CatégorieMarketing

Nos 250 000 EUR d’aides pour les entrepreneurs : Comment en profiter

N

Je vous ai annoncé ce weekend notre idée pour vous faire bénéficier des 250 000 euros d’aides que nous avons reçues en 2020. (Cliquez ici pour voir le résumé sur le blog).

Donc pour récapituler:

  • L’Etat français, via la Banque Publique d’Investissement (BPI), a débloqué des aides pour les entreprises dans le cadre de la crise sanitaire l’an dernier…
  • Nous avons reçu 250 000 EUR d’avance de trésorerie pour nous aider à faire face à la crise sans devoir licencier de salariés ou mettre en péril le Mouvement des Entrepreneurs Libres,
  • Grâce à notre Marketing Bienveillant, non seulement le Mouvement des Entrepreneurs Libres a tenu face à cette crise, mais nous avons élargi l’équipe, lancé 2 nouveaux programmes, et continué de remplir notre mission d’aider les entrepreneurs francophones dans 35 pays à devenir libres.
  • Du coup, les 250 000 € en question sont encore sur notre compte et il faut maintenant décider: soit de les utiliser, soit de les rendre à la BPI.

J’ai décidé que nous allions utiliser ce quart de million d’euros pour aider les entrepreneurs qui nous suivent…

Mais une fois cette décision prise, la question logique qui vient derrière est « comment avoir le maximum d’impact ? »

En effet, 250k€ c’est une somme importante pour un individu.
D’ailleurs une poignée de personnes qui ont reçu mon email samedi m’ont répondu, en gros,

« Chouette, merci Sébastien, voici mon RIB pour les 250 000 euros ! 🙌🥳 »

Mais, plus sérieusement :

  • Si on se contente de juste prendre cette somme et la répartir entre les 321 044 entrepreneurs qui nous suivent actuellement, cela fait la somme mirobolante de… accroche-toi bien… 
    78 centimes par personne.
    Pas vraiment de quoi changer ta vie ++prenom++ 😅
  • D’un autre côté, faire simplement un « tirage au sort » pour faire un virement de 250k  à une personne prise au hasard n’aurait aucun sens non plus. Nous sommes un organisme d’accompagnement et nous transformons des vies grâce à la puissance de ces programmes d’accompagnement… nous ne sommes pas un casino ni la « Française des Jeux ».

Alors comment avoir le maximum d’impact ?

(suite…)

Ce que nous faisons avec nos 250 000 euros d’aides (nous vous en faisons profiter)

C

(Ceci est le premier d’une série de trois articles. Le second se trouve ici : Nos 250 000 EUR d’aides pour les entrepreneurs : Comment en profiter)

Ici Sébastien.

J’ai reçu un coup de fil bizarre de notre banquier cette semaine…

« Bon vous voulez faire quoi de ces 250 000 euros ?
Vous n’avez pas répondu à notre courrier… on les reprend ? Vous les gardez ? On en fait quoi ? »

Voici pourquoi j’ai reçu cet appel bizarre, et voici ce que j’ai décidé de faire en votre faveur (si ça vous dit 🙂

L’an dernier, la BPI – Banque Publique d’Investissement (une institution française créée pour soutenir les entreprises) a annoncé au printemps que le gouvernement proposait « un pont aérien de cash » pour les entreprises.

Je ne lis pas les journaux, je n’ai pas la TV, je ne suis en général pas les actualités…

… mais quand les gros titres parlent de « pont aérien de cash », crois bien que je me tiens au courant 😅

Il s’avère que le gouvernement français, via la BPI, avait débloqué 300 milliards d’euros d’aides et d’avances de trésorerie pour soutenir les entreprises.

À ce stade, il y avait encore beaucoup d’incertitudes par rapport à l’évolution de la situation sanitaire. Je venais d’annoncer qu’au Mouvement des Entrepreneurs Libres, nous allions rendre gratuits nos programmes de formation pendant 1 an (une promesse que nous avons tenue en diffusant gratuitement sur YouTube, Facebook, Instagram, tous les contenus de nos formations phare pendant toute l’année 2020).

Forcément, cela créait une énorme inconnue car les formations sont une part importante de notre offre de services : si on diffuse gratuitement nos formations, arriverons-nous à générer assez de ventes de nos programmes d’accompagnement, Masterminds, et consultings, pour franchir le cap de cette crise ?

(suite…)

Qu’est-ce que le marketing conversationnel ?

Q

https://www.youtube.com/watch?v=UMzPgnCbjgw&feature=youtu.be

Si vous utilisez Internet afin de promouvoir sur votre produit/service, voici une nouvelle façon pour communiquer avec les internautes. Je vous recommande d’utiliser cette technique si vous voulez convaincre vos clients plus facilement de l’intérêt d’acheter vos produits/services plutôt que ceux de la concurrence. Aussi, cette méthode va vous permettre de booster vos ventes.

Cette nouvelle tendance, c’est celle du marketing conversationnel. Au lieu d’opter pour le marketing au mégaphone, qui consiste à transmettre votre message à un maximum de personnes qui peuvent l’ignorer, il est plus intéressant d’attirer l’attention de vos prospects dans un échange interactif (si possible humain, mais vous pouvez également l’automatiser). 

Cette technique vous permet de créer un lien de confiance avec vos prospects avant de proposer votre produit/service. C’est une stratégie adoptée par Peggy Tournigand et Jeff Wise, dont je raconte l’histoire et le parcours dans mon livre Profession : Entrepreneur Libre, quand ils ont décidé de développer leur activité Time to relax. Au lancement, ils ont donné des cours de yoga à Paris et ils se sont rendu compte qu’ils avaient beaucoup de mal à vendre leur service à travers les publications sur Internet.       

Après avoir investi 20 % de leur capital de départ pour lancer cette campagne publicitaire sans rencontrer beaucoup de succès, ils ont changé de stratégie. 

Peggy et Jeff ont décidé de reprendre le concept du yoga qu’ils enseignaient à leurs clients et de lancer un défi et de le poster gratuitement sur Internet. En optant pour cette stratégie, ils ont réussi à attirer l’attention de plusieurs centaines de milliers de personnes sur leur challenge et ainsi recueillir les coordonnées de dizaines de milliers de participants intéressés et voulant relever le défi.

Au cours des 14 jours de challenge, les entrepreneurs ont tissé un lien de confiance avec leurs clients potentiels et ils ont réussi à les rapprocher du moment décisif : l’achat de leur programme.

C’est ainsi qu’ils ont développé une activité leader aujourd’hui dans le monde du développement personnel sur Internet.

En appliquant ce concept, qui consiste à interagir avec vos clients, vous aurez l’opportunité de rentrer dans la catégorie contact personnel plutôt que dans la catégorie marketeur qui tente à tout prix d’imposer un produit/service aux internautes.

Si vous voulez développer votre activité à une vitesse grand V, posez-vous la question :

Comment faire pour entamer une conversation avec le client au lieu d’être dans un monologue ?

Comment pousser vos concurrents à vous confier tous leurs secrets ?

Dans mon livre Profession : Entrepreneur Libre, je raconte l’histoire de l’ascension fulgurante d’Aurélien Amacker, un jeune blogueur qui a décidé de quitter un travail bien payé à la défense (à savoir 50 000 €/an) pour plutôt choisir de vivre de son blog et du voyage sa passion.

Pendant sa première année d’activité, Aurélien a rencontré un énorme obstacle : il n’est pas évident de se lancer sur un secteur où il y a déjà beaucoup de personnes établies et quand vous ne connaissez pas toutes les ficelles du métier.

Par conséquent, il s’est retrouvé face à un regard moqueur quand ses amis lui demandaient : est-ce tu as avancé dans ton projet ? Combien as-tu gagné grâce à ton activité ?

Toutefois, Aurélien avait une arme secrète que j’aimerais partager avec vous. Cette arme secrète consiste à l’étude du métier. Il s’agit simplement de poser des questions à vos concurrents établis pour qu’ils vous disent quelles sont les ficelles du métier ainsi que les stratégies les plus efficaces.

Vous vous posez peut-être la question : pourquoi les concurrents partagent avec vous les secrets de leur réussite ?

Cela dépend évidemment de l’approche que vous allez aborder quand vous contactez vos concurrents.

Il est déconseillé de dire directement aux concurrents que vous avez l’intention de créer une activité similaire ou un site concurrent et que vous ciblez les mêmes clients que votre concurrent. Par la suite, vous demandez les stratégies efficaces et la démarche à adopter.

Cette approche n’est pas bienveillante et ne vous permettra pas de recevoir beaucoup de réponses.

Si vous êtes nouveau dans votre secteur, enthousiaste, dynamique et prêt à apprendre, vous constaterez que les entrepreneurs qui ont plus d’expérience sont en général ravis de partager leurs conseils et leurs expériences.

Dans le cas d’Aurélien, quand il s’est lancé au début des années 2010, il a organisé des rencontres informelles avec d’autres blogueurs connus en France à l’époque.  

Toutes ces personnes expérimentées, en voie d’ascension rapide, ont partagé ce qu’ils faisaient eux-mêmes pour développer leurs activités rapidement.

Dans l’équipe du Mouvement des Entrepreneurs Libres, plusieurs personnes qui travaillent au sein de l’équipe sont des entrepreneurs et s’entraident et partagent leurs expertises.

Quand vous décidez de lancer votre activité, n’hésitez pas à mettre en place une approche humble en allant discuter avec des leaders dans votre secteur (ils ne sont pas forcément des concurrents parce qu’ils ont une clientèle différente ou leur thématique est différente de la vôtre). Mais leurs conseils peuvent vous être utiles et vous pouvez les appliquer dans votre situation parce qu’il y a une similarité entre vos activités.

L’étude métier, qui consiste à oser poser les questions à vos concurrents qui ont plus d’expérience que vous, présente un excellent moyen d’accélérer votre succès. 

Pourquoi inclure une garantie à votre produit ?

P

https://www.youtube.com/watch?v=KNj2iqSe3RA&feature=youtu.be

Il est extrêmement important, surtout quand vous vendez votre produit à distance, de montrer à votre prospect qu’il n’a aucun risque à s’engager dans cette transaction. Vous devez lui montrer qu’après avoir acheté votre produit ou service, vous endossez tous les risques possibles de la transaction.

Imaginez que votre client a vu votre produit et comment il fonctionne, qu’il a eu ou pas des résultats, dans quelle situation se retrouve-t-il s’il n’a pas eu de résultats ? Il se retrouve avec par exemple 30 euros de dépensés et donc lésé par rapport à sa situation de départ. Votre objectif doit être de réduire ce risque à zéro.

Le risque est automatiquement réduit par la façon dont vous vendez le produit. Si vous vendez par la plateforme en ligne Clickbank.fr, sachez que chaque produit est garanti pendant 60 jours, c’est-à-dire que le lecteur de votre livre qui pourrait en être mécontent n’aura même pas besoin de passer par le vendeur pour se faire rembourser. Il lui suffira de directement envoyer un mail au support client de Clickbank en exprimant son mécontentement et en demandant un remboursement. Clickbank le fera jusqu’au 60ème jour ayant suivi l’achat.

Certains vendeurs ont une très mauvaise stratégie en essayant de cacher la garantie en se disant que s’ils la cachent, les acheteurs ne demanderont pas à être remboursés même s’ils ne sont pas contents du produit. Cette stratégie est mauvaise car cela ne va pas diminuer le nombre de gens qui voudront être remboursés mais cela va plutôt diminuer le nombre de gens qui vont acheter le produit. Garantie ou non, les gens voudront quoi qu’il arrive se faire rembourser s’ils sont mécontents de votre produit ou service.

Tant qu’à avoir cette garantie, autant la mettre en avant en montrant que vous êtes quelqu’un de bien pour avoir proposé cette garantie.

En l’occurrence, s’il s’agit d’une garantie « satisfait ou remboursé » de 60 jours, voici comment argumenter cette garantie :

« En fait, je suis absolument certain que, comme les autres lecteurs de ce livre, vous aurez des résultats impressionnants sous 60 jours si vous suivez tout simplement la méthode. Comme vous recevrez le livre instantanément par email, après avoir confirmé votre achat aujourd’hui, vous pouvez commencer à vous entraîner dès aujourd’hui, dès demain ou dès lundi si vous le voulez. Pour être franc, vous allez voir les résultats dans le miroir au bout d’une quinzaine de jours à peine mais je veux que vous ayez le temps d’obtenir davantage qu’un « petit » progrès. C’est pourquoi vous bénéficiez de ma « garantie en béton pour des abdos en béton » de 60 jours. Vous avez deux mois entiers pour télécharger le livret électronique que je vous enverrai par email, le feuilleter, commencer les exercices, suivre le programme, voir fondre les graisses et être épaté(e) par les résultats. Si au bout de 60 jours entiers, vous n’êtes pas ébahie par la transformation de votre ventre, alors envoyez-moi un simple email et je vous rembourserai intégralement, jusqu’au dernier centime. Vous pourrez conserver le livre, ainsi que les deux livrets offerts en bonus. De cette façon, vous pourrez toujours les offrir à une autre personne, à qui vous pensez qu’ils peuvent être utiles. Pour passer commande du livre, le bouton ci-dessous vous amènera sur un site sécurisé appelé Clickbank.fr. Il s’agit de la plus grande librairie de livres électroniques au monde. Leur système de remboursement est extrêmement simple. Si pour la moindre raison, vous n’êtes pas satisfait, à n’importe quel moment au cours des 60 prochains jours, envoyez-nous simplement un email à [adresse du support] en demandant le remboursement et vous serez immédiatement remboursé du prix total du livre. »

Sur un tel produit, qui se vend très bien, vous allez obtenir environ 30 % de demandes de remboursement.

Si vous faites environ 100 ventes, en ayant une telle garantie, vous pourrez vite passer à 200 ventes et obtenir, si votre produit est très bon, peut-être moins de 10 % de demandes de remboursement. Si votre produit est correct, ce sera environ 30% de demandes de remboursement. 30 % de 200 ventes, cela fait 60, ce qui fait que vous allez garder 140 ventes, ce qui est bon.

De manière générale, il vaut mieux proposer la garantie via Clickbank car cela vous épargne beaucoup de soucis, beaucoup de frais, de recommandés et/ou de frais d’avocats avec les gens insatisfaits. Faites même de la garantie votre point fort.

Voici la version d’argumentation de garantie que je vous recommande :

« Quand vous commandez le livre « Tout sur les abdominaux » aujourd’hui, vous ne réglez que les frais de traitement de votre commande et vous avez 15 jours entiers pour décider de si vous voulez régler le livre. Autrement dit, vous ne réglez aujourd’hui que 3,95€ hors taxe et si vous êtes satisfait du livre, dans 15 jours, vous réglerez les 26€ restants. Si pour la moindre raison vous n’êtes pas satisfait, envoyez-nous simplement un email au cours de ces 15 jours pour vous rétracter et vous ne serez pas débité (et même au-delà des 15 jours, notre garantie de remboursement s’applique encore, jusqu’à 60 jours après votre achat). »

Comment transiter du contenu gratuit au contenu payant ?

C

https://www.youtube.com/watch?v=xn0K_ffSJ_s&feature=youtu.be

Comment faire pour passer au contenu payant lorsque vous offrez du contenu gratuit ?

Une première possibilité est que les prospects sont déjà « membres », c’est-à-dire qu’ils ont déjà entré un certain nombre de coordonnées pour devenir membre gratuitement. Cela permet de les contacter par téléphone, par courrier ou par mail pour leur expliquer les produits ou services payants que vous avez. Le processus par mail les forme à l’outil qu’ils ont déjà et les incite à passer à l’étape suivante.

Il existe plein de manières différentes de faire en sorte que votre prospect rejoigne votre mailing list. Pour certains, rejoindre votre mailing list veut simplement dire envoyer un cadeau gratuit pour que le prospect s’inscrive à une newsletter. Ce n’est qu’une approche parmi tant d’autres. Certaines approches sont très intéressantes et efficaces, comme le concours. 

Prenons l’exemple de Zalando, qui suite à un gros spot télévisé, ont ajouté à leur page d’accueil un jeu concours pour gagner cinq fois 2000 euros de shopping chez eux. Comment y participer ? En remplissant un formulaire demandant votre adresse email. 

Zalando aurait très bien pu faire un concours pour gagner un 4×4 mais ils vendent des vêtements et des chaussures, faire un tel concours n’aurait eu aucun rapport. Il est très intelligent de leur part de dire que vous pouvez gagner du shopping car au moins ils sont certains que les gens qui vont entrer leurs coordonnées pour jouer sont des gens intéressés par le genre de produits qu’ils proposent. 

Ils disent « Participez à notre jeu concours et recevez gratuitement notre newsletter ». Autrement dit, ils phrasent cela d’une manière à donner l’impression que la newsletter est un cadeau. C’est un positionnement intelligent. Offrir en cadeau une newsletter donne l’impression que celle-ci a de la valeur tout en restant honnête puisqu’ils ne cachent pas qu’ils vont envoyer des mails aux participants. Ce processus est très bien pensé et vous pouvez envisager de faire de même car cela est une bonne façon d’augmenter votre liste de prospects.

Une deuxième possibilité pour passer du gratuit au payant est de créer une newsletter qui permettra à vos prospects de profiter de vos offres commerciales. Faites une offre spéciale et offrez en bonus votre newsletter.

Une troisième possibilité, la plus connue sur Internet : faire s’inscrire des prospects sur votre site pour qu’ils « reçoivent quelque chose » comme une vidéo, un livret, un échantillon de produit ou des conseils. Précisez aux prospects qu’ils recevront ce que vous offrez par email et utilisez idéalement la phrase « Dîtes-moi juste à quelle adresse je dois vous envoyer ce que je vous offre ». Cette phrase fait un carton. Si vous avez le choix entre envoyer une vidéo ou un livret, faites les deux si vous en avez les moyens mais choisissez le livret si vous ne pouvez choisir qu’une seule option car annoncer un livret marche mieux que d’annoncer une vidéo.

Dans les trois possibilités présentées, le prospect ne recevra plus vos mails s’il se désabonne de votre newsletter. C’est donc le livret, la vidéo ou l’échantillon qui doit faire office d’élément permettant de faire la transition vers la vente. C’est ce que vous offrez gratuitement qui doit avoir quelque part estampillé que vous offrez quelque chose qui est encore plus formidable et complet, qui aidera à faire la transition du gratuit au payant. Votre contenu offert doit faire l’éloge de ce que vous vendez et contenir des lettres de clients satisfaits. Il doit également amener vers l’offre commerciale.

Pourquoi utiliser des témoignages dans votre marketing ?

P

https://www.youtube.com/watch?v=uO3RzojBcKM&feature=youtu.be

Vers la fin de chacune de mes vidéos, j’explique ce qu’il va se passer dans la prochaine.

Pourquoi je fais ça ? Pourquoi à la fin d’un épisode de série télé, il est dit « dans le prochain épisode » en montrant juste une image pour créer du suspens ? Cette technique est appelée le cliffhanger.

Pourquoi faut-il utiliser des témoignages dans notre marketing ? Ce que vous devez vouloir créer, c’est de la preuve sociale. 

La preuve sociale, c’est « beaucoup de gens sont intéressés par cela, beaucoup de gens utilisent ce produit et non seulement ils l’utilisent mais ils sont comme vous et ont le résultat que vous voulez avoir ». C’est ce que vous devez chercher à créer. Une fois que vous avez cela, vous avez intérêt à ce que vos témoignages soient variés puisque votre public l’est.

Lancer une formation destinée aux hommes et aux femmes mais n’avoir par exemple que des témoignages de femmes est un risque car si vous ne montrez que des témoignages de femmes ayant toutes à-peu-près le même âge, vos autres prospects vont se dire que votre formation n’est peut-être pas pour eux. Il vous faut aussi obtenir des témoignages d’hommes.

Essayez-donc de créer cette preuve sociale à travers vos témoignages. C’est ce que vous devez chercher à faire en premier. Montrez que beaucoup de gens viennent et sont intéressés par ce que vous proposez. Si vous mettez par exemple vingt témoignages les uns après les autres, vous créez cette preuve sociale. Il est essentiel de le faire car chacun de vos prospects se reconnaîtra dans l’un des profils.

Si vous envoyez un témoignage dans un email, cela ne crée pas une impression de preuve sociale, cela montre juste une personne ayant réussi. En revanche, lorsqu’au bout de trois mois vos prospects ont reçu 150 emails dont presque une centaine de témoignages, au bout d’un moment votre prospect se dira « il est peut-être temps que je me bouge et que je participe au séminaire ».

Si vous démarrez et que vous n’avez pas encore eu de clients, votre job n°1 une fois que vous signez un contrat est de vous assurer que ce premier client est tellement content qu’il va vous faire un témoignage pour que vous puissiez récupérer le deuxième. Cela va faire un effet boule de neige car plus vous avez de témoignages, plus les gens témoigneront à leur tour parce qu’ils en auront déjà vu beaucoup et auront envie à leur tour d’inspirer quelqu’un d’autre à passer à l’action.

Les 13 lois du marketing efficace

L

https://www.youtube.com/watch?v=0_klZjkdnHQ&feature=youtu.be

Si vous ne deviez lire qu’un seul livre pour comprendre tous les concepts du marketing, alors ce livre fait sans doute partie de ce que je pourrais vous recommander. Il s’agit de The Advertising Solution de Bryan Kurtz.

Ce livre est un condensé des meilleurs marketeurs, entrepreneurs et copywriters. Dans le livre, Bryan Kurtz et son co-auteur Craig Simpson synthétisent notamment l’un des conseils d’une des plus grandes légendes du marketing du 20ème siècle qui est Claude Hopkins.

J’aimerais vous partager le contenu du chapitre 4, « le secret pour écrire du marketing efficace ».

Voici donc les 13 lois pour un marketing efficace :

1. Vous n’avez pas besoin d’être brillant

Quand vous êtes novice en tant que rédacteur de messages marketing, vous essayez de rédiger de jolis textes bien tournés. Vous avez tendance à penser en slogan.

2. Le slogan

Le slogan est votre pire ennemi. Les clients ne parlent pas en slogans mais s’expriment dans leur langue de tous les jours. 

La façon dont vous parlez est moins importante que ce que vous dites. Essayer de rendre joli votre message marketing est secondaire voire contre-productif. 

La seule chose dont vous avez besoin pour écrire un bon message marketing est de parler le même langage que votre prospect.

3. Votre langage doit rester simple

Vos clients sont comme tout le monde des gens très occupés. Si vous voulez avoir une chance de leur communiquer votre offre, il faut que vous soyez capable de la communiquer de façon simple car votre public n’aura pas l’énergie de déchiffrer votre message marketing s’il est trop complexe. 

Une technique que j’utilise pour m’assurer que mon message marketing n’est pas trop complexe est d’utiliser un lecteur ado.

4. Le lecteur ado

Le lecteur ado c’est lorsque je demande à un enfant ou à un adolescent de me relire le texte que j’ai écrit à haute voix. 

Si la personne choisie bute sur des mots en lisant, c’est que mon texte n’est pas suffisamment fluide et que je dois donc le corriger.

5. Ne jamais mépriser les prospects

Vous risquez de donner cette impression si vous utilisez des mots trop évolués. N’utilisez par exemple jamais de termes issus du jargon anglo-saxon du marketing. 

Soyez approchable dans votre communication et choisissez bien vos mots. Si vous utilisez un mot spécifique au domaine, expliquez ensuite ce qu’il signifie.

6. USP : proposition unique de vente

Utilisez un mot clé tel que celui-ci pour montrer que vous êtes un expert sachant de quoi il parle mais offrez-leur une traduction pour que cela reste accessible.

7. Toujours offrir du service

Tout ce que vous communiquez doit apporter de la valeur au client. 

Demandez-vous si dans votre message vous parlez de vous, entrepreneur, avec vos produits ou si vous êtes en train de parler du client et du service que vous voulez lui rendre dans la vie.

8. Vous oubliez complètement

Vous devez donner envie aux gens d’acheter à la lecture de votre message tout en mentionnant le moins possible votre entreprise et vous-même. C’est d’eux dont doit parler votre message, c’est ce qui va créer la décision d’achat. 

Cela est difficile pour certains car ils ont tendance à penser que c’est se mettre en avant qui va créer de la crédibilité à leur message alors qu’en fait non.

9. Ne jamais vous vanter

Lorsque vous vous vantez de ce que vous faites, vous oubliez le client. Qui plus est, il est possible que celui-ci ne croit pas à ce que ce vous dites si votre discours n’est pas appuyé par des statistiques complètes.

10. Appel à l’action

Dites aux gens ce que vous voulez qu’ils fassent concrètement. 

Soyez clair, cela vous force à être direct sur l’action la plus importante que votre prospect ou client doit entreprendre après avoir consommé votre contenu.

11. Créer de l’urgence

Il faut trouver une bonne raison pour que le client se décide maintenant, comme par exemple mettre une date limite d’inscription à votre séminaire.

12. Il faut éviter d’être frivole

Vous devez éviter l’humour inutile. Vous n’êtes pas là pour faire du divertissement mais pour éduquer et vendre. Soyez attentif à ne pas dépasser les bornes.

13. Toujours raconter l’histoire en entier

N’oubliez pas que pour acheter, les gens ont besoin d’un maximum d’informations possibles, il est de votre devoir de les donner. Racontez toujours l’histoire complète. 

Si la vidéo décrivant votre formation, si vous en avez une, dure 30 ou 40 minutes et bien ainsi soit-il. Les personnes qui regarderont toute la vidéo sont les plus intelligentes et celles qui arrêteront en cours de route permettent de faire le tri. 

Celui ne se sentant pas concerné par votre message ne lira jamais plus de 3 phrases de ce que vous proposez tandis que celui qui se sent concerné va lire tout de A à Z pour avoir toutes les cartes en mains pour acheter.

Comment diminuer le risque perçu par vos clients ? 7 techniques

C

https://www.youtube.com/watch?v=rko6EDpt8CM&feature=youtu.be

The Irresistible Offer est un livre dans lequel l’auteur, Mark Joyner, explique comment vous pouvez créer une offre qui sera irrésistible pour vos clients.

L’attention que vous obtenez de vos clients, le temps qu’ils vont passer à décider s’ils vous écoutent ou non est un temps très court. Vous devez donc être capable très rapidement de communiquer votre offre de façon claire et limpide. Cette offre doit être suffisamment alléchante pour que les clients s’inscrivent chez vous. 

Cette réflexion est assez similaire à l’USP (Unique Sales Proposition) mais il existe une petite différence. Votre USP concerne en fait votre positionnement sur le marché mais ce que Mark Joyner propose c’est que vous soyez capable d’articuler l’offre concrète que vous faites au prospect en un minimum de temps. Vous devez pouvoir dire, comme Fedex, « Vous serez livré demain ou c’est gratuit ». 

Votre offre doit donc être articulée en peu de mots et doit absolument  pousser les clients à acheter rapidement.

Pour atteindre ce but, Joyner recommande sept techniques pour aider les clients à prendre la décision d’acheter, à accélérer la fin de la vente. Ces techniques permettent de diminuer le risque perçu par vos clients.

  1. La garantie de satisfaction

C’est une garantie de type classique. Vous proposez au client d’essayer votre produit durant trente jours et de pouvoir obtenir le remboursement en cas d’insatisfaction. 

Si vous vendez un produit physique vous pouvez tout de même demander au client de vous le renvoyer afin d’éliminer le risque de personnes qui profiteraient de l’offre. 

Dans le cas de la vente d’un service, vous pouvez mettre une condition du style « garantie valable si vous avez suivi le premier module de formation ». 

  1. Les facilités de paiement

Si vous proposez un produit à 120 euros, le risque perçu correspond à cette somme alors que si vous permettez au client de payer en 12 fois, vous lui permettez également de diminuer le risque initial.

  1. Le Loss Leader

Il s’agit de proposer un premier échantillon de ce que vous vendez à un tarif qui ne vous permettra peut-être pas de rentrer dans vos frais mais qui diminuera le risque perçu par les personnes en face.

  1. La garantie pièces et main-d’œuvre

Vous proposez de continuer le service ou de fournir davantage du produit jusqu’à la satisfaction du client. 

Si vous êtes créateur de sites Web, vous pouvez proposer à votre client de lui fournir l’ébauche du site puis de continuer à travailler pour lui jusqu’à satisfaction. Vous devez encadrer la proposition afin de ne pas travailler indéfiniment sur le projet. Par exemple, vous précisez que l’offre s’étend jusqu’à cinq révisions. 

Cette garantie baisse le risque perçu mais vous ne travaillerez pas à volonté pour ce client.

  1. Payer sur résultats

Le client ne perçoit aucun risque. Admettons que vous soyez concepteur de publicités, vous pouvez proposer au client de ne rien payer au départ mais de bénéficier de 10 % des résultats des ventes réalisées grâce à votre publicité. 

Cette technique fonctionne particulièrement bien pour les coachs et les consultants ou si vous êtes absolument certain des qualités du produit physique que vous proposez.

  1. Le service client gratuit

Vous proposez au client d’acheter, par exemple, votre logiciel et de pouvoir ensuite continuer de vous poser des questions. 

Pour éviter de devoir passer un temps considérable de suivi, surtout si vous avez énormément de clients, vous allez créer une FAQ qui regroupera les questions les plus fréquentes.

  1. Essayer avant d’acheter

Vous envoyez le produit ou le service, ou une partie, au client avant qu’il ne décide de payer. 

Cependant, vous devez limiter les risques pour vous en proposant une facture à 0 euro comportant toutefois le numéro de carte bancaire du client et qui ne sera débitée que quinze jours plus tard s’il est satisfait du produit ou ne renvoie pas le produit. 

Vous ne devez surtout pas oublier de posséder un mécanisme de conversion, c’est-à-dire que les gens sont soit déjà engagés à acheter si le produit leur plait soit le mécanisme pour payer est plus facile que pour renvoyer le produit.

5 conseils pour réussir votre étude de marché

5

https://www.youtube.com/watch?v=OCKD-a28z48&feature=youtu.be

Dans mon livre Profession : Entrepreneur Libre, j’enseigne une stratégie qui s’appelle l’étude de marché express. Cette stratégie ne consiste pas à embaucher une entreprise de consulting qui va vous faire investir 20 000 € et vous fournir un rapport de 90 pages sur votre marché. Mais plutôt à faire vous-même un sondage que vous pouvez diffuser auprès de vos prospects idéaux. Pour ce faire, je partage avec vous 5 astuces qui vous permettront d’obtenir beaucoup plus réponses qualifiées à votre sondage.

  1. Rendez obligatoire toutes les réponses dans votre sondage

Aujourd’hui, tous les outils de sondage disponibles sur Internet (Google Forms, Frame Forms, surveymonkey…) permettent de déterminer si une question est facultative ou obligatoire. 

Dans votre sondage, vous devez mettre toutes les questions en obligatoire à l’exception de la dernière question concernant la demande des coordonnées.

Le cas échéant, vous aurez énormément de réponses vides. C’est surprenant, mais beaucoup d’internautes démarrent des sondages et sautent toutes les questions facultatives. Par conséquent, si vous incluez que des questions avec des réponses facultatives dans votre sondage, vous ne recevez pas des réponses.

2. Répartissez les questions de votre sondage sur plusieurs pages

Un sondage avec 11 questions, c’est extrêmement intimidant. Quand les internautes arrivent sur une page avec beaucoup de questions, ils ne sont pas motivés à donner leurs réponses. Ils laissent peut-être la page du sondage ouverte sur leur navigateur et reportent cette action. Evidemment, ils finiront par oublier et ils ne rempliront jamais ce sondage.

Pour cette raison, il est crucial d’organiser votre sondage de manière à ne pas dépasser les 4 questions par page. 

Un autre intérêt de cette astuce, c’est que la plupart des outils de sondage conservent les réponses au fur et à mesure que les prospects passent d’une page à une autre. Même si les prospects ne sont pas allés jusqu’au bout de votre sondage, vous pouvez obtenir leurs réponses. Par conséquent, vous aurez plus de réponses qualifiées.

3. Fournissez un espace suffisant

Pour que les personnes donnent vraiment des réponses détaillées, pensez à leur fournir l’espace nécessaire. 

Pour ce faire, je vous recommande de mettre 80 caractères de large et 7 lignes de haut au minimum. Un outil comme surveymonkey vous permet de configurer la taille du champ de la réponse. Plus les champs de réponses sont espacés, plus les internautes vous donnent des réponses détaillées.

Prenons un exemple. Si vous gardez la configuration par défaut et vous réservez une petite ligne pour la réponse à la question : quelles sont les difficultés que vous rencontrez dans l’éducation de vos enfants ?

La réponse pourra être par exemple : les enfants n’obéissent pas.

Par contre, si vous proposez un espace suffisant, ils peuvent développer cette réponse : ma difficulté, c’est que j’ai du mal à convaincre les enfants de faire leurs devoirs quand ils rentrent de l’école. Par conséquent, j’ai peur que cela nuise à notre relation et j’aimerais trouver une façon bienveillante pour qu’ils fassent leurs devoirs sans que je m’énerve.   

Une réponse bien développée de la part de vos prospects vous permet de vous inspirer du lexique utilisé  et de leur façon de parler. Cela est ensuite utile lorsque vous rédigez du contenu de marketing.

4. Posez les questions démographiques à la fin  

Si vous posez des questions démographiques du type : âge, sexe, profession ou coordonnées, posez-les à la fin de votre sondage. Ce sont les questions les plus ennuyeuses auxquelles les internautes n’aiment pas particulièrement répondre.

Posez les questions émotionnelles au début de votre sondage (il s’agit des questions concernant leurs besoins, leurs envies, les problèmes qu’ils veulent résoudre…) et posez les questions démographiques à la fin.

5. Démarrez votre sondage sur la première page

Ne commencez pas votre sondage par un long texte d’introduction parce que vous risquez que les internautes quittent le sondage avant même de commencer. Assurez-vous que votre sondage commence par un court paragraphe d’introduction pour que les internautes entrent directement dans le vif du sujet et vous aurez beaucoup plus de réponses.

Avec ces astuces vous aurez plus de réponses pour votre sondage et vous connaîtrez mieux les prospects auxquels vous vous adressez. Par conséquent, vous aurez plus de résultats et une meilleure communication marketing.  

Comment accélérer la prise de décision du client ?

C

https://www.youtube.com/watch?v=O_e5LlwH2h0&feature=youtu.be

Aujourd’hui, je vais vous présenter deux méthodes qui permettent d’accélérer la prise de décision de vos clients et l’achat de vos produits.

Ces deux méthodes sont enseignées dans un excellent livre écrit par Neil Rackham et qui s’intitule Spin Selling

Cet homme a eu un projet assez phénoménal d’aller interviewer et faire des mesures sur tous les meilleurs vendeurs des États-Unis afin de voir s’il n’y avait pas des points communs dans la méthode des personnes qui obtenaient des résultats exceptionnels de vente.

Il a constaté un phénomène qui va mener à la création des deux techniques différentes pour accélérer la décision d’achat des clients.

Rackham a observé avant et après une formation traditionnelle de vente, quels étaient les résultats pour les vendeurs. 

Il a constaté qu’il existait un groupe de personnes qui vendaient des produits à tarif d’entrée de gamme. 

Si vous vendez aujourd’hui un produit d’information qui coûte moins de 100 euros ou des produits physiques qui pourraient être achetés sur un coup de tête (exemples : des couteaux de cuisine, des vis et des boulons) dont le coût est peu élevé, vous appartenez à ce groupe. Il a constaté lors des résultats pour ce groupe d’entrée de gamme que le temps moyen de transaction était de 2 minutes et 11 secondes. 

Donc ces personnes prenaient environ 2 minutes pour convaincre et plaçaient au moins une fois une technique de conclusion de la vente. Ils parvenaient à réaliser cette vente dans 72 % des cas. 

Ils ont été intégrés dans une formation qui leur apprenait des techniques supplémentaires de conclusion de la vente pour aider le client à se rendre compte qu’une proposition existait. S’il refusait, il était possible de répondre à leurs objections. 

Après la formation, le temps moyen de transaction de la vente était tombé à 1 minute avec une réussite de 76 %.

Rackham et son groupe de chercheurs ont observé également qu’un second groupe de personnes qui avaient suivi la formation avait un taux de conversion en baisse. 

Cette méthode ne fonctionnait pas pour les produits haut de gamme. Ils avaient observé un certain nombre de transactions et vu que le temps moyen était de 12 minutes pour conclure une vente et que ces vendeurs plaçaient entre deux et trois techniques dans la conversation. Le résultat était de 42 % de réussite. 

Après avoir été formés à être plus rapides pour proposer la conclusion de l’achat aux clients, ils parvenaient à placer cinq techniques de vente dans la discussion. Dès lors, le temps moyen de conclusion d’une vente avait diminué à 8 minutes mais le taux de réussite avait chuté à 33 %. 

Autrement dit, si vous vendez un produit haut de gamme et que vous placez davantage de techniques, c’est-à-dire que vous proposez au client de prendre plus rapidement sa décision d’achat, ils vont souvent refuser et vous perdrez des ventes.

Le groupe de chercheurs s’est donc posé la question sur la façon de procéder des vendeurs haut de gamme qui n’appliquent pas toutes ces techniques enseignées dans les formations. Ils utilisent en fait une technique conversationnelle c’est-à-dire qu’en échangeant avec les clients, ils repèrent leur situation, leur problème, les implications et amènent les clients à choisir eux-mêmes la solution qu’ils leur proposent. Cette méthode est bien plus bienveillante.

À propos de Sébastien

(Le Marketeur Francais : Biographie)Sébastien, surnommé "Le Marketeur Français", est consultant en stratégie marketing, spécialisé dans la croissance explosive des petites entreprises.

/* ]]> */