Etiquettemédiatisation

Comment vérifier votre position pour une interview ?

C

Quand vous lancez votre nouvelle entreprise, votre objectif consiste à attirer vos prospects et créer une audience. Pour cela, vous pouvez notamment créer et publier du contenu, tisser des partenariats…

Dès lors, vous allez être contacté pour faire des apparitions médiatiques et vous allez recevoir des demandes d’interview.  

Avant d’accepter d’être présenté sur un média, Internet ou traditionnel, vous devez impérativement vérifier qu’il s’agit d’un lieu où vous souhaitez effectivement apparaître et transmettre votre message. C’est un point important que j’appelle position.

Qu’est-ce qu’une position ?

Quand vous recevez une proposition pour interagir dans un média, vous devez systématiquement vérifier la température. Pensez à vous assurer que ce média correspond à votre cible et que votre message sera communiqué à des prospects potentiels. 

Pour mieux comprendre, je vous donne un exemple sur mon ancienne activité. Je propose des conseils amoureux pour des hommes célibataires qui veulent faire des rencontres. Une demande d’interview dans un journal destiné aux femmes n’est pas la meilleure méthode pour amener de nouveaux prospects puisque ce média ne s’adresse pas à mon public cible. Pour qu’une apparition médiatique soit bénéfique pour votre activité, vous devez être face à votre prospect et invité pour un article gagné d’avance.

Pour vérifier cette température, il y a certainement des questions que vous devez vous poser et d’autres que vous devez demander au journaliste.

Même s’il s’agit d’un entretien téléphonique, ces questions sont fondamentales. Souvent, un journaliste qui souhaite faire une interview avec vous va vous poser en amont quelques questions par téléphone. Le piège à éviter dans cette situation, c’est de donner des réponses irréfléchies comme l’interview sera à une date future. Avant de donner des réponses, il est crucial de connaître en premier lieu les attentes du journaliste.        

Première question que vous devez systématiquement poser à chaque fois que vous recevez une proposition d’interview : quel est le format de la publication ?

Cette question vous permettra de savoir :

  1. Sur quel support vous apparaitrez : magazine, journal, TV, radio ou blog.
  2. Quel est le format de la publication : vous interagissez différemment avec le journaliste selon le format prévu de la publication.

Le format de la publication 

Le reportage :

Il s’agit de traiter le fond du sujet. Il est primordial de connaître les points clefs que vous devez aborder et ceux que vous devez éviter. 

Par exemple, pour une nouvelle entreprise, pendant un reportage, mettez en avant à quel point votre approche est novatrice et les témoignages de vos clients satisfaits. Par contre, les défauts de votre entreprise doivent rester discrets.

Le portrait :

Le journaliste veut parler de vous et révéler le maximum d’informations. Pour cette raison, vous devez déterminer les points à dévoiler. 

Votre objectif consiste à raconter la même histoire que vous répétez toujours. Si vous proposez deux produits/services différents, vous devez différencier ce que vous voulez communiquer et vous focalisez sur les sujets importants. Bien entendu, vous n’êtes pas en train de mentir en optant pour ce type de discours. Mais vous transmettez les informations intéressantes au journaliste et à vos prospects et utiles à votre entreprise.  

Le Dossier :

Le but du dossier consiste à présenter divers points de vue. Cela veut dire qu’il y aura plusieurs interviews. Par conséquent, il y aura une présence potentielle de vos concurrents, leurs clients ou des critiques. Pour cette raison, il est important que vous sachiez s’il s’agit d’un dossier à l’avance. 

Dans un dossier, vous pouvez être en contact avec des entrepreneurs qui contredisent votre propos. Il est donc primordial de savoir qui sont les autres intervenants et préparer vos arguments pour défendre votre approche. Ce format, vous offre l’opportunité de devenir la référence de votre secteur en donnant les critères du marché.  

L’interview :

Dans une interview, le journaliste veut vous poser des questions par téléphone ou en face-à-face. Dans les deux cas, il est recommandé de préparer vos réponses à l’avance. 

Pour ce faire, n’hésitez pas à demander au journaliste, quel type de questions il peut vous poser.

La chronique :

C’est l’avis personnel du journaliste. Votre objectif dans une chronique, c’est de donner tous les éléments que vous voulez communiquer. 

Par exemple, quand j’étais contacté pour une interview pour mon activité de coach en séduction, je m’assurais de parler de mon site Drague TV, la base d’informations la plus intéressante que je possédais pour attirer de nouveaux prospects. 

Cet exemple nous amène à un point intéressant, c’est le choix de votre nom de domaine.   

Qu’est-ce qu’un TEST RADIO ?

Pendant une interview, pour communiquer votre contact, privilégiez les sites qui proposent un contenu gratuit et captivent les prospects. Il est important également de donner le site dont le nom de domaine passe le TEST RADIO :

  • Simple à prononcer ;
  • Simple à retenir ;
  • Facile à trouver sur Google ;
  • On ne peut pas se tromper sur son orthographe.       

Je partage avec vous des erreurs que j’ai commises pour comprendre l’importance du TEST RADIO. 

Quand mon site, Apprendre-A-Draguer.com a été mentionné dans ma première apparition médiatique, à la fin de l’émission, je me suis rendu compte que tous les prospects se sont redirigés vers mon concurrent comme le journaliste a prononcé le site ainsi : apprendreadraguer.com.    

Pour mon site seductionbynight.com, afin d’éviter cette erreur, j’ai acheté les noms de domaine seduction-by-night.com et seduction-bynight.com. Dans un article paru dans Le Parisien, le journaliste a mentionné mon site avec un retour à la ligne. Par conséquent, les prospects sont redirigés vers une page inaccessible.

Armé de ce que j’ai appris de mes échecs, j’ai lancé mon site DragueTV. Avec un nom de domaine simple et facile à retenir, je garantis que mes prospects peuvent me retrouver facilement.

Ce test est très important pour vérifier que le site que vous voulez communiquer aux auditeurs quand vous passez à la radio soit clair et facile à trouver.

Votre autorité est une clé de réussite

V

L’autorité est un levier fondamental dans le développement de votre entreprise. D’autre part, elle vous permet d’acquérir de la crédibilité dans votre secteur d’activité. La question que vous devez alors vous poser est : Comment pouvez-vous imposer l’autorité de votre entreprise et montrer que vous êtes expert en la matière du produit/service que vous vendez ?

Cela est possible grâce à plusieurs outils : la certification, les diplômes ou les apparitions médiatiques. Tout d’abord, il est important de garder à l’esprit que si vous avez de l’autorité, c’est parce que vous êtes un auteur !

Créez pour avoir de l’autorité

Pour avoir de l’autorité, il est primordial de créer. Vous pouvez notamment créer :

  • Un livre ou un livret ;
  • Une méthode ou une conception : vous pouvez déposer cette création à l’INPI pour protéger vos droits d’auteur ;  
  • Un statut : fondateur d’une association ou école… ;
  • Une formation : être un formateur vous offre de l’autorité ;
  • Diplômes et certification : vous validez vos connaissances dans un domaine ou un autre ;
  • Un changement : aboutir à des résultats et créer un changement pour vous-même ou pour vos clients ;
  • Une marque : si vous utilisez toujours la même méthode pour créer un produit/service, vous pouvez donner un nom à cette méthode et la déposer, en tant que marque, à l’INPI. Un exemple typique : pour mes ateliers de séduction, je faisais toujours la même démarche pour accompagner un homme timide et l’aider à séduire. J’ai décidé de donner le nom PRINCE à cette méthode, dont chacune des lettres correspond à une partie de la démarche. Par la suite, j’ai déposé cette méthode et l’acronyme PRINCE à l’INPI : Sébastien Night, expert en séduction, créateur de la méthode PRINCE. Cela ajoute de l’autorité que je peux avoir sur le sujet.

Trouvez les points qui vous correspondent le plus 

Afin d’ajouter de l’autorité à votre activité, je vous invite à définir lesquels de ces points correspond à ce que vous pouvez communiquer actuellement aux prospects. Si aucun de ces points n’est à votre disposition, pensez à un point que vous pouvez créer, une certification par exemple.  

Comment obtient-on une certification ?

Soit en s’inscrivant à une école et en suivant un programme de formation pour obtenir la certification à la fin si elle existe. Soit en la créant, si elle n’existe pas encore. 

J’ai une certaine autorité en ce qui concerne le coaching en séduction, non seulement parce que j’ai coaché beaucoup d’élèves, mais aussi parce que à l’époque, j’ai créé la seule formation en ligne pour devenir coach en séduction. 

Certains des prospects peuvent être sceptiques quant à votre crédibilité en tant que coach. Vous pouvez les convaincre tout simplement en proposant des témoignages de vos anciens clients ou leurs expériences réussies dans le programme de formation que vous proposez.

Personnellement, je n’étais pas certifié dans le domaine de la séduction, mais je me suis servi de mon autorité dans ce domaine pour certifier mes élèves. Par conséquent, toutes les personnes certifiées dans le coaching de séduction sont mes anciens clients.

La présence médiatique : un secret de la réussite

L

Anne-Laure Chorro, participante au séminaire Entrepreneur Libre, est une jeune femme qui a beaucoup de succès en ce moment avec la médiatisation de son entreprise. Elle a créé Make It Travel, une plateforme qui permet de louer des affaires de voyages entre particuliers, tels que les tentes ou les sacs à dos par exemple.   

Le principe, c’est de permettre aux propriétaires de rentabiliser leurs affaires et aux voyageurs de faire des économies. Cette activité a également un aspect communautaire entre voyageurs, qui partagent entre eux de bons plans et des expériences de voyages.

Quel est le principe de MAKE IT TRAVEL ?

C’est une nouvelle façon de voyager, moins cher avec le goût du partage. 

Vous connaissez certainement l’échange d’appartements ou de voitures. Mais vous avez déjà pensé à prêter votre douche à un voyageur, votre jardin à un randonneur ou louer pour quelques euros votre tente ou votre duvet ? C’est ce qu’on appelle le tourisme collaboratif. C’est à la fois, du voyage avec des liens et de la solidarité.

Anne-Laure a créé son propre site Internet, autour d’une idée toute simple, qui consiste à louer des affaires de voyage. Le but de cette activité n’est pas forcément de gagner beaucoup d’argent, mais plutôt de défendre une certaine idée de voyage. 

La consommation collaborative permet aux gens de voyager plus souvent en utilisant des produits existants pour éviter les déchets et protéger la planète. 

Pour financer ses propres voyages, la jeune entrepreneure, a fait appel au tourisme collaboratif. Cette génération de jeunes hyper connectés représente des millions de consommateurs à travers le monde qui veulent voyager moins cher et surtout autrement. Certains parviennent même à financer l’intégralité de leur séjour grâce à ces échanges de bons procédés.  

Pourquoi c’est important d’être présent sur les médias ?  

Être présent sur les médias, c’est un levier important de prospection. Le fait de passer sur plusieurs médias, radios, journaux, télévision ou même un site Internet, permet d’augmenter votre notoriété. L’apparition médiatique reflète une bonne image de votre activité, par conséquent vous attirez davantage de prospects et vous vous positionnez sur le marché.

Anne-Laure Chorro, consciente du rôle important des médias dans la promotion de son activité est passée sur plusieurs médias :

  • Envoyé Spécial ;
  • BFM TV ;
  • Radios telles que RTL, France Bleu et RMC ;
  • Sites Internet : A nous Paris, 20 minutes et d’autres sites liés aux voyages et aux startups.

Elle a essayé d’être présente sur différents médias pour faire connaître son activité le plus vite possible.

Quelles sont les difficultés à envisager au démarrage de votre activité ?  

Anne-Laure a voulu créer sa boîte il y a dix ans. Mais à l’époque elle ne connaissait personne de son entourage qui avait déjà franchi ce pas. Elle ne savait pas où se renseigner et elle n’avait pas assez confiance en elle pour oser cette expérience. Elle a donc décidé de faire ses études supérieures, obtenir son diplôme et se lancer par la suite dans son nouveau projet. 

Pour bien gérer son entreprise et intégrer le monde des startups, Anne-Laure a fait une formation entrepreneuriale. Au départ, comme elle était toute seule, elle avait du mal à avancer. Pour cette raison, elle a cherché un co-fondateur pour travailler avec elle sur l’idée et développer le site. Cela lui a permis de se mettre sur les rails et de partager les tâches avec un autre collaborateur.

Au niveau du lancement de site Internet, elle a également rencontré quelques difficultés. Elle a ainsi dû reporter la date du lancement plusieurs fois. Le démarrage de cette activité n’était pas facile, mais Anne-Laure a décidé d’aller jusqu’au bout pour réaliser son rêve.

Comment peut-on décrocher la première interaction sur les médias ?         

Envoyé Spécial présente la première apparition médiatique de Anne-Laure. Ensuite pendant le tournage d’un témoignage sur un site Internet qui s’intéresse au tourisme collaboratif, elle a décroché sa deuxième apparition médiatique. Ce sont les deux premiers événements marquant dans la médiatisation de sa boîte. D’un autre côté, la jeune entrepreneure, a exploité son réseau et ses connaissances. LinkedIn présente également un outil puissant pour contacter des journalistes ou des Community Manager qui écrivent des articles sur des blogs et des sites parlant du concept innovant proposé par Make It Travel. Pour le premier démarrage elle a donc réussi à saisir une opportunité et par la suite elle a maximisé ses ressources pour être présente sur plusieurs médias et faire connaître son nouveau concept auprès de sa clientèle.

Comment réussir votre passage à la télé, à la radio ou dans un journal ?

C

Quand un journaliste vous contacte pour parler de vous et votre entreprise, comment s’assurer que l’article, la chronique, le plateau télé ou le reportage va avoir des retombées positives ?

J’aimerais partager avec vous le livre Feeding The Media Beast de Mark Mathis. Il s’agit d’un des premiers livres que j’ai lu lorsque j’ai cherché à faire connaître mon entreprise dans les médias et cela a très bien marché pour moi vu que, mon entreprise, peu de temps après avoir lu le livre, a fait l’objet de reportages, de plateaux télé et d’articles sur TF1, France 2, M6, Canal+ et dans Paris Match, Charlie Hebdo, Le Parisien, Le 20 Minutes. 

Chaque fois, les médias ont parlé de mon entreprise de manière positive sauf dans deux cas où je n’avais pas suivi une des règles enseignées dans le livre. 

La plupart de mes apparitions dans les médias ont été un succès grâce à ce que Mark Mathis appelle la règle de la préparation. 

En fait, quand vous savez que vous allez être interviewé ou intervenir sur un plateau, vous devez absolument vous préparer en amont en vous posant un certain nombre de questions : 

  • Quel est le format ? Une chronique, un documentaire, un reportage, un article ? Est-ce que ça va durer 5 minutes, 15 minutes, 20 minutes etc ? Est-ce un plateau que vous allez partager avec d’autres invités ? Est-ce que l’article est une demi page ou une pleine page ?
  • Quel est le sujet et comment le journaliste compte-t-il l’aborder ? Certains angles d’approches devraient vous dissuader d’apparaître dans le média qui vous le propose. 

Il existe donc un certain nombre de questions pour savoir à l’avance à quelle sauce vous allez être mangés et il faut mieux que vous décliniez l’apparition dans un média si vous sentez que cette apparition pourrait être bizarre. 

Ce qui est intéressant c’est lorsque vous posez des questions, le journaliste va toujours apprécier que vous en posiez car cela montre que vous souhaitez préparer l’article ou le reportage et que le contenu sera donc de meilleure qualité. 

Le journaliste refusera de vous dire l’angle qu’il veut pour son article si et seulement si il prévoit de faire un article qui va vous discréditer. Autrement, le journaliste n’a aucune raison de vous cacher quel angle il souhaite. 

Sur mes dizaines d’apparitions dans les médias, je n’ai pas accepté de suivre cette règle que deux fois et les deux fois, cela s’est avéré être des cas vraiment bizarres. Une fois c’était sur une radio et une autre fois sur une radio web. Les journalistes avaient déjà prévu à l’avance de dénigrer mon travail et c’est ce qu’ils ont fait. Cependant, j’ai su que c’était de ma faute car je n’avais pas respecté la règle de la préparation enseignée par l’auteur du livre. Il faut donc ne jamais négliger de se renseigner à l’avance ! 

Pour aller plus loin :

Crédibiliser votre offre en la médiatisant

C

Si vous voulez démarquer votre activité de celle de votre concurrence et vous affranchir de la guerre des prix, vous devez crédibiliser l’offre que vous avez à proposer.

Une méthode efficace est de médiatiser votre offre. Dans le cas des entreprises que j’ai accompagnées et de celles que j’ai fondées, j’ai beaucoup utilisé les médias et j’ai constaté un effet radical sur les ventes. 

Sur un de mes sites Internet, notre taux de conversion (le nombre de personnes qui achètent après leur visite du site) est passé de 0,5 % à 5 %, autrement dit, dix fois plus, juste en ajoutant un extrait d’un reportage télévisé sur TF1 qui était venu filmer notre service. Nous avons mis cet extrait sur la page de présentation du produit. C’est pourquoi, je peux vous donner quelques conseils de mon expérience par rapport aux médias.

L’image

Un de mes premiers passages dans la presse était dans le magazine Paris Match. Ils  étaient venus observer un de mes ateliers de coaching en séduction et y avaient consacré une pleine page mais ils étaient ennuyés car, à l’origine, ils voulaient ajouter une photo en pleine page également. 

Or, à l’époque, je ne disposais pas de photos que je pouvais donner à des journalistes. Ils ont été obligés d’illustrer l’article avec une photo issue d’un concurrent. 

J’ai appris une leçon essentielle à ce moment-là : les médias ont besoin d’images. Vous devez donc savoir mettre en scène votre produit ou votre service afin de pouvoir présenter quelque chose de visuel et, si possible, posséder déjà des images que vous pourrez fournir facilement.

Par la suite, à chaque fois que j’organisais des séminaires ou des ateliers,  que je sortais un nouveau produit, je m’arrangeais pour réaliser des photos professionnelles que je pouvais utiliser dans mes propres communications mais aussi les procurer aux médias en cas de besoin. 

Ainsi, lorsque le journal 20 Minutes a voulu consacrer un article à mon activité, j’ai pu leur proposer une photo que j’ai ensuite également donnée à France Soir. 

Nous possédons une banque de données, notre dossier de presse, qui nous permet de toujours transmettre quelque chose de visuel.

Il est possible de mettre en scène toutes les sortes de produits. 

Par exemple, si vous n’organisez pas de séminaires, vous pouvez simplement être pris en photo ou une personne vêtue d’un costume particulier se rapportant à votre activité. Vous pouvez également photographier votre carte de visite, vos produits (livres, DVD). Ce sont des images faciles à réaliser.

L’histoire

Vous devez trouver un angle, une histoire pour rédiger votre communiqué de presse, c’est-à-dire une page A4 qui explique ce qui est nouveau, en quoi c’est important, en utilisant vos chiffres (par exemple le nombre d’abonnés sur votre page Facebook). 

Cela va donner jour à des articles sérieux mais aussi plus satiriques. 

Ainsi, Charlie Hebdo m’a consacré un article en pleine page illustré par une caricature.

Intérêt de médiatiser votre activité ou votre produit

Vous allez pouvoir créer un afflux supplémentaires de clients et de prospects potentiels. Ces gens vont vous découvrir dans les journaux, à la radio, à la télévision. Personnellement, je suis passé régulièrement sur TF1, France2, M6. A chaque passage télévisé, des millions de nouvelles personnes découvrent ce que je fais, entendent parler de mon site Internet.

La médiatisation est aussi un outil de crédibilisation. Vous allez pouvoir y faire allusion dans la description de votre produit, sur la page de vente, ou attacher en pièce jointe dans les mails de relance aux prospects un article de presse vous concernant.

Le journal France Antilles est un média local auquel j’ai envoyé un communiqué de presse lors d’un de mes déplacements en Guadeloupe. J’ai pu décrocher une présentation auprès d’une mairie devant un public de jeunes à qui j’ai détaillé mon parcours d’entrepreneur. Nous avons prévenu le journal qui a accepté de me consacrer un article.

Le bon client

Il ne suffit pas d’être présent une fois dans les médias mais de façon récurrente. L’afflux de nouveaux prospects est alors constant et cela vous permet d’augmenter la notoriété de votre activité. Vous devez devenir le bon client, c’est-à-dire la personne qui a eu un bon contact avec le journaliste, lui a donné du matériel utile et utilisable et l’envie de vous  interviewer encore par la suite. 

Ainsi, le journal France Antilles m’avait recontacté pour un article sur mon autre activité, le coaching séduction. 

De même, je suis passé trois fois dans l’émission Toute une Histoire. J’ai été interviewé trois fois sur Europe 1. 

J’essaye toujours de devenir un invité récurrent. 

Pour cela, il est nécessaire de bien connaître le public auquel on s’adresse. Lorsque j’ai fait le tour du monde, j’ai décroché des articles dans des journaux pour le grand public comme France Dimanche, surtout intéressé par les photos.

Chaque activité est très souvent liée à une revue. Le magazine Pharmacien Manager m’a consacré un article. 

Lorsque je suis présent dans un média, je ne parle pas uniquement de mon produit, je donne aussi des conseils adaptés au secteur concerné. Grâce à ces conseils, mon interview prend de la valeur. Elle ne s’adresse pas qu’aux pharmaciens. Tout le monde peut utiliser ces conseils.

À propos de Sébastien

(Le Marketeur Francais : Biographie)Sébastien, surnommé "Le Marketeur Français", est consultant en stratégie marketing, spécialisé dans la croissance explosive des petites entreprises.

/* ]]> */