Résultats de recherche pourmieux quest qui vend

Bien étudier vos questions du sondage pour qualifier vos prospects

B

La première partie d’un sondage consiste à poser des questions ouvertes à vos prospects afin de découvrir leurs besoins et leurs attentes. La deuxième partie est de qualifier vos prospects.

Lors de cette seconde étape, vous devez filtrer vos prospects et séparer le bon grain de l’ivraie. Le fait de qualifier vos prospects vous permettra de récupérer les résultats de votre sondage et de déterminer les participants qui sont réellement pertinents. De ce fait, il est inutile de demander à votre famille, vos amis et votre entourage de répondre au sondage. 

Le but n’est pas juste d’avoir le sentiment général du grand public sur votre produit, mais plutôt d’avoir le sentiment particulier précis des clients potentiels.

Filtrer vos prospects

A travers ce sondage, essayez de poser des questions qualifiantes à vos prospects.     

Avez-vous déjà eu recours à une aide extérieure ?

Ce type de question sert à vérifier que les internautes sont des consommateurs et ont la motivation nécessaire pour acheter votre produit/service.

Il s’agit d’une question sur le sondage Séduction, dédié au public féminin, pour déterminer si elles ont demandé des conseils à des proches, lu des livres à ce sujet, participé à des sites de rencontres, ou si elles ont recours à une aide extérieure. Pour les femmes qui vont cocher qu’elles ont eu recours à une aide extérieure, pensez à leur fournir un champ de commentaire afin qu’elles puissent développer cette réponse et préciser leur choix.  

L’objectif principal consiste à filtrer et exclure les prospects qui n’ont eu recours à aucune aide extérieure ou n’ont jamais acheté un produit/service similaire, car ce ne sont pas des prospects très pertinents. Vous pouvez également poser cette question autrement :

  • Avez-vous déjà acheté un produit/service similaire au cours des 12 derniers mois ?
  • Avez-vous l’intention de résoudre ce problème dans l’année qui vient ?
  • Avez-vous l’intention d’acheter ce type de produit/service dans les 12 mois qui viennent ?

Ceci nous amène à la seconde question.

Combien vos prospects sont prêts à dépenser pour acheter votre produit/service ?

Pour un sondage effectué sur un programme du coaching, la question peut être formulée ainsi : si je vous accompagnais tous les jours pendant un mois, avec un plan d’action concret pour faire décoller vos ventes, combien seriez-vous prêt(e) à investir pour cet accompagnement ?

Le prospect peut répondre à cette question en donnant des estimations du coût pour :

  • Une formation en vidéo ;
  • Une formation en webconférence ;
  • Une formation qui inclut du coaching.   

Les prospects qui donnent des réponses irréalisables, doivent être filtrés afin de vous concentrer uniquement sur vos clients potentiels, qui correspondent à vos critères et qui sont prêts à dépenser de l’argent pour bénéficier de votre programme de coaching.

Trois critères sont donc possibles pour qualifier les internautes qui ont répondu à votre sondage :

  • Des prospects qui ont déjà acheté un produit/service similaire ;
  • Des prospects qui ont l’intention d’acheter un produit/service répondant au même problème ;
  • Des prospects qui sont prêts à dépenser un budget déterminé pour acheter votre produit/service.

Affinez le choix de votre offre  

Le fait de qualifier vos prospects, vous permettra d’affiner le choix de votre offre. 

Sur votre page de qualification, posez des questions qui vous permettront de mieux cibler votre proposition commerciale.

Faut-il poser des questions démographiques ?

Très souvent dans les sondages, surtout les sondages en ligne, on trouve des questions démographiques. Vu que peu d’entrepreneurs savent ce qu’il faut poser comme questions dans un sondage, ils croient qu’il est indispensable de poser des questions démographiques aux prospects telles que : âge, sexe, profession…

En fait, il est rarement pertinent de poser des questions démographiques à vos prospects. Ce type de question, généralement, est très intrusif et décourage le prospect de continuer à répondre à votre questionnaire. 

Toutefois, il existe des questions démographiques qui sont intéressantes et il est recommandé de les poser. Par exemple pour le marché des femmes inscrites sur ma newsletter il y a deux questions démographiques intéressantes :

  • On ne séduit pas de la même façon quand on a 18 ans et quand on est d’âge plus mûr. Par conséquent, je pourrais mieux vous conseiller si vous m’indiquez votre tranche d’âge ?
  • Quelle est votre situation maritale actuelle ?

Les questions démographiques sont pertinentes uniquement, si le critère cause une grande différence dans la procédure de vente du produit. 

Par exemple, le message de vente d’un livre de fitness dépend du sexe du prospect. Vous ne pouvez pas vendre ce produit en utilisant les mêmes arguments pour les femmes que pour les hommes. Dans ce cas, il est indispensable de poser une question démographique dans votre sondage pour déterminer le sexe de votre prospect et personnaliser le message de vente.

Quand un critère détermine si vous parlez au prescripteur ou à l’acheteur, en l’occurrence pour un cours particulier le prescripteur, c’est l’élève et l’acheteur c’est le parent. C’est intéressant alors de savoir si la personne qui a répondu au sondage est l’élève ou le parent.

Affiner votre offre

Afin de déterminer l’offre pour le programme de coaching des femmes, il est possible de poser la question suivante : quelle forme de conseil préférez-vous recevoir pour vous aider à atteindre votre objectif ?

Les conseils peuvent être fournis par écrit, en audio, des vidéos sur Internet, des vidéos sur DVD ou des conseils en face-à-face. Il est recommandé pour ce type de questions de proposer une matrice de plusieurs choix ou vous insérez tous les formats possibles pour le produit/service proposé et demandez aux prospects de voter pour chaque choix. 

Le résultat vous permettra d’affiner votre offre et de déterminer le format le plus attrayant pour vos clients potentiels.

Déterminer une fourchette de prix

Quand vous posez la question du prix, vous risquez d’avoir un souci parce que le prospect essaye toujours d’avoir le prix le moins cher. 

Pour cette raison, je vous propose quelques astuces pour analyser les réponses reçues suite à cette question :

Pour un service qui corresponde exactement à vos attentes et vous aide dans votre objectif, combien êtes-vous prêt à investir ?

Par la suite, vous êtes invité à créer les fourchettes de prix selon votre type d’activité. Il est important d’introduire parmi les choix possibles une case qui indique 0 €. Ceci vous permettra de filtrer vos prospects immédiatement. Un prospect qui n’est pas prêt à dépenser pour acheter votre produit/service, c’est un prospect non qualifié. Vous pouvez tout simplement mettre des champs libres. Dans ce cas, il est crucial de proposer plusieurs options afin de déterminer dans quelle situation votre prospect sera prêt à dépenser de l’argent pour acheter votre produit/service.

Une bonne façon pour inciter les internautes à vous donner une valeur réaliste c’est de leur poser la question suivante :

En tant que lecteur des livres pour changer de vie, vous aurez bien sûr droit à un tarif réduit et privilégié. Mais pour le grand public, combien devrait valoir ce type d’information ?

Cette question est importante pour avoir des réponses plus fiables et ajustées.

En optant pour ce format de sondage, vous pouvez affiner votre offre et mieux comprendre ce que vos prospects veulent de votre produit au niveau du format, contenu et aussi au niveau du prix. Aussi, si vous nécessitez des informations démographiques importantes pour mieux cibler votre produit, exceptionnellement vous pouvez poser la question mais ne dépassez pas deux questions à ce sujet.

Vrai ou faux : la machine à vendre rend le marketing impersonnel

V

Je vous ai déjà expliqué le concept de la machine à vendre, c’est-à-dire des mails automatiques envoyés aux prospects permettant de faire du marketing comportemental. Nous savons, selon les clics des gens, ce qui les intéresse et nous pouvons donc leur envoyer des messages qui correspondent à leurs goûts. Nous pouvons alors fidéliser les abonnés à notre site Internet, obtenir un maximum de chances de leur vendre notre produit. Tout est programmé pour que les prospects vivent une expérience unique.

Je voudrais aujourd’hui répondre à une question qui peut vous être venue. 

Automatiser tout mon système marketing ne risque-t-il pas de le rendre impersonnel, moins humain ? 

Je pense que cette question est pertinente.

Je voudrais que vous compreniez une distinction très importante qui va vous aider à faire grimper vos ventes via votre site Internet.

Vous êtes en quantité limitée, autrement dit, vous êtes une seule personne avec un temps limité pendant lequel vous pouvez interagir avec vos clients. 

Si vous essayez de vous démultiplier, le problème est que le temps reste limité (24 heures dans une journée). Vous ne pouvez donc pas aujourd’hui envoyer manuellement des e-mails à votre liste tous les deux ou trois jours sur diverses thématiques. 

Aimeriez-vous passer quatre fois plus de temps à envoyer des messages marketing ? A mon avis, la réponse est non. Vous préfèreriez obtenir plus de retours en y consacrant moins de temps. Si vous éprouvez des difficultés à communiquer avec les cents personnes de votre liste, vous ne pourrez jamais gérer cent mille clients.

Il faut donc communiquer mieux et plus souvent pour augmenter le nombre de gens de votre liste, avec chacun sur le sujet qui l’attire. 

Par exemple, vous pouvez être intéressé par le sujet de la machine à vendre alors que d’autres entrepreneurs ne le sont absolument pas. Je ne leur enverrai donc pas la vidéo d’aujourd’hui. Vous devez donc apprendre à communiquer le bon message à la bonne personne. Il devient nécessaire d’informatiser.

La personne qui reçoit le mail est contente d’acquérir du contenu gratuit et aura ensuite envie d’acheter vos produits. Le prospect préfère recevoir dix conseils de qualité par envois automatisés plutôt qu’un seul message personnalisé manuellement mais qui risque de ne pas aborder une thématique intéressante pour lui. 

Le concept de la machine à vendre est essentiel car il permet de se créer une liste de vrais fans qui lisent la totalité de vos mails. Ces personnes ne s’offusquent pas que les vidéos soient envoyées automatiquement. En effet, en 2010, j’ai créé une vidéo intitulée « Votre savoir est un pouvoir » dans laquelle j’explique pourquoi toutes les entreprises doivent communiquer de l’information à leurs clients. Je l’envoie automatiquement à toutes les personnes qui s’inscrivent sur mon site et je reçois chaque jour des mails de remerciements. Ces gens sont intéressés par le contenu et ne s’occupent pas de savoir si le mail reçu est automatisé.

Si vous pensez qu’une machine à vendre rendra votre marketing impersonnel, c’est une erreur car il va se passer exactement l’inverse. Vous donnez aux gens la possibilité de vivre de la valeur ajoutée, de recevoir des conseils correspondants exactement à leurs attentes. Ils achèteront plus et seront davantage impliqués, plus proches de vous. Peu importe si les vidéos sont anciennes ou s’ils ne lisent pas les mails immédiatement.

Cette technique vous permet donc de gagner plus d’argent en limitant votre temps de travail.

Comment gérer au mieux les objections de vos prospects ?

C

Dans cet article, nous allons voir comment faire pour réagir aux objections d’un prospect, voire en anticiper certaines. 

Tout d’abord, un conseil essentiel. 

Une objection ne s’ignore pas 

Certains pensent qu’en ne mentionnant pas l’objection alors le prospect va oublier qu’il avait une objection avant d’acheter. 

Deuxième problème, si vous vous dîtes que effectivement vous ne pouvez pas ignorer l’objection de votre prospect, dans ce cas-là vous vous dîtes que du coup vous allez combattre ces objectifs. Ce n’est pas non plus la bonne chose à faire. Vous ne pouvez pas montrer à votre prospect que vous pensez qu’il a tort d’avoir une telle façon de penser vis-à-vis de votre produit ou service. 

Remettre en cause les objectifs du prospect entraînerait une argumentation qui gâcherait presque toutes vos chances de vendre. 

Dans notre marketing, nous n’allons pas commencer à dire aux gens qu’ils ont tort. 

Si vous ne pouvez ni ignorer l’objection ni la combattre, qu’allez-vous faire ? 

Aller dans le sens du prospect n’est pas possible non plus car, si par exemple, il trouve que votre produit ou service est trop cher, vous ne pouvez pas lui donner en raison en disant qu’il est vrai que le produit ou service est cher. 

La première chose à faire, c’est l’autoriser. Vous avez besoin d’autoriser cette objection à exister. 

Il s’agit de la première étape pour avoir ensuite une conversation qui ne soit pas une argumentation, une lutte, entre vous et votre prospect. 

Vous devez donc dire que vous comprenez son objection. Par exemple, si le prospect risque d’avoir à redire sur le temps de livraison ou le prix du produit, nommez l’objection en précédant d’un « Vous vous dites peut-être » afin de montrer à votre prospect que vous comprenez d’où vient son objection. 

Vous avez besoin de créer de la confiance afin de guider vers l’achat en expliquant que même si vous comprenez leur objection, celle-ci ne devrait pas être un argument suffisant les empêchant d’acheter le produit. 

Que pouvez-vous faire pour retourner les objections des prospects à votre avantage ? 

Exemple : Vos prospects s’attendent à recevoir du service mais au final tout est automatisé. En quoi cela est un avantage pour les prospects ? 

Si vous êtes honnête, cette honnêteté mettra votre prospect en confiance et lui permettra de savoir si le service est fait pour lui ou pas et d’avoir une vision claire des avantages et inconvénients de ce service. Il pourra prendre une décision à partir de là. 

Faut-il avoir prévu toutes les objections possibles pour pouvoir y répondre à l’avance ? 

Alors il est impossible de tout prévoir mais il est revanche possible d’anticiper certaines objections. 

Si vous faites une vidéo pour présenter votre produit, commencez dès cette vidéo (tournée à l’avance) à répondre aux questions et objectifs que vous êtes persuadé de recevoir. Rajoutez ensuite, au fur et à mesure, les autres questions et objections que vos prospects vont avoir avant la sortie de la vidéo mais auxquelles vous-même n’avez pas pensé afin d’éviter qu’ils se posent la question le jour de votre lancement. 

Vous vendrez plus facilement votre produit une fois que vous aurez répondu correctement aux questions et objections de vos prospects et su en anticiper certaines. 

Créer votre produit d’information pour le vendre sur Internet

C

Nous allons définir quel est votre contexte. Pour cela, nous allons effectuer des exercices.

Pour le premier exercice, vous vous êtes simplement présenté à un partenaire. Cet exercice ne met personne en danger et est relativement simple. Vous parlez dans cet exercice d’un des sujets que vous maitrisez le mieux et qui vous passionne le plus, à savoir vous-même. Ce premier exercice est donc innocent. Il est facile, sans risque et permet juste de comprendre la méthode qui va vous permettre de réaliser les exercices suivants.

Ensuite, à la mesure que vous avancez dans la formation, vous ferez d’autres exercices sur lesquels vous allez peut-être parler d’un sujet avec lequel vous êtes moins à l’aise mais par contre vous en connaîtrez déjà la structure. Cet exercice sera donc inoffensif.

Une fois que vous avez fait un exercice sur lequel vous avez appris et qui vous a fait avancer, vous allez pouvoir effectuer des exercices où le contexte changera peut-être un peu mais très légèrement. Par exemple être en groupes de trois au lieu d’être en groupes de deux. Le temps de réflexion sera donc plus intense. Cet exercice va pouvoir être intéressant car il sera lié directement au contenu recherché. 

Ces deux premiers exercices donnés dans mon produit d’information sont des exercices qui sont en fait juste des exercices d’apprentissage de la méthode d’apprentissage. Ensuite, nous rentrons sur les exercices permettant d’apprendre le contenu que vous êtes venus chercher. Enfin, vous allez pouvoir arriver sur des exercices où vous allez travailler plus en profondeur et réfléchir à comment avancer. Comment attirer les clients, comment donner plus de valeur à vos produits et vos services, que pourriez-vous vendre plus tard…Vous allez pouvoir créer une vision plus grande de ce que vous allez pouvoir réaliser plus tard. C’est là que vient le quatrième exercice. Ce quatrième exercice est introspectif. 

Voici le modèle pour les 4 types d’exercices : 

  • Innocent.
  • Inoffensif.
  • Intéressant.
  • Introspectif.

Quand vous allez créer votre produit final, vous allez devoir avoir vos exercices définis dans cet ordre là. Quel est le premier pas facile que vous pouvez donner à votre client ? Ensuite, quel est le second pas que vous allez pouvoir lui proposer pour le faire avancer dans la bonne direction ? Vient ensuite l’exercice d’introspection, soit la dimension de développement pour le client qui va consulter votre produit.

Une question toute simple : qu’est-ce qu’un produit d’information ?

Je ne vais pas définir le produit d’information aujourd’hui en fonction de son format. Je vais plutôt me concentrer sur l’objectif de ce produit. 

Un produit d’information est une manière de condenser un message sous un format qui sera reproductible et qu’on pourra vendre à volonté. C’est la définition sur laquelle nous allons nous baser aujourd’hui. 

Votre objectif est de prendre le message (qui peut-être une connaissance ou juste un message de divertissement) et de le mettre sous un format. Si vous ne savez pas le faire, ce n’est alors pas encore le produit d’information. 

Admettons que vous présentiez un séminaire. Ce serait un produit d’information à la condition qu’il puisse être enseigné à nouveau par la suite à d’autres personnes, possiblement même par quelqu’un d’autre. Donc, vous avez créé un fil conducteur, fil conducteur qui me permet à moi de présenter le séminaire mais il permettrait à quelqu’un d’autre qui aurait suivi le séminaire de présenter à nouveau.

Créer une offre irrésistible : les 3 questions essentielles à se poser

C

Si vous cherchez à vendre un produit ou un service en proposant une offre irrésistible, il faut dans un premier temps comprendre pourquoi ne créer qu’une seule offre ne suffit pas. En effet, vous ne pouvez pas vous permettre d’avoir une offre magistrale que le client va trouver géniale mais ensuite lui proposer des offres qui ne le satisferont pas. Un tel cas de figure risquerait d’amener des prospects qui seront enthousiastes par le produit ou le service que vous leur proposez mais qui finiront par être refroidis par la suite, ce qui fera inévitablement baisser la crédibilité de votre offre principale.

Souvenez-vous du modèle de téléphone portable Nokia 3310. Le produit de départ proposé par la firme était un simple téléphone. Imaginons maintenant que vous ayez plus tard acheté un Iphone car vous avez besoin d’avoir un agenda sur votre téléphone. Quand Apple vous a vendu le téléphone ils ne vous ont pas seulement vendu un bout de plastique servant à téléphoner. Ils vous ont vendu un appareil capable notamment de synchroniser des données et de télécharger de la musique. Grâce à ce qu’Apple vous a proposé, vous possédez bien plus qu’un simple téléphone. Apple vous vend un nouveau lifestyle tandis que Nokia ne vous vend qu’un téléphone. Désormais, chaque fois que vous allez changer de téléphone, ce sera très probablement vers Apple et non pas vers Nokia que votre choix se portera.

Pour créer une offre irrésistible bien rodée, il est essentiel de se poser les trois questions suivantes :

  • Quel produit ou service vous vendez actuellement ? En d’autres termes, pour quel produit/service voulez-vous créer votre offre irrésistible ?
  • Quel est le produit/service que vous souhaitez vendre ensuite ?
  • Vers quelle direction globale souhaitez-vous vous orienter ? Autrement dit, quel est le choix de vie vendu à votre prospect ? 

Quel produit ou service vous vendez actuellement ? Pour quel produit/service voulez-vous créer votre offre irrésistible ?

La première question à se poser est simple. Avec quel produit ou service allez-vous tenter d’attirer vos prospects ? Il est nécessaire d’avoir une idée précise de ce que vous souhaitez vendre afin de capter au mieux l’attention de vos potentiels clients.

Quel est le produit ou service que vous souhaitez vendre ensuite ?

Il peut s’agir d’un produit ou service que vous souhaitez vendre à d’autres prospects. Illustrons avec deux exemples.

Dans ce premier exemple, imaginons que vous vendiez un téléphone. Vendre ce téléphone signifie que vous allez ensuite peut-être vouloir proposer un autre type de téléphone à quelqu’un n’ayant pas acheté le premier. Peut-être que le prospect n’a pas acheté de smartphone donc vous voulez lui vendre un téléphone plus classique ou suite à la vente de votre téléphone vous allez avoir l’idée de vendre à de nouveaux clients un abonnement, un service qui permet récupérer des données.

Pour le second exemple, nous allons parler d’Olivier Roland et de son lancement orchestré pour Agir et Réussir, une formation en ligne dont l’objectif est d’aider à bien démarrer son entreprise. Imaginons que ce premier service était déjà un succès. Que faire ensuite ? Quel produit ou service vendre après celui-ci ? Olivier a su créer sa stratégie. Ce qui l’intéressait, c’était de développer un blog. L’étape suivante fut donc de créer un blog professionnel.

Vers quelle direction globale souhaitez-vous vous orienter ? Quel est le choix de vie que vous vendez à votre prospect ?

Dans le cas d’Olivier, c’était permettre à son prospect d’être indépendant en lui proposant toutes les clés du succès pour développer sa propre activité.

Si ce questionnement n’avait pas été élaboré, Olivier serait resté créateur d’entreprise uniquement. Il a cependant réfléchi à une stratégie et s’est dit « Je vais faire le lancement de mon service à partir du blog, lorsque je lancerai mon produit principal les gens vont s’y intéresser et ensuite comprendre par le biais du blog que ce que je développerai ensuite est digne de maintenir leur intérêt.». Grâce aux trois questions qu’il s’est posé pour élaborer son offre irrésistible, une maison d’édition l’a contacté en lui proposant d’écrire un livre, opportunité qu’il a saisi.

Pour développer votre entreprise, il est donc essentiel de se poser trois questions de sorte à ce que la première offre irrésistible que vous élaborez vous aide à développer une deuxième offre qui elle vous aidera ensuite à créer un choix de vie à proposer soit à vos clients existant soit au public n’ayant pas acheté votre premier produit ou service mais faisant tout de même partie de votre clientèle potentielle.

J-46: Mieux communiquer pour créer des Partenariats Stratégiques réussis

J

Comment faire confiance et dans quelles limites ? Et comment communiquer avec des partenaires ?
Dans ce podcast, je vais partager avec vous quelques conseils pour que vos partenariats stratégiques se passent bien.

Aujourd’hui, nous sommes à « J-46 » du séminaire Entrepreneur Libre… et le conseil donné aujourd’hui va vous permettre de connaître une réussite hors du commun !
Je vous en dis davantage… dans ce podcast !

Accédez gratuitement à l’interview mentionnée dans le podcast: Comment avoir 240 fois plus de prospects

Abonnez-vous: cliquez ici ! Écouter ou Télécharger le fichier audio

Ce podcast est sponsorisé par Patrick Dayman de SPGC Carrière. Merci Patrick !


J'espère que ce podcast vous a plu !

Si vous voulez mettre en pratique mes stratégies dans votre entreprise, je vous recommande vivement mon livre, Le Secret des Entrepreneurs Libres. Ce guide pratique, illustré d’exemples concrets d’entrepreneurs dans 25 secteurs d’activité, dévoile :

  • Pourquoi et comment vous devez vous « cloner » (p. 81) pour faire exploser vos ventes et vos revenus, tout en réduisant votre temps de travail !
  • Comment différencier votre offre et rendre vos concurrents « hors sujet » en créant une offre irrésistible pour vos clients ! (p.45)
  • Le secret qui transforme vos clients en « fans » qui achètent encore et encore - et qui vous recommandent autour d’eux ! (p.53)
  • Pourquoi et comment vous devez repousser certains clients, pour vous libérer du temps, diminuer votre stress, et multiplier votre bénéfice ! (p. 179)
  • Et bien d’autres méthodes et ressources pour faire de vous un Entrepreneur Libre !
Chaque section du livre est complétée par des ressources en ligne, et des études de cas détaillées avec des entrepreneurs qui ont utilisé avec succès mes conseils !

Sébastien
PS : Avec mon livre Le Secret des Entrepreneurs Libres, j'offre 294 euros de bonus.
Cliquez ici pour vous offrir Le Secret des Entrepreneurs Libres et recevoir les bonus !

 

Transcription :

Aujourd’hui nous allons parler de contrats et de partenariats stratégiques.

J’ai conseillé beaucoup d’entrepreneurs ces dernières années : plus de 3000 clients dans 30 pays au cours des 5 dernières années. Et je retrouve souvent ceci : quelqu’un démarre son entreprise, et cet entrepreneur est quelqu’un de positif, de courageux, de facile à vivre.

Mais quand notre ami entrepreneur commence à penser au mot « partenariat », il commence à suer à grosses gouttes. Il commence à se transformer en quelqu’un de totalement différent, comme dans le dessin animé Disney où on voyait Dingo se transformer de « Monsieur Piéton » en « Monsieur Automobiliste ».

Notre ami entrepreneur, qui est en général positif, courageux, optimiste, devient soudain négatif, pessimiste, perd toute confiance dans la nature humaine et commence à avoir peur de son ombre.
J’ai vu cela plus d’une fois, et je l’ai même dit à un entrepreneur qui voulait proposer un marché à des partenaires mais me posait toutes sortes de questions sur comment protéger tout et n’importe quoi – au bout d’un moment je lui ai dit qu’il se comportait comme l’écureuil de l’Age de Glace qui protège sa noix… sauf que là la noix n’était même pas encore à lui ! Ce dont il avait peur c’est que ses partenaires lui fassent concurrence… alors qu’il avait besoin des partenaires pour exister !

La grande question donc est : Comment faire confiance et dans quelles limites ? Et comment communiquer avec des partenaires ?
Dans ce podcast, je vais donc partager avec vous quelques conseils pour que vos partenariats stratégiques se passent bien.

La clef pour réussir ses partenariats est la COMMUNICATION.

Comment appliquer :

Vous devez savoir quelle est l’INTENTION derrière ce partenariat – pas juste prendre des cartes de visite au hasard !
Vous devez savoir quelle est l’EMOTION que vous mettez dans chaque communication !
Exemple : Histoire de Ruddy : une tante qui dit qu’on est plein d’espoir, une tante qui est prostrée et pour qui tout est perdu.
On a chacun une « maison émotionnelle » et il faut y être attentif.
Vous devez savoir comment CLARIFIER les décisions et les poser par écrit : un Contrat ne vaut rien, mais il est indispensable.

J’ai réalisé une courte vidéo de formation avec Zico Kiaxx sur le thème des partenariats (comment il a multiplié par 240 sa liste de prospects), vous pourrez la trouver en cliquant sur le lien juste au-dessus de ce lecteur audio.

Notre ami entrepreneur dont je parlais au début de ce podcast a lancé son entreprise, avec des partenaires, et vendu plusieurs centaines de milliers d’euros de produits en ligne en quelques semaines. Donc c’est possible quand on se libère de nos peurs et qu’on apprend à mieux communiquer

Dans le podcast de demain je vais vous donner plus de nouvelles sur Ruddy. Et je vais vous donner un conseil marketing qui pourrait bien doubler les bénéfices de votre entreprise !

Comme vous le savez, ce podcast fait partie d’une série « compte à rebours avant mon séminaire EL » !

Je prépare en ce moment un atelier sur ce que j’appelle une « machine à vendre » (automatiser votre marketing) du coup c’est un sujet qui me passionne en ce moment, et je vous donnerai des conseils la semaine prochaine pour que vous puissiez réaliser des ventes pendant votre sommeil !

Apprenez à ne pas vendre pour vendre plus

A

Souvent, plus les objectifs sont généraux et larges, plus la partie hors contrôle est grande.
Souvent, plus les objectifs sont généraux et larges, plus la partie hors contrôle est grande.

Cet article invité a été proposé par Philippe Chevaux, créateur du blog Apprendre sur soi et avancer.

 

Toutes les personnes qui ont monté leur business ou qui travaillent dans le commerce d’une façon ou d’une autre ont cette envie en tête : vendre leur(s) produit(s), et le plus possible, tant qu’à faire…

Mais si je vous disais que vendre n’existe pas, qu’est-ce que vous répondriez ?

N’importe quoi ! Ça se fait tous les jours !

C’est vrai qu’il existe des transactions commerciales tous les jours et des gens gagnent de l’argent avec, tous les jours aussi.

Mais si on y regarde d’un peu plus près, dans ce genre de transaction, qu’est-ce qu’il se passe en fait ? C’est le vendeur qui vend, ou c’est le client qui achète ?

Est-ce pareil ?

Eh bien non. Ça n’est pas pareil, et ça fait une énorme différence.

(suite…)

Sujets abordés dans cet article :

vendre ou seduire, seduire le client, séduire les clients

3 personnes qui savent mieux que vous quel devrait être votre prochain produit

3

 

La troisième personne qui sait mieux que vous quel produit vous devriez lancer est votre concurrent.
La troisième personne qui sait mieux que vous quel produit vous devriez lancer est votre concurrent.

Même si vous avez de la créativité à revendre, trouver l’idée d’un nouveau produit peut être difficile. Cependant, si vous avez déjà une marque et n’en êtes pas à votre coup d’essai, vous disposez de trois atouts de taille pour mettre au point votre prochain produit : le client qui a déjà acheté chez vous, le prospect qui a résisté à vos arguments de vente, et votre concurrent établi sur le marché depuis longtemps. En conciliant les points de vue de ces trois personnes, vous pourrez mettre au point un produit qui répond aux besoins de votre public-cible, et dont la sortie sera couronnée de succès.

(suite…)

Vaut-il mieux avoir un blog ou une Page Facebook ?

V

Un blog est absolument indispensable pour tout entrepreneur souhaitant faire connaitre ses produits sur le web
Un blog est absolument indispensable pour tout entrepreneur souhaitant faire connaitre ses produits sur le web

Avec plus d’un milliard d’utilisateurs actifs et 2,7 milliards de « Likes » par jour, Facebook est aujourd’hui le site internet le plus visité au monde, devant le géant Google. Le réseau social de Mark Zuckerberg est donc d’un intérêt crucial pour les entrepreneurs, leur donnant de la visibilité et leur permettant de communiquer en toute simplicité. Facebook peut-il pour autant se substituer à un blog classique ? La réponse à cette question est clairement « non » : le blog est votre « chez-vous », un espace que vous contrôlez pleinement, tandis qu’une page Facebook est seulement un outil le mettant en valeur.

(suite…)

5 questions essentielles pour recruter des salariés innovants !

5

Questions à poser lors d'un recrutement !
L’attaque des clones… sur votre entreprise web ? Voici les questions à poser lors d’un recrutement pour éviter ce problème !

C’est parti. Vous vous êtes lancé, vous avez vaincu les freins mentaux que vous aviez à créer votre entreprise. Vous avez passé tous les obstacles administratifs. Vous avez convaincu des financeurs pour capitaliser correctement votre entreprise et dégager des fonds propres.

Le plus dur est fait et maintenant il faut travailler, conquérir de nouveau clients, et faire grandir votre entreprise. Un moment clef de cette croissance sera de recruter de nouveaux collaborateurs. J’ai constaté que souvent les entrepreneurs n’attachaient pas assez d’importance à cette activité de recrutement.

J’entends souvent, un discours réducteur :

« J’ai besoin d’un salarié pour le nouveau projet X qui démarre dans 2 mois. Je ne peux pas me permettre d’être en retard, c’est pour mon plus gros client. »

Les conséquences sont parfois désastreuses. Quand on recrute avec la pression, on recrute sur des critères simplistes. Vous allez vous concentrer sur les compétences actuelles du candidat, et sur son adaptation rapide aux projets à court terme. Pire encore, vous allez calquer le candidat sur un salarié existant. « Benjamin aurait été parfait mais il est déjà pris. Mais ne t’inquiète pas, j’ai trouvé quelqu’un qui lui ressemble point pour point ». Vous finissez par recruter des clones, des salariés tous identiques.

Voici comment éviter de tomber dans ce piège.

(suite…)

À propos de Sébastien

(Le Marketeur Francais : Biographie)Sébastien, surnommé "Le Marketeur Français", est consultant en stratégie marketing, spécialisé dans la croissance explosive des petites entreprises.

/* ]]> */