à condition que vous ne dévoilez pas votre nom de marque avant de le déposer à votre Institut nationale de propriété intellectuelle. En France c’est l’INPI.

L’INPI   

Déposez votre nom de marque dans les domaines concernés. 

Si vous comptez lancer un produit de beauté vous pouvez le déposer dans produits cosmétiques, produits de beauté et produits du quotidien par exemple. Par la suite, vous devez enregistrer votre nom de marque. Ainsi, vous possédez votre nom de marque et personne d’autre n’aura le droit de l’utiliser. Si vous ignorez cette étape, vous risquez que votre nom soit réservé avant de le faire vous-même.

Il est indispensable de parler de votre produit à tous les moments clés du projet. Ainsi, vous attirez autour de vous les investisseurs, les partenaires, les fournisseurs, les prestataires et les clients potentiels. 

Cette stratégie est efficace également pour impliquer toutes les personnes concernées et collecter les retours au bon moment. 

Comme résultat, vous lancez un produit fini qui répond à leurs attentes, et en même temps il est déjà connu sur le marché. C’est ainsi que votre produit connaîtra le succès au moment où il sortira.

Le secret pour bien démarrer votre blog

L

Dans cet article, je vais vous expliquer comment démarrer votre blog de la meilleure façon possible en utilisant la stratégie BCPV. 

La nomenclature de la stratégie BCPV est issue de l’abréviation de différents ingrédients fondamentaux de cette stratégie : le Blog, le Contenu, le Partenariat et les Ventes. 

Je vais définir cette stratégie en expliquant ses différentes parties et comment les exploiter pour démarrer votre blog.

Un site Web ou un Blog ?

Première question qui revient très fréquemment : est-ce que vous devriez avoir un site Internet ou un blog ? 

Personnellement, ma solution préférée, c’est d’avoir une page, aperçue comme étant un site Internet par vos prospects, gérée par un outil de blog. 

Un exemple concret, j’ai un site qui s’intitule Seduction By Night pour vendre des ateliers de séduction. Sur la page d’accueil de ce site, vous retrouvez une petite présentation au sujet de la drague, les témoignages et les messages de remerciement des clients, les cours en vidéos et un formulaire pour l’inscription à la newsletter. C’est un site classique qui vend des services, à savoir des séminaires et un produit physique qui est le DVD. 

La structure de cette page est semblable à celle d’un site classique, mais est réalisée à partir d’un outil de blog : WordPress. 

D’ailleurs, je vous recommande vivement cet outil quand vous démarrez votre blog, c’est l’outil le plus complet et le plus facile à utiliser. 

Donc ma recommandation, c’est de commencer par un blog et vous y insérez les éléments d’un site classique : la page d’accueil et les pages statiques. 

Reprenons l’exemple du site Seduction By Night, sur lequel j’ai distingué la page d’accueil des autres pages du blog. 

Je vous recommande d’utiliser des outils comme WordPress plutôt que d’autres outils conseillés habituellement comme les sites Builders ou Joomla, pour la simple raison que ces outils qui servent à créer des sites sont vraiment des usines à gaz. 

La majorité des entreprises n’ont pas besoin de beaucoup de pages et de différentes rubriques surtout s’il ne s’agit pas d’un site d’e-commerce.

Tout ce dont vous avez besoin pour lancer votre blog :

  • Une page d’accueil ;
  • Quelques pages statiques ;
  • Une page avec vos conditions générales et mentions légales ;
  • Une page qui vend votre produit phare ;        
  • Les éléments essentiels que vous devez mettre en place sur votre blog ;
  • Une page qui propose une inscription à la newsletter ;

Comment configurer la page d’accueil ?

Sur votre page d’accueil, vous choisissez si vous voulez afficher les derniers articles ou une page statique. 

Sur mon site Le Marketeur Français, je ne suis pas mon propre conseil, ma page d’accueil liste les derniers articles. La raison est qu’il est en cours de refonte et aussi parce qu’à la racine du site Le Marketeur Français, il y a une page statique comme il y avait un test technique mis en place sur le blog. 

Toutefois, le paramétrage optimal, c’est de configurer une page d’accueil statique qui présente ce que vous faites. Ensuite, vous créez une page vierge qui servira uniquement à représenter la page d’actualités qui aura la liste de vos derniers articles. 

J’ai consacré cette page dans mon site Le Marketeur Français pour présenter mes activités, mes services en tant que consultant pour les Lancements Orchestrés, les conditions nécessaires et le formulaire de contact.

Il est crucial que votre page d’accueil ait un but. D’une façon générale, ce but consiste à captiver le prospect. Cette page a comme rôle, d’inciter les visiteurs à insérer leurs coordonnées. La vente du produit est éventuellement parmi les buts de la page d’accueil.  

Sur la page d’accueil, il est indispensable d’insérer au moins un appel à l’action. Il est préférable de formuler cet appel à l’action d’une façon appropriée à chaque page afin de traduire l’objectif de votre page d’accueil.   

Comment concevoir un blog ?

Le premier critère essentiel dans la conception de votre blog consiste à la lisibilité. Erreur commise sur mon blog Seduction By Night, d’opter pour un fond noir avec une écriture blanche. Je recommande d’éviter ce choix de couleurs inversées parce qu’il rend votre contenu illisible. En revanche, une écriture de couleur foncée sur un fond clair est le meilleur choix à adopter pour la conception de votre blog. 

Pensez également à créer une charte graphique qui vous démarque des autres sites de votre secteur. En se basant sur les modèles existants pour créer votre site, vous créez la confusion à l’esprit du prospect. D’autre part, en copiant la conception d’un autre site, votre prospect vous jugera indigne de la confiance, particulièrement si ce site est proche de votre secteur d’activité.

De quoi allez-vous parler ?  

L’étape suivante consiste à développer votre plan d’attaque afin de définir les sujets qui seront abordés sur votre blog. 

À l’avance, je vous recommande de déterminer votre produit/service que vous voulez vendre. Certaines formations traitent ce sujet, citons Blogueur Pro d’Olivier Roland et Bloguer et gagner d’Aurélien Amacker. 

Sinon, si vous êtes membre de Séduire Le Client, vous aurez une formation vidéo concernant le blogging qui répond à ce type de questions.  

Ce sont les éléments de base indispensables pour le démarrage d’un blog qui vous servira de plateforme par la suite pour appliquer la stratégie BCPV. 

Comment se différencier sur le Web ?

C

Sur Internet, vous avez sans doute constaté que votre site n’est pas le seul de votre secteur. Il peut donc être utile d’agir pour vous différencier afin que les gens se souviennent du nom de votre site, reviennent et sachent ce qu’ils ont à y gagner plutôt que de choisir des sites concurrents.

Un de mes amis Américains, William Hudson O’Hanlon, thérapeute, auteur de plus d’une trentaine de livres vendus à des centaines de milliers d’exemplaires, a écrit un ouvrage qui, pour moi, résume très bien la réponse à la question de cette différenciation. Son titre est Do one thing different qui peut se traduire de deux façons car il existe une ambigüité en anglais :

  • Faites une chose différemment

Dans votre stratégie marketing, d’un point de vue communication, quel facteur pouvez-vous altérer qui soit différent de votre concurrence ? 

Personnellement, ce que j’ai réalisé différemment dans mon activité de coaching en séduction, a été d’être le premier à fournir des conseils gratuitement et à oser partager mon expérience. Tous les autres coachs proposaient uniquement du contenu payant. 

Aujourd’hui, beaucoup de gens procèdent de cette façon et vous ne pourrez pas vous différencier ainsi sauf si vous travailler dans certains secteurs. 

Quand tout le monde a commencé à publier du contenu gratuit, j’ai décidé de poster des vidéos et j’étais une fois encore le premier.

  • Faites une chose différente

Que pouvez-vous créer chaque jour dans votre activité qui soit réellement différent de ce que font les autres ?

Prenons l’exemple de quelqu’un qui crée et vend des bijoux. Il doit se différencier dans le positionnement et la communication, c’est-à-dire proposer quelque chose de réellement unique dans sa façon de créer, de garantir ou de proposer le service.

Il peut s’agir de quelque chose que tout le monde possède mais dont personne ne parle car cela leur semble évident comme l’harmonie des couleurs ou des matériaux. Il peut s’agir de quelque chose que vous êtes seul à posséder, votre histoire personnelle, les raisons qui vous ont fait choisir ce domaine.

S’adresser à un segment spécifique peut aussi s’avérer une bonne façon de réaliser une différence, proposer des bijoux qui ciblent des femmes d’une certaine tranche d’âge, des bijoux pour les femmes actives, pour les femmes au foyer, pour les mères célibataires.

Le détail qui sera proposé peut exister chez d’autres mais vous devez être le seul à en parler activement. 

Je suis Le Marketeur Français, il existe d’autres marketeurs de même nationalité mais comme dans l’esprit du public le marketing est américain, j’ai imposé ma marque.

Une autre façon de se différencier est de proposer le produit le plus cher qui existe sur le  marché. Je fournis probablement les ateliers de marketing les plus chers. Je vends un atelier 25 000 euros et cela me permet de vendre mes autres formations à des prix plus accessibles.

Dans le suivi avec le client, soyez la seule entreprise qui pense à recontacter ses clients, à lui faire un cadeau d’anniversaire. Plus vous êtes omniprésent dans l’esprit de votre client, plus vous allez créer une relation de proximité avec lui.

Portrait d’un entrepreneur libre : Léandro, 80 000 euros par mois

P

Découvrez l’histoire de Léandro, un entrepreneur libre que j’ai accompagné.

Autrefois, lorsque les gens me disaient que je devais passer à l’action, je ne comprenais pas ce que cela signifiait.

J’ai été embauché comme commercial pour vendre des sites Internet partout dans la Bretagne. J’ai perdu mon travail et mon permis de conduire pour cause d’excès de vitesse sur l’autoroute. Je me suis retrouvé trois mois au chômage, période durant laquelle j’ai monté ma propre boite de conseils. J’avais 25 ans, je me suis lancé.

J’ai décidé de monter cette boite de conseils car j’étais très bon consultant Webmarketing, très bon consultant commercial et j’étais entouré de beaucoup de personnes qui me contactaient pour que je les aide à développer leurs affaires. 

Je me suis dit que je devais foncer, que j’étais tellement bon que ça allait forcément fonctionner. Pourtant, même si j’ai obtenu mes premiers clients, cette période a été très difficile.

Ma motivation était de gagner de l’argent pour en donner à mes parents, à ma femme, pour préparer l’avenir de mes enfants. Ma famille ne devait pas manquer d’argent.

En 2015, j’ai cliqué sur une publicité Facebook me promettant de devenir riche si j’achetais le livre de Sébastien Le Marketeur Français. J’ai eu droit à une place gratuite pour participer à un séminaire de L’Entrepreneur Libre 2.0. Sébastien a proposé ses produits durant le séminaire. J’ai contracté un prêt pour acheter le plus cher de la gamme (3 000 euros à l’époque). Aujourd’hui, je termine le mois avec 80 000 euros, automatiquement et presque sans travail de ma part.

Je suis rentré dans le MasterMind de Sébastien où nous avions accès à toutes ses formations. J’ai assisté à chaque module 1 pour comprendre le principe de chaque formation. Sa logique est facile à suivre, il s’agit de mécanismes qu’il met en place. Ce que j’ai donc fait.

Avant de rencontrer Sébastien, je gagnais 60 000 euros sur l’année, aujourd’hui ce chiffre correspond à mon plus bas mensuel.

Ma vie de famille n’a pas changé mais mes dépenses ont évolué. Autrefois, je dépensais environ 500 euros par mois dans les éléments du quotidien, désormais c’est une moyenne de 10 000 à 15 000 euros. Je ne réfléchis plus à aucun coût.

Bien sûr, je passe du temps à travailler, à envoyer des mails, à téléphoner et j’adore cela. Je suis entouré par une équipe en or qui s’autogère et me permet de proposer un service plus qualitatif à mes clients.

J’ai lu un livre qui donnait le conseil suivant : les gens qui sont libres, qui gagnent beaucoup d’argent créent leur propre marché. C’est cela être entrepreneur libre.

À propos de Sébastien

(Le Marketeur Francais : Biographie)Sébastien, surnommé "Le Marketeur Français", est consultant en stratégie marketing, spécialisé dans la croissance explosive des petites entreprises.

/* ]]> */