CatégorieDéveloppement personnel et Lifestyle, Voyages

Votre famille vous freine-t-elle pour avancer ?

V

Est-ce que votre passé familial vous empêche d’entreprendre ?

En accompagnant 15 000 entrepreneurs dans 35 pays différents, j’ai eu l’occasion de constater un point commun entre beaucoup d’entre eux et c’est qu’un obstacle conséquent à la réalisation de leurs projets est la réticence de leur famille.

J’ai eu un client qui recevait beaucoup de réactions négatives de sa famille car son grand-père s’était lancé en tant que chef d’entreprise et en plus d’avoir fait faillite lui-même, il avait également causé la quasi faillite de la famille toute entière.

Il est ressorti d’une étude de primatologue très intéressante que même les singes sont capables de se transmettre l’un à l’autre une peur. Si vous brandissez un objet devant un singe et que vous lui faites peur au moment où il s’approche et bien si vous mettez ce même singe dans une cage avec un autre singe en présence de l’objet, il va enseigner à l’autre singe qu’il faut faire attention à l’objet.

Il semblerait que nous n’ayons pas totalement éliminé de notre ADN ce trait de notre passé de primate. En tant que parent ou que frère et sœur, nous avons tendance à vouloir communiquer nos peurs aux autres pour leur bien.

Dans plein d’aspects de la vie, il est salvateur de transmettre nos peurs aux autres mais quand il s’agit de la peur d’entreprendre et d’oser réaliser nos rêves, cela peut être dangereux.

J’ai deux conseils à vous donner :

Le premier est de toujours être attentif quand vous recevez des conseils négatifs. Il faut toujours se demander quand une personne vous dit de ne pas faire une certaine chose si elle vous dit ça vis-à-vis de votre situation ou de sa situation passée. Si elle essaye de vous transmettre une peur, remettez en cause ce conseil.

Demandez-vous également si vous n’êtes pas vous-même en train de transmettre une de vos peurs du passé à d’autres. Une des meilleures façons de connaître vos peurs est de regarder celles de vos enfants. Si vous vous rendez compte que vous avez transmis une de vos peurs à vos enfants, ayez une discussion intergénérationnelle avec eux pour éviter que cela continue de se répercuter d’une génération à l’autre. 

Comment être à 100 % de son potentiel ?

C

Si vous entreprenez une activité, il est important de libérer pleinement votre potentiel. Cas échéant, vous ne pouvez rendre service à personne. Une personne de mon entourage m’a transmis une remarque qui m’a intrigué. Il pense que mes clients aperçoivent chez moi la perfection et le fait que je libère pleinement mon potentiel.

Quand vous fournissez le maximum d’effort, que vous essayez d’accomplir vos missions avec perfection et que vous vous sentez à 10 sur 10 de votre potentiel, vous obtenez un sentiment de satisfaction et vous éprouvez un réel plaisir.

D’un autre côté, quand vous libérez partiellement votre potentiel et que vous ressentez que vous exploitez à 6 sur 10 ce dernier, vous avez souvent l’impression que vous n’êtes pas obligé de fournir un effort supplémentaire ou de quitter votre zone de confort.  

Le fait est qu’une personne qui se donne à 10 sur 10, va être exigeante envers les autres, étant donné qu’elle est exigeante envers soi-même. Une fois impliquées, et même si au départ cela représente un effort, ces personnes découvriront que vous aviez raison.

J’ai discuté avec un ami américain autour de ce sujet et il a évoqué deux points que je juge importants :

  1. Quand une personne sort de l’armée américaine, souvent le standard qu’ils ont eu quand ils étaient dans le Corps d’armée est le standard le plus haut qu’ils peuvent atteindre au quotidien. Au bout d’un moment, à force de fréquenter des personnes qui visent la perfection, vous êtes obligé d’être à la hauteur.
  2. La deuxième particularité est au sujet du Corps des Marines. Ils ont une spécificité : ils n’ont pas de signal pour battre en retraite. Autrement dit, ils n’ont pas la possibilité de fuir devant l’adversaire ou d’abandonner le champ de bataille. Imaginons si vous êtes le supérieur ou le commandant, en envoyant votre troupe au combat la responsabilité que vous assumez est lourde, particulièrement s’ils n’y a pas de signal de retraite. En fait, les combattants doivent soit gagner, soit mourir. Est-ce une raison suffisamment motivante pour gagner la bataille ? Face à cette situation, un général doit être sûr de ses choix quand il envoie les Marines pour un combat.

Pour cette raison, quand vous démarrez un séminaire, il est important de définir en premier lieu la direction pour les prochaines années. Ainsi, vous serez sûr que vous êtes sur la bonne direction dès le départ.

Quotidiennement, nous sommes souvent bloqués et indécis entre deux choix. Mais est-il vraiment confortable d’être assis entre deux chaises ?

Tant que vous êtes bloqué et indécis entre deux choix, si vous ne fournissez pas un effort la situation ne subira aucun changement. Dans une vidéo de Zig Ziglar, ce dernier partage son interaction avec un participant dans son séminaire qui critique le comportement de ces collègues et il se sent mal à l’aise dans son travail.

Zig Ziglar lui a proposé un exercice de développement personnel pour résoudre ce problème. Malgré qu’il n’était à priori pas très convaincu par l’utilité de cet exercice, le participant a décidé de l’appliquer.

Deux ans plus tard, Zig Ziglar a organisé un séminaire dans la même ville et il a demandé le retour de ce participant. La réponse était surprenante : tu ne peux pas imaginer à quel point les gens ont changé !

Si vous attendez que votre entourage (clients, prestataires…) change ou que les circonstances changent vous ne pouvez pas avancer : le changement commence par vous.

Ce changement n’est pas possible si vous êtes indécis et si vous ne fournissez pas un effort pour libérer pleinement votre potentiel.  

Êtes-vous coincé ? Calculez votre Quotient d’Inhibition

Ê

Avez-vous tendance à être trop inhibé pour votre propre bien ? Cela vous empêche-t-il d’atteindre vos rêves et vos objectifs ? Nous allons aujourd’hui aborder un nouveau concept, le Quotient d’Inhibition. Ce quotient se calcule en se posant quelques petites questions simples. Elles sont issues du livre de Phil Keoghan No Opportunity Wasted.

L’auteur explique comment vous pouvez vous créer une liste d’expériences à vivre, c’est-à-dire la liste de tout ce que vous voulez faire avant de mourir. Nous avons tellement d’inhibitions que nous n’osons même pas rêver. 

Je vais donc vous poser 8 questions auxquelles vous pourrez répondre oui ou non. Vous devrez compter 20 points chaque fois que vous répondez non et 0 point lorsque vous répondrez oui.

  1. Vous vous êtes fait au moins cinq nouveaux amis au cours des trois dernières années ?
  2. Vous avez fait un bain de minuit au moins une fois dans votre vie ?
  3. Quand vous vous trouvez à un repas familial ou autre et que quelqu’un doit se lever pour faire un toast, vous êtes toujours partant ?
  4. Lorsque vous rentrez dans une pièce remplie d’inconnus, vous avez tendance à dire bonjour à quelqu’un rapidement ?
  5. Vous avez toujours adoré porter des costumes extravagants dans les fêtes déguisées ?
  6. Vous êtes déjà passé sous une barre de Limbo au moins trois fois dans votre vie ?
  7. Vous chantez spontanément dans la douche (et pas juste) ?
  8. Lorsque vous êtes dans un groupe et que quelque chose de fun se produit, vous avez tendance à crier ?

Vous devez maintenant faire le total de vos points et obtenir un score allant de 0 à 160. Ce résultat correspond à votre quotient d’inhibition.

Si votre total est de 160, vous construisez des murs autour de vous et vous ne vivez pas une vie épanouie, vous ne vous lancez pas dans vos projets et ce mur vous empêche de vous ouvrir aux autres.

Si votre score est de 120, vous n’êtes pas doué en compétences sociales. Vous devez sortir de chez vous et faire une action qui vous sorte de votre zone de confort.

De 80 à 100, vous êtes dans la moyenne donc la plupart du temps détendu et cool.

Si votre score est de 40 ou de 20, c’est très bien. Vos inhibitions sont basses et vous pouvez facilement les franchir pour vous ouvrir aux autres.

Un total de 0 veut dire que vous devriez peut-être acquérir un minimum d’inhibitions utiles en société.

Le calcul de ce quotient est utile car il permet de savoir où vous en êtes et la liste permet de réaliser que votre vie n’est pas que votre entreprise, qu’il faut s’ouvrir au monde, sortir de la tendance que vous pouvez avoir à vous enfermer dans votre travail.

Comment ne plus avoir peur de se lancer ?

C

La peur de se lancer touche beaucoup d’entrepreneurs et est un handicap énorme car tant que vous avez des appréhensions, vous êtes ralenti dans tout votre processus.

Si vous avez eu des angoisses avant de lancer votre entreprise, vous allez encore en avoir en lançant votre premier produit, quand vous allez vouloir déboucher sur un nouveau marché, etc…J’aimerais vous donner une astuce permettant de se débarrasser de ce problème.

Ma technique face aux doutes et à la peur consiste tout simplement à me dire que je ne réalise pas un projet mais une expérience. J’ai constaté une énorme différence entre la façon dont les gens réagissent lorsque nous parlons des choses comme une expérience ou quand nous en parlons comme un projet.

Un projet peut aboutir ou échouer tandis qu’une expérience, même si elle échoue, vous en aurez appris quelque chose. Faire une expérience vous permet d’aller beaucoup plus loin. Dites-vous que si vous faites une expérience et que celle-ci échoue, dans le pire des cas, cela vous fera une anecdote à raconter.

Pour beaucoup de personnes, le fait de faire une expérience les aide beaucoup pour la manière dont ils vont en parler car cela leur permet d’éviter le rejet. Si vous annoncez votre expérience de la même manière que les gens annoncent leurs résolutions du Nouvel An, cela va faire un flop car les gens ne vont pas vous encourager.

J’aimerais ajouter un autre point qui vous aidera à mieux vous lancer. Souvent, les expériences que vous voulez faire, vous pouvez aussi faciliter le fait de les communiquer et de les faire si vous trouvez une bonne excuse.

L’idée que j’ai eue de travailler une journée par semaine, c’est une idée osée que beaucoup de gens n’auraient pas osé émettre. Ma bonne excuse, c’était que ma fille venait de naître et que travailler qu’un seul jour par semaine me permettrait de m’occuper d’elle. J’aurais très bien pu avoir cette idée plus tôt ou plus tard mais l’avoir à ce moment là, tombait bien car du coup, j’avais une bonne raison de le faire. Certains évènements de votre vie sont donc l’occasion de tester des expériences nouvelles.

Quelques années plus tôt, j’ai décidé de faire l’expérience de ne plus communiquer par mails et j’ai continué à le faire depuis lors. Tous les échanges par mails se font désormais par le biais de mon équipe. Ma propre adresse mail, qui existe toujours, a actuellement plus d’un million de mails en attente car je n’en ouvre aucun, excepté ceux réellement importants quand j’en ai besoin.

Pour ne plus avoir peur, mon conseil est donc de lancer une expérience et si vous avez un tournant de vie, c’est l’occasion idéale de lancer ces expériences car cela vous donne une bonne raison aux yeux des gens et vous allez voir que c’est beaucoup plus facile d’oser de cette façon.

Comment intégrer une partie sur le développement de soi dans votre formation/coaching?

C

Une fois que votre prospect est motivé, convaincu par la raison pour laquelle il suivra votre programme et influencé par les témoignages de vos clients satisfaits, pensez à lui proposer un contenu intéressant pour qu’il vous suive jusqu’au bout.

Le contexte de votre produit d’information, c’est le plan. Vous pouvez le nommer également plan de formation qui permet de clarifier la répartition des différentes parties. Par contre, si vous vous adressez à des particuliers, évitez le terme formation. En effet, les particuliers n’ont pas besoin d’une formation. Il est possible de remplacer ce terme par des cours ou bien des séances de coaching.

Votre formation doit répondre à deux objectifs, par conséquent votre plan sera constitué de deux parties.

Le premier objectif, consiste à donner la formation technique et l’information cherchée par le client en achetant votre produit.

Quelques exemples de questions posées sur le moteur de recherche de mon site Conseils en séduction :

  • Comment séduire ou draguer une femme ?
  • Comment aborder une femme et avoir son numéro ?
  • Comment inviter une femme à un RDV ?  

Parmi les questions posées, il y a des questions qui sont très vastes et d’autres sont plus spécifiques.

Le problème, c’est que si vous vous contentez dans votre produit de donner la technique, vous risquez que votre prospect soit incapable de l’utiliser.

Par exemple, pour les conseils en séduction, si je réponds à ces questions en donnant à mes prospects :

  • La phrase la plus efficace pour aborder une femme ;
  • Les différentes variantes de cette phrase ;
  • L’erreur à ne pas commettre.

À ce stade, mon client a le savoir-faire, mais il n’a pas le savoir-être : il est toujours incapable de démarrer une conversation facilement, il ne peux pas être à l’aise dans une discussion ou devenir intéressant et énergique après les 5 premières minutes.  

Pour cette raison, il est indispensable d’avoir dans mon programme le côté technique et le côté lié au développement personnel de mon client.

Ce sont deux parties complémentaires qui vous permettront de faire apprendre à vos clients le savoir-être qui va avec le savoir-faire et les états d’esprit qui vont avec les conseils techniques.

Tous les livres de vente qui ont un niveau élevé, ont un point en commun. Ils se focalisent sur l’état d’esprit qu’il faut avoir au moment où vous interagissez avec les clients et vous proposent des méthodes pour vous préparer. Ils abordent différents sujets liés à l’état d’esprit qu’il faut adopter et les émotions que vous devez ressentir.

Ensuite, dans un court chapitre à la fin du livre, vous trouverez des scripts à utiliser pour réussir une vente. En effet, si vous réussissez à créer une relation avec votre client, vous aurez plus de chance qu’il effectue un achat.

Par contre, les livres de vente avec un niveau moins élevé, proposent plusieurs phrases et à vous de les tester pour savoir laquelle pourra marcher avec vos clients.

Dans votre produit, il est indispensable d’avoir les deux parties. A un moment donné, vous devez partager l’information ou la technique avec vos clients. Mais n’hésitez pas à planifier un moyen de développement de soi.

Dans la plupart de séminaires, les formateurs optent pour une progression dans les exercices. Ils commencent par des exercices généraux pour arriver à des exercices d’introspection.

Une autre progression dans les exercices est possible : des exercices par écrit pour que le prospect soit en confrontation avec lui-même. Par la suite, les participants partagent les réponses avec un ou plusieurs partenaires pour une confrontation avec l’autre. En effet, en ayant une idée qui n’est pas très claire, la confrontation avec l’autre permet de la renforcer. Finalement, il y aura un partage de l’information avec tous les participants pour avoir une confrontation avec l’ensemble du groupe.

Par exemple, si j’attaque directement un séminaire par : Bonjour, je suis Sébastien Le Marketeur Français, bienvenus dans ce séminaire au cours duquel vous apprendrez comment créer un produit, est-ce que quelqu’un parmi les présents peut nous expliquer son produit d’information à haute voix, s’il vous plaît ? Dans ce cas, personne ne prendra la parole, parce que je n’ai pas suivi la progression des exercices. Il est donc nécessaire de proposer la deuxième partie de la formation : le développement de soi.

Pour inciter vos clients à lire la partie de développement personnel qu’ils n’ont pas demandé, il est recommandé de la vendre implicitement sous forme d’une formation et de conseils techniques.       

Pourquoi devenir minimaliste et quels sont les avantages ?

P

Aujourd’hui, j’aimerais vous parler d’un petit changement qui peut apporter des changements immenses pour votre chiffre d’affaires, vos bénéfices, votre qualité de vie. Il s’agit du minimalisme.

Récemment, j’ai reçu une photo de mon ami Olivier Rolland qui était en plein déménagement, il quittait Londres pour Dubaï. Cette photo représentait tout ce qu’il emmenait avec lui et c’était un rappel pour moi de savoir à quel point c’est important de posséder peu de choses. Il avait juste sa valise, deux cartons et sa guitare. 

Moi-même lorsque j’ai déménagé à Nice avec Cécile, nous avons emporté toutes nos affaires dans une Volkswagen Polo, tout ce que nous gardions tenait à l’intérieur. Les choses les plus volumineuses que nous possédons sont nos livres. 

Ce concept est essentiel et pourtant la plupart des gens y sont complètement fermés : ce ne sont pas les choses que nous possédons mais ce sont elles qui nous possèdent

Plus vous possédez d’objets, plus votre esprit est encombré, plus votre vie est encombrée, moins vous êtes capable de vous adapter et moins vous serez heureux au final. Personnellement, j’ai fait le choix de vivre dans un meublé donc je ne possède pas tous les meubles de mon lieu d’existence et c’est un confort de vie énorme que de savoir que nous sommes légers. Beaucoup des choix, grands ou petits, que nous faisons dans notre vie sont facilités par le fait que nous ne sommes pas alourdis par des armoires, des sacs de vêtements que nous ne portons jamais, des tas de gadgets électroniques non utilisés.

Le débat sur le minimalisme me semble important. Certaines personnes se sont fixées des objectifs chiffrés, par exemple posséder moins de cent objets, moins de mille objets. Je ne pense pas qu’il soit nécessaire de voir les choses de cette façon parce que nous serions poussés à simplifier notre vie en essayant de nous débarrasser petit à petit des choses qui nous encombrent. Or, cela ne fonctionne jamais. 

La stratégie de jeter un objet par jour ? Je peux vous dissuader tout de suite de faire cela. Dans son excellent livre, La magie du rangement, Marie Kondo explique que se dire que nous allons ranger petit à petit ne fonctionne pas, parce que spontanément nous remettons toujours un peu de désordre tous les jours, donc nous ne parviendrons jamais à la fin de la boucle. 

Si nous voulons vraiment parvenir à mettre de l’ordre, il faut le faire d’un coup, se donner un moment où nous nous débarrassons des vêtements non portés, des gadgets, des accessoires. Quand nous avons quitté la Bretagne, nous avons mis beaucoup de choses à vendre sur Le Bon Coin. Des gens passent leur vie à surfer sur le site pour trouver des bonnes affaires.

Se débarrasser de ce qui vous encombre, c’est également vos contacts dans votre téléphone et dans votre compte Facebook qui ne viennent jamais vous parler, les newsletters et les mails auxquels vous êtes abonnés et que vous ne lisez pas, toutes les applications inutiles sur votre mobile etc. Tout ceci représente de l’espace mental gaspillé.

Le minimalisme va vous permettre de diminuer vos dépenses, vous rendre plus libre financièrement. Le meilleur moyen de devenir minimaliste est de vous débarrasser de votre télévision. La télé est rentable car elle diffuse des publicités qui vont vous faire acheter des choses inutiles. Si vous surfer sur Internet, ajoutez l’extension Adblock Plus sur votre navigateur afin de ne plus voir les pubs. En éliminant la pub de votre vie, vous éliminez énormément d’achats impulsifs et l’impact est immédiat.

Enfin, soyez minimaliste en termes de projets grâce à la technique des étagères qui permet de réduire le nombre de projets dans lesquels vous êtes engagés. Cette technique permet d’augmenter la qualité du travail et la liberté.

Pourquoi faut-il remettre en question ses habitudes ?

P

Dans cet article j’aimerais vous partager plusieurs réflexions et mon expérience concrète concernant les habitudes. Pourquoi faut-il remettre en question ses habitudes ?

Vous êtes ce que vous voulez être

Je partage avec vous un élément qui a marqué spécialement ma participation au séminaire de Tony Robbins. A l’époque, je gagnais le salaire que je souhaitais, à savoir 3000 € par mois. 

Lors du séminaire, à un moment donné, Tony Robbins nous a demandé de déterminer nos prétentions salariales. Personnellement, j’ai pensé que pour sortir de ma zone de confort et réaliser mes rêves, je devais toucher 14 000 € par mois. Après une réflexion, je me suis rendu compte qu’il fallait également inclure tous les frais et les dépenses. Après calcul, j’ai réalisé qu’il me fallait 29 000 € par mois pour atteindre cet objectif. 

Suite à ce discours intérieur, j’ai eu une réalisation soudaine. Je peux choisir arbitrairement un montant et le définir comme étant un objectif. 

L’année suivante, je suis passé de 80 000 € à 180 000 €, ce qui est équivalent en moyenne à 14 000 € par mois. L’année d’après, j’ai généré plus de 300 000 € ce qui faisait sur l’année en moyenne 29 000 € par mois. 

Par conséquent, j’ai réalisé que non seulement on peut souhaiter ce qu’on veut, mais aussi, il est possible de l’avoir.

Pensez à l’origine de vos habitudes

J’ai eu une deuxième réalisation suite à ce séminaire, que je juge particulièrement intéressante. 

Une formation en marketing sur Internet (telles que Séduire le Client, Blogueur pro, Webinaire pro, Business 3G, la révolution vidéo…) coûte généralement 1997 € sachant que ce tarif n’est défini par aucune réglementation.

Pourquoi ce tarif ?

Je ne peux pas généraliser, mais je peux justifier ce choix du tarif pour certains programmes. 

Par exemple, quand je suis intervenu pour lancer La Révolution Vidéo, j’ai discuté avec David pour fixer le coût de la formation. Nous avons constaté que la formation en termes de volume, d’accompagnement et du public concerné est similaire à ma formation Séduire Le Client, même si le contenu et la promesse sont différents. Pour se positionner au même niveau que cette formation, nous avons décidé de proposer le même tarif. Beaucoup de formateurs ont adopté le même raisonnement pour fixer le coût de leurs formations par la suite. Ce tarif est défini comme étant le prix du marché, auquel les partenaires sont habitués.  

D’où vient ce tarif ?

J’ai participé à la formation Launch Formula de Jeff Walker qui coûte 1997 $. Quand j’ai lancé ma formation Séduire le Client à la fin de l’année 2010, j’ai réalisé que ma formation en termes de volume, promesse et format est équivalente à celle de Jeff, même si le contenu est totalement différent. Pour cette raison, j’ai attribué ce même tarif à ma formation. (Je n’ai pas converti le prix proposé en dollar par Jeff exactement en euro pour ne pas perdre le prix psychologique.).

Pourquoi Launch Formula coûte 1997 $ exactement ?

Un jour, par curiosité, j’ai posé la question à Jeff. La formation Launch Formula, depuis 2008, coûte 1997 $, mais avant le tarif était différent. Pour la première version présentée sous forme de CD, la formation coûtait moins cher. D’habitude, lorsqu’il s’agit d’un produit physique, le tarif est plus élevé. La réponse était plaisante : Frank Kern a lancé sa formation Mass Control avec un tarif de 1997 $. Jeff Walker pensait que sa formation valait le même tarif proposé par Frank Kern.

Pourquoi la formation de Frank Kern est à 1997 $ ?  

Quand j’ai assisté à un séminaire de Frank, je lui ai posé la question : est ce que vous pouvez m’expliquer le raisonnement derrière le prix de votre formation Mass Control ?

J’ai cherché à déterminer le raisonnement marketing et l’étude du marché par rapport à la psychologie du client qui aboutissent à ce tarif adopté par la plupart des formateurs (y compris moi-même). Mais la réponse n’était pas au niveau de mes attentes. 

En effet, en lançant sa formation Mass Control, Frank Kern voulait rédiger un message de vente exceptionnel. Influencé par le message de vente de Ryan Deiss, il a demandé son autorisation pour utiliser la même structure pour parler de sa formation. Comme le tarif proposé dans ce message par Ryan Deiss, 1997 $, paraissait raisonnable à Frank Kern, il a décidé de le garder.

Quelle est la réflexion stratégique du Ryan Deiss ?

J’ai eu l’occasion de rencontrer Ryan Deiss et j’ai pensé que je pourrais dévoiler le mystère de ce tarif idéal de 1997 $ et découvrir comment il a eu cette réflexion stratégique extrêmement pointue que personne n’a jamais pu prouver qu’elle est erronée.

Pressé par le temps, le jour de l’ouverture des ventes, Ryan Deiss n’a pas rédigé un message de vente. Il a décidé d’adapter le message de vente créé par Alex Mandossian à sa formation, sans changer le tarif.

A ce moment-là, je me suis rendu compte que le secret de ce tarif ne sera jamais dévoilé. Mais j’étais convaincu que si plusieurs entrepreneurs adoptent toujours ce prix psychologique, c’est parce qu’ils pensent qu’il est issu d’une réflexion profonde. En effet, sur votre marché, il y a des habitudes en termes de prix, service client, produit ou offre proposée, qui ont une origine ancestrale.

Les pratiques ancestrales

Je partage avec vous une information qui peut passionner les amateurs d’astrophysique. Pourquoi la navette spatiale Columbia fait exactement la taille qu’elle fait aujourd’hui ? Est-ce qu’il y a un calcul scientifique qui aboutit à la taille parfaite pour une navette spatiale ?

En effet, les navettes spatiales, comme les fusés, sont le résultat d’un assemblage de plusieurs parties de différents fournisseurs. Le moyen le plus efficace pour acheminer ces composants, c’est la route. Donc les différentes parties de la navette spatiale doivent tenir sur un camion, qui, à son tour, doit tenir sur une autoroute. C’est-à-dire les dimensions de la navette dépendent de la taille de l’autoroute.

Pour cette raison, il est important de savoir comment déterminer la taille d’une autoroute. En effet, la taille de l’autoroute vient de la taille des chemins de fer qui suivent la taille des carrioles. A la base les carrioles sont tirées par des vaches ou des chevaux. Finalement, les dimensions d’une navette Columbia peuvent être exprimées par une formule mathématique qui dépend de la largeur moyenne d’une vache du 18 e siècle.

Pour conclure, je vous demande de répondre à cette question : quel comportement (prix, offre…) avez-vous hérité (d’un concurrent, d’un mentor…) et répétez-vous aujourd’hui dans votre entreprise sans connaître réellement la cause ?

Six façons de repérer si vous vous sabotez

S

Quel est l’obstacle qui garantit que tout ce que vous êtes en train d’apprendre ne servira à rien ? Je vais vous le dévoiler aujourd’hui et vous expliquer comment vous en débarrasser.

Je vais reparler d’un certain livre que j’ai déjà mentionné dans des articles précédents. Il s’agit en particulier du livre de Julie Cairns, une entrepreneuse australienne multimillionnaire,  The Abundance Code. Lorsque j’ai commencé à le lire, une chose m’a marqué. Au début, elle parle du sabotage inconscient, c’est-à-dire comment devons-nous faire pour savoir que nous nous sabotons par rapport à l’argent. Elle explique qu’il existe plusieurs façons pour l’auto-sabotage de se manifester et peut-être est-ce le cas pour vous en ce moment.

Il existe en fait six façons de repérer si vous vous sabotez :

1. Il se peut que vous rejetiez des preuves qui soutiennent un point de vue opposé au vôtre.

2. Peut-être n’êtes-vous pas dans un état d’esprit réceptif pour apprendre quelque chose de nouveau. Vous vous dites que vous êtes trop vieux pour changer, que c’est trop tard. C’est une excuse, une façon de ne pas entrer dans la zone de confort du changement.

3. Avoir une résistance basée sur notre sens d’identité ou notre valeur en nous-mêmes. Par exemple, si vous fondez votre estime de vous sur la quantité de travail que vous fournissez, vous serez toujours submergé. Pour vous sentir comme étant quelqu’un de plus important, vous trouverez toujours le moyen d’être surmené. Le problème est que vous avez décidé que votre valeur dépendait de ce que vous faites plutôt que de qui vous êtes. Julie Cairns dit que si nous lions notre sens d’identité au comportement négatif qui nous empêche d’obtenir des résultats, nous n’aurons pas envie de changer même si nous savons que cela nous aiderait. En effet, nous perdrions notre identité.

4. Se dire qu’il nous reste encore à faire d’autres choses avant d’utiliser le conseil qui pourrait changer notre vie. Vous venez d’apprendre quelque chose qui vous permettrait d’obtenir instantanément le résultat que vous recherchez mais vous êtes déjà en train de réaliser autre chose et vous voulez aller au bout même si cela ne marche pas. Lorsque je voulais débuter mon entreprise, tout le monde me conseillait de garder mon travail salarié pour me créer un réseau puis seulement de démarrer mon projet. Or, l’expérience que je pouvais acquérir n’avait pas de rapport avec la boîte que je voulais fonder. Ce type de conseil empêche de réussir mais beaucoup de gens réagissent ainsi. Ils attendent d’avoir déménagé, que les enfants soient rentrés à l’université, qu’ils aient obtenu une augmentation etc.

5. Vous ressentez peut-être une sensation de fatigue ou des difficultés à vous concentrer quand vous essayez de vous former sur le sujet de l’argent. Si vous éprouvez des difficultés par rapport à l’argent et que vous décidez de lire des livres, de suivre des formations, instantanément vous allez être distrait par autre chose ou éprouver de la fatigue. Ce symptôme est l’un des plus graves qui peut vous empêcher de réussir.

6. Abandonner dès le premier obstacle. Vous débutez votre projet mais face au premier obstacle vous trouvez un prétexte pour renoncer (Trop vieux, trop jeune, pas fait pour ça, aucune chance de réussir etc.).Steven Pressfield a écrit deux ouvrages que je vous recommande : La Guerre de l’Art et  Turning Pro qui expliquent le concept de résistance, l’ennemi dans notre cerveau qui nous empêche d’avancer, d’être productifs et qui trouve toujours une raison pour nous occuper à autre chose plutôt qu’à notre réelle vocation.

Comment réagir quand on se sent trahi ?

C

J’aimerais vous parler de la stratégie que vous devez adopter quand vous vous sentez attaqué ou trahi dans le développement de votre activité. Quand vous décidez de lancer votre activité, vous pouvez être victime de diffamation, dénigrement, vol ou attaque. Plusieurs personnes peuvent être à l’origine de ces obstacles :

  • Vos proches qui ne soutiennent pas votre projet ;
  • Des concurrents qui essaient de faire descendre votre activité en flèche ;
  • Un ancien associé qui nuit à l’avenir de votre boîte.    

Comment faire pour réagir émotionnellement et concrètement dans ce genre de situation ?   

Je vous propose un modèle sous forme de dix questions à vous poser, établi par Mastin Kipp thérapeute spécialisé dans les traumatismes, pour réagir face à cette situation. Ce modèle vous permettra de faire le travail d’introspection nécessaire pour réagir face aux situations difficiles.

1. Quel est mon rôle dans cette situation ?   

Cette question est essentielle parce que vous n’avez aucune chance de réagir pour obtenir un résultat positif si vous ne prenez pas votre part de responsabilité. Certes, quand vous vivez une situation difficile, il n’est pas toujours facile d’assumer une responsabilité. Vous essayez souvent de trouver des excuses et de critiquer les personnes qui ont agit d’une façon agressive et hystérique.

Pourtant, il est crucial de prendre votre part de responsabilité. Si vous avez un concurrent qui essaye sans cesse de nuire à votre activité parce que vous êtes installé en face de son magasin, vous pouvez au minimum, assumer la responsabilité de votre choix de l’emplacement.

Cette question vise à en apprendre davantage sur vous-même et à définir le rôle que vous devez jouer d’une façon concrète et réaliste. Cela nous amène à la deuxième question. 

2. Est-ce que je prends trop de responsabilités ou pas assez ?            

Quand vous faites face à une situation particulièrement difficile, le problème ne vient pas du fait que vous assumez exactement la bonne quantité de responsabilité ou pas.  Mais, parce que soit vous êtes en train de rejeter la faute sur les autres, soit vous tombez dans le piège opposé : vous prenez beaucoup de responsabilités et vous vous culpabilisez tout le temps. 

Ce comportement présente un piège, parce que quand vous assumez la responsabilité entière, c’est une façon de cacher votre vraie part de la responsabilité. 

En fait, quand vous acceptez d’assumer toute la responsabilité, cela vous empêche de définir votre vraie responsabilité. Par conséquent, vous continuez à reproduire le même comportement et rencontrer donc les mêmes types de problèmes. C’est une question importante à vous poser et il est facile d’y répondre si vous avez répondu à la première question.

3. En quoi le scénario se répète t-il ?      

Il est important de définir la partie qui vous touche le plus dans une situation difficile. En fait pour une même situation les réactions varient d’une personne à une autre. Une situation que vous êtes en train de vivre peut engendrer plusieurs réactions selon la personne en question. Elle peut être interprétée comme étant :

  • Une trahison de votre confiance ;
  • Une opportunité ;
  • Une menace pour votre identité ;
  • Une source de colère, d’inquiétude ou de tristesse.

La situation concrète que vous vivez à un moment donné n’a pas de sens autre que le sens que vous lui donnez. 

Si vous faites face à une difficile situation qui se reproduit pas mal de fois, définissez l’élément qui vous touche afin d’avoir une chance d’aller vers un changement. 

Mais d’abord, suite à cette question, vous devez vous poser la quatrième question.

4. Comment faire preuve de compassion envers moi-même ?

Autrement dit, quels sont les défauts récurrents à l’origine de vos problèmes que vous venez de comprendre grâce à ces scénarios qui se répètent. Par la suite, vous devez faire preuve de compassion envers vous-même. Je vous recommande d’être honnête avec vous-même et d’accepter le fait que vous n’êtes pas parfait. Essayez d’avouer le comportement que vous avez tendance à avoir et qui provoque le même genre de situations. 

Par exemple, dans mon cas, les trois premières personnes que j’ai embauchées en tant que salariés étaient des incompétents. Au bout d’un moment, je me suis mis en cause. Parce que le point central de tous ces échecs de recrutement, c’était moi. J’ai décidé de faire alors une preuve de compassion envers moi-même en disant : j’admets que je ne suis pas doué pour le recrutement et il faut que j’apprenne à le faire. Quand j’ai démarré ma boîte, je n’ai pas suivi une formation sur le recrutement des premiers salariés, il est donc naturel de commettre des erreurs.

Si vous ne faites pas preuve de compassion envers vous-même, vous ne pouvez pas progresser et vous serez bloqué dans cette spirale négative. Une fois que vous avez fait une preuve de compassion vers vous-même, essayez de faire la même chose envers l’autre personne en vous posant la cinquième question.

5. Quel contexte justifie le comportement de l’autre personne ?

L’autre personne, qui a volé dans la caisse, a menti sur son CV, vous a arnaqué ou a abusé de votre confiance, dans son scénario elle est le héros de l’histoire. Il faut se rendre compte que même Dark Vador se considère le héros de son histoire. D’ailleurs, vous n’avez qu’à regarder le troisième épisode de Star Wars pour voir sa conviction. Selon lui, il est en train de faire ce qu’il fallait faire. 

Donc notez que la personne qui vous a causé des situations difficiles, a agi dans un contexte. Il est important pour vous de comprendre ce contexte afin de faire preuve de compassion. Même si vous n’êtes pas d’accord avec les choix faits par cette personne et son comportement, vous devez au moins comprendre le contexte. Tant que vous ne l’avez pas compris, vous ne pouvez pas franchir l’étape suivante parce que vous ne savez pas comment réagir. Une fois que vous avez compris le contexte de l’autre personne, vous vous posez la question numéro six.

6. Qu’est-ce qui va me coûter le plus ?

Cette question vous permettra de savoir quelle position vous coûtera davantage et par conséquent vous pouvez faire votre choix :

  • Vous défendre, vous battre et fixer des limites ;
  • Accepter la situation.

Des fois, vous avez envie de vous battre, mais juste par principe. Après une longue bataille juridique, vous vous rendez compte que vous n’aviez pas raison, parce que vous n’aviez pas réglé la situation. 

Par exemple, s’il s’agit d’un ancien associé avec lequel vous avez des anciens clients. Vous pouvez faire une bataille juridique qui dure dix ans et mettez votre santé en question sans aboutir à aucun résultat. 

Dans ce contexte, je partage avec vous une citation de Steve Jobs : je préfère mourir avant de laisser Samsung copier mes produits. Personnellement, je pense qu’il est inutile de créer autant d’angoisse, de stress ou de négativité dans votre vie. Il vous coûtera plus de vous battre que de juste tourner la page. 

Réciproquement, il est déconseillé d’opter pour la solution facile et tourner la page à chaque fois. Dans ce cas, vous serez obligé de faire face à la même situation difficile tout le temps. Pour cette raison, il est fondamental de vous poser cette question. Si vous décidez de vous battre, il est important de mettre en place le conseil juridique approprié avec l’esprit ouvert et en respectant vos valeurs.

Une fois que vous avez choisi votre position, il est nécessaire de vous poser la question numéro sept.

7. Où est l’opportunité de mieux me connaître ?      

Dans cette étape, vous avez analysé la situation et vous avez fait preuve de compassion envers vous-même et envers l’autre parti. Cherchez donc l’opportunité de grandir et d’évoluer pour être une meilleure personne à l’avenir. Soit pour vous assurer que la situation ne se reproduira jamais, soit pour apprendre à mieux réagir. 

En fait, ce qui vous permet de savoir que vous avez acquis une certaine maturité, c’est votre capacité de gérer les situations que vous considériez difficiles auparavant.

8. Suis-je en train d’infliger la même souffrance à d’autres ?  

Quand vous avez acquis cette maturité, pensez également à éviter de causer le même souci à d’autres personnes. Si vous êtes frustré, angoissé ou énervé parce que vous avez envoyé un email urgent et vous n’avez pas reçu une réponse rapide, par exemple, posez vous la question si vous faites la même chose à quelqu’un d’autre. Comme vous jugez un comportement abusé et exagéré, pensez à l’éviter pour ne pas infliger la même souffrance à d’autres personnes. 

Je vous donne un exemple concret qui se reproduit fréquemment dans l’industrie dans lequel je suis. Nous faisons des formations présentielles avec des dates fixes, nous trouvons toujours des difficultés à choisir cette date. Comme chaque événement dépend d’un autre, j’ai toujours besoin d’avoir les dates prévues du déroulement de chaque événement pour que je puisse fixer la date de ma formation. En faisant face à cette difficulté, je me demande si je suis entrain de causer la même frustration chez d’autres personnes.

9. Comment faire des choix plus sages ?  

Après toute cette introspection, pensez à des actions qui empêchent la reproduction de ces difficultés à l’avenir. Vous devez donc faire un engagement envers vous-même.

10. Quel soutien moral me faut-il pour rester engagé ?

Déterminez le soutien moral nécessaire (formation, mentor …) qu’il vous faut pour suivre le chemin fixé.

Si vous prenez le temps de répondre à ces dix questions par écrit, vous ferez un parcours émotionnel important. Vous pouvez avoir une meilleure compréhension de vous-même et des autres. Par conséquent, vous pouvez vous débarrasser du stress et de l’angoisse causés par les situations difficiles. 

Comment réagir aux critiques avec le sourire

C

Aujourd’hui je vais vous expliquer comment vous comporter quand vous recevez un commentaire qui fait mal. Je suis dans la réflexion pour la rédaction de mon prochain livre qui s’adressera aux personnes tellement folles qu’elles décident un jour de créer une entreprise. 

J’ai commencé par réaliser un sondage auprès d’une centaine d’entrepreneurs parmi mes clients afin de connaître les difficultés qu’ils rencontraient. L’un des principaux obstacles auxquels ils devaient faire face concernait les retours du monde extérieur. 

Soit aujourd’hui vous recevez déjà des critiques qui sapent un peu le moral venant de gens de votre entourage, soit vous ressentez la peur de lancer votre projet, d’échouer et d’être attaqué. Cette peur empêche certains de se lancer mais retient aussi certains entrepreneurs de se développer.

J’ai constaté qu’il existait une solution très simple pour parvenir à gérer les critiques et les attaques avec le sourire, il faut tuer votre ego. L’amour-propre désigne l’affection que vous ressentez pour l’image que vous vous êtes faite de vous-même. Nous nous construisons au fil de notre vie une identité à laquelle nous attribuons un certain nombre de qualités et ce sont elles qui nous donnent notre estime de nous. Nous pouvons nous voir comme une personne qui sait saisir des opportunités, compétente, rapide, honnête, respectueuse de l’environnement etc. Ce sont des identités qui nous permettent de produire une image rapide de qui nous sommes  et de la défendre, c’est un mécanisme naturel.

Lorsque vous recevez un commentaire négatif ou une critique, vous pouvez les prendre de façons différentes :

  • La façon productive est de considérer ce commentaire comme une façon de vous améliorer.
  • La façon contre-productive est de le considérer comme une attaque envers votre personne. Si vous adoptez cette démarche de protection, que vous vous cachez derrière votre ego, vous ne pourrez pas progresser.

Pour vous permettre de progresser et de surmonter les retours négatifs, vous pouvez utiliser un outil très simple.

Tout d’abord, vous devez prendre la décision suivante et vous la répéter sans cesse : « Je préfère être riche, libre, heureux que d’avoir raison ». Si vous y croyez fermement, vous pourrez vous détacher de votre amour-propre. Si vous avez le choix de réaliser que vous êtes dans l’erreur, de changer votre façon de procéder afin de pouvoir être libre, riche et heureux, alors vous le ferez. Cette démarche est difficile mais si vous en faites un rituel, elle deviendra naturelle.

Cette démarche peut être appliquée sur des petites choses. 

Par exemple, dans un podcast, je parlais des méfaits du sucre en citant un certain nombre d’études. A un moment donné, j’ai fait une confusion, je parlais des méfaits du fructose, une forme de sucre très simple que l’on trouve dans les fruits et les produits transformés comme le soda. Or, j’ai fait un raccourci erroné car le fructose des fruits n’est pas nocif et ne provoque pas le diabète. Au contraire, la part de sucre venant des fruits dans notre alimentation, plus elle est importante, moins nous développons des maladies liées à un abus de sucre. Quelqu’un m’a fait remarquer cette erreur dans les commentaires de ma chaine YouTube et j’ai continué mes recherches sur le sujet. J’ai réalisé mon erreur et je l’ai reconnu publiquement en répondant au commentaire. 

Je ne suis pas attaché au fait que je doive avoir raison sur les milliers de choses que je dis et je m’autorise à progresser dans mon savoir, à écouter les gens pour apprendre. Donc, la première chose est de vous dire que vous préférez le résultat à avoir raison.

Le deuxième point est de vous demander si dans les commentaires négatifs vous pouvez trouver des contenus à exploiter. 

En effet, même si la façon de transmettre une critique peut parfois être insultante, elle peut néanmoins être judicieuse. Admettons que quelqu’un écrive en commentaire sous une de mes vidéos « Sébastien, le son est pourri » ou pire encore « C’est la dernière fois que j’écoute vos vidéos de m…., le son est la chose la plus atroce jamais entendue, arrêtez de faire ce métier etc. » tout en vous insultant et en insultant vos parents. Ce que je vais en retenir c’est le problème lié au son. Visiblement cette personne a des problèmes mais le message de fond reste pertinent. En résumé, vous devez écouter sur le fond même si la forme est incorrecte. Pour de nombreuses personnes, c’est vraiment très difficile de séparer le fond de la forme et elles n’écouteront pas les commentaires agressifs.

La troisième partie de l’outil consiste à vous demander quelle leçon vous pouvez tirer de la forme du retour que vous avez reçu. Autrement dit, si je réalise une vidéo pour partager le fruit du travail d’une vie, que j’ai entrepris des recherches, que j’ai tout donné de moi et j’obtiens en retour « On en a marre de vos trucs de m…., vous n’être qu’un… », je dois me demander ce que j’ai fait pour provoquer une réaction pareille de la part de cette personne, de cet auditeur, de ce client. Si vous apprenez de ce type de situation alors vous ferez un pas énorme. 

L’exemple que je cite souvent et qui pour moi a été la clef de tout, c’est qu’au tout début de mon activité de coach pour les célibataires, je faisais de la publicité sur Google pour attirer les prospects sur la page de vente de mes ateliers. Un jour, en tapant mon nom dans un moteur de recherches, je suis tombé sur un article dans lequel l’auteur se demandait ce qu’était cette arnaque en parlant de mes pubs. Il s’agissait d’un article scandalisé d’une personne qui ne comprenait pas ce que je faisais, qui ne mâchait pas ses mots, qui ne me connaissait pas, qui ne savait pas que je le lirai un jour et, par conséquent, pouvait être vexant. 

Ce blog m’a donné un double déclic, sur le fond et sur la forme. Pour susciter une telle réaction, ma communication devait forcément être problématique. Je devais donc changer ma communication pour que les réactions changent également. Au lieu de faire de la pub pour vendre des ateliers, j’ai envoyé les gens sur une page leur proposant de recevoir par mail des conseils pour trouver la femme de leur vie afin qu’ils comprennent mon coaching de séduction. Du jour au lendemain mon activité a explosé.

Voilà comment réagir face aux critiques et aux attaques.

À propos de Sébastien

(Le Marketeur Francais : Biographie)Sébastien, surnommé "Le Marketeur Français", est consultant en stratégie marketing, spécialisé dans la croissance explosive des petites entreprises.

/* ]]> */