AuteurSébastien Night

Sébastien Night est le fondateur du Mouvement des Entrepreneurs Libres.

Le système qui permet de faire des ventes tous les jours

L

Une fois que vous avez lancé une entreprise ou une activité indépendante, le problème principal des entrepreneurs est de faire rentrer des clients immédiatement et de continuer.

Pour cela, il existe un système très simple : 

Le système de ventes automatisé

C’est ce que j’appelle une séquence toboggan. 

Comment, dès qu’un nouveau prospect arrive, allez-vous le convaincre d’acheter, sans que vous, l’entrepreneur, n’ayez à organiser des rendez-vous ou à lui téléphoner directement ?

Vous devez enregistrer sous forme audio ou écrite la meilleure conversation que vous avez eue avec un client et qui a fait mouche. Vous pourrez ainsi l’envoyer automatiquement dès qu’un prospect s’inscrira sur votre site. 

Vous allez proposer à ces personnes de s’inscrire sur votre liste Facebook, de vous donner leur mail ou leur numéro de téléphone afin de les recontacter et leur envoyer votre séquence optimale de vente afin de les convaincre d’acheter.

Quel est l’inconvénient de procéder avec un tel système ? 

Vous allez probablement vous retrouver avec trop de temps disponible dont vous ne saurez quoi faire. 

Les entrepreneurs ont un tas d’auto-sabotages qui font qu’ils préfèrent travailler juste pour justifier le droit de gagner de l’argent. 

Finalement, ils travaillent trop et sont moins productifs dans ces moments-là. 

Il est préférable de se concentrer sur comment améliorer le produit ou le service, le message de vente pour le rendre plus efficace encore et surtout sur comment améliorer votre propre vie en dehors de votre travail.

Si vous désirez lancer une entreprise qui vous rendra libre, vous devez créer un système de vente automatisé.

Est-ce que votre entreprise souffre du syndrome du torrent ?

Lorsque vous travaillez durement pour réaliser une vente, signer un contrat ou quand vous faites une offre spéciale dans votre magasin permettant de décrocher un gros volume d’achats, vous enregistrez un pic des ventes mais vous passez ensuite des semaines, des mois, à livrer ces ventes. 

Votre chiffre d’affaires est alors saisonnier et vous vous retrouvez paniqué à certains moments car l’argent ne rentre plus.

Le problème du chiffre d’affaires en torrent de montagne est l’épuisement. 

Durant la phase de promotion, vous êtes fatigués, durant celle où vous livrez, également. Ce type d’entreprise ne vous rendra pas libre.

Il faut donc choisir des produits ou services dont la livraison ne vous fera pas perdre un trimestre entier. 

De plus, choisissez un modèle d’affaires permettant de vendre sans être toujours vous-même en interaction individuelle avec chaque prospect potentiel. 

Je vous conseille de mettre en place une séquence toboggan qui permettra une croissance constante de votre chiffre d’affaires.

Démarrer une entreprise sans se ruiner, c’est possible

D

J’aimerais partager avec vous une ressource issue d’un livre qui peut vous aider à lancer une activité qui vous rendra libre. 

Le but est non seulement de démarrer une entreprise, de faire en sorte que cette activité soit rentable mais aussi que cela ne nuise pas à votre vie personnelle, à vos passions, aux moments que vous passez avec votre famille et vos proches.

Comment procéder pour lancer cette activité, sachant qu’il faudra la rentabiliser dès le début, sans être obligé de prévoir un investissement financier conséquent ? 

Le livre d’Olivier Roland Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études répond justement à cette question.

Cet ouvrage sorti en 2016 se donne pour objectif de partager le parcours d’Olivier, comment il a pu démarrer son entreprise sans baccalauréat et comment vous pouvez y parvenir également.

Vous envisagez peut-être d’abandonner un emploi de salarié, de quitter le chômage, de vous lancer dans une nouvelle carrière. 

D’autres, parmi vous, sont peut-être déjà entrepreneurs mais ne vivent pas encore le rêve qu’ils espéraient au départ de leur affaire. 

Les conseils d’Olivier Roland vous aideront à trouver votre projet si cela est nécessaire, à vous lancer en effectuant quelques tests et à avancer en restant motivé, dynamique, productif chaque jour.

Les conseils partagés dans ce livre sont basés sur beaucoup de recherches scientifiques et illustrés de divers exemples d’entrepreneurs, de personnes célèbres francophones ou internationales, d’inventeurs qui ont utilisé des principes simples pour lancer leur activité et réussir.

Dans le chapitre « Créer son entreprise et devenir libre », l’auteur aborde l’importance de lancer un projet en ayant une mentalité de test, de démarrage léger. 

Plutôt que de chercher à posséder un énorme apport financier, tentez d’abord un test à petite échelle pour essayer de valider la viabilité de votre entreprise. 

Commencez à réaliser des ventes avant même d’avoir créé le produit afin de voir si cela vaut la peine de dépenser du temps et de l’énergie.

Olivier propose l’exemple des frère White, les inventeurs de l’aviation mondiale et les compare à Samuel Langlais dont l’approche était totalement opposée. 

Les White étaient de petits commerçants passionnés par l’aviation. Ils se sont lancés avec un petit budget et en pratiquant beaucoup de tests itératifs, c’est-à-dire en faisant d’abord voler le prototype minimal d’avion qui pourrait décoller. 

De son côté, Langlais possédait un apport financier important et une approche plus scientifique, il voulait réussir dès la première tentative. 

Durant plusieurs décennies, les frères White ont développé le projet, résisté aux échecs, amélioré et ils ont fini par réussir à vendre leur activité pour cinq millions de dollars (une somme énorme au début du XXème siècle). Au moment où leur premier vol a été un succès, Langlais a laissé tomber après avoir pourtant investi une somme énorme.

Beaucoup d’entrepreneurs tombent dans le même piège. Ils essayent de lancer quelque chose à grande échelle immédiatement. 

Par exemple, beaucoup veulent créer des places de marché mais ne se rendent pas compte que ce type de projet nécessite un investissement financier gigantesque. Si vous voulez lancer une plateforme sur laquelle pourront se rencontrer des baby-sitters et des parents, vous serez obligés de faire un marketing qui touche des milliers de personnes de part et d’autre. Cela nécessitera des associés, des investisseurs pour obtenir l’apport financier important nécessaire à ce projet. 

Essayez plutôt de réfléchir au moyen de  démarrer à la plus petite échelle possible, à comment valider votre test en ayant un seul partenaire. Cette question essentielle doit être posée en amont.

Olivier tente dans son livre de dédramatiser le démarrage d’une activité. Il essaye de vous simplifier la réflexion. Il conseille sur le choix du projet, sur le lancement etc. Il aborde énormément de sujets dans presque six-cents pages. 

La lecture prendra du temps mais cela en vaut la peine.

Avez-vous déjà lu le livre d’Olivier Roland ? Si oui, n’hésitez pas à partager vos avis ou réflexions dans les commentaires ci-dessous.

L’importance de l’apprentissage continu

L

Les personnes qui ont le plus de succès sont celles qui sont toujours en train d’apprendre. C’est extrêmement important de ne jamais se considérer comme un ponte qui n’a plus rien à apprendre. Le risque est de se laisser dépasser.

Lors d’une interview au chef étoilé Thierry Marx, juré de Top Chef, je lui ai demandé pourquoi il était autant impliqué dans l’éducation, pourquoi il essayait toujours de créer de nouveaux cours afin de former d’autres chefs. Il a répondu que pour rester au sommet, être toujours un leader, garder la place de numéro un, il ne fallait pas se distancer en poussant les autres vers le bas mais qu’il était nécessaire de créer une équipe où chacun est toujours challengé. Ce système permet de sortir d’une zone de confort pour avancer davantage.

Certains parmi vous sont en train de démarrer leur entreprise. Vous êtes en mode apprentissage et accumulez toutes les informations possibles. D’autres ont déjà beaucoup assimilé et se demandent s’ils peuvent encore en ajouter. Rester toujours dans cette démarche d’apprentissage est essentiel.

Combien parmi vous pensent que si vous faisiez cent millions de chiffre d’affaires annuel, vous seriez plutôt bien ? Combien pensent qu’une fois arrivé à un tel niveau, vous savez tout ce qu’il est nécessaire de connaître sur votre sujet ? Un grand nombre. 

Pourtant vous vous inscrivez à des séminaires, des conférences, vous élaborez des tests. 

Combien pensent qu’avec cet état d’esprit de toujours chercher à apprendre, vous resterez au sommet et continuerez à vous développer ? Beaucoup et vous vous situez  pourtant déjà au top dans votre façon de procéder.

Vous pourriez comparer votre emploi du temps à un saladier à remplir. Vous avez des aspects de votre vie qui sont importants à y placer. Si dans le fond de ce saladier, se trouvent déjà d’autres choses moins essentielles, ce qui est important pour vous ne peut pas y tenir.

Un entrepreneur doit réaliser trois types de tâches :

1. Des tâches stratégiques

Une activité stratégique est celle qui consiste à définir la direction du bateau, c’est le temps de réflexion où il faut sortir du job d’exécutant dans l’entreprise, de salarié de la boîte et commencer à penser comme le propriétaire. 

A ce moment-là, vous devez définir l‘axe du gouvernail.

2. Des activités motrices

Une activité motrice est celle qui fait rentrer de l’argent dans les caisses de l’entreprise. 

Elle est extrêmement importante puisque c’est votre activité commerciale, votre marketing, votre recherche de marchés et de partenaires. 

En résumé, l’activité motrice permet au bateau d’avancer.

3. Des activités de flottaison

L’activité de flottaison permet simplement au bateau de flotter. 

Si vous passez tout votre temps à colmater des brèches dans la coque, votre bateau flottera peut-être mais il n’arrivera pas à destination. Il finira par couler.

Aujourd’hui, beaucoup parmi vous ne faites que des activités de flottaison, c’est-à-dire toutes les actions administratives, les réponses aux mails, les différents papiers. Cela ne génère pas un seul euro pour l’entreprise et ne permet pas de définir votre direction. Il est pourtant nécessaire que ce travail administratif soit réalisé.

La question n’est pas de savoir quelle activité parmi les trois vous devez cesser mais dans quel ordre vous devez les placer dans votre vie, dans votre emploi du temps. Il faut savoir que les activités de flottaison trouveront toujours une place. De manière générale, tout le monde remplit ses papiers au dernier moment, souvent le dernier jour.

Vous devez réfléchir au temps que vous passez pour chacune des activités.

Faire le lancement de son produit à partir d’un blog

F

Pourquoi choisir le blog comme plateforme de lancement pour son produit ? 

Premièrement, vous devez vendre votre propre produit ou service : c’est la voie royale pour être indépendant. 

Toute transaction qui fait que vous avez développé une activité que cela soit, votre entreprise ou une activité annexe, ne peut rapporter de l’argent que si un produit ou service est vendu. 

Même si vous utilisez de la publicité, de l’affiliation ou d’autres modes pour monétiser ou rentabiliser votre activité sur Internet, c’est au moment où le produit sera acheté sur le site de l’annonceur, du publicitaire ou de l’affilieur que vous allez pouvoir gagner de l’argent et que cette personne pourra payer pour afficher de la publicité chez vous. 

Le fait d’avoir votre propre produit ou service va premièrement vous positionner comme étant une autorité sur le marché et deuxièmement vous donner l’indépendance puisque vous décidez de votre salaire. 

Ensuite, quand vous allez créer ce produit, la stratégie adoptée par la grande majorité des chefs d’entreprise, ou entrepreneurs, est de sortir leur propre produit. 

La stratégie classique est d’investir énormément de temps à créer le produit, de faire des vidéos, d’écrire des pages de manuscrits…

Le jour J, vous découvrirez, trop tard, que personne n’en veut parce que : 

  • vous vous êtes trompé de thématique,
  • vous vous être trompé de format,
  • ou simplement parce que les personnes ne savent pas qu’ils en veulent. 

Cela peut leur être utile, sans qu’ils sachent que ce produit est fait pour eux. 

Au début, quand on sort un produit, les ventes décollent, de façon générale, très lentement. 

C’est la vélocité du produit : à quelle vitesse les personnes le téléchargent. 

Si quand vous sortez le produit, il y a un achat de temps en temps, au bout d’un moment vous vous en lassez. 

L’intérêt de lancer un produit et de faire votre premier Lancement Orchestré sur votre blog, c’est d’éviter d’être dans cette courbe classique. 

Pour une sortie de produit classique, le cycle de vie du produit sera : 

  • vous partez de zéro et vous allez décoller lentement, 
  • jusqu’au jour où vous allez améliorer votre campagne de lancement et que vous irez un peu plus vite, 
  • vous atteindrez un maximum, 
  • le produit va à nouveau s’effondrer quand il aura dépassé sa maturité. 

Le fait de lancer votre produit ou service, va vous donner dès le début une plus grande vélocité : 

  • au lieu de partir de zéro, le jour J vous ferez un certain volume de ventes, ce qui fait que vous partez de suite de haut. 
  • à la fin de votre période de lancement, vous aurez donné une bonne impulsion à votre produit, 
  • il est possible que cela se calme pendant une période, 
  • si vous relancez votre produit, vous ferez un nouveau pic de vente, 
  • si vous ne relancez pas votre produit, le niveau zéro du volume d’intérêt des personnes pour votre produit sera toujours positif. 

A ce stade, dans le cas classique, l’entreprise lutte pour vendre son produit, alors que dans le cas d’un lancement de produit ou service, l’entreprise ne fait plus rien, et pendant que son produit est à un certain niveau elle peut sortir un deuxième produit et continuer à utiliser cette stratégie pour développer sur le long terme le volume des ventes. 

Cela permet de faire connaître son nouveau produit à davantage de monde. 

Vos prospects et vos clients sont impliqués dans la création de votre nouveau produit. Dès le jour J, vous aurez un pic de ventes.

Surtout, quand vous allez créer un lancement de produit, vous allez créer un événement dont les répercussions durent plus longtemps : 

  • vous aurez plus de profits car vous vendez davantage, 
  • vous aurez plus d’autorité, car on se tourne toujours vers les personnes qui deviennent le centre d’attention dans le secteur pour poser des questions. S’il y a un nouvel enjeu qui apparaît sur le secteur, un nouveau produit qui sort, on s’attend à ce que cela soit vous qui le sortiez. 
  • vous aurez une bonne réputation sur le marché, surtout une position de « héros » au yeux du client. 

On positionne tout ce que l’on fait comme étant un service rendu au lecteur du blog, à l’abonné à la newsletters. 

C’est ce qui fait que même si une personne n’achète pas votre produit, elle continue à considérer que vous avez apporté beaucoup en préparant cette campagne de lancement. 

Pour travailler à partir d’un blog, l’idée est de travailler à partir d’une passion afin d’optimiser l’utilisation de son temps et se « libérer ». 

Cette stratégie de lancement, utilise un très petit nombre d’outils, ce qui demande peu d’efforts à faire. 

Il faut savoir optimiser son lancement afin de pouvoir se concentrer sur l’essentiel. 

Faire en sorte d’avoir un produit génial et des clients qui soient satisfaits et une campagne qui fonctionne. 

Les erreurs de départ à éviter sont : 

  • avoir un blog avec un nom peu accrocheur, anglophone, difficile à retenir, 
  • penser que le contenu suffit à faire venir des visiteurs, 
  • écrire des articles sans stratégie de monétisation. 

Vous risquez d’avoir des revenus très faibles les premiers mois, malgré un travail acharné. 

Si votre blog a un terrain propice vous pouvez faire un lancement moyen et vous êtes autorisé à faire des erreurs et votre lancement fonctionnera très bien. 

Si votre blog est mal positionné dès le début car vous n’avez pas pensé à un sujet qui soit porteur, la stratégie du lancement pourra être parfaitement exécutée, mais cela sera beaucoup plus difficile si vous n’êtes pas sur un terrain fertile.

L’importance d’être en contact avec le décisionnaire

L

Conclure une vente comporte trois éléments essentiels. Lorsque vous développez votre activité, vous allez vous trouver, en tant qu’entrepreneur, dans une situation où c’est excellent de pouvoir automatiser le contact, la communication, la publicité. Vous devenez une véritable entreprise quand elle génère du chiffre d’affaires et du bénéfice de façon récurrente et automatisée. 

Cependant il ne s’agit pas juste de créer quelque chose d’entièrement mécanique et aseptisé, il faut également être capable, dans les rouages de cette machine à vendre, de repérer quand le client est à 90 % de son processus d’achat pour le convaincre totalement. 

A ce moment-là, soit vous décrochez le téléphone, soit quelqu’un de votre équipe le fera.

Vous devez être capable de savoir quelle est la « température » de chaque personne présente sur votre liste d’abonnés ou de clients, à tout instant. 

Comment amener quelqu’un à passer à 100 %, quels sont les facteurs essentiels qui permettront de conclure la vente ?

Le premier élément déterminant est d’être en contact avec le décisionnaire, celui qui prendra la décision d’achat, qui signera le bon de commande ou le chèque, qui cliquera sur le bouton « acheter » et indiquera son numéro de carte bancaire.  

Discuter avec une personne qui n’a pas le pouvoir de valider un achat est une perte de temps inutile.  

Il existe aussi des personnes qui, par égo, se présentent comme étant le seul décisionnaire, le seul gérant, le seul chef. Or, d’autres personnes dans leur entourage sont impliquées dans le processus, des personnes sur qui cet achat aura des répercussions et qui doivent être consultées avant  de prendre la décision finale. 

Donc, quand vous vendez à une entreprise, vous devez être certain de communiquer avec la personne apte à décider de la signature du chèque.

Dans le cas de la vente à des particuliers, c’est également important. 

En effet, même si un client potentiel possède le pouvoir de décision de donner son numéro de carte bancaire pour effectuer un achat, souvent il va consulter son conjoint avant de signer un bon de commande.

Il faut donc toujours être certain de contacter le décisionnaire ou s’assurer de regrouper toutes les personnes concernées pour qu’elles soient au même niveau d’informations, qu’elles connaissent les tenants et les aboutissants avant de prendre une décision.

Un de nos clients vendait des cours de mathématiques pour lycéens et lors du Lancement Orchestré, il se demandait s’il devait s’adresser à l’adolescent ou aux parents. 

Si vous adressez les conseils gratuits uniquement à l’adolescent, le problème survient le jour où vous adressez le message de vente. Il ne peut pas prendre la décision ni régler l’achat. 

Il a donc fallu trouver une solution et faire un pivot en demandant au jeune de s’adresser à ses parents en leur montrant la vidéo. 

Il est toujours important de savoir qui décide, qui détient l’argent même dans la vente à des particuliers. 

Face au décisionnaire, essayez toujours de savoir si d’autres personnes seront impactées par l’achat et aimeraient être également consultées. 

Dans ce cas-là, il faudra prévoir un autre rendez-vous avec les différents interlocuteurs impliqués. Il est inutile de persévérer avec une personne qui ne conclura pas par un achat puisqu’elle n’en a pas le pouvoir et qui devra en référer à d’autres. Demandez à rencontrer tout le monde directement en réunion ou par téléphone. 

Vous seul êtes capable de présenter correctement le produit et influencer la vente.

Il est également possible d’anticiper. Vous prévenez les prospects que vous ouvrez les ventes pour un produit à une date fixée d’avance. Vous leur conseillez de discuter avec leurs partenaires ou conjoint, de leur présenter les vidéos gratuites pour que tout le monde soit au même niveau d’information. 

L’anticipation permet au client de ne pas se trouver dans une situation où le produit sera épuisé parce qu’il a trop tardé à consulter son entourage.

Pourquoi votre petite entreprise ne fonctionne-t-elle pas ?

P

Si vous avez une PME ou une TPE, pourquoi cela ne marche pas ? 

Vous travaillez dur et pourtant votre travail ne fournit pas les résultats que vous attendiez. 

Le mythe de l’entrepreneur est le fait d’être un bon technicien dans son domaine, d’avoir le savoir-faire d’un métier ou l’expertise d’une compétence et de décider de démarrer son entreprise ; mais de manquer d’un ensemble de compétences qui nous permettraient d’avoir l’identité de l’entrepreneur. 

Le fait de se croire entrepreneur fait que l’on est en train de se créer une prison et de travailler très dur sans réussir. 

Le concept clef est l’idée que l’on doit travailler davantage SUR notre entreprise que DANS notre entreprise. Cette distinction fait toute la différence. 

Travailler dans votre entreprise, c’est ce que vous faites actuellement : 

  • créer le produit ou le service,
  • le fournir au client,
  • essayer de faire la vente.

C’est la gestion au quotidien de l’entreprise. 

C’est également l’exécution de la mission de l’entreprise : la création du produit ou du service pour pouvoir le livrer au client. 

Travailler sur son entreprise, c’est prendre un temps de réflexion de stratégie. 

Vous êtes en dehors de la routine quotidienne et des urgences du moment. Vous réfléchissez et pensez à votre entreprise comme un système. 

Pour optimiser le système, il faut vous demander comment améliorer : 

  • votre méthode de recrutement, 
  • la formation des employés, 
  • le service qui est livré au client, 
  • le message marketing. 

Vous devez faire en sorte que votre entreprise en tant que système soit plus efficace et puisse s’en sortir sans vous. 

Souvent, le fait de travailler sur son entreprise se matérialise par la création de procédures. Décrire comment les actions doivent être faites de façon à ce qu’une autre personne que vous puisse les effectuer. 

Une action que nous vous conseillons de faire est de vous bloquer chaque semaine une ou deux heures pour réfléchir sur votre entreprise. 

Regardez votre entreprise de l’extérieur et trouvez ce qui pourrait être fait pour que vous ayez un système plus efficace.

Par exemple, écrire concrètement un script que doivent dire vos commerciaux quand ils reçoivent un appel téléphonique d’un client. 

En effet, cela évitera que leur bonne ou mauvaise humeur de la journée impacte sur leurs capacités à vendre à un nouveau client. 

Vous pouvez réfléchir à la séquence d’e-mails que vous envoyez à vos utilisateurs pour l’améliorer et la rendre plus optimale. 

Si vous vendez en vidéo, pensez à ce que vous pourriez faire pour que les personnes regardent vos vidéos jusqu’au bout. 

Si vous avez une frustration au quotidien, demandez-vous ce que vous avez fait cette semaine et que vous ne voudrez plus jamais refaire. 

Le fait de se poser cette question vous permet de déterminer une action que vous ne voulez plus jamais effectuer. 

Vous devrez mettre en place un système : 

  • soit pour que cette action disparaisse complètement car vous n’en avez plus du tout besoin,
  • soit pour faire en sorte que vous n’ayez plus besoin de le faire vous-même et de pouvoir le déléguer à une autre personne. 
  • ou sinon un système informatisé ou automatique qui s’en occuperait. 

De cette façon vous allez voir que votre vie d’entrepreneur sera à la fois plus agréable et vous aurez aussi une entreprise plus efficace.

Un blog qui vend les secrets d’un blogueur professionnel

U

Nous allons voir aujourd’hui comment tisser des partenariats avec des personnes intéressantes dans votre secteur car elles vous apporteront des prospects potentiels pour commencer à vendre votre produit.

Pourquoi le partenariat ?

Au démarrage d’un blog, il existe plusieurs façons d’envisager la rentrée d’argent dans votre activité. 

L’une d’elles consiste à essayer d’attirer un maximum de personnes sur le blog puis de monétiser chaque visiteur en affichant de la publicité ou proposer une affiliation. 

La stratégie que je recommande plutôt consiste à contacter des partenaires et les convaincre de faire la promotion de votre produit. Votre objectif est de ne pas perdre un temps considérable à essayer d’amener du trafic mais simplement d’aller chercher les prospects là où ils sont. 

Sur votre marché, il existe déjà des personnes qui échangent de l’argent en achetant le produit ou le service. Voilà pourquoi il est important de trouver des partenaires et de négocier un accord pour profiter, via leur promotion, d’un flot immense de prospects qui découvriront très rapidement votre produit.

Principe du partenariat

Le principe est simple puisqu’il s’agit d’échanger une ressource contre une autre. 

Trouvez un partenaire disposant d’une ressource intéressante, en général une audience et proposez-lui une autre ressource essentielle :

  • L’argent : Vous pouvez lui proposer de le rémunérer juste pour qu’il fasse votre promotion. 

Lorsque vous achetez de la publicité sur Google, c’est exactement le même procédé, Google devient votre partenaire. 

Cependant, il existe une façon de récupérer du trafic en échange d’argent mais sans fournir cet argent immédiatement ; c’est la transaction classique dite « d’affiliation ». Dans ce type de transaction, vous recevez des visiteurs qualifiés et en échange, vous rémunérez le partenaire seulement quand l’un de ces visiteurs achète sur votre site. En l’occurrence, vous ne payez le partenaire que sur ses réelles performances.

  • Le trafic : Le partenaire peut, à son tour, récupérer du trafic. 

Parmi ces échanges de trafic, l’un des plus classiques d’Internet est le partage de liens. Pourtant, cela n’est guère intéressant, même pour le référencement. 

Je vous recommande, malgré tout, d’indiquer à la fin de votre contrat de négociation que vous souhaitez échanger les liens. 

En multipliant les partenaires, votre référencement en bénéficiera.

Le type d’échange de trafic vraiment très efficace est celui du chemin du processus de vente. 

Dans cette stratégie, vous allez vous intercaler sur la page où le partenaire indique juste « Bravo, vous venez d’acheter mon produit » ou « Vous venez de vous inscrire à ma newsletter ». Vous lui proposez donc de rajouter « Cliquez maintenant sur ce lien pour découvrir un site très intéressant » et vous procédez de la même manière sur votre site pour faire découvrir votre partenaire. 

Autant peu de gens iront voir votre liste de liens qui se trouve quelque part sur votre site, autant un flot de prospects passent par les pages de confirmation d’achats.

Chaque partenariat va dépendre essentiellement de ce que l’autre personne recherche, de ce qu’il connaît comme possibilités (certains vont accepter des procédés très simples qui seront à votre avantage), de vos capacités de négociations respectives. 

Vous trouverez parfois quelqu’un qui acceptera de proposer un lien vers votre site uniquement parce qu’il vous trouve sympathique, sans rien demander en échange. 

Un autre partenaire qui possède un site plus gros que le vôtre proposera de faire apparaître votre lien une fois sur deux alors que le sien sera présent tout le temps, ou vous devrez proposer son lien sur plusieurs pages.

Tout est question de négociation. Au-delà des grands principes proposés ici, vous pouvez même demander davantage. L’essentiel est l’accord de confiance réciproque.

Améliorez votre processus de vente grâce aux Webinaires

A

Le Webinar ou Webinaire dans sa version française, est une combinaison entre « web » et « séminaire » qui définit une conférence en ligne. Personnellement, je préfère l’utilisation de la langue française et je m’efforce de l’utiliser comme langue principale dans mes formations et mon processus de vente.

Pourquoi les webinaires ?

Le webinaire permet de reproduire l’effet de la vente en direct et de traiter les objections de vos prospects en temps réel grâce aux interfaces dédiées aux questions des participants ou à travers la messagerie instantanée. Ainsi, vous garantissez que vous êtes sur la bonne voie et toujours orienté vers la vente.

Il est possible d’éviter une question mal ciblée lors de votre webinaire en remplaçant les forums et les espaces de chat par les interfaces questions. Cela vous permet de traiter les objections de vos clients d’une façon privée sans risquer d’embêter tous les participants au webinaire.

Par exemple, si l’un des participants intervient pour critiquer la qualité de votre produit en public, cela pourra créer un sentiment d’hésitation auprès de vos clients potentiels, voire gâcher une vente. 

Dans un webinaire, vous avez la possibilité de traiter cette réclamation en privé, sans influencer le reste des participants. 

Ce moyen de communication présente un avantage par rapport à la vente en direct du groupe ou en face-à-face. 

En effet, si vous avez l’habitude de vendre votre produit/service en prospectant une seule personne, le webinaire vous offre l’opportunité de proposer votre présentation à plusieurs personnes simultanément. 

Si jamais vous travaillez actuellement dans la prospection B2B et que vous vendez vos services en prospectant un seul gérant d’entreprise, grâce au webinaire vous pouvez prospecter une dizaine de personnes connectées à la fois. 

En élargissant votre cercle de prospection, vous augmentez vos chances de ventes.

Un autre avantage du webinaire est qu’il vous offre l’opportunité de proposer votre présentation en direct ou de la préparer parfaitement à l’avance.

Commençons par les webinaires diffusés en direct.

Les webinaires en direct !

Certaines personnes organisent des webinaires en direct. 

Cela nécessite une grande capacité d’adaptation et d’improvisation. 

Comme l’interaction avec vos prospects se fait en temps réel, vous êtes incapable de prévoir le déroulement de votre présentation ou les éventuelles questions des participants.

Ce type de présentation est évidemment motivant parce que vous recevrez des commentaires positifs au cours du webinaire ce qui vous encouragera.

Ajoutons à cela, le fait de répondre aux questions des participants de vive voix et en temps réel. Ceci augmente votre interaction avec eux. Par conséquent, vous aurez l’opportunité d’augmenter votre taux de conversion par rapport à un webinaire pré-enregistré.

Cependant, les webinaires en direct possèdent certains inconvénients. 

En effet, vous êtes sur la corde raide et vous risquez l’apparition de plusieurs problèmes techniques imprévisibles.

Les risques humains peuvent avoir lieu également pendant les webinaires en direct, à cause d’un problème de santé ou d’une mauvaise énergie. Par exemple, vous risquez de perdre votre voix la veille d’un webinaire, sans raison particulière. Cette situation peut s’avérer assez stressante. 

Afin d’éviter ce genre de surprises, pensez à préparer une version pré-enregistrée de votre présentation. En partageant votre écran avec les participants au cours du webinaire, vous pouvez basculer entre le direct et le pré-enregistrement et par la suite atténuer les dégâts liés aux éventuels imprévus.

Finalement, l’énergie d’un bon présentateur ne doit pas affecter le déroulement du webinaire.   

Penchons-nous maintenant sur les webinaires pré-enregistrés.

Les webinaires pré-enregistrés !

D’autres présentateurs préfèrent organiser leurs webinaires en pré-enregistrement, c’est-à-dire en faisant la présentation dans un studio et en la diffusant par la suite le temps du webinaire. C’est une approche intéressante qui vous permet d’éditer la vidéo et d’appliquer les modifications souhaitées avant de la partager.

Certes vous n’êtes pas dans la possibilité de traiter les commentaires de vos prospects en temps réel, mais vous pouvez anticiper et répondre dans votre enregistrement aux questions les plus fréquemment posées.

L’avantage majeur de la préparation pré-enregistrée est d’avoir un contenu parfait, exactement comme vous le souhaitez. 

En revanche, cette technique réduit votre interaction avec vos prospects ainsi que leur motivation. Si vous décidez d’enregistrer vos webinaires à l’avance, vous devez prendre en considération que vous êtes tout seul sans interaction du public et par conséquent vous perdez de la vitalité dans vos enregistrements.

Cinq secrets pour réussir un séminaire

C

Si vous souhaitez devenir un excellent présentateur et réussir vos séminaires, il vous faut de la pratique. Mes conseils, pourront vous aider à améliorer vos compétences et atteindre votre objectif.

La première question à vous poser est :

Quel est l’objectif final de votre séminaire ?

Le premier paramètre à identifier est de déterminer les transformations que vous créez chez les personnes qui assistent à votre séminaire. 

Tout apprentissage est un changement du comportement. 

Si vous  proposez un contenu informatif aux spectateurs, ils auront évidemment des informations supplémentaires, mais sans rien apprendre réellement. Un apprentissage nécessite le transfert d’une transformation. Vous devez apporter un changement aux spectateurs qui peut toucher :

  • Le comportement ;
  • Les réactions dans une situation crise ;
  • La stratégie de communication d’une entreprise…

Le cas échéant, votre séminaire est inefficace.

Le changement de l’action accompli à la fin du séminaire peut être lié à l’apprentissage ou à une action financière. 

Par exemple, au cours d’un séminaire vous pouvez introduire implicitement votre programme de coaching et à la fin vous pouvez proposer aux participants d’acheter ce programme ou de s’inscrire à votre séminaire continu. Pour ce faire, planifiez votre séminaire d’une façon à inciter les participants à réaliser cette action automatiquement.

En proposant un contenu très riche et complet pendant votre séminaire, les participants ne seront plus intéressés par l’achat de votre programme du coaching.

Si votre but est de transformer un comportement dans la vie de tous les jours, faites en sorte que tous les exemples et les exercices de votre séminaire tournent autour de ce comportement. Ainsi, à la fin de la formation, le participant adoptera ce comportement comme étant un reflex.

Pour un objectif d’action de votre séminaire qui doit aboutir à un achat, faites en sorte que tous les exemples employés au cours du séminaire et les différentes sessions visent à rapprocher les participants de la décision d’achat.

Un exemple des démarches possibles dans un séminaire est de consacrer une session pour motiver les participants afin de vaincre la procrastination dont l’objectif est de les entraîner à passer rapidement à l’action. 

Une autre session aura comme objectif de mettre en avant l’importance de l’éducation et son rôle dans la réalisation des objectifs. Armé de tous ces ingrédients et si vous arrivez à atteindre les objectifs de différentes sessions, vous constituez des croyances auprès des participants. Par conséquent à la fin de séminaire, ils seront automatiquement convaincus par la nécessité d’achat de votre produit/service.

Ce qui nous amène à la seconde question :

Comment bien préparer un séminaire ?

Ce qui fait la différence entre un présentateur médiocre et un bon présentateur, c’est la préparation et l’entraînement. 

Avant chaque séminaire, je prépare un manuel du séminaire composé d’un engagement personnel, le plan du séminaire et le contenu. 

Je fournis ce manuel aux participants avec des parties vides à remplir au cours du séminaire et je garde une version remplie pour moi. 

Mais cela n’est pas suffisant pour réussir un séminaire. Il est indispensable d’ajouter tous les éléments participatifs, localiser les endroits d’exécution des exercices, faire le choix musical correspondant à chaque exercice et préciser les heures de pauses. 

L’objectif est d’avoir une trame posée sur un pupitre devant vous pendant le séminaire conçue d’une manière claire et détaillée, de telle façon que tout autre personne peut présenter le séminaire à votre place, au moins en termes de contenu.

La répétition est le secret du bon présentateur   

Un autre levier important dans la préparation de séminaires est la répétition.

J’ai organisé plusieurs fois des séminaires en invitant des intervenants. L’erreur que j’ai commise à cette époque est de demander aux intervenants de m’envoyer simplement leurs présentations sans les inciter à répéter l’intervention avant le jour J du séminaire.   

Personnellement, je répète ma présentation au minimum trois fois avant le séminaire devant mes amis et mon équipe. Le jour où j’arrive face aux participants pour faire la présentation en public, je ne rencontre ainsi pas de difficultés.

D’une part, je connais par cœur mon intervention et je l’ai présentée tellement de fois que je suis capable d’intervenir sans aucun support. 

D’autre part, j’ai pris mon temps pour repérer les lacunes et estimer le temps nécessaire pour terminer ma présentation.

L’entraînement qui consiste à répéter la présentation de votre intervention plusieurs fois à un public réduit est une bonne méthode à adopter pour l’auto évaluation. Cela vous permettra également d’éviter les surprises et les imprévus le jour du séminaire.

Comment introduire un séminaire ?

L’introduction dans un séminaire doit être préparée mot à mot. 

Je consacre plus de temps pour la préparation de l’introduction que le reste du séminaire. 

Par la suite, il y a une progression à suivre dans le reste du séminaire. 

Au début, les participants n’ont pas de compétences, évitez donc de les mettre dans une situation qui procure un sentiment de danger.

Au démarrage, proposez des exercices inoffensifs et qui n’engagent les participants en rien. Petit à petit, vous avancez pour entamer des exercices d’introspection assez pointus. Si vous commencez votre séminaire avec ce genre d’exercices, dont les réponses sont assez personnelles, et vous demandez aux participants de partager leurs réponses devant tout le monde, vous créez un blocage et limitez leurs interactions.

Ensuite, faites des répartitions de groupes pour faciliter la communication entre les participants. A la fin, il est possible de demander à une personne de prendre la parole face à tout le monde.

Tout cela pour vous dire qu’il y a une procédure à suivre, mais qui ne peut pas être préparée à l’avance. Je prépare au préalable l’introduction de mon séminaire ainsi que le déroulement général et j’improvise le reste.

Démarrez fort

Pour démarrer fort votre séminaire, il faut être parfait sur le contenu et sur le contexte. 

Le contexte fait référence à la manière de vous présenter et d’accueillir les participants dans le lieu du séminaire.

Tous les participants doivent rentrer en même temps dans la salle avec de la musique, c’est plus énergique. Souvent, dans les séminaires, chaque participant arrive à son heure et rentre dans la salle dès son arrivée. Cela influence négativement le niveau de l’énergie auprès des autres participants, le sérieux et l’engagement. Ainsi, vous risquez de rater le séminaire.

Dans mon cas, je m’assure de ne pas perturber le rythme naturel des participants, pour cette raison, dans mes séminaires, il n y’a pas de café ou d’alcool. Il faut être très précis sur les détails et l’organisation de la scène.

Evitez les allées centrales dans l’organisation de la salle du séminaire sinon toute votre énergie sera dissipée dans le vide.

Pensez à vous rapprocher des participants le plus possible afin de maintenir davantage l’énergie.

Prenez soin des détails : les choix des lumières, les écrans et l’organisation.

L’environnement du séminaire compte tout autant que son contenu parce qu’il influence la façon avec laquelle les personnes vont comprendre le contenu du séminaire.

Davantage de sexe pour plus de résultats

D

Comment le sexe peut-il augmenter les résultats de votre entreprise ?

Si vous êtes marié ou en couple, la personne avec qui vous vivez exerce une énorme influence sur les chances de succès dans votre entreprise. L’harmonie qui règne dans votre couple influence la qualité de votre concentration lorsque vous travaillez.

De nombreuses études ont démontré que les personnes qui se sentent heureuses dans leur vie de couple sont plus productives, sont capables de se concentrer durant davantage d’heures, de fournir du travail de meilleure qualité. En général, elles sont mieux rémunérées par rapport à leur temps de travail que les gens qui doivent gérer de nombreuses difficultés à la maison et dans leur relation.

La question qui se pose c’est de savoir comment nous pouvons agir pour augmenter la qualité des relations ? 

La solution reste assez simple, c’est le temps passé ensemble qui vous le permet. Il est très intéressant de connaître les facteurs qui influencent le bonheur dans un couple. Or, l’un de ces facteurs est justement le temps que vous passez à être simplement ensemble sans qu’il n’y ait de distractions extérieures. Par exemple, regarder un film à la télévision, ça n’est pas être vraiment ensemble. S’envoyer des messages non plus.

Une étude universitaire menée auprès de 276 adultes montre que les personnes qui prennent des décisions, qui ont des conversations sur des sujets importants, qui résolvent des conflits via des textos sont bien moins heureuses que celles qui se parlent en face à face. 

Une autre étude corrobore ces résultats. L’Université de Floride a étudié quel était le facteur qui crée le plus d’harmonie dans un couple. Les couples les plus harmonieux sont ceux qui n’hésitent pas à se mettre en colère, à se disputer avec des arguments honnêtes. Ceux qui évitent le conflit vivent dans la frustration et sont malheureux.

Si vous consacrez plus de temps à la personne de votre vie, vous serez aussi plus proches physiquement et vous aurez davantage de relations sexuelles. 

Dans une étude réalisée en 2004, des chercheurs ont démontré que si vous faites l’amour  une fois par mois puis que vous passez à une fois par semaine, l’augmentation de bonheur équivaut à la même quantité que si vous aviez obtenu une augmentation de salaire de 5000 euros par an.

J’aimerais vous suggérer d’avoir un moment intime de quarante-cinq minutes par jour avec votre partenaire, autrement dit de trouver du temps pour vous deux, sans enfants, sans parler de travail ; juste partager un tête-à-tête. Si vous le faites quotidiennement, vous améliorerez la qualité de votre relation.

L’application Habit List me permet de suivre mes habitudes, mon score est d’un jour sur trois en ce moment. Je m’améliore car ces deux dernières semaines, j’obtiens 71 %. Ce qui est désespérant c’est que la semaine à 0 % est celle de mon anniversaire de mariage. Il est vrai que nous étions au Kenya pour inaugurer une école.

Prenez l’habitude d’essayer de passer ce temps ensemble sans distraction. Votre conjoint ou conjointe vous soutiendra dans votre travail.

Lire aussi : 

À propos de Sébastien

(Le Marketeur Francais : Biographie)Sébastien, surnommé "Le Marketeur Français", est consultant en stratégie marketing, spécialisé dans la croissance explosive des petites entreprises.

/* ]]> */